Mitchella repens - Mitchelle rampante, Pain de perdrix
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Mitchella repens en mai
    John Munt © Flickr
    Nom commun : Mitchelle rampante, Pain de perdrix, Baies de perdrix nommée par les anglophones 'Partridge-berry', s'écrit aussi 'Partridgeberry'.
    Nom latin : Mitchella repens  L.*, synonymes Mitchella repens f. repens, Mitchella repens f. leucocarpa Bissell, Mitchella repens var. alba Beal, Disperma repens J.F.Gmel., Perdicesca repens (L.) Prov., Perdicesea repens (L.) Prov.
    famille : Rubiaceae.
    catégorie : vivace couvre-sol aux tiges grêles tétragones (4 faces), légèrement ligneuses pourvues de racines adventives, formant lentement un tapis entrelacé sur le sol.
    port : rampant, étalé, ramifié, radicant.
    feuillage : persistant, légèrement coriace, vert foncé, brillant sur le dessus, aux nervures marquées la médiane étant plus claire presque blanchâtre.
    Paires de petites feuilles de 1 à 2 cm pétiolées, opposées ovales presque cordiformes au niveau de chaque nœud, sur des tiges légèrement rougeâtres.
    floraison : longue du printemps à l'été, au courant mai-juin puis sporadiquement tout au long de l'été, parfumée, nectarifère visitées par les abeilles.
    Paires de petites fleurs étoilées aux extrémités des tiges, dressées à corolle tubulaire à 4 lobes recurvés, lancéolés, hérissés de poils blancs à l'intérieur, 4 étamines aux anthères bifides oblongues disposées en quinconce, style bifide saillant, large et court calice soudé à 4 sépales en forme d'écailles, pédoncule très court.
    Les ovaires des 2 fleurs fusionnent entre eux pour former un fruit rouge vif qui demeure en place tout l'hiver.
    couleur : blanc pur lavé de rose mauve sur le revers, anthères d'un blanc rosé très pâle, calice vert chartreux. Boutons floraux lavé irisé de rose parfois mauve.
    fruits : comestibles légèrement aromatiques mais peu consommées car considérées comme insipides. Petites baies (7 à 10 mm), charnues globuleuses à 2 lobes, sur le sommet 2 urnes (ombilics) à pointes, ce sont les restes des sépales.
    Ils sont convoités par de nombreuses espèces d'oiseaux sauvages, perdrix, dindes sauvages (wild turkey), gélinottes huppées (Bonasa umbellus), des petits rongeurs et d'autres animaux.
    croissance : lente.
    hauteur : prostrée ne dépasse pas 0,03m à 0,05m Ø 0,30 et plus.
    plantation : au printemps et à l'automne.
    multiplication : par semis spontané, par bouturage au printemps ou en été, par marcottage de tiges pourvues d'un noeud.
    Avant de semer il faut stratifier au frais les graines durant au moins 6 semaines après avoir nettoyé la pulpe.
    sol : légèrement acide riche en humus, frais et bien drainé.
    culture en pot : terre de bruyère.
    emplacement : mi-ombre, ombre.
    zone : 3 - 9, tolère -3°C. USDA zone 3a-8b.
    origine : dans les forêts de l'est de l'Amérique du Nord les Caroline et la Virginie, largement répandue depuis la Floride jusqu'au sud du Canada, de l'est du Texas jusqu'au Minnesota, aussi signaler comme présente au sud du Mexique et au Guatemala, consulter la Carte des USA.
    maladies et ravageurs : rien de signalé pour l'instant.
    Mitchella repens en juin
    John Munt © Flickr
    NB : son nom Mitchella lui a été donné en l'honneur du médecin naturaliste John Mitchell (1711-1768) et son nom spécifique repens signifie rampant.
    Ce genre ne comprend que 2 espèces qui ont leur place en couvre-sol dans les jardins ombragés et boisés, le long des murs et dans les rocailles.
    Propriétés et utilisations :
    Dans la pharmacopée amérindienne, elle est réputée auprès des femmes qui utilisent feuilles et fruits en tisane ou en thé pour traiter les affections gynécologiques et obstétricales et pour les affections gastro-intestinales, elle serait également apaisante.
    Parmi les cultivars, citons :
    L'autre espèce :
    - Mitchella undulata  Sieb*& Zucc.*, synonymes retenus Mitchella repens var. undulata  (Sieb. & Zucc.) Makino, Mitchella undulata var. minor  Masam., Mitchella undulata f. minor  (Masam.) Sugim. ex J.Yokoy., T.Fukuda & Tsukaya, Mitchelleondulée, originaire des forêts en zone subalpine au Japon sur l'île de Kyushu, Shikoku, Honshü, Hokkaido, et au sud de la péninsule coréenne et sur l'île de Taïwan, nommée en japonais 'Tsuruaridooshi' (Vigne fourmi), feuilles épaisses brillantes d'un vert foncé, ovales (0,8 à 1,5 cm x 0,4 à l,2cm) à marge ondulée, floraison courant juin-juillet pubescente blanche, aux anthères roses, baies de 8mm d'un rouge vif, on peut trouver des spécimens rose pâle.
    Consulter la carte du Japon.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour auparavant le médecin, botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné auparavant Carl Linnæus (1707-1778), à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *Sieb., abréviation botanique pour le médecin et naturaliste bavarois Philipp Franz Balthazar von Siebold (1796-1866) qui vécut au Japon entre 1823 et 1830, on lui doit l'introduction en Europe via ses établissements de Leide (Pays Bas) de nombreuses nouvelles espèces de la flore japonaise dont les premiers hydrangea japonais en 1860 -1861.
    Auteur en collaboration avec le botaniste allemand Joseph Gerhard Zuccharini (1797-1848) de la très célèbre Flora japonica, publiée entre 1835 et 1870, en 30 volumes avec des illustrations d'artistes japonais tel que Keiga Kawahara, descriptions et dessins consultables sur le site de l'université de Kyoto, le volume 2 est consultable à la BnF.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.//-->




compteur gratuit pour blog