Pachira aquatica - Pachirier, Noix de Malabar
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Zoya Akulova © U. of California, Berkeley
    Nom commun : Pachirier aquatique, Pachirie aquatique, Châtaignier de la Guyane, Noix de Malabar, Noisetier de Cayenne (Polynésie française), Noisetier de la Guyane, Cacaoyer-rivière, Arbre à monnaie nommé par les anglophones 'Malabar Chestnut, French peanut, Guiana chestnut, Provision tree, Money tree, Shaving Bush TreeSaba nut, Wild cocoa', en espagnol 'Pachira acuática, Malparia pachira, Ceibo de agua, Zapote de agua, Apompo, Castaño de agua (Mexique), Castaño de Guinea, Castaño de la Guayana, Zapotón, Zapotolongo', en portugais 'Castanheiro de Maranhão, Castanheiro de Guiana, Mamorana', en allemand 'Wilder Kakaobaum, Glückskastanie', en chinois Fäcài shù (Arbre riche) d'où son nom de Money tree.
    Nom latin : Pachira aquatica  Aubl.*, synonyme Bombax aquaticum  (Aubl.) Schum., Bombax aquaticum  (Aubl.), Bombax macrocarpum  (Schltdl. & Cham.) K.Schum., Bombax rigidifolium  Ducke, Carolinea grandiflora  (Tussac) Spach, Carolinea macrocarpa  Schltdl. & Cham., Carolinea princeps  L.f., Pachira aquatica var. occidentalis  Cuatrec., Pachira aquatica var. surinamensis  Decne. , Pachira grandiflora  Tussac, Pachira macrocarpa  (Schltdl. & Cham.) Walp., Pachira pustulifera  Pittier, Pachira spruceana  Decne., Pachira villosula  Pittier, Pachira villulosa  Pittier, Sophia carolina  L., est illégitime Pachira longifolia  Hook.
    famille : Malvaceae, sous-famille des Bombacoideae.
    catégorie : arbre qui dans son milieu naturel, en zone inondée il possède des racines aériennes en partie basse.
    Sur les jeunes sujets l'écorce est lisse et verte maculé de beige, virant avec le temps au gris vert puis gris foncée se fissurant longitudinalement.
    port : dressé, compact, évasé et arrondi.
    feuillage : persistant coriace vert franc brillant sur le dessus à marge ondulée, nervures plus claires fortement marquées donnant un aspect gaufré. Grandes feuilles alternes (28 à 30cm x 5 à 10cm) coriaces, brillantes, palmées à 5 à 7 folioles ovales- elliptiques à oblongues au bout d'un long pétiole tomenteux de 10 à 15 cm.
    floraison : très parfumée toute au long de l'année, mais éphémère, nectarifère et pollinifère visitée par les abeilles, les papillons nocturnes, les sphinx, les chauves-souris et certaines espèces d'oiseaux.
    Grandes fleurs solitaires ( 20 à ;30 cm) hermaphrodites à calice vert, nombreux pétales longs, étroits, recourbés, étamines, proéminentes et soyeuses rouges et jaunes, pistils légèrement rosés.
    couleur : blanc crème, blanc verdâtre ou jaune orangé en fin de floraison et rouge en partie haute.
    fruits : capsules déhiscentes à 5 valves brunes ligneuses (cabosses) de 30 x 15 cm contenant des fibres soyeuses et de 15 à 25 graines oléagineuses, arrondies, comestibles, appelées localement noisettes elles portent des stries blanches qui sont la marque des soies, voir bas de page et sur Flickr.
    La fructification dans leur pays d'origine à lieu de février à août.
    croissance : rapide.
    hauteur : 13 m à 20 m, dans son milieu naturel.
    multiplication : par semis à chaud à 25°C, compter pour la levée entre 10 à 15 jours, puis patienter au moins 5 ans pour découvrir la première fructification, par bouture à talon à la fin de l'été ou bouture de tête dans de l'eau ou de la terre, par marcottage et par greffage.
    sol : riche, frais mais plutôt sec en hiver, acide ou neutre.
    Zoya Akulova © U. of California, Berkeley
    emplacement : bien lumineux mais sans recevoir directement les rayons du soleil et de préférence à l'abri des courants d'air et loin des sources de chaleur en hiver.
    zone : 10-12 minima entre 12 et 15°C, il ne supporte pas les basses températures en dessous de 0°C son feuillage dépéri.
    origine : depuis le bord de mer, les estuaires des cours d'eau jusqu'à 1300m en zone tropicale marécageuse du sud du Mexique, de l'Amérique centrale dont le Costa Rica, et de l'Amérique du sud, au nord du Pérou, Équateur, Guyane française et nord du Brésil à l'ouest de l'Amazonie, introduit et naturalisé en Polynésie française dont Tahiti vers 1925 et dans les petites Antilles notamment en Martinique et dans de nombreux pays de l'Asie du sud-est, consulter la carte de l'Amérique du sud.
    culture en pot : il se cultive comme une plante d'intérieur que l'on peut sortir en été à l'ombre et il est cultivé également sous forme de bonzaï.
