Galanthus nivalis - Galanthe des neiges, Perce-neige
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    galanthus nivalis
    Kurt Stüber ©
    Nom commun : Galanthe des neiges, Galanthine des neiges, Perce-neige, Goutte de lait, Clochette d'hiver, en Anjou Violette de la chandeleur et Porillon de la Chandeleur, nommé par les anglophones 'Snowdrop, Common Snowdrop*, February fair-maids' (nom donné par le poète William Wordsworth* , 'Dewdrops' (gouttes de rosée, Eve’s tear (larme d'Eve), 'Mary’s tapers' (cierges de Marie), 'Death’s flower' (fleur de la mort)en allemand 'Schneeglöckchen', en arabe 'Zahrat allabn althaljia', en espagnol 'Campanilla de invierno, Galanto', en italien 'Bucaneve, Fiori di neve, Galantino, Lagrima bianca, Stella dell matino', en grec 'Lefkóio', en finnois 'Lumikello', en néerlandais 'Groot sneeuwklokje', en russe 'Podsnezhnik', en serbe 'Visibaba', en slovène 'Navadni mali zvoncek', en turc 'Kardelen'.
    Nom latin : Galanthus nivalis L.*, synonymes Galanthus imperati Bertol.*, Galanthus melvillei Voss*, Galanthus montanus Schur, Galanthus alexandri Porcius, Galanthus nivalis subsp. imperati (Bertol.) K.Richt. , Galanthus nivalis var. majus Ten., Galanthus nivalis var. minus Ten., Galanthus nivalis f. pictus K.Malý, Galanthus nivalis f. pleniflorus P.D.Sell, Galanthus nivalis var. scharlockii Casp., Galanthus nivalis var. spitzneri Podp., Galanthus scharlokii (Casp.) Baker, Galanthus umbricus Dammann et Chianthemum nivale (L.) Kuntze
    famille : Amaryllidaceae ; Tribu : Galantheae.
    catégorie : vivace herbacée à petit bulbe ovoïde de 1,5 à 2,5 cm à tuniques brunes, perd ses racines durant la période de repos, à la différence de la majorité des Amaryllidacées.
    port : petite touffe érigée au feuillage légèrement évasé.
    feuillage : caduc il disparait dès les premières chaleurs, d'un vert bleuté glauque. En principe une paire de feuilles étroites linéaires de 10 à 15 cm de long x 0.4 à 08cm.
    floraison : il a besoin d'une période de froid pour fleurir. C'est une des premières fleurs de l'hiver présente parfois dans les recoins abrités et ensoleillés dès la première quinzaine de janvier plus couramment de février à mars, parfois selon climat même en avril; légèrement parfum de miel ou de fleurs de pommier, pollinifère et nectarifères visitées par les abeilles et les bourdons.
    Fleur solitaire inclinée, pendante en clochette de 1 à 2 cm, centre par les 3 segments du périanthe intérieur sont obovales plus courts échancrés, bordés, veinés de vert, formant une clochette, les 3 externes obovales-oblongues légèrement évasés.
    Les boutons floraux inclinés font penser à une goutte de lait, ils sont munis à leur base d'une spathe canaliculée légèrement membraneuse.
    couleur : blanc macule en V et veinules d'un vert granny smith, pollen d'un orange clair.
    fruits : capsules globuleuses charnues contenant des graines toxiques qui sont dispersées par les fourmis car elles sont très gourmandes de ces graines riches en huile.
    Ces graines doivent être semées dès la récolte.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.15 à 0.25 m.
    plantation : dès la fin de l'été courant septembre jusqu'à la fin novembre, pour former avec le temps un tapis à l'aspect naturel irrégulièrement entre 5 et 10 cm à 8 et 10 cm de profondeur si vous comptez les laisser en place définitivement, compter environ 25 bulbes au m².
    Pour les voir fleurir dans une pelouse, choisir l'endroit où celle-ci est peu rabougrie, ainsi les bulbes n'auront pas à trop lutter contre son système.
    Avant la plantation si les bulbes viennent d'être acheter ou ont été stockés depuis trop longtemps, il est préférable de les faire tremper dans de l'eau durant quelques heures.
    Les jardiniers anglais préfèrent les plantes au printemps au vert dès qu'ils les ont achetés car les Galanthus ont la réputation de se dessècher rapidement.
    multiplication : se ressème spontanément si il n'y a pas trop de fourmis, mais la principale est la reproduction asexuée, par division des touffes en vert, c’est à dire juste après la floraison, bien avant la perte des feuilles, à replanter aussitôt (pratique exceptionnelle chez les Amaryllidacées !). Par séparation des bulbilles durant la période de dormance tous les 3 ou 4 ans.
    Et comme les jardiniers de Wisley par bouture de 2 écailles reliées à la base après avoir tranché et coupé en quartiers un bulbe en commençant par les écailles externes.
