Physalis alkekengi - Alkékenge, Amour en cage, Coqueret
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Physalis, Alkékenge, Amour en cage, Coqueret, Cerise d'hiver, Cerise de juif, Cerise de terre, Herbe à la pierre, Groseille du Cap, Lanterne japonaise, au Canada, Herbe aux cloques ou à cloques, nommé par les anglophones 'Winter Cherry', Chinese lantern plant.
    Nom latin : Physalis alkekengi  L.*
    famille : Solanaceae.
    catégorie : herbacée vivace à rhizomes traçants.
    port : touffe érigée.
    feuillage : 'caduc', vert franc sur des tiges anguleuses légèrement velues. Feuilles pétiolées, ovales ou cordiformes ( 5- 10 cm), légèrement dentées et pubescentes.
    floraison : du printemps à l'été (de mai à octobre, suivant les régions) à l'aisselle des feuilles. Petites fleurs hermaphrodites en forme de clochettes.
    couleur : blanchâtre à coeur jaune.
    fruits : baies rondes rouge- orange, lisses et charnues, comestibles à saveur acidulée, dans un calice orange, parcheminé à 5 lobes nervurés.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.20 à 0.80 m .
    plantation : printemps, mars - avril en place.
    multiplication : semis au début du printemps à peine couvert comme le persil ou par division des touffes et prélèvement de rejets. Il faut savoir que les graines ont des propriétés germinatives courtes guère plus de 3 ans.
    sol : humide ou frais tolérant bien le calcaire, s'accommode très bien des sols secs. (acide ou neutre ou alcalin, pauvre ou fertile ou riche).
    emplacement : soleil ou mi-ombre.
    zone : 6 - 10, tolère aisément jusqu'à -15°C.
    origine : spontané sur le pourtour méditerranéen, du Sud de l'Europe jusqu'en Inde, Japon, Afrique et Amériques.
    entretien : récolter les baies en septembre. Attention, immatures elles sont toxiques. En automne, supprimer les tiges desséchées, et surveiller son développement car avec leurs rhizomes traçants ils deviennent rapidement envahissants .
    maladies et ravageurs : peut être sujet aux aleurodeset aux pucerons, sensible à la rouille Sphaerotheca fusca , que l'on rencontre aux Amériques et au Canada.
    NB : Son nom vient du grec 'Physaô' qui signifie "gonfler". L'alkékenge vient de l'arabe "al-kâkang".
    Ce genre comprend presque 200 d'espèces de vivaces et d'annuelles. Les Égyptiens l'utilisaient pour l'embaumement des momies.
    Parmi les cultivars et hybrides citons: :
    - Physalis alkekengi  'Pigmy' de petite taille à petits fruits.
    - Physalis alkekengi var. franchetii  Coqueret de Franchet*, 0.60 m de haut, fleurs ivoire.
    - Physalis alkekengi var. franchetii  'Dwarf', variété naine 0.20 à 0.30m de haut.
    - Physalis alkekengi var. franchetii  'Gigantea', 0.60 étalement environ 0.80 m.
    - Physalis alkekengi var. franchetii  'Zwerg', variété naine 0.20 à 0.30m de haut, à fleurs blanches, idéale pour être cultivé dans des potées sur les balcons et terrasses.
    Physalis x bunyardii  environ 1 m de haut.
    Il était déjà connu sous l’Antiquité pour ses propriétés médicinales, utilisé dans le traitement des infections urinaires, calculs, goutte, ictère, oedème, rhumatismes.
    Propriétés et utilisations :
    Comme toutes les autres solanacées, toutes ses parties, feuilles, tiges et calices sont toxiques pour l'homme et les animaux domestiques.
    De nos jours en phytothérapie, il est employé pour ses propriétés antirhumatismale, diurétique, expectorante, laxative, et sudorifique .
    Il est riche en vitamines A,B,C et P, bétacarothène et en pectine, contient aussi de l'acide citrique et de l'acide malique.
    A consommer frais avec parcimonie (laxatif et diurétique) dans les salades de fruits. Il peut servir de garniture pour les desserts et certaines viandes. Il entre dans la confection de vin, vinaigre, digestif ou apéritif.
    Cuit en compote, confiture ou en gelée. Sans oublier idéal pour la composition de bouquets secs.
    Quelques autres espèces :
    - Physalis angulata  L., synonymes Boberella angulata  (L.) E.H.L.Krause, Physalis angulata var. ramosissima  (Mill.) O.E. Schulz, Physalis esquirolii  H. Lév. & Vaniot, Groseille à maquereau du Cap, en zones tropicales en Afrique, Asie et les Amériques. Connu en Amérique du Sud sous le nom de 'Mullaca'. Une annuelle de 1 m de haut à fleurs jaunes, fruits jaunes à jaune-orange comestibles à saveur aigre- douces.
