Nematanthus gregarius - Nematanthe, Plante Poisson rouge
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Eric Hunt ©
    Nom commun : Nematanthe* grégaire, Poisson rouge, Plante poisson rouge, Plante aux poissons rouges, localement au Brésil 'Peixinho, Columéia-peixinho, Planta de peixinho', nommée par les anglophones 'Goldfish plant, Guppy plant', en allemand 'Goldfischpflanze, Goldfisch-Pflanze', en espagnol suivant le pays 'Nematanto, Planta pez dorado, Flor de barriguita cervecera, Pececillo rojo (Mexique)', en italien 'Pianta dei pesciolini', en russe 'Nemantus, Gipotsirta'.
    Nom latin : Nematanthus gregarius  D.L. Denham*, après révision il n'a pas de synonyme retenu.
    Autrefois donné pour synonyme de Nematanthus radicans  (Klotzsch & Hanst.) Presl, et Nematanthus radicans C.Presl* (1845), remplace Hypocyrta radicans Klotzsch & Hanst. (1864) qui était synonyme de Columnea radicans  (Klotzsch & Hanst.) Kuntze tous deux à ce jour ne sont pas résolus.
    famille : Gesneriaceae.
    photographie : photographed by Eric Hunt at the Conservatory of Flowers, San Francisco.
    catégorie : sous-arbrisseau à souche plus ou moins ligneuse souvent épiphyte.
    port : touffe ramifiée, évasée, retombante.
    feuillage : persistant, épais, charnu, vert clair à vert plus soutenu brillant sur le dessus, revers plus clair et glauque, nervure médiane marqué lui donnant une légère forme de cuillère, il peut y avoir sur la tranche de la feuille un filet brun.
    Petites feuilles opposées , acuminées, ovales à lancéolées de 2 à 4 cm sur des tiges roussâtres.
    floraison : au Brésil à l'automne c'est à dire courant avril, sous nos climats de la fin du printemps au début de l'automne, nectarifère visitée par certaines espèces de papillons, par les colibris appelés en brésilien beija-flor et les abeilles.
    Petites fleurs axillaires bombées très renflées vers la base à collerette resserrée et marge à lobes arrondis, 4 étamines aux anthères bifides et 1 style, dans un calice à 5 segments.
    couleur : orange à jaune orangé.
    fruits : capsules coriaces à deux valves contenant des graines oblongues.
    croissance : moyen.
    hauteur : 0.25 à 0.50m en tous sens avoisine 0.90m sous climat approprié.
    multiplication : par division des touffes , bouturage au printemps de tiges terminales ou par marcottage au niveau des feuilles.
    Pincer les nouvelles pousses pour favoriser la ramification.
    substrat : mélange fibreux composé de 4 parts d'un bon terreau de feuilles riche en humus, 2 parts de tourbe et 1 part de sable de rivière ou vermiculite.
    rempotage : du printemps au début de l'été, si la motte racinaire occupe toute la potée. Il lui faut un pot peu profond assez étroit que l'on ne change pas souvent, son étroitesse favorisera sa longue floraison.
    emplacement : mi-ombre lumineuse.
    zone : 10 - 12, gélive sous nos climats, tolérance minima 5°C.
    origine : en zone tropicale dans les forêts du Brésil dans l'état de Rio de Janeiro et dans les états le long de la côte atlantique poussant sur la végétation ou avec la végétation des fissures des rochers.
    entretien : Le Nematanthe possède un tapis racinaire de surface assez fibreux donc attention à son desséchement. Surveiller le degré d'humidité du substrat qui doit être assez fibreux (pour retenir l'humidité en période de croissance), le mieux et de poser la potée sur un lit de gravier toujours maintenu humide.
    Pour favoriser cette longue floraison de mars à septembre (période de croissance) effectuer toutes les 2 à 3 semaines un apport d'engrais pour plante à fleurs, riche en anhydride phosphorique en prenant soin d'immerger auparavant la potée dans une eau non calcaire à température ambiante, puis rajouter quelques minutes après l'engrais en prenant soin de bien le diluer, sans forcer sur le dosage. Laisser sécher le substrat entre deux arrosages et le réduire durant la période hivernale.
    Supprimer les fleurs fanées au fur et à mesure, et à la fin de l'hiver rabattre les tiges plus longues, une taille régulière est essentielle pour conserver une plante compacte et touffue.
