Lamium purpureum - Lamier pourpré
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Lamier pourpré, Lamier rouge, Lamier pourpre, Lamier fétide, Pain de Poulet, Archangélique rouge, Ortie rouge, Ortie morte*, Ortie puante, nommé par les anglophones 'Dead-Nettle Purple, Red Dead Nettle, Purple deadnettle'.
    Nom latin : Lamium purpureum  L.*, synonyme Lamium nudum  Crantz*, Lamium durandoi  Pomel, Lamium purpureum var. exannulatum  Loret & Barrandon, Lamium incisum  Willd., Lamium purpureum var. incisum  (Willd.) Pers., Lamium hybridum var. exannulatum  Loret
    famille : Lamiaceae.
    catégorie : annuelle myrmécochore et nitrophile, aux tiges glabres, carrées d'un vert pourpré dégageant une odeur légèrement poivrée certaines disent fétide. Une adventice à rhizomes traçants.
    port : touffe dressée, ramifiée.
    feuillage : caduc, pubescent, vert maculé de de pourpre à prune vers la base et le long de la marge, fortement nervuré lui donnant un aspect gaufré et rugueux. Pseudo-verticilles de feuilles, ovales à presque cordiformes, marge crénelée, en partie supérieure court pétiole teintées de pourpre, en partie base elles sont opposées pourvues d'un long pétiole.
    floraison : début du printemps à l'automne, selon climat jusqu'en décembre, comestible, nectarifère, mellifère visitée par les abeilles et de nombreux insectes pollinisateurs. Verticilles axillaires de fleurs bilabiées poilues (10-18 mm de long) à lèvre supérieure en casque, l'inférieure trilobé à lobe central plus longue, long calice poilu à 5 dents aigues, 4 étamines didynames contre la lèvre supérieure.
    couleur : rose magenta à purpurine, plus foncé vers la base, griffé de violine.
    fruits : 4 minuscules akènes grisâtres (± 2.5 mm) contenant de petites graines convexes brunes mouchetées de blanc, dispersion assurée par les fourmis qui sont attirées par l'excroissance charnue (élaïosome) et brillante à la base des akènes, contenant une huile et des substances nutritives pour le couvain.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0,10 à 0,40 m.
    sol : léger, riche bien drainé
    habitat : en peuplement denses dans les prairies, cultures (vignes, vergers), friches et décombres, bords des chemins, murs et rochers, au jardin elle est souvent considérée comme une mauvaise herbe.
    origine : toute l'Europe, sauf extrême nord (Spitzberg), en Afrique du Nord, au Proche-Orient et au Moyen-Orient. Présente en France et en Corse en zone alpine jusqu'à 1500 m d'altitude.
    zone : 4/5 - 10.
    NB : son nom Lamium  désigne le genre en grec et en latin, venant du grec 'laïmos' qui désigne le gosier, la gorge, une gueule béante faisant allusion à ses fleurs à gueules ouvertes; 'lamia' désigne une ogresse.
    Ce genre comprend environ 50 espèces d'annuelles ou de vivaces rhizomateuses, certaines ayant des propriétés médicinales et/ou d'autres sont des plantes ornementales, toutes originaires des zones tempérées de l'Afrique du Nord, de l'Asie occidentale et de l'Europe.
    Espèce voisine : Lamium hybridum  à feuilles très sciées-dentées.
    Propriétés et utilisations :
    Les fleurs et les jeunes feuilles sont consommées en salade, autrefois toutes les feuilles étaient consommées cuites et en soupe comme l'ortie, riche en fibres, tanins, fer et mucilage.
    Dans les pharmacopées traditionnelles ses fleurs et sommités florales étaient réputées pour ses propriétés astringentes, diurétiques, dépuratives, expectorantes, hémostatiques, purgatives, sudorifiques, vulnéraires et cicatrisantes. Ses feuilles fraîches ou séchées étaient broyées pour confectionner des cataplasme pour soigner les blessures, les brûlures et les plaies et prescrites en décoction (comme les autres lamiers) pour traiter les ulcères et les varices.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Lamium album  L. Lamier, Ortie blanche, consulter sa fiche.
    Lamium amplexicaule  Lamium amplexicaule, consulter sa fiche.
    Lamium galeobdolon  L, Lamier jaune, Ortie morte des bois, consulter sa fiche.
    Lamium maculatum  L., Lamier maculé, Ortie rouge, consulter sa fiche.
    Lamium maculatum  'White Nancy', consulter sa fiche.
    Lamium orvala  L. Lamier orvale, Orvale des prés, consulter sa fiche.

    Annotations
    * L. , abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    *Crantz, abréviation botanique pour le médecin obstétricien-botaniste autrichien Heinrich Johann Nepomuk von Crantz (1722-1799), on lui doit de nombreux ouvrages en médecine et sur l'hygiène et des ouvrages en botanique 'Classis cruciformium emendata cum figuris aeneis in necessarium instit. rei herbariae supplementum' (Leipzig-Kraus - 1769) flore sur la famille des Crucifères, consultable en ligne.
    *Ortie morte ainsi nommée dans les herbiers du 16e siècle à cause de la ressemblance de ses feuilles avec celle de l'ortie, mais ne possédant pas de poils urticants, nom donné aussi au lamier maculé et au lamier jaune.
    mbernard & nmauric ©2001 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

Lamium purpureum

 compteur site