Phacelia tanacetifolia  - Phacélie à feuilles de Tanaisie
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Phacélie à feuilles de Tanaisie, Phacélie en dentelle, en provençal 'Facelìo', nommée par les anglophones 'Fiddleneck, Lacy phacelia, Blue Tansy, Purple Tansy', en allemand 'Bienenfreund, Rainfarn-Phazelie, Büschelschön'.
    Nom latin : Phacelia tanacetifolia Berth.*, synonymes retenus, Phacelia tanacetifolia var. genuina Brand, Phacelia commixta Greene, Phacelia tanacetifolia alba T.Moore, Phacelia tanacetifolia var. cinerea Brand, Phacelia tanacetifolia var. pseudodistans Brand, Phacelia tanacetifolia f. staminea Brand, Phacelia tanacetifolia var. tenuifolia Torr., Phacelia tanacetifolia subvar. tenuisecta Brand, Phacelia tripinnata Fisch.
    famille : Hydrophyllaceae (Boraginaceae).
    catégorie : annuelle herbacée au système racinaire pivotant, dense et ramifié, aux jeunes pousses duveteuses et aux tiges creuses, poilues et piquantes, légèrement rougeâtres.
    port : dressé.
    feuillage : caduc. Grandes feuilles en forme de fougère, de + ou - 20 cm, sessiles, alternes, oblongues, profondément lobées et très espacées sur la tige, vers la base, elles sont opposées.
    floraison : longue durant 5 ou 6 semaines, du printemps à l'été, courant mai-août, voire septembre, selon climat, parfumée, nectarifère et pollinifère, visitée par un grand nombre abeilles, et entre autres certaines espèces de papillons.
    En cime, inflorescences scorpioïdes (en forme de crosse qui se déroule progressivement), composées de petites fleurs de + ou - 1 cm, à cinq pétales, deux styles bifides et poilus vers la base et 5 étamines saillantes et poilues, sur un ovaire couvert de poils crochus dans un étroit calice aux sépales poilus.
    couleur : bleu mauve à bleu lavande pour la corolle, étamines et style blanc, anthères bleues, pollen d'un bleu-mauve.
    fruits : petites capsules déhiscentes contenant 4 petites graines ovoïdes, anguleuses, rugueuses, marron foncé, qui gardent leur faculté germinative durant 4 ans.
    croissance : très rapide.
    hauteur : 0.15_0.20 à 1.20 m pour un étalement de 0.50 m.
    plantation : v en place du printemps au début de l'été selon climat, de mars jusqu'en juin, ou d'août à septembre pour fertiliser le sol, avant les semis de printemps. Toujours après avoir mélangé les graines à du terreau ou de la cendre ou encore du sable. Semis à peine recouvert, à 1 ou 2 cm de profondeur, en espaçant les rangs de 30 cm et les poquets de 20 cm. Pur de grandes surfaces, semer à la volée, compter entre 15 et 20 grammes pour 10 m², 7 kg/ha, plus ou moins 500 graines par gramme et une boîte de 250 g permet d'ensemencer jusqu’à 125 m². Compter pour la levée entre 8 et 14 jours.
    sol : tous, bien drainé, même sec (pas trop) et sablonneux.
    emplacement : soleil.
    zone : 8b-10b, U-K hardiness H4, USDA zones 6a-10b, tolère jusqu'à -10°C.
    origine : dans les chaparrals (maquis) du nord du Mexique, en Basse-Californie, et au sud des États-Unis, Arizona, Californie et sud du Nevada, dans les broussailles, dans les secteurs boisés de pins et de genévriers, dans des zones nommées localement 'Coastal Sage' et 'Creosote bush scrub'*.
    entretien : laisser vivre en paix, puisqu'elle empêche les autres plantes qui habituellement se développent dans les champs et les cultures, les 'mauvaises herbes', des vivaces adventives, gênantes, envahissantes, souvent traçantes et parfois toxiques.
    maladies et ravageurs : exempt de maladies et ravageurs.
    NB : son nom Phacelia vient du grec 'fakelos' qui désigne le faisceau, le fagot ou la fascine, faisant allusion aux crosses en faisceau et dans ce cas, aux épis floraux en forme de crosse et son nom spécifique, tanacetifolia à feuilles de Tanaisie pour indiquer la ressemblance de son feuillage avec celui de la Tanaisie Tanacetum vulgare.
    Ce genre comprend environ cent cinquante espèces d'annuelles, de bisannuelles et de vivaces, dont certaines sont arbustives, toutes originaires des Amériques, à découvrir la plupart d'entre elles, en photos sur Calphotos - University of Berkeley.
    Propriétés, utilisations et petites histoires :
    Initialement introduite comme plante ornementale, la première introduction en Europe comme plante mellifère remonte aux alentours de 1832, et depuis, elle est aussi couramment utilisée dans les jardins biologiques, car elle est fort visitée, par les bombyles (bee-flies) et les syrphes (hoverfly), dont les nombreuses larves sont d'excellents prédateurs des pucerons (aphids) et des cochenilles (mealybugs).
    Extrait d'un article publié le 14 mai 1891, à propos des abeilles :
    "Une plante mellifère. — Pour obtenir du miel en abondance, il faut non seulement des abeilles, mais aussi des fleurs recherchées par ces hyménoptères, et sur lesquelles elles puissent trouver les matières premières de leur admirable industrie.
    La Californie est réputée pour être la région des États-Unis produisant le plus de miel, 900.000 kilos par an. Et de miel d'excellente qualité.
    Cette particularité serait, due, paraît-il, aux abondantes récoltes que les ouvrières font dans les corolles d'une plante de la famille des Boraginacées. la Phacelia tanacetifolia, qui croît partout dans cet État.
    Un arboriculteur allemand, M. Binz. qui habite Durlach dans le Grand-Duché de Bade, a voulu vérifier cette hypothèse en cultivant la Phacélie dont ses abeilles ont tiré d'excellents résultats.
    De l'aube à la nuit, les abeilles viennent butiner sur les fleurs de phacélie, quel que soit l'état de l'atmosphère, mais de préférence après une légère pluie, et elles continuent à les visiter par les sécheresses les plus intenses, aussi M. Bing a-t-il l'intention d'étendre considérablement ses cultures pour la saison prochaine."
    Par la suite, on s'est intéressé à cette Phacélie comme nouvelle plante fourragère vers 1896, en même temps que le Trèfle d'Alexandrie à fleurs blanches (Trifolium alexandrinum), après avoir été confronté à la mémorable sécheresse de 1893* et la disette fourrages qui en découle. D'autres espèces, ont été testées dans le Midi de la France, comme le petit mil Penicillaria spicata. On retrouve des articles à son sujet jusqu'en mars 1903, dans la presse régionale du Finistère, où cette fois-ci, enfin, elle est présentée comme engrais vert.
    Lorsqu'elle est plantée sur de grandes étendues, elle a la propriété d'éliminer les 'mauvaises herbes', elle est cultivée comme engrais vert riche en azote qui est fauchée après la floraison juste avant la montée en graines, puis, est broyée avant de l'enfouir, comme engrais vert ou elle est laissée, se décomposer en place, s'exposer au gel et la saison suivante, elle est enfouie, pour fertiliser les sols, en restituant les éléments nutritifs.
    Elle permet aussi de lutter contre les nématodes et d'augmenter l'activité biologique du sol, et ce, sans apport de produits chimiques.
    Elle sert aussi de plante fourragère verte, en utilisant la technique de l'ensilage, à ce moment-là, elle est coupée avant la floraison, c'est-à-dire environ 6 semaines après le semis, où elle atteint une taille moyenne de 60 cm, elle serait bien meilleur que le foin.
    Quelques autres espèces intéressantes au jardin :
    - Phacelia campanularia A. Gray., nommée localement 'Desert Bluebells, Desertbells, California Blue-bell', originaire du sud-est de la Californie, en zone désertique, une annuelle de 20 à 50 cm, au port buissonnant, aux fleurs d'un bleu profond du printemps à l'été, au feuillage vert sombre, parfaite pour les jardins secs et les rocailles, voir sur Calphotos © 2010 Steven Thorsted.

