Narcissus - Jonquille, Narcisse trompette
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Narcissus
    Démons & Merveilles
    Nom commun : Jonquille, Jonquille trompette, Narcisse trompette, nommé par les anglophones 'Daffodil, Twin Sisters', en allemand 'Narzisse, Zwillingsschwestern', en espagnol 'Narciso', en italien 'Daffodil, Narciso a tromba', en portugais 'Narciso trompete, Narciso amarelo, Trompete amarelo', en russe 'Nartsiss, Truba nartsiss'.
    nommé par les anglophones 'Daffodil, Twin Sisters', en allemand 'Narzisse, Zwillingsschwestern', en espagnol 'Narciso', en italien 'Daffodil, Narciso a tromba', en portugais 'Narciso trompete, Narciso amarelo, Trompete amarelo', en russe 'Nartsiss, Truba nartsiss' .
    Nom latin : Narcissus sp. L* (1753)
    famille : Amaryllidaceae.
    catégorie : bulbeuse toxique dans son ensemble pour l'homme et les animaux.
    port : touffe érigée.
    feuillage : 'caduc', vert pruineux glauque à nervures parallèles. Longues feuilles rubanées; légèrement toxique pouvant chez certaines personnes provoquer des dermatites de contact.
    floraison : au printemps, parfumée ou non, selon la variété.
    couleur : blanc ou jaune ou orange.
    fruits : capsule triloculée contenant dans chaque partie des graines noires.
    hauteur : 0.20 à 0.40 m, pour les variétés à grandes fleurs entre 0.40 à 0.60m.
    plantation : de préférence en septembre possible jusqu'en décembre lorsqu'il ne gèle pas, à une profondeur de 10 à 15 cm selon la grosseur du bulbe en groupant les bulbes (15 à 20) avec la pointe dirigée vers le haut. Prendre le temps de bien nettoyer le matériel utilisé à cause des nématodes.
    Il est conseillé pour ceux laisser en place de les déplacer tous les 3 ou 4 ans dans un sol plus fertile.
    Les bulbes contiennent des oxalates qui peuvent provoquer des dermatites de contact allergiques et chez les professionnels qui manipulent les bulbes des dermites d'irritation mécanique et chimique, (INRS - Médecin du Travail, 2006 - Allergologie-dermatologie professionnelles, télécharger le format pdf.
    multiplication : par division des caïeux en septembre-octobre.
    sol : riche en humus, acide ou neutre ou alcalin, frais mais bien drainé, lorsqu'il est trop lourd mettre au fond des trous une bonne poignée de sable.
    culture en pot : prendre un terreau pour semis ou préparer un mélange composé de 3/4 de terreau de feuilles enrichi et 1/4 de sable et prévoir au fond du pot une couche de gravier, perlite pour le drainage.
    Arroser sans excès et durant la période de floraison, effectuer un apport d'engrais liquide pour plantes à fleurs pour favoriser la formation des bulbilles.
    emplacement : soleil, mi-ombre quelques heures dans la journée.
    utilisation  : dans les prairies et pelouses, les bordures, plates-bandes, massifs et mixed-borders, jardinières ou potées notamment à l'intérieur l'hiver et comme fleurs coupées.
    zone : 3 - 9, à l'abri des vents pour éviter que les tépales ne soient déchiquetés ou desséchés par le vent et le froid.
    entretien : couper la tige florale fanée, en laissant en place le feuillage jusqu'à ce qu'il soit complétement desséché.
    Durant la période végétative, les bulbes selon le climat sont soit laissés en place soit déterrés, nettoyés puis séchés et conservés dans un endroit sec et frais la température doit être inférieure à 17°C, à l'abri de la lumière; ils ne sont pas convoités par les rongeurs.
    maladies et ravageurs : dans le sol les bulbes peuvent subir les assauts des minuscules larves du nématode des tiges et des bulbes Ditylenchus dipsaci*, qui se traduit par une déformation des parties aériennes.
    Ainsi que les larves de la mouche ou syrphe du narcisse Merodon equestris qui vivent dans les bulbes en creusant des galeries dans les bulbes des Amaryllidacées et Liliacées; découvrir cette mouche.
