Verbascum thapsus - Molène Bouillon-blanc
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Verbascum thapsus
    Kurt Stueber
    Nom commun : Molène Bouillon-blanc, Herbe de saint Fiacre, Cierge de Notre-Dame, Herbe à bonhomme, Blanc de mai, Bonhomme, Oreille de Saint-Cloud, Queue de Loup, Bouillon ailé, Bouillon jaune, Grand chandelier nommé par les anglophones 'Great mullein'.
    Nom latin : Verbascum thapsus L.*
    famille : Scrophulariaceae.
    catégorie : bisannuelle.
    port : rosette foliaire la 1ère année, robuste tige florifère érigée la seconde année.
    feuillage : caduc, vert grisâtre à reflets argentés, nervure médiane fortement marquée. Feuilles alternes, ovales à lancéolées, laineuses, à court pétiole.
    floraison : été, début automne (courant juin-septembre selon climat), au parfum de miel, nectarifère visitée et polliniser par les abeilles et d'autres insectes friands de son nectar sucré et collant. Fleurs hermaphrodites, éphémères à 5 pétales inégaux, 5 étamines différentes (3 courts et poilus), calice à 5 lobes, en longs épis denses et velues.
    couleur : jaune soufre, étamines à anthères d'un jaune orangé.
    fruits : capsules déhiscentes à 2 valves de forme ovoïde contenant de nombreuses graines brunes à arêtes, elles contiennent des saponines triterpéniques qui sont toxique pour les poissons, effet narcotique.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0,4m à 1,6m.
    multiplication : par semis sans le recouvrir, mélanger les graines avec un peu de sable puis semer et tasser avec la paume de la main.
    sol : pauvre, calcaire, bien drainé.
    emplacement : soleil.
    zone : 6.
    Verbascum entretien : retirer les fleurs fanées pour prolonger la floraison.
    origine : friches, talus, prairies, bords de chemins et lieux herbeux secs de l'Eurasie jusqu'à 1200 à 1500m d'altitude, introduite à l'est de Amérique du Nord.
    NB : son nom Verbascum  vient du latin 'barbascum' (barbe) faisant allusion aux étamines poilues comme le reste de la plante et son nom spécifique thapsus  vient de Thapsos qui est le nom d'un site sur la côte au nord de Syracuse (Sicile). Ce genre comprend  entre 250 et 350 espèces de bisannuelles, de vivaces et d'arbustes persistants ou semi-persistants originaires de l'Asie tempérée et de l'Europe, un grand nombre d'entre elles sont considérées comme des adventices.
    Propriétés et utilisations :
    La molène Bouillon-blanc est très mucilagineuse, a des propriétés adoucissantes et antiseptiques. On la recommande pour les maux de gorge, enrouements et toux sèches mais avant emploi veiller à bien filtrer la préparation afin d'éliminer les poils minuscules qui peuvent causer une irritation de la bouche et de la peau.
    Les fleurs réduisent les inflammations et aident à la cicatrisation. L'application d'une pommade, d'une compresse ou d'huile de graines soulage les brûlures, engelures, infections cutanées et hémorroïdes.
    Autrefois, son feuillage séché récolté avant la floraison était séché rapidement pour être fumé comme le tabac.
    La molène a sa place au jardin et au potager car elle attire la punaise de la molène Campylomma verbasci qui est très friande d'espèces de pucerons et d'acariens (tétranyque rouge). Au Canada la présence de cette punaise cause dans les vergers, des dégâts sur certains variétés de pommiers, car elle dépose ses pontes sous l'écorce et ses larves se développent sur les fleurs et les jeunes fruits.
    Verbascum chaixii'Album'
    Siro Kurita
    Autres espèces intéressantes :
    Verbascum phoeniceum  L., Molène de Phénicie,50 à 70cm de haut, au feuillage d'un vert beaucoup plus foncé à floraison printanière d'un beau violet foncé rehaussé par un bouquet d"étamines jaune d'or, aurait sa place dans les massifs, mixed-borders et les rocailles.
    Verbascum chaixii  'Album' photo ci-conte.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique officielle pour Carl von Linné auparavant Carl Linnæus (1707-1778), médecin, botaniste-naturaliste suédois, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
Jardin! L'Encyclopédie
compteur site