Hemionitis arifolia  - Hémionite à feuilles d'Arum
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Hémionite à feuilles d'Arum, Hémionite à feuilles cordées, nommée par les anglophones 'Tongue fern' ou 'Heart fern' .
    Nom latin : Hemionitis arifolia  (Burm.f.*)T. Moore, synonymes Hemionitis cordata  Hook. et Grev., Hemionitis cordifolia  Roxb., Asplenium arifolium  Burm.*, Gymnogramma arifolia  Kuhn
    famille : Hemionitidaceae (Adiantaceae).
    catégorie : vivace rhizomateuse épiphyte ou terrestre, qui sous nos climats est surtout cultivée sous serre, en terrarium ou comme plantes d'appartement.
    port : touffe dense évasée.
    feuillage : persistant, épais, vert sombre brillant, revers brun et pubescent. Deux sortes de feuilles sur des courts ou de longs pétioles pubescents d'un brun foncé. Feuilles sagittées pour les plus courtes ou en forme de flèche pour les autres à marge ondulée.
    sporanges : les frondes en forme de cœur sont stériles, les sores sont sur le revers des feuilles les plus hautes celles en forme de pointe de flèches.
    croissance : moyen.
    hauteur : 0,40m pour 0,30m de large.
    plantation : à l'automne ou au printemps.
    multiplication : semis au printemps ou en été, division au printemps.
    sol : bien drainé, humide, neutre ou acide et riche en matière organique.
    emplacement : ombre ou mi-ombre à l'intérieur pas de soleil direct, luminosité pas trop forte à l'abri des courants d'air, atmosphère pas trop sèche, attention elle déteste l'excès d'humidité qui l'a fera depérir, c'est pour cela que le terrarium est l'idéal pour sa température et hygrométrie constante.
    zone : 10 - 12 (entre 8°C à 40°C).
    origine : dans les forêts pluviales d'Asie du sud-est présente au Laos, Vietnam, Ceylan et Taiwan.
    entretien : simple nettoyage des frondes desséchées.
    Une fougère convoitée par les passionnés de terrarium, bouteilles ou serres, pas toujours facile à acclimater et à faire prospérer puisqu'elle vit sur les troncs d'arbres, les infractiosités des roches.
    Pour une culture en pot : Durant la période de croissance printemps - été, arrosez régulièrement avec une eau non calcaire à température ambiante et si nécessaire, effectuer un léger apport d'engrais et ce toujours sur substrat humide; il s'effectuera un bon mois après son acquisition lorsque l'Hémionite vous semblera s'être acclimatée, sélectionner un engrais pour plantes vertes fortement dilué, ne pas oublier qu'en milieu naturelle, c'est bien souvent une plante myrmécophile.
    préconiser arrosage par immersion de la motte durant une trentaine de minutes, puis veiller à ne pas laisser stagner d'eau dans le cache pot.
    En l'hiver, réduire les arrosages et la maintenir de préférence à une température entre 10 - 14°.
    En atmosphère trop sèche, elle est sensible aux araignées rouges.
    Le rempotage, s'il est nécessaire sera effectué au printemps dans un substrat légèrement enrichi.
    NB : Son nom Hemionitis  mot d'origine grec signifiant la moitié d'un âne ou celle d'un mulet parce qu"ils semblent que les mulets sont friands du genre autrefois nom donné aussi scolopendres Asplenium scolopendrium  ou Scolopendre langue de boeuf, et son nom spécifique arifolia  arifolius ou arifolium signifie à feuilles d'Arum.
    Ce genre ne comprend que 7 espèces de fougères épiphytes ou lithophytes, dont 6 espèces sont présentes en Amérique tropicale et en Jamaïque, dont certaines d'entre elles sont cultivées comme 'plantes d'intérieur'.

    Liste des autres espèces de fougères présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *Burm, abréviation de Johannes Burman (1706 ou 1707-1779) botaniste néerlandais qui occupa la chaire de botanique à Amsterdam et surintendant du jardin botanique qui fut tout au long de sa vie en contact avec le Directeur de la Compagnie des Indes orientales néerlandaises Jeremias van Riemsdjiik qui fut entre décembre 1775 et Octobre 1777 le gouverneur général des Indes néerlandaises et des collecteurs qui lui adressérent des spécimens, notamment Fransciscus Albertus Pryon (Prayan) depuis Java où il séjourna entre 1759 et1764, spécimens qui furent répertoriés par son fils Nicolaas dans Flora Indica.
    *Burm.f., abréviation de Nicolaas Laurens (Nicolaus Laurent) Burman (1734-1793) fils de Johannes, qui vécu durant une certaine période à Upsala chez Linné, on lui doit Flora Indica: cui accedit series zoophytorum indicorum, nec non Prodromus Florae Capensis (Amsterdam 1768).
    *Hook., abréviation de William Jackson Hooker (1785-1865) botaniste britannique qui fut en charge de la chaire de botanique à Glasgow avant d'occuper la fonction de premier Directeur du Jardin botanique royale de Kew.
    *Grev., abréviation botanique pour Robert Kaye Greville (1794-1866) botaniste-bryologiste écossais qui dans les Highlands d'Ecosse collecta les mousses pour enrichir l'herbier du jardin botanique d'Edimbourg, on lui doit la publication en 1823 de 'Scottish cryptogamic Flora' en 6 volumes, le genre australien Grevillea lui est dédié.
    *Roxb, abréviation de William Roxburgh (1751–1815) chirurgien, botaniste écossais surnommé le père de la botanique des Indes, qui oeuvra pour le compte de la Compagnie des Indes avant de s'installer vers 1776 à Madras (depuis 1996 nommée Chennai, état Tamil Nadu dans le sud de l'Inde) puis d'être nommé responsable des Jardins botaniques de Calcutta.
    - nmauric© 13/08/2010 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site