    Prévoir un mélange de bonne terre de jardin, terreau de feuilles, terre de bruyère ou tourbe blond avec un peu de sable grossier.
    entretien : arroser modérément en laissant sècher le substrat entre deux arrosages, placer le pot dans un dessous de pot qui contient des billes d'argiles toujoutrs maintenu humide, effectuer durant la période de croissance de mars à septembre un apport d'engrais organique. En dessous de 18 ° C, réduire les arrosages.
    maladies et ravageurs : peut être sujet aux aleurodes, aux cochenilles et une atmosphère trop sèche favorise les araignées rouges.
    NB : son nom Pachira vient d'un mot en créole guyanais qui se prononce pakira, ce serait le nom donné au pécari à coller Pecari tajacu, un mammifère qui est un grand amateur de ses noisettes et son noms spécifique aquatica aquatique pour nous préciser son habitat naturel, faisant aussi référence à son bois tendre et spongieux qui lui permet de stocker de l'eau.
    En Asie notamment en Chine il est le symbole traditionnel de la chance et de la bonne fortune, il fait partie des plantes que l'on offre pour porter chance au destinataire.
    Ce genre comprenait 87 noms d'espèces connus, après révision en 2012, ont été retenus 45 espèces et 20 synonymes, des espèces d'arbres caducs ou persistants tous originaires de l'Amérique tropicale.
    C'est dans les années 1980 que nous l'avons vu apparaître chez les pépiniéristes avec son tronc tressé (3 ou 5 troncs) et sous forme de bonsaï tressés à 5 troncs, technique initiée par un taïwanais, en Chine il est offert pour le Nouvel An chinois paré de noeuds rouges.
    Des ingénieurs agricoles taïwanais le découvrent en 1964 dans le sud du Mexique, ils décident de l'introduire à Taïwan comme arbre fruitier mais sa prolifération fait qu'un jour un taïwanais à l'idée de tresser 5 tiges de jeuns plants ensemble.
    b>Propriétés et utilisations :
    Son bois tendre de couleur blanche est utilisé pour la confection de cartons et avec son écorce on obtient une filasse propre à la confection de filets de pêche et cordages pour la batellerie.
    Le pachirier a des propriétés médicinales, utilisée dans les pharmacopées traditionnelles dans le traitement du diabète, dans la pharmacopée asiatique , l’écorce bouillie est recommandée pour traiter les maux de tête et les maux d’estomac, en tisane elle est purificatrice et bénéfique pour l'hypertension artérielle, l'enveloppe verte des cabosses est réputée pour traiter les problèmes hépatiques.
    Zoya Akulova © U. of California, Berkeley
    Les jeunes feuilles et les fleurs sont comestibles, elles sont consommées cuites comme légume d'accompagnement. Les graines striées sont consommées fraîches, crues ou bouillies, grillées, rôties, ou réduites en farine pour confectionner du pain, de la viennoiserie et des gâteaux, crues le goût serait proche de celui des cacahuètes, cuites de celui des châtaignes. On en est extrait aussi une huile incolore qui est comestible. Localement elles sont torréfiés pour être utilisées comme un substitut au cacao et au café pour confectionner des boissons chaudes.
    Quelques autres espèces :
    - Pachira insignis Sw. ex.Sav., synonyme Bombax glabra, Bombax ellipticum, Carolinea insignis Swartz, le Cacao sauvage, originaire des Antilles et du Venezuela.
    - Pachira patinoi  (Dugand & Robyns), un seul synonyme retenu Bombacopsis patinoi Dugand & A.Robyns, originaire de Colombie, fleurs rouge et jaune, grosse noix d'un brun foncé en forme de cabosse de cacaoyer.
    - Pachira quinata  (Jacq.) W.S. Alverson , synonyme Bombacopsis quinatum  (Jacq.) Dugand, originaire d'Amérique centrale au Costa Rica, Panama, Honduras, ouest du Nicaragua, côte atlantique du Venezuela et Colombie en zone sèche.
    Son bois rouge sombre est commercialisé sous le nom de "pochote, saqui-saqui". Le tronc et les branches sont pourvues d'épines acérées comme le fromager (kapokier). Fleurs blanc ou blanc rosâtre aux étamines crème, zones 10-12.
    - Pachira yapacanae  Steyerm ex W.S. Alverson, originaire du Venezuela, le long de l'Amazone et de l'Orénoque.
    - Pachira fendleri Seemann, synonyme Bombacopsis fendleri Pittier, le tronc et les branches sont pourvues d'épines acérées.

    Consulter la nouvelle nomenclature par José Luis Fernàndez-Alonso (1998) Pdf en espagnol.
    Dans l'abécédaire consulter la liste des autres plantes d'intérieur présentes dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    *Aubl., abréviation botanique pour le botaniste français Jean Baptiste Christian Fusée Aublet (1720-1778)., on lui doit Histoire des plantes de la Guiane Françoise, rangées suivant la méthode sexuelle, avec plusiers mémoires sur différens objets intéressans, relatifs à la culture & au commerce de la Guiane Françoise, & une notice des plantes de l'Isle-de-France. ' (il n'y a pas de fautes d'orthographes, c'est du vieux français) publiée en 1775 éd. Pierre-François Didot- Paris, 4 volumes et planches illustré.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
Jardin! L'Encyclopédie




compteur visiteur