    Christine Reymond ©
    maladies et ravageurs : une excès d'humidité et une mauvaise aération favorise le développement du botrytis (pourriture grise). Les jeunes pousses et les fleurs peuvent subir les assauts des pucerons et devenant collantes, peut être également sujet aux cochenilles farineuses et sous serre aux aleurodes.
    Une atmosphère trop chaude et sèche, favorise l'apparition des araignées rouges, pour éviter leur venue effectuer des bassinages réguliers avec une eau non calcaire.
    NB : son nom Nematanthus vient du grec 'nema' qui signifie fil et de 'anthos qui désigne la fleur, faisant allusion au filiforme pédicelle où est suspendue la fleur.
    Les Nematanthus sont endémiques à l'Amérique du Sud, genre établi par Martius*, qui regroupe après révision en 2012 plus que 34 espèces de vivaces ou sous-arbrisseaux épiphytes et 2 hybrides fleurissant dans des tons variés de rouge, jaune et orange.Toutes originaires des zones tropicales humides donc qui aime les recoins des jardins humides avec forte hygrométrie, dans une exposition mi-ombre lumineuse, ailleurs à traiter comme une plante d'intérieur ou plante de serre froide, minima 10 à 15°C en hiver, cultivée dans une suspension, sur un tronc, dans un creux de rocher.
    En français le genre est nommé Nematanthe dans les Annales de flore et de pomone : ou journal des jardins et des champ par Camuzet édition 1844-1845, introduit vers 1839 dans la serre aux orchidées au Jardin du Roy par A.D.Brongniart qui reçoit un spécimen de Namatanthus guillemini Brongn., Nematanthe de Guillemin qui arbore sa première floraison écarlate en août 1841 qui a été découvert au Brésil par le botaniste Antoine Guillemin*, et de là diffusé vers l'Angleterre, fait relaté par Jacquin Ainé page 83 consultable en ligne, en 2019 ce nom n'est toujours pas résolu.
    Son ancien nom Hyporcyrta vient du grec 'hypo'qui signifie sous et de 'cyrto' qui signifie gonflé, faisant référence à ses fleurs, le genre après révision est composé d'une quarantaine d'espèces, figurant dans la flore brésilienne, mais l'espèce gregarius grégaire n'existe pas dans ce dernier.
    Son nom spécifique radicans vient du latin 'radix, radicis' qui signifie racine, émettant des racines sur les tiges. Toujours en latin le verbe radicare signifie s'enraciner, et radicans en est le participe présent, faisant référence au fait que les tiges prennent racines facilement.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Nematanthus gregarius 'Dibley's Gold', au feuillage au limbe panaché de crème, fleurs couleur grenade à corolle ourlée d'un liseré pourpre.
    - Nematanthus gregarius 'Golden West', au feuillage panaché de crème sur le pourtour des feuilles.
    - Nematanthus 'Après', aux fleurs renflées d'un rouge corail dans un calice d'un vert chartreux, feuilles obovales maculées à la base de pourpre sur le revers.
    - Nematanthus 'Castanet', aux fleurs étroites et fines d'un rouge orangé, avec sur le bord de la corolle un liseré jaune, revers du feuillage maculé le long des nervures de rouge bordeaux.
    - Nematanthus 'Christmas Holly' au feuillage vert lavé et cerné de pourpre, calice vert et rouge foncé vers la marge, fleur fort renflée d'un beau rouge vermillon corolle festonnée de pourpre, voir photos.
    - Nematanthus 'Freckles', aux fleurs d'un jaune orangé plus foncé vers la base renflée et lavée de rouge orangé.
    - Nematanthus 'Tropicana', aux fleurs d'un jaune foncé maculé de taches et lignes d'un rouge bordeaux, dans un calice bordeaux lavé d'orangé.
    Quelques autres espèces :
    - Nematanthus tessmannii (Hoehne) Chautems, un seul synonyme Hypocyrta tessmannii Hoehne, Nematanthe de Tessmann*, une épiphyte à tiges ligneuses de 60 à 90 cm de long, photo 2 prise dans les serres du jardin botanique de Genève.
    - Nematanthus wettsteinii (Fritsch) H.E. Moore, synonymes retenus Hypocyrta dusenii Malme, Hypocyrta wettsteinii Fritsch, nommée'Goldfish plant, Candy corn plant', floraison renflée jaune orangé lavé de rouge dans un calice d'un vert acide. photo 3 mars 2017, Kula Botanical Garden, Maui, Hawaii.

