Phytolacca americana - Raisin d'Amérique, des Teinturiers
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Phytolaque ou Raisin d'Amérique, Raisin des teinturiers, Teinturier de Cayenne, Vigne de Judée, Herbe à la laque, Morelle en grappe, Épinard de Cayenne, Épinard des Indes, Épinard doux de la Martinique, ou encore Phytolaque à 10 étamines, nommé par les anglophones 'Pokeberry, Pokeweed*, Inkberry, Pigeonberry', en allemand 'Amerikanische Kermesbeere, Kermesbeere, Drachenbeeren, Poke Sallet', en espagnol 'U vas de América, Bledo carbonero de Cuba, Carminero de Canarias, Hierba carmín, Hierba de la oblea', portugais 'Uva-da-América, Uva de macaco, Tintureira'.
    Nom latin : Phytolacca decandra  L.*, synonymes Phytolacca americana  L., Phytolacca vulgaris  Crantz.*
    famille : Phytolaccaceae.
    catégorie : vivace herbacée toxique. à grosses tiges creuses d'un éclatant rouge lie de vin, sur une souche ligneuse, les jeunes sont carrément rouge framboise, forte racine pivotante excessivement toxique.
    port : dressé, évasé.
    feuillage : caduc, vert acide à vert lavé de pourpre ou pourprée pour les adultes de toute beauté courant septembre.
    De grandes feuilles alternes (10 à 25cm x plus ou moins 10cm) riches en oxalate de calcium qui peuvent provoquer des irritations et dermites de contact.
    floraison : longue floraison de la fin du printemps - été à début automne selon climat et légèrement parfumée.
    Inflorescences opposées aux feuilles en longues grappes 5+ ou - 15cm) pendantes de petites fleurs unisexuées ou hermaphrodites à 10 étamines.
    couleur : allant progressivement du blanc, blanc-rosé à rose.
    fruits : de l'été à l'automne, grappes de petites baies juteuses très toxiques en cas d'ingestion de saveur peu agréable parait-il, baies sphériques un peu aplaties à dix fins carpelles, le tout d'un brillant pourpre-noirâtre.
    Elles sont convoitées par les oiseaux (dont les pigeons et les tourterelles qui se chargent de disséminer allégrement une multitude de petites graines plates d'un beau noir brillant, d'où le nom de 'Pigeonberry' et 'Pokeweed'* donné aux Amériques.
    Des graines ayant une grande longévité de plus de 40 ans pouvant demeurer en dormance dans le sol durant plusieurs années.
    croissance : rapide.
    hauteur : 3 à 4 m
    plantation : automne ou printemps.
    multiplication : abondant par semis spontanés.
    sol : tous même argileux, plutôt riche et frais il a été constaté qu'il avait une nette préférence pour les sols sableux et légèrement acides.
    emplacement : soleil ou mi-ombre.
    zone : 2 - 11, parfaitement adapté à la sécheresse.
    origine : sud-est des États-Unis dont Virginie, Amérique du nord et Amérique boréale dans les prairies et clairières, lisières et bois clairs, friches rudérales, décombres, défrichements, bords des fossés et bord de routes et berges de rivières, naturalisé sur tout le pourtour méditerranéen dont le sud de la France (Pyrénées orientales, de grande étendues en Gironde dans les Landes en lieu et place des pins abattus par les tempêtes, dans le Lot en Dordogne, Languedoc-Roussillon, Cévennes, Gard et sud Lozère), remontant dans la vallée du Rhône et la vallée de la Loire, aujourd'hui répertorié dans 44 départements dont le Centre dans les forêts de Sologne, remonte jusqu'en Île-de-France présent en forêt de Fontainebleau, dans l'Ain et en Corse sur le littoral principalement où il commence à être considéré comme une plante envahissante, répertoriée comme peste végétale par l'UICN*.
    Les oiseaux jouant un rôle dans sa propagation, on la retrouve maintenant dans de nombreux jardins et il faut savoir que sous son couvert plus rien ne pousse, donc il modifie rapidement l'écosystème apportant des perturbations graves sur la flore et la faune.
    Dans certaines régions, comme en forêt de Fontainebleau des campagnes d'arrachage sont mises en place chaque année par l'ONF, avec l'aide de bénévoles et des chasseurs.
    entretien : redémarre de souche courant avril-mai pour se dessécher à l'automne.
    NB : son nom Phytolacca vient de 'phyto' qui signifie plant et 'lacca' serait une forme latinisée de 'laque' faisant allusion à sa couleur, son nom spécifique americana pour nous préciser son origine américaine et decandra pour nous indiquer que ses fleurs ont 10 étamines.
    Ce genre comprend trente cinq espèces de vivaces, d'arbustes ou arbres persistants originaires d'Afrique, des Amériques et d'Asie en zone tempérée ou tropicale.
