Ruta graveolens - Rue puante, des jardins, Herbe de grâce
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    ruta graveolens
    O.Gaubert © Florenligne
    Nom commun : Rue fétide, Rue puante, Rue des jardins, Herbe de grâce, localement Rude, nommée par les anglophones 'Rue' ou 'Herb of Grace'.
    Nom latin : Ruta graveolens  L.
    famille : Rutaceae.
    catégorie : arbuste toxique ou sous arbrisseau à souche ligneuse.
    feuillage : persistant d'un vert-bleu glauque, aromatique comportant des petites glandes translucides dans les tissus foliaires. Feuilles alternes, composées de forme triangulaire à folioles trilobés.
    port : dressé, arrondi, très ramifié.
    floraison : tout au long de l'été (juin à août-septembre, selon le climat) nectarifère. En partie terminale, corymbes de petites fleurs à 5 ou 4 pétales soudés à la base et le même nombre de sépales et 8-10 étamines, la fleur du milieu est de type 5 contrairement aux autres, prendre le temps d'admirer la parfaite symétrie.
    couleur : jaune d'or ou jaune verdâtre.
    croissance : capsules à 4 ou 5 follicules soudées, contenant des graines noirâtres.
    croissance : moyenne
    hauteur : 0.8-1 m
    plantation : automne ou printemps
    multiplication : semis au printemps, bouture en été à l'étouffée ou encore prélevement de racines.
    sol : riche, drainé, même sec (mais pas difficile).
    emplacement : soleil, mi-ombre, à l'abri des vents froids.
    zone : 4 -10. Tolère sans problème -15°C, parfaitement adapté à la sécheresse
    origine : une échappée des jardins médicinaux du pourtour du bassin méditerranéen en zones arides, sud-est de l'Europe, Corse, Afrique du Nord et de Palestine.
    entretien : taille légère après la floraison pour garder un port compact en prenant soin de mettre des gants.
    NB : Son nom Ruta désigne en latin et en grec la plante 'rhyté' qui signifie sauver, prévenir ou de reô qui signifie qui coule faisant certainement référence à ses vertus emménagogues et graveolens  vient du latin 'gravis' qui signifie fort et du verbe 'olere' qui veut dire sentir, donc odeur forte et désagréable.
    Ce genre ne comprend que 8 espèces de vivaces ou sous-arbrisseaux tous originaires du pourtour du bassin méditerranéen et de l'Asie du sud-ouest.
    Idéal pour être utilisé dans les jardins secs dans les massif de vivaces ou arbustifs, comme bordure (haies basses) aussi avec les plantes aromatiques ou dans des potées.
    Propriétés et utilisations :
    Réputée depuis la nuit des temps pour ses propriétés abortive, antispasmodique, calmante, digestive, emmenagogue et antiparasitaire (vermifuge).
    On en extrait une huile essentielle toxique riche en vitamine P, elle contient de la furocoumarine, des coumarines et de la rutoside qui augmenterait le tonus veineux.
    Elle est prescrite en homéopathie et aromathéraphie pour traiter entre autres les douleurs musculaires et la fatigue occulaire.
    Les anciens l'ulisaient en usage externe pour traiter les affections occulaires.
    Attention lorsque vous la manipulez, elle contient des substances photosensibles qui au contact avec la peau peuvent provoquer des irritations et des rougeurs, de plus son ingestion peut provoquer un gonflement de la langue, accompagnée d'une forte salivation et à forte dose elle peut provoquer des accidents qui peuvent être mortels.
    Selon Pline, la plus vénéneuse d'entre elles était celle que l'on trouvait en macédoine sur les berges du fleuve Aliacmon, son suc était conservé dans des récipients en cuivre, et c'était le suc de la ciguë qui servait d'anditode aux cueilleurs de rue.
    Ruta graveolens
    A. Sergeev ©
    Autres espèces de Ruta ou de Rues présentes dans l'Encyclopédie :
    - Ruta chalepensis , Rue d'Alep, consulter sa fiche.
    - Peganum harmala  L., Pégane, Harmel, Rue de Syrie, Rue sauvage, Rue verte, Armel, consulter sa fiche.
    - Galega officinalis , Rue des chèvres, Lilas d'Espagne, consulter sa fiche.

    *Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste, médecin suédois Carl von Linné, Carl Linnæus (1707-1778) à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'.
    A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    nmauric ©28.11. 2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site