Ruscus aculeatus  - Fragon, Petit houx, houx frelon
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Fragon, Fragon épineux, Petit houx, Fragon piquant, Houx-Frelon, Fragon Faux-Houx, Myrte sauvage, Buis piquant, en Corse connu sous le nom de 'Pugnitopu*', nommé par les anglophones 'Butcher's Broom ', en arabe 'Al uchba'.
    Nom latin : Ruscus aculeatus  L.*, synonymes Ruscus flexuosus  Mill.*, Ruscus laxus  Sm.*, Ruscus aculeatus  subsp. laxus  (Sm.) K.Richt.
    famille : Liliaceae.
    catégorie : sous-arbrisseau dioïque aux tiges cylindriques toujours vertes et striées, aux rhizomes charnus et racines fasciculées blanchâtres.
    port : dressé, touffu et traçant.
    feuillage : persistant, coriace, vert foncé,luisant. Sur de courts rameaux dressés portant 10 à 15 pièces foliaires (1 à 4 cm) alternes, sessiles appelées cladodes à l’extrémité piquante (qui ressemble à une feuille ovale est en fait une tige aplatie).
    floraison : insignifiante au printemps (avril-mai), sur les cladodes minuscules fleurs à 6 sépales inégaux 3 plus étroits et petits disposés en quinconce, pourvu d'un court pédicelle et d'une courte bractée.
    couleur : blanc à jaune verdâtre souvent teinté de violet à la base, ovaire violet, voir bas de page.
    fruits toxiques : à la fin de l'été début de l'automne sur les plants femelles et sur les cladodes, grosses baies sphériques d'un rouge brillant à trois loges contenant des graines dures, elles demeurent en place tout l'hiver.
    croissance : assez lente.
    hauteur : 0.50 à 1 m.
    plantation : à l'automne ou au printemps selon climat.
    multiplication : semis, division des touffes,prélèvement de rejets et de rhizomes au printemps.
    sol : tous surtout très bien drainé voir sec, prédilection pour le calcaire.
    emplacement : ombre, sous-bois.
    zone : 7 - 10.
    origine : broussailles, maquis, taillis et sous-bois de forêts de chênes et feuillus Europe centrale et méridionale (inclus France et Corse, Baléares et Açores) Asie occidentale, Afrique septentrionale notamment au Maroc dans le Moyen Atlas.
    entretien : sans, juste supprimer les tiges desséchées attention ça pique énormément.
    NB : son nom Ruscus  vient du latin 'ruscum' désigne le fragon épineux son nom spécifiqueaculeatus  signifie en forme d'aiguillon, faisant allusion aux extrémités des cladoles. Il est nommé dans certaines régions myrte sauvage, car son feuillage est assez semblable à celui du Myrtus sylvestris .
    Ce genre comprend six espèces de sous-arbrisseaux ou arbustes persistants.
    Propriétés et utilisations :
    Attention, les baies contiennent des saponines toxiques qui en cas d'ingestion peuvent entraîner des troubles digestives vomissements, diarrhées voir l'hémolyse.
    Depuis la nuit des temps, les jeunes pousses tendres étaient cueillies et consommées comme l'asperge sauvage et les graines contenues dans les baies étaient torréfiées pour être consomméescomme succédané de café.
    Selon Dioscoride le fragon entrait dans la composition du sirop aux cinq racines apéritives et diurétiques, associé à la ache des Marais, l'asperge sauvage, le fenouil et le persil.
    Dans les pharmacopées traditionnelles, les cladodes mais surtout les rhizomes sont réputés pour leurs propriétés antiphlogistique, anti-inflammatoire, anti-oedémateuse, diurétique, fébrifuge, tonique et surtout vaso-constructrice, prescrits pour éliminer l'acide urique et les calcules rénaux, les hémorroïdes, l'ictère, les troubles lymphatiques et surtout les insuffisances veineuses chroniques (jambes lourdes, ulcères variqueux et varices).
    Les racines prescrites en tisane pour traiter l'aménorrhées, la jaunisse et les maladies de peau.
    De nos jours, le fragon est toujours prescrit en herboristerie pour confectionner tisanes et décoctions (usage externe) et il entre dans la composition de préparations et de gélules.
    Paré de ses boules rouges il entre dans la composition de bouquets et durant les fêtes religieuses il remplace les rameaux d'oliviers et de buis.
    Le fragon à sa place dans les jardins pour animer les coins trop sombres, sous le couvert des arbres.
    Autres espèces :
    - Ruscus angustifolius  L, Ruscus hypophyllum  L, Laurier d'Alexandrin, Laurier Alexandrin, se distingue par des cladodes plus étroites.
    Ruscus latifolius  Raf., Fragon à feuilles larges, se distingue par des cladodes plus grandes et ovales, photo ci-contre.
    - Ruscus microglossus  Bertol, se rencontre dans les Alpes maritimes.
    - Ruscus myrtifolius  L, Fragon à feuilles de Myrte, Houx-Frelon, Houx-Fourgon, Buis piquant, localement Brusque, présent en Lorraine.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *Mill., abréviation botanique pour le botaniste écossais Philip Miller (1691-1771), on lui doit la référence pour les jardiniers du 18 ième siècle 'The Gardener's Dictionary' du jardin de Chelsea, édité à Londres 1755-1760, illustré de nombreuses gravures de Ehret, Lancake et John Miller.
    Auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    *Pugnitopu,, Pungitopo en italien désigne le balai du boucher, 'pongilupi' signifie pique-souris, car autrefois avec ses tiges, les bouchers confectionnaient des balais pour nettoyer leur billot et ils emballaient les viandes dedans pour les protéger des nuisibles. D'ailleurs aussi, le nom anglais de Butcher's broom signifie balai du boucher.
    *Sm. , abréviation botanique pour le naturaliste-botaniste australien Lindsay Stewart Smith (1917-1970) qui oeuvre au Queensland avec le botaniste australien Cyril Tenison White, spécialiste des pâturages (agrostologue), 3 espèces lui ont été dédiées.
    nmauric ©20.10.2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.

Fleur de Ruscus latifolius en février

un compteur pour votre site