    Introduit pour la première fois dans les parcs et jardins du sud de l'Europe entre 1600 et 1650 depuis l'Espagne ou le Portugal où il fut rapporté lors des expéditions pour ses propriétés tinctoriales pour confectionner des teintures, encres, laques et pigments dans divers tons allant du violet au rose indien (fuchsia), mais aussi utilisé à l'époque comme colorant alimentaire, notamment pour coloré les vins, les confiseries et certaines préparation en cosmétologie.
    Propriétés et utilisations :
    Les toutes jeunes feuilles seraient comestibles d'où sont nom d'épinard doux, mais il faut impérativement utiliser deux eaux de cuisson pour enlever les oxalates.
    Toutes ses parties sont toxiques en cas d'ingestion il peut être pour l'homme et tous les mammifères provoquant brûlures buccales et de l'œsophage, des maux de tête, des vomissements, des diarrhées, des troubles cardiaques (hypotension), respiratoires et rénaux.
    Riche en saponines, il contient dans son ensemble des saponines et saponosides, phyto-hémagglutinantes, béta-cyanines, des lectines, des acides jaligoniques et des acides phytolaccagénique.
    Utilisé dans l'industrie pharmaceutique en phytothérapie et homéopathie en teinture mère Phytolacca decandra  qui entre dans la composition de solutions pour les bains de bouche et gargarismes, solutions pour traiter les gingivites, les laryngites, les extinctions de voix, et dans des complexes homéopathiques pour traiter les états lymphatiques, les douleurs musculaires et rhumatismales et la fatigue
    Parmi les cultivars ou sous espèces citons :
    - Phytolacca americana  L. var. lancifolia  H. Walter, présent en Amérique du Nord.
    - Phytolacca americana  var. rigida  ( Small ) Caulkins & R.E. Wyatt, synonyme Phytolacca rigida  Small, se rencontre en Floride et Amérique du Nord.
    Autre espèce présente dans l'Encyclopédie :
    - Phytolacca dioica  L. synonyme Phytolacca arborea, Belombra, consulter sa fiche
    Quelques autres espèces :
    - Phytolacca acinosa  Roxb., synonymes Phytolacca kaempferi  A. Gray, Phytolacca esculenta  Van Houtte, Sarcoca esculenta  (van Houtte) V. Skalický, Phytolaque acineux, originaire de Chine dans l'Himalaya, dont Népal, aujourd'hui serait naturalisé en Grande-Bretagne, feuillage ovale plus clair, courts épis à fleurs blanches, photo ci-contre.
    Phytolacca acinosa à la mi-juin
    Brighton Plant © Flickr
    - Phytolacca chilensis  Bridges ex Moq., synonyme Anisomeria littoralis  Moq., originaire du Chili où il est nommé Pircún à floraison blanche.
    - Phytolacca dodecandra  L'Hér., Phytolacca lutea  Marsigl. ex Steud., Phytolacca elongata  Salisb., Phytolacca scandens  Hils. & Bojer ex Moq., Phytolacca sandwicensis  Endl., Phytolacca brachystachys  Moq., se rencontre dans les îles Sandwich, voir photo.
    - Phytolacca icosandra  L., synonymes Phytolacca acuminata  Hort. ex Moq., Phytolacca bogotensis  Miq., Phytolacca mexicana  Gaertn., Phytolacca purpurascens  A. Braun & Bouche, Phytolacca polystigma  Benth. ex J.A. Schmidt, Phytolacca triquetra  Moench Phytolacca insularis  Nakai, synonymes Phytolacca acinosa  Roxb. f. insularis  ( Nakai ) M.Kim, originaire du Japon, 90 à 120 cm, des tiges roses, floraison rose indien en fins et étroits épis.
    - Phytolacca octandra  L., Cranwell & L.B. Moore, synonymes Phytolacca decandra  Descourt., Phytolacca longespica  Moq., Phytolacca macrostachya  Willd. ex J.A. Schmidt , Phytolacca mexicana  Crantz, Phytolacca rugosa  A. Braun & Bouche, originaire des Amérique dont Mexique, se rencontre en Nouvelle-Zélande et aux Antilles à floraison d'un éclatant rose indien.

    Annotations :
    *Crantz., abréviation botanique pour le médecin obstétricien-botaniste autrichien Heinrich Johann Nepomuk von Crantz (1722-1799), on lui doit de nombreux ouvrages en médecine et sur l'hygiène et des ouvrages en botanique 'Classis cruciformium emendata cum figuris aeneis in necessarium instit. rei herbariae supplementum' (Leipzig-Kraus - 1769) flore sur la famille des Crucifères, consultable en ligne.
    *L., abréviation botanique officielle pour Carl von Linné auparavant Carl Linnæus (1707-1778), médecin, botaniste-naturaliste suédois, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *Pokeweed, vient du mot 'pok' donné par les indiens de Virginie, qui désigne le sang faisant allusion au jus rouge ou rose pourpre des baies. Un nom commun pour cette plante aux États-Unis est "Pigeonberry".
    *UICN, Union internationale pour la conservation de la nature.
    natacha mauric © 17/08/2000 ® Jardin! L'Encyclopédie
    par la Société des Gens de Lettres® - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.


compteur visite