    Les feuilles, les racines et les baies, sont utilisées dans les pharmacopées du Brésil (Camapu), du Guatemala et Pérou (Mullaca, Bolsa mullaca) et par certaines tribus de l'Amazone comme anti-inflammatoire, antirhumatismal, diurétique, vermifuge, et dans le traitement du diabète, de l'hépatite, et de la malaria et dans les problèmes de peau et les gonorrhées.
    Depuis 2000, des études cliniques in vitro et in vivo sont en cours pour une utilisation comme immunostimulant ( propriétés cytotoxiques) dans le traitement de certains mélanomes et certains cancers. En cours de validation, comme antiseptique pour les affections de la peau et le traitement des gonorrhées et comme antispasmodique dans le traitement de l'asthme.
    - Physalis daturaefolia  Lam, synonyme Nicandra physaloides  (L.) Gaertn., connu sous le nom de Nicandre faux-Coqueret, Faux-Coqueret, Pomme du Pérou, consulter sa fiche.
    - Physalis ixocarpa , originaire du Mexique, appelé Tomatille ou Tomatillo, 1m à 1m 20 à fleurs jaunes. Fruits d'un jaune verdâtre, dans un calice parcheminé, nervuré de pourpre. Au Mexique, on l'utilise pour la confection de sauce épaisse avec des piments et de l'oignon, zones 8 - 10.
    - Physalis minima  L., synonymes Physalis eggersii  O.E.Schulz (non résolu), Physalis angulata var. angulata , Sunberry, Pygmy groundcherry, Physalis Pygmée, originaire de la chaîne de l' Himalaya, de plus petite taille 0.20 à 0.50 m de haut, floraison blanc-crème, fruits de 1,5 cm, aux propriétés astringente, diurétique, laxative et tonique.
    Des recherches ont démontré que certaines parties de la plante avaient des propriétés anticancéreuses. Dans la pharmacopée traditionnelle, le suc des feuilles, mélangé à de l'huile de moutarde (vendue en Inde et au Pakistan) était prescrite pour traiter les otites et les maux d'oreilles, un peu comme l'huile d'olive de nos grand-mères.
    - Physalis peruviana  L., Physalis peruviana var. latifolia  (Lam.) Dunal, Alkekengi pubescens  Moench, Boberella peruviana  (L.) E.H.L.Krause, Physalis chenopodifolia  Lam., Physalis esculenta  Salisb., Physalis latifolia  Lam., Physalis puberula  Fernald, Physalis tomentosa  Medik., Alkékenge, Coqueret du Pérou. 1 m de haut à fleurs pourpre tacheté de jaune. Calice jaune, zones 8 - 11.
    - Physalis philadelphica  Lam., synonymes Physalis aequata  J. Jacq. ex Nees, Physalis cavaleriei  H. Lév., Physalis cavaleriei  H. Lév., Physalis chenopodifolia  Willd., Physalis ixocarpa  Brot. ex Hornem., Physalis laevigata  M. Martens & Galeotti, Physalis philadelphica f. pilosa  Waterf., Physalis philadelphica var. minor  Dunal, Tomatillo cultivé intensivement au Sud de la Californie, Mexique et au Guatemala où il est connu depuis l'époque pré-colombienne. 15 à 60 cm de haut, fleurs jaune maculé de bleu ou de pourpre. Utilisé dans l'industrie agro-alimentaire pour la confection de sauce comme le 'chili sauce', connu aussi pour ses propriétés stimulantes (appétit).
    - Physalis pubescens  L., synonymes Physalis barbadensis  Jacq.,Physalis barbadensis var. glabra  (Michx.) Fernald, Physalis neesiana  Sendtn., Physalis obscura  Michx., Physalis obscura var. viscidopubescens  Michx., Physalis pubescens var. glabra  (Michx.) Waterf., Physalis pubescens var. integrifolia  (Dunal) Waterf., Physalis pubescens var. minutifolia  O.E. Schulz, Physalis surinamensis  Miq., Physalis viscido-pubescens  (Michx.) Dunal, connu aux Caraïbes sous le nom de Battre Autour à des fruits d'un jaune vert.

    A. Sergueev ©
    Annotations :
    * L. , abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.

    *Franchet, Adrien René Franchet (1834-1900) botaniste et taxonomiste français, nommé en 1881, Directeur du laboratoire de phanérogamie du Muséum d' Histoire Naturelle de Paris, il oeuvre sur les collections récoltées dans la province du Yunnan, par le missionnaire jésuite Jean Marie Delavay (1834 - 1895) descriptions regroupées dans Plantae delavayanae (1889). Collections qui rassemblent plus de 3797 nouvelles espèces en provenance de la Chine et du Japon adressées également par les 3 missionnaires collecteurs, le PèreArmand David, Guillaume Farges (1844-1912) et J.A. Soulié, que l'on retrouve dans des publications 'Plantae Davidianae ex Sinarum imperio' édition G. Masson, Paris, (1884-1888) et 'Plantas Yunnanenses' (Bourloton - 1886).
    ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété; intellectuelle, la reproduction &lectronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site