    Comme la tulipe et le glaïeul peut être sujet au virus du "rattle" du tabac (Tobacco rattle virus, TRV) transmis par les nématodes.
    Les tiges peuvent être sujette vers la base à la pourriture blanche Sclerotinia sclerotiorum.
    composition florale : dans un bouquet la sève des jonquilles est néfaste aux autres fleurs, il faudrait avant de mettre le bouquet dans un vase rempli d'eau fraîche, fendre chaque tige de jonquille sur ± 2cm de long et de la passer sous une flamme pour stopper l’écoulement de sève, qui en se diluant dans l’eau, fait flétrir les autres espèces associées.
    NB : son nom Narcissus donné par Linné en 1753, désigne le genre en latin, il vient du grec 'narkissos' venant de 'narkaô'* qui signifie enivrer, assoupi, 'narhê', assoupissement, faisant allusion à son parfum qui monte à la tête et à tendance à assoupir.
    Dans la mythologie grecque, Narcisse, est un jeune éphèbe qui s'attira la colère des dieux en repoussant l'amour de la nymphe Écho. Pour le punir, Némésis, déesse de la vengeance, décida qu'il n'aimerait plus que sa propre image. Dans Les Métamorphoses d'Ovide, il est le fils du dieu-fleuve Céphise et de la nymphe Liriopé qui à sa naissance, apprit de Tirésias qu'il vivra longtemps, tant qu'il ne découvre son visage. Un jour, Narcisse découvrit dans l'eau d'une fontaine le reflet de son image, il se perdit dans sa contemplation, se laissant ainsi mourir de langueur, il se transforma en une fleur jaune à tête inclinée.
    Lire "Le Traité du Narcisse", Théorie du symbole, par André Gide, publié dans les entretiens politiques et littéraires, numéro de janvier 1891, Ebook à consulter et télécharger en format Pdf.
    Ce genre comprend après révision 118 noms d'espèces ayant 691 autres noms comme synonymes, des bulbeuses originaires des zones tempérées du globe formant le long des cours d'eau, dans les prairies et les sous-bois humides des tapis lumineux.
    Le nom de jonquille, vient de l'espagnol 'junquilo', mot issu du latin 'juncus' qui désigne le jonc pour nous rappeler que ses feuilles sont semblables à celles du jonc. Il est habituellement attribué aux narcisses trompettes c'est à dire, ceux qui ont une fleur par tige et dont la couronne (au centre) est aussi longue ou plus longue que les pétales.
    La vraie jonquille (et les hybrides correspondants) est selon les régions, soit Narcissus jonquilla qui a plusieurs petites fleurs par tige, soit Narcissus pseudonarcissus, la Jonquille des bois, le Narcisse trompette sauvage.
    - Narcissus jonquilla L., la petite Jonquille, connue des anglophones sous le nom de 'Wild jonquil' ou 'Daffodil' est une jonquille parfumée de 20 à 45 cm, à six petites fleurs jaunes à petite couronne crènelée, tépales oblongs-elliptiques, pédicelles plus ou moins courts engainés dans une grande spathe membraneuse jaune paille, répartition géographie sur sol acide au sud de l'Europe, France, est et sud du Portugal, sud et centre de l'Espagne, Estrémadure, Castille et la Manche et de l'Afrique du Nord (Algérie), floraison entre février et avril.
    Parmi les hybrides de très nombreux ont perdus le parfum des espèces d'origine et c'est bien dommage !
    La bulbeuse printanière idéale pour être utilisée dans les bordures, massifs, pelouses, rocailles ou simplement potées.
    Propriétés toxiques :
    Jonquilles et narcisses dans leur intégralité (tiges et bulbes) au goût amer, contiennent des alcaloïdes irritants et toxiques pouvant provoquer après ingestion une hypersalivation, suivie d'étourdissements, de nausées, de douleurs abdominales et de diarrhées, pouvant entraîner des convulsions. Pour les ovins et bovins la consommation de quelques bulbes peut leur être fatal.