    Les placer dans un sac plastique dans un mélange de tourbe et de perlite légèrement humide, mélanger le tout, remplir le sac d'air et fermer hermétiquement, le conserver durant environ 12 semaines dans un endroit sombre à 21°C (70°F), lorsque des bulbes apparaissent à la base des écailles, les trier en enlevant les écailles en mauvaise état puis les planter individuellement dans des petits pots dans un mélange de compost.
    Dans la nature épisodiquement lors de fortes crues, les berges des ruisseaux s'effondrent et l'eau entraîne au loin les bulbes déterrés.
    carte RHS sol : limoneux, sablonneux et même argileux, faiblement acide ou neutre, peut être légèrement calcaire mais surtout riche en humus, frais et humide.
    forçage : planter 10 gros bulbes dans un pot rempli d'un mélange aéré. Maintenir le pot au froid, enterré au jardin dans du sable ou le mettre au réfrigérateur, le garder ainsi et humide durant 15 semaines pour la formation des racines. Rentrer le pot à une température douce. Floraison a lieu 2 semaines après et les replanter en pleine terre après la floraison.
    emplacement : soleil léger, mi-ombre et ombre.
    zone : 4 - 8.
    origine : dans les forêts de feuillus modérément humides, les forêts alluviales*, les prairies, vergers, haies, taillis, broussailles de l'Asie Mineure, du Proche-Orient, de la Russie, du sud de l'Europe depuis l'ouest de l'Espagne, jusqu'aux Balkans et le Caucase.
    En France présent sur une transversale allant des Pyrénées, au centre jusqu'au Nord Pas de Calais près des cours d'eau.
    Déjà présent dans les jardins au Moyen Âge, introduit en Grande-Bretagne à la fin du 16 ème siècle et il faudra près de 200 ans pour se naturaliser allégrement, aux Pays-Bas, vers 1874 pour être commercialiser dans tout le reste de l'Europe.
    entretien : attendre que le feuillage fane, jaunisse et se dessèche pour nettoyer la touffe car c'est durant cette période après la floraison qu'il constitue ses réserves pour assurer la floraison à venir, marquer l'emplacement pour ne pas détérioré par inadvertance les bulbes. Attention ces bulbes n'aiment pas trop être déterrés, ils se dessèchent rapidement; stockés trop longtemps au sec leur capacité de croissance sera altérée.
    La perce-neige a besoin d'humidité pendant sa période de croissance, donc une sécheresse hivernale et printanière demande de prévoir des arrosages.
    maladies et ravageurs : les jeunes pousses sont convoitées par les limaces, sensible à la pourriture grise botrytis et sujet aux larves de la mouche des narcisses Merodon equestris qui mangent ses bulbes.
    NB : son nom Galanthus donné en 1753, vient du grec ancien 'gala' qui désigne le lait et de 'anthos' qui désigne la fleur donc fleur de lait, et son nom spécifique nivalis signifie poussant dans ou près de la neige.
    Perce-neige est un nom masculin ou féminin invariable, donc la perce-neige comme en 1784 ou le perce-neige, peut s'écrire perce-neige ou perce-neiges, l'orthographe traditionnelle au pluriel est des perce-neige, consulter le Larousse. C'est cette spathe crochue au-dessus de la fleur qui lui leur permet de percer et traverser les couches de neige, c'est la fleur de la Chandeleur dans plusieurs pays d'Europe.
    Ce genre comprenait 67 noms d'espèces connus, après révision en 2012, seulement 21 noms ont été acceptés ayant 42 synonymes, des espèces de vivaces bulbeuses originaires de l'Europe, des Balkans et du Caucase, de Russie, de l'Asie Mineure (Mer noire) et du Proche-Orient, pourtour de la mer Caspienne dont l'Iran, des espèces populaires, introduites dans les jardins depuis des siècles car elles sont les premières à fleurir en hiver excepté 3 à 4 espèces à floraison automnale.
    Depuis 1990, elle figure dans la liste de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction CITES, l' article II s'applique.
    Ce perce-neige est parfois confondu avec la nivéole printanière Leucojum vernum qui fleuri à la même période, ont peu le différencier ainsi ses feuilles sont plus nombreuses et les macules sont présentes sur tous les tépales qui ont tous la même taille.
    Largement mises à l'honneur par les timbres-poste dans de nombreux pays, le 15 avril 2010 les Nations Unies à Genève édite un timbre de 1.00 francs suisse dans la série sur les espèces menacées d'extinction, ci-dessous.
    Et l'émission le 19 février 2014 d'un timbre et d'une carte postale de la Royal Horticultural Society, d'une aquarelle dessinée par Edward Augustus Bowles, ci-après.
    Légendes des perce-neige :
    La tradition chrétienne catholique et orthodoxe l'associe à la Chandeleur, le 2 février, jour de la purification de la bienheureuse Vierge Marie, 40 jours après la Nativité du Seigneur (Noël) et la présentation de Jésus au Temple de Jérusalem durant cette procession tout le monde porte des chandelles de cire, ou des cierges.
    Selon l'Évangile de Luc il est dit : "Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la Loi de Moïse, ils l'emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. " (Luc 2, 22) en accord avec la loi juive de cette époque.
