Plagianthus regius - Plagianthe royal, Ribbonwood
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    en fleur en 12 octobre 2014, cliquer pour découvrir d'autres photos
    Jon Sullivan © 12 octobre 2014
    Nom commun : Plagianthe royal nommé par les anglophones 'Ribbonwood, Lowland ribbonwood, Riverbank Ribbonwood' ( Bois de ruban des basses terres), en mäori 'Manatu, Manaui manatu, Puruhi, Whauwhi'.
    Nom latin : Plagianthus regius  (Poit.*) Hochr., synonymes Plagianthus betulinus  A. Cunn., initialement nommé Philippodendrum regium Poit.
    famille : Malvaceae.
    catégorie : arbre à l'écorce qui se détache en lanières d'où son nom de bois ruban, aux jeunes rameaux ocre brun rougeâtre.
    port : élancé, étalé et à tronc unique à maturité, buissonnant et à ramure pubescente entremêlée au stade juvénile.
    feuillage : semi-persistant à caduc selon climat, vert franc couvert de poils étoilées sur les 2 faces donnant un aspect argenté à marge irrégulièrement dentelée framboisé sur les jeunes feuilles aux nervures plus claires, voir photo.
    Feuilles ovales-lancéolées 7, 5cm x 5cm, elles sont plus allongées chez les sujets adultes.
    floraison : nectarifère visitée par les abeilles, des oiseaux et par des papillons et d'autres insectes.
    Dans son milieu naturel dans hémisphère sud courant octobre novembre, en panicules terminales de denses grappes de petites fleurs étoilées mâles ou femelles selon le sujet de 3 à 4 mm de diamètre aux 5 pétales linéaires oblongs.
    couleur : corolle d'un blanc crème, étamines jaune pâle.
    croissance : rapide.
    fruits : enchâssé dans le calice petite capsule déhiscente contenant une seule graine ovoïde.
    hauteur : 5 à 17 m dans son habitat naturel.
    plantation : au printemps.
    multiplication : par semis à chaud entre 20 et 21°C, par bouturage de tiges.
    sol : humide, colonise naturellement les berges.
    emplacement : plein soleil, mi-ombre une partie de la journée.
    zone : 7 - 9.
    origine : endémique au nord de mer de la Nouvelle Zélande jusqu'à 450 m d'altitude sur l'île du Nord excepté à l'extrême nord vers le Cap nord et sur l'île du Sud et plus au sud sur l'île Stewart ( en Maori Rakiura), et à l'est sur les îles Chatham nommé par les autochtones les morioris 'Rekohu', consulter la carte.
    Sur Chatham ce serait une sous-espèces endémique Plagianthus regius subsp. chathamicus.
    NB : son nom Plagianthus vient du préfixe grec 'plagi' qui signifie oblique, qui est de biais faisant référence à la forme des feuilles juvéniles et de 'anthus, anthos' qui désigne la fleur et son nom spécifique regius dérive de rex, désigne le roi et signifie royal. C'est l'un des rares arbres à feuilles caduques de la Nouvelle-Zélande qui fait penser au bouleau argenté.
    Ce genre comprenait 46 noms espèces connues après révision en 2012, seulement 3 espèces ont été retenues.
    Les deux autres espèces :
    Jon Sullivan © 22 avril 2016
    - Plagianthus divaricatus  J.R. Forster & G. Forster., endémique à la Nouvelle-Zélande, en mäori nommée 'Makaka', Plagianthe divariqué un arbuste caduc, buissonnant au port dressé très ramifié en tous sens, plus large que haut, parfaitement adapté à la salinité des sols à tendance marécageuse d'où son nom donné par les anglophones de 'Swamp Ribbonwood' Bois de ruban salé. Sur des tiges argentées, petites feuilles étroites lancéolées, floraison crème parfumée, localement s'utilise pour confectionner des haies ne dépassant pas 2m de haut.
    - Plagianthus squamatus (Nees) Benth., synonyme Lawrencia squamata Nees., le nom auquel on l'associe fréquemment dans les flores est toujours non résolu en 2019 Selenothamnus squamatus (Nees) Melville, une endémique à l'ouest de l'Australie dans l'état de l'Australie-Occidentale et celui de Victoria, où il est nommé 'Thorny lawrencia, Thorn Lawrencia flower, Fan-leaved lawrencia', le Lawrencia écailleux, Lawrencia épineux, un arbuste épineux buissonnant ne dépassant pas 1.50m de haut, période de floraison variable selon la localisation, en minuscules fleurs étoilées de 3mm à 5 pétales jaune pâle lavé de rouge pourpre à la pointe des pétales, longues étamines grenat, fructification rouge grenat foncé; le découvrir en photos.

    Annotations :
    *Hochr., abréviation botanique pour le botaniste-taxonomiste suisse Bénédict Pierre Georges Hochreutiner (1873-1959). En 1896, au Conservatoire et Jardin Botaniques de Genève il devient l'assistant de John Isaac Briquet. En 1901, il effectue un voyage scientifique en Algérie puis en 1903-1905, est associé à la gestion des herbiers des jardins botaniques de Buitenzorg aux Indes orientales néerlandaises (Java , Indonésie).
    En 1906, il assure la fonction de conservateur du Conservatoire et du Jardin Botaniques de Genève, à partir de 1919, il enseigne également la botanique, puis en 1931 il en assure la direction. Auteur de nombreux ouvrages et monographie, un genre de 2 espèces lui est dédié sous le nom de Hochreutinera toujours dans la famille des Malvacées :
    - Hochreutinera amplexifolia (DC.) Fryxell, originaire du Mexique et de l'Amérique centrale.
    - Hochreutinera hassleriana (Hochr.) Krapov., originaire du Brésil et du nord de l'Argentine.
    *Poit., abréviation botanique pour le botaniste français Pierre Antoine Poiteau (1766-1854), auteur de 'Histoire et culture des orangers' édité en 1872 et le Traité des arbres fruitiers en collaboration avec P.-J.-F. Turpin, édit. 1835 et de nombreux rapports à la Société royale d'horticulture sur les expériences horticoles et sur les cultures d'arbres fruitiers.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
Jardin! L'Encyclopédie




compteur site