    Des alcaloïdes toxiques (homolycorine, haemanthamine, galanthamine, oduline, masonine...) certaines espèces Narcissus pseudonarcissus  contiennent de la narciclasine, un composé ayant des propriétés d'antitumoral. Un dérivé du narciclasine, obtenu à partir des tiges de la petite jonquille Narcissus jonquilla  en 2010 à fait l’objet d’essais cliniques en oncologie dans un délai de trois à quatre ans, dans le traitement de patients atteints de cancers du cerveau, réduisant nettement la prolifération et la migration des cellules cancéreuses" ( 02-11-2010 Pr. Robert Kiss, (Université de Bruxelles).
    Attention aux enfants après cueillette, il est impératif que les mains soient lavées et qu'aucune tige ne soit portée à la bouche, l'eau où elles ont séjourné est chargée elle aussi en alcaloïdes.
    Parmi les Narcissus x , citons:
    - Narcissus x medioluteus Mill., Narcisse commun, donné pour synonyme de Narcissus biflorus  W. Curtis., nommé par les anglophones 'Primrose Peerless', 'Twin Sisters' et 'Cemetery Ladies', est issu de croisements entre Narcissus poeticus  et Narcissus tazetta, un croisement largement naturalisé dans les haies et les prairies du sud-ouest, centre et midi de la France, 30 à 60 cm de haut, à 3 à 5 feuilles linéaires vert de gris, courant mars-mai, paire de petites fleurs (de ± 3-5 cm) penchées parfumées bicolores blanche à couronne crénelée jaune, deux fleurs par spathe.
    - Narcissus x incomparabilis Mill., Jonquille incomparable.
    - Narcissus x odorus L., Jonquille odorante, présente dans le sud et midi de la France, serait issue de croisement entre Narcissus assoanus  Dufour et Narcissus pseudonarcissus  L., environ 50cm de haut, feuillage vert en gouttière, courant mars-avril, hampe florale de 2 à 4 petites fleurs parfumées de ± 3cm.
    Parmi les hybrides, citons :
    Découvrir la planche photographique.
    - Narcissus  'Carlton' à grande fleur jaune (photo).
    - Narcissus  'Ellen' à fleur crème et jaune (photo).
    - Narcissus  'Fragrant Breeze' parfumé, blanc et jaune (photo).
    - Narcissus  'Geranium' : parfumé, blanc et orange (photo).
    - Narcissus  'Goblet', blanc et jaune (photo).
    - Narcissus  'Golden Harvest' (photo du bas).
    - Narcissus  'Ice Folies': blanc et jaune (photo).
    - Narcissus 'Salome',H 0.40, blanc et rose.
    - Narcissus  'Mount Hold': (ou Hood ?) tout blanc (photo).
    - Narcissus  'Pipit' parfumé, H 0.25, jaune et crème (photo).
    - Narcissus  'Salome', blanc et orange (photo)
    Autres espèces ou cultivars présents dans l'Encyclopédie :
    - Narcissus poeticus  L., Narcisse des poètes, Herbe-de-la-Vierge, Jeannette blanche, considéré comme le vrai Narcisse d'Europe occidentale, consulter sa fiche.
    - Narcissus tazetta  L., Narcisse Tazette, Narcisse de Constantinople, consulter sa fiche.
    - Narcissus triandrus  L., synonyme de Narcissus capax  Roem. et Sch, Narcisse Larmes d'Ange, Narcisse des Glénan, consulter sa fiche.

    A découvrir :
    Le Narcisse de Mer, Pancratium illyricum  L., consulter sa fiche.
    Annotations :
    *Ditylenchus dipsaci, les bulbes des Narcissus et des Tulipa sont les hôtes privilégiés de ce nématode qui peut être également présent sur les bulbes et les cormes des Allium, Camassia, Chionodoxa, Crocus flavus, Galanthus, Galtonia candicans, Hyacinthus, Ismene, Muscari, Ornithogalum, Pushkinia, Scilla, mais aussi il s'attaque à des graminées, des légumineuses et les pommes de terre. Il est présent dans la plupart des régions tempérées du monde, notamment en France et en Europe, description, détection et protection, consulter la fiche de Ephytia.inra.fr.
    *Linné, botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Abréviation botanique : L.
    natacha mauric ©15/01/2000 ® Jardin! L'Encyclopédie
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.


compteur web gratuit sans pub