    D'ailleurs ce jour là dans les églises italiennes, on enlève de l’autel, la statue de Marie et des perce-neige y sont déposés à sa place.
    Dans les îles britanniques ce serait des moines italiens qui l'aurait rapporté dans les jardins des abbayes et des monastères et plantés autour des édifices, à l'ère victorienne plantés en abondance dans les cimetières en souvenir des nouveau-nés qui y sont enterrés. Cette association funèbre avec la mort fait que dans la croyance populaire l'introduire dans une demeure porte malheur peut être la ressemblance de cette fleur avec un linceul, mais on peut la couper pour dire au revoir à un proche parent. Cependant, elle porte bonheur si elle est plantée dans des parterres de fleurs. D'autres croyances populaires dans 'Oxford Plant Folklore Dictionary'.
    Une légende relate une bagarre de la sorcière Hiver qui refusait de laisser la place à la belle fée Printemps qui se serait blessée au doigt qui saignait, quelques gouttes de sang tombaient sur la neige, la faisant fondre, donnant naissance à cette fleur assurant la victoire à la fée Printemps.
    En Italie, pour être heureux toute l'année il suffit après le premier janvier d'en cueillir une, la première nuit au clair de lune et un proverbe dit "un printemps sans perce-neige signifie un été sans fruits (una primavera senza bucaneve vuol dire un'estate senza frutti)".
    Une légende allemande, raconte que Dieu demande aux fleurs terrestres de donner des couleurs à la neige. Les fleurs ayant toutes refusées la perce-neige accepte avec allégresse de lui offrir sa couleur. En retour, Dieu lui accorde de fleurir avant toutes les autres fleurs.
    Dans le langage des fleurs la Galantine, la Perce-neige est l'heureux présage, le premier regard d'amour, le symbole de l'espoir de la consolation, la fleur de Marie symbole de pureté et le témoignage de la solidarité.
    Selon une autre légende, la perce-neige remonterait au jardin d'Eden. Adam et Eve chassés de ce paradis terrestre, sont emmenés dans un endroit sombre et froid où règne l'hiver, Eve lassée de cet hiver sans fin est prise de désespoir et de regrets. Un ange touché par ses remords vient vers elle, prend une poignée de flocons de neige souffle dessus et lorsqu'ils touchent le sol ils se transforment en perce-neige, à leur vue Eve reprend espoir face à ce signe avant coureur du printemps, devenant ainsi le symbole de la vie et de l'espoir. Et selon le pays pour certains, porter une perce-neige préserver la pureté des pensées.
    C'est l'emblème de l'espoir dans le célèbre manuscrit poétique français du 17 ème siècle 'La guirlande de Julie', offerte à Mademoiselle de Rambouillet, Julie-Lucine d'Angenes.
    Le Madrigal de M.Briote.
    'Sous un voile d’argent la terre ensevelie
    me produit; malgré la fraîcheur,
    la neige conserve ma vie
    et, me donnant son nom, me donne sa blancheur,
    mais celle de ton sein, nom pareille Julie,
    me fait perdre aujourd’huy le prix
    que je ne cède pas aux Lys. '
    A son sujet la poétesse et féministe anglaise Mary Robinson Darby (1757 –1800) dans son ouvrage Walsingham ou l'élève de la nature (Walsingham, or the Pupil of Nature) publié en 1797, a écrit 'The Snowdrop, winter’s timid child, awakes to life bedew’d with tears' (Le perce-neige, enfant timide de l’hiver, s’éveille à la vie baignée de larmes').
    L'ouvrage de référence pour les jardiniers anglais est Garden Variety of Galanthus, le dernier livre d'Edward Augustus Bowles* en collaboration avec le colonel Sir Frederick Stern, publié à titre posthume en 1956.
    langage des fleurs Dans l'École buissonnière, Charles Cros termine son poème par :
    "Ma pensée est un perce-neige
    qui pousse et rit malgré le froid
    sans souci d'heure ni d'endroit
    ma pensée est un perce-neige.
    Si son terrain est bien étroit
    la feuille morte le protège,
    ma pensée est un perce-neige
    qui pousse et rit malgré le froid.
    Charles Cros. Recueil : Le collier de griffes (posthume, 1908).
    Propriétés et utilisations :
    Leurs bulbes sont toxiques, consommés en grande quantité, ils peuvent provoquer des nausées, des vomissements et des diarrhées et certaines personnes peuvent développer une allergie de contact, lorsqu'ils les manipulent.
    Dans les pharmacopées traditionnelles Galanthus nivalis est réputé pour ses propriétés médicinales dû à la présence d'un alcaloïde la galanthamine, prescrit pour soulager les crampes, la fatigue musculaire et les courbatures, utilisé en homéopathie et phytothérapie comme stimulant neuromusculaire, et des études menées en 2001 ont permis de d'établir qu'elle avait la capacité de ralentir l'évolution de la maladie d'Alzheimer et de développer des médicaments.
    Dans la médecine traditionnelle russe le Galanthus woronowii est également utilisé pour le traitement des troubles des systèmes cardiