Tulipa  - Tulipe 'Aladin'
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Tulipe Aladdin ou Aladin, nommée par les anglophones 'Aladdin lily flowering tulip' ou 'Aladdin lily tulip'.
    Nom latin : Tulipa  'Aladin' ou 'Aladdin' (véritable orthographe avec deux d)
    famille : Liliaceae.
    catégorie : bulbe vivace à multiplication végétative, c'est aussi une espèce allogame.
    feuillage : caduc, vert moyen. Longues feuilles rubanées, évasées et récurvées en pointe, un peu molles.
    port : élancé, rectiligne.
    floraison : au printemps assez tardive (fin mars-avril /mai selon climat) mais assez longue. Tulipe en forme de fleur de Lis
    couleur : rouge flammé de jaune à la base, rouge marginé de jaune.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.40 à 0.50 m et plus.
    plantation : à l'automne courant octobre peut être planter jusqu'à fin novembre, entre 10 et 15cm de profondeur, compter 30 à 35 bulbes au m².
    Placez vos bulbes de préférence en haut de vos plates-bandes et rocailles, pour éviter qu'ils ne pourrissent.
    multiplication : par séparation des caieux à l'automne, ils sont souvent aptes à fleurir l'année suivante et le bulbe principal ne donnera plus grand chose.
    sol : bien drainé, compost à la plantation.
    emplacement : plein soleil.
    zone : 3 - 9, malgré sa grande taille, elle tolère assez bien le vent.
    origine : une ancienne obtention horticole datant de 1942, toujours commercialisée. Son nom fait certainement référence aux flammes sortant de la lampe d'Aladdin du conte perse 'Aladin et la lampe merveilleuse'.
    La forme particulière de cette ancienne variété de tulipe la rend très intéressante pour être utilisée dans les massifs, mixed-borders, parterres et rocailles.
    entretien : laissez jaunir un peu le feuillage avant de le couper ou retirer les bulbes courant juin et les conserver jusqu'à l'automne dans un lieu frais et sec.
    fleurs coupées excellentes, plantez quelques bulbes au potager pour confectionner sans avoir de regrets, de grands bouquets.
    NB : Aux Pays-Bas, en 1593, c'est le botaniste Carolus Clusius* qui plante pour la première fois, quelques bulbes de tulipes dans le jardin de l'Université de Leyde, les Hollandais considèrent que c'est à cette date là que débutèrent les cultures florales hollandaises, la vogue de la tulipe, le démarrage des hybridations et leurs commercialisations, la spéculation sur les bulbes et la chute des cours en 1637 (appelée tulipomanie).
    Vous pouvez découvrir au printemps, les collections (tulipes, narcisses, fritillaires, jacinthes et crocus vernus) de la Fondation Hortus Bulborum à Limmen (Nord d'Amsterdam), recueillies et cultivées dés 1924 par Pieter Boschman, regroupant plus de 4000 bulbes d'anciens et légendaires cultivars, certains remontant à l'Age d'Or (Soliman le Magnifique) de cette dernière.
    Au Finistère, L'INRA au Domaine de Kéraïber (29260 Ploudaniel ) possède un conservatoire botanique où se trouve une collection riche de près d’un millier de variétés de tulipes, la plus importante d’Europe, du point de vue de la diversité rassemblée sur un même site. en avril 2010 à l'occasion de l'année internationale de la biodiversité l'INRA a invité le public à découvrir cette collection, lors d'un week-end portes ouvertes.
    Propriétés et utilisations :
    Après cuisson, les bulbes de tulipe sont comestibles; durant la seconde guerre mondiale, les tubercules de pomme de terre étant une denrée rare, aux Pays-Bas, ils consommèrent leur production de bulbes.
    Comme toutes les autres tulipes elle contient de la tulipaline A, substance irritante qui chez certaines personnes peut provoquer des dermites de contact (urticaire), et à la long chez les professionnels qui les manipulent de l'asthme et/ou des conjonctivites.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Tulipa gesneriana  L., Tulipe de Gesner, Tulipe des fleuriste, consulter sa fiche.
    Tulipa sylvestris  L., Tulipe des bois, consulter sa fiche.

    Liste des autres espèces de bulbeuses présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *Carolus Clusius : l'autre nom de l'Arrageois Jules Charles de L'Escluse (1526-1609), qui commence par étudier le droit à Wittenburg, avant de se tourner vers l'étude de la médecine et la botanique qu'il étudiera à Montpellier sous la direction de Rondelet dont il devint le secrétaire.
    En 1557, l'éditeur Jean Loë (Anvers) publie sa traduction en français avec ses commentaires de l'herbier "Histoire des plantes"* de Rembert Dodoens (propriétés et vertus de plus de 1000 plantes) suivie d'un petit recueil sur la description d'autres végétaux exotiques, gommes et liqueurs dont il est l'auteur, une oeuvre considérée comme importante pour l'histoire de la pharmacie.
    En 1601, Clusius publie en latin "Rariorum plantarum historia", traité de botanique et de mycologie illustré de gravures et où il tente de regrouper les espèces par affinités, consultable en ligne BnF Gallica passer l'intro, démarrer page 14 / 766 (Draco) - éditeur Joannem Moretum (Antwerp).
    *"Histoire des plantes" Le titre exact "Histoire des plantes : en laquelle est contenue la description entière des herbes, c'est-à-dire leurs espèces, forme, noms, tempérament, vertus et opérations, non seulement de celles qui croissent en ce païs, mais aussi des autres estrangères qui viennent en usage de médecine" dont un exemplaire se trouve à la Bibliothèque royale de Bruxelles (fonds Van Hulthem), un exemplaire est consultable en ligne à la BnF Gallica passer l'intro en latin et les tables des matières, démarrer page 28/648.
    Michel AMIROSEr©2000 & nmauricConformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

un compteur pour votre site