    Annotations :
    botanistes-voyageurs relaté dans "La fabuleuse odyssée des plantes : Les botanistes voyageurs, les Jardins des plantes, les Herbiers" par Lucile Allorge & Olivier Ikor, octobre 2003 aux éditions Jean-Claude Lattès, 17, rue Jacob - 75006 Paris, toujours édité.
    *D.L. Denham, abréviation botanique pour le botaniste-taxonomiste américain Dale Lee Denham (1922-1997).
    Forest & Kim Starr ©
    *Guillemin, Jean Baptiste Antoine Guillemin ( 1796 -1842) est un pharmacien français qui consacre sa courte vie à l'étude des sciences naturelles et de la botanique, vocation enclenchée par sa rencontre avec De Candolle dont il sera l'élève.
    A partir de 1827, il travaille comme aide naturaliste au Muséum d'histoire naturelle de Paris tout en s'occupant des riches collections botaniques de Musée de Benjamin Delessert ( 1773 -1847) , auteur de Considérations sur l'hybridité des plantes en général et Recherches microscopiques sur le Pollen.
    « En juillet 1838 Guillemin fut chargé par le ministère du commerce et de l’agriculture, d’aller étudier au Brésil les cultures et la préparation du thé, et d’en rapporter des plants que le gouvernement voulait essayer de naturaliser en France. Il parti de Paris le 10 août 1838 pour se rendre au Brésil, immédiatement après avoir été reçu pharmacien à l’école de pharmacie de Paris. Arrivée à Rio de Janeiro, il s’acquitte de sa mission avec tout le soin dont il était capable, et en un an après il ramenait en France 18 caisses renfermant 1500 pieds de thé qui avaient survécus aux 3000 plantes qu’il s’était procurés dans le pays, et aux graines mûres qu’il avait fait semer dans leur intervalle. Il rapporte, en même temps, un grand nombre d’échantillons de bois précieux pour les teintures et l’ébénisterie , une foule de substances employées dans la droguerie, et dont la détermination exacte manquait au commerce. C’est à la suite de cette mission, dont il rendit compte en détail au ministre, dans le rapport qui lui adressa à son retour, qu’il reçut la décoration de la Légion d’honneur, récompense due autant à l’intelligence et au zèle qu’il avait déployé dans cette circonstance. »
    Notice sur la vie et les travaux d’Antoine Guillemin, aide naturaliste au Muséum d’histoire naturelle de Paris, membre de la société philomatique, .., page 287 à 293 par A. Lasègue dans Annales des sciences naturelles comprenant la zoologie, la botanique, l’anatomie et la physiologie comparée des deux règnes, et l’histoire des corps organisé fossile rédigé pour la botanique par MM. Brongniart et Guillemin, tome 17 édité à Paris en 1842, consultable en ligne.
    Pour rapporter ces plantes vivantes, il utilise la technique initiée avec succès par Nathaniel Wallich tout en testant un nouveau procédé, imaginé par un londonien M.Ward et d’autres proposées par des botanistes-voyageurs*, son rapport sur sa mission au Brésil ayant pour objet principal des recherches sur les cultures et la préparation du thé, et le transport de cet arbuste en France., 38 pages éditées à Paris en 1839, téléchargeable en ligne à la bnf-Gallica ou consultable dans les livres en ligne avec 'En juillet 1838 Guillemin'
    *Martius, Carl Friedrich Philipp von Martius dans Nova genera et species plantarum brasiliensium, vol III, p 46, 1829.
    *C.Presl, abréviation botanique pour le botaniste praguois Karel (Carl) Borivoj Presl (1794-1852), courant 1817 il effectue un séjour en Sicle et en 1819 avec son frère Jan Svatopluk Presl il publie la flore de Bohême intitulée 'Flora cechica: indicatis medicinalibus, oeconomicis technologicisque plantis'.
    La Société tchèque de botanique leur dédie son journal nommé Preslia et deux genres leurs sont dédiés sous la forme Preslaea (Boraginaceae) et Preslia (Lamiaceae).
    *Rio de Janeiro climat tropicale, chaud et humide qui se découpe en deux périodes une saison relativement sèche entre mai et novembre suivie d'une saison des pluies de décembre à avril. L'été de décembre à mars 30 à 35°C, l' hiver de juin au mois d'août 15 à 18 °C, le printemps d'octobre à novembre, l'automne courant avril, mai 20 à 25 °C.
    *Tessmann l'espèce tessmannii comme 171 autres sud-américaines est dédiée au botaniste ethnologue allemand Günther Tessmann (1884-1969).
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.//-->





compteur pour site