    - Phacelia grandiflora (Benth) A. Gray, originaire du nord de l'État mexicain de Basse-Californie, sud du Nevada, dans les broussailles, sur les collines côtières et dans les chaînes montagneuses (Transverse Ranges) du sud de la Californie, où elle est nommée, 'largeflower phacelia'. Une annuelle de plus ou moins 1 m, couverte de poils raides et glanduleux dont le contact peut provoquer des dermatites de contact, des feuilles vert foncé de 15 cm, ovales à marge dentée, des fleurs en coupe ouverte de 4 cm, d'un bleu mauve virant vers le blanc en coeur, aux veinules d'un violet foncé, comme les 5 longues et filiformes étamines aux anthères bifides d'un blanc crème. La découvrir sur Calphotos.

    Annotations :
    *Benth, abréviation botanique pour le nom du botaniste britannique George Bentham (1800-1884) qui vécut en Languedoc-Roussillon avant de devenir propriétaire du domaine de Restinclières à Prades-le-Lez. Il est à l'origine de la réalisation de nombreuses flores, dont la première concernait les plantes de la région de Hongkong 'Flora Hongkongensis' (1861), suivie de 'Flora Australiensis', éditée en 7 volumes de 1863 à 1878.
    En 1826, à Paris, il fait éditer, le catalogue des plantes indigènes des Pyrénées et du Bas-Languedoc' collectées par son père lors de leur séjour à Montauban puis à Montpellier.
    *Creosote bush scrub, c'est le nom donné à une végétation de type méditerranéen et c'est aussi le nom d'une espèce Larrea tridentata, nommé en français créosotier, que l'on trouve en Californie et dans le désert des Mojaves et Sonora.
    *1893, à propos de la sécheresse de 1893, lire l’histoire d’une année ardente, à propos des vignes, d’après un article de M Larchiver : M Larchiver.
    Une pierre gravée en 1893, dans le défilé d'Entreroches, dans le Doubs est devenu le symbole de la sécheresse en Franche-Comté, lire article de franceinfo.
    natacha mauric© 21.06.2006 ® Jardin! L'Encyclopédie
    par la Société des Gens de Lettres ® Jardin! L'Encyclopédie Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites




compteur de visite html