Albizia lophantha  - Albizzie à crête
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Albizzie à crête, Acacia du Cap Leeuwin*, Arbre à soie, en Australie 'Cape Leeuwin Wattle, Cape wattle', en Californie 'Plume acacia, Stink bean'.
    Nom latin : Albizia lophantha  (Willd.*) Benth.*, reconnu par the Plantlist sous le nom de Paraserianthes lophantha  (Willd.) IC Nielsen.*, synonymes Acacia lophantha  Willd., Albizia distachya  JF Macbr., Acacia lophantha  Willd., Feuilleea distachya  (Vent.) Kuntze, Mimosa distachya  Vent., Mimosa elegans  Andrews, Mimosa lophantha  (Willd.) Pers., Mimosa lophantha  Vent.
    famille : Leguminosae, selon classification Fabaceae ou Mimosaceae.
    catégorie : arbre aux jeunes rameaux légèrement pubescents d'un vert lavé de pourpre.
    port : étalé
    feuillage : persistant sauf en cas de grand froid, vert clair à vert foncé, soyeux sur le revers se repliant la nuit. Grandes feuilles (15 à 20 cm de long) alternes, composées, bipennées, formées de 6 à 12 paires de pennules comprenant chacune de 20 à 24 foliolules (0,5 à 1cm) falciformes, oblongues, ciliées à nervure pubescente, pourvue d'une glande basale. Les jeunes feuilles ont des poils bruns.
    floraison : abondante en hiver, En cime, inflorescences hermaphrodites axillaires, cylindriques en forme de goupillon (6 à 8 cm). faisceaux de très longues étamines et d'anthères. nectarifère visitée par les oiseaux (colibris), les papillons et les abeilles qui se tortillent entre les étamines pour atteindre le nectar.
    couleur : blanc-jaune à jaune verdâtre, les épis de boutons floraux sont d'un vert chartreux comme le court calice.
    fruits : larges gousses déhiscentes (11 cm) contenant une dizaine de graines noires, voir photo prise courant octobre à El Granada en Californie, cliquez sur la photo pour en découvrir d'autres.
    croissance : rapide.
    hauteur : 3-8 m.
    plantation : toute l'année sous climat approprié.
    multiplication : semis à chaud (20 à 25°C) à l'automne ou au printemps après avoir fait tremper les graines dans de l'eau tiède durant 48 h, aussi par marcottage.
    sol : bien drainé, plutôt frais.
    emplacement : soleil, mi-ombre, à l'abri du vent (bois cassant).
    zone : 9 - 10, adapté aux vents et aux embruns, une fois installé tolère de longue période de sécheresse.
    origine : de l'extrême sud-ouest de l'Australie occidentale, présent en Nouvelle-Galles du Sud, Victoria et Tasmanie, intoduit et naturalisé dans de nombreux pays, comme les Açores, les îles Canaries, en Nouvelle-Zélande, sur l'Archipel indonésien, également en Afrique et en Éthiopie, pour son intérêt écologique et agro-forestier; en Californie, se reproduisant le long de la côte depuis San Diego jusqu'à San Francisco, où il commence à être considéré comme une plante envahissante.
    entretien : sans.
    NB : son nom Albizia  lui a été donné en 1772 par le botaniste Antonio Durazzini en souvenir du naturaliste florentin Filippo degli Albizzi qui découvrit l'Albizia julibrissin  lors d'une expédition à Constantinople et son nom spécifique Albizia lophantha  vient du grec 'lophis' qui désigne la crête, faisant référence à ses inflorescences.
    Le genre Paraserianthes  révisé par I.C.Nielsen ne comprend que 3 espèces.
    A réserver aux jardins au doux climat notamment ceux en bord de mer, mais il se cultive très bien dans des potées que l'on rentre l'hiver en serre tempérée.
    Paraserianthes pullenii  (Verdc.) I.C.Nielsenis, autrefois Albizia pullenii  Verdc.
    Paraserianthes toona  (Bailey) I.C.Nielsen, autrefois Albizia toona  Bailey.
    Propriétés et utilisations :
    De vie brève mais de multiplication rapide et abondante, comme les acacias, il fixer l'azote de l'air à l'aide de bactéries qui vivent dans des nodosités attachées à son système racinaire, améliorant ainsi les sols et les fixant également.
    De plus son feuillage sert de fourrage pour le bétail et son bois est utilisé comme bois de chauffage et combustible.
    Autre espèce d'Albizia présent dans l'Encyclopédie :
    Albizia julibrissin  Durazz., Arbre à soie, Acacia de Constantinople, consulter sa fiche.

    Autres espèces d'acacia présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.
    Neal Kramer © University of Berkeley

    Annotations :
    *Cap Leeuwin, c'est à l'extrême sud-ouest de l'Australie occidentale où se rencontre l'océan austral et l'océan indien. Leeuwin signifie lionne en néerlandais, c'était le nom d'un navire hollandais qui y croise en 1622,aujourd'hui la région est un parc national naturaliste.
    *Willd., abréviation botanique pour le botaniste taxonomiste prussien Carl Ludwig Willdenow (1765-1812), qui fut également apothicaire et docteur en médecine. En 1798, il enseigne l'histoire naturelle et en 1801 il est nommé, directeur du Jardin botanique de Berlin-Dahlem qu'il entreprend de remettre en état. En 1810, à l'Université de Berlin, il occupe la chaire de professeur de botanique. Son herbier riche de plus de 20 000 espèces, se trouve depuis 1818 au Musée botanique de Berlin où il constitue la base de l'herbier. Il fait la connaissance en 1788 d'Alexander von Humboldt, qui lui adresse ses collectes, dont il assure l'identification; en même temps il s'intéresse à l'influence du climat sur les plantes, il y consacre d'ailleurs en 1792, un ouvrage 'Grundriss der Kräuterkunde', qui est toujours réédité. Les botanistes lui ont dédié 33 espèces de plantes et des espèces de champignons sous la forme willdenowiana et 73 sous willdenowii. On lui doit de nombreux ouvrages, dont 'Florac Berolinensis Prodomus' ( 1787) et son ouvrage de référence 'Hortus berolinensis sive Icones et descriptiones, plantarum rariorum vel minus cognitorum quae in Horto regio botanico berolinensi', première édition en 1803.
    *Benth., abréviation botanique pour le nom du botaniste britannique George Bentham (1800-1884) qui vécut en Languedoc Roussillon avant de devenir propriétaire du Domaine de Restinclières à Prades-le-Lez; il fut à l'origine de la réalisation de nombreuses flores, dont la première concernant les plantes de la région de Hongkong 'Flora Hongkongensis' (1861), et 'Flora Australiensis' ( édition en 7vol. de 1863-à 1878).
    En 1826, il fait édité à Paris, le catalogue des plantes indigènes des Pyrénées et du Bas Languedoc' collectées par son père lors de leur séjour à Montauban puis Montpellier.
    *IC Nielsen., abréviation botanique pour le botaniste-biologiste et paléonthologue danois Ivan Christian Nielsen (1946-2007), travaille spécialement sur légumineuses du sud de l'Asie, auteur entre 1980 et 1985 de plusieurs monographies sur les flores du Cambodge, Laos, Thaïlande (co-rédaction) et celle du Vietnam. Président du centre de recherche de l'Université danoise de Aarhus et membre de la Fondation Internationale pour la Science de Stockholm.
    ® par la Société des Gens de Lettres nmauric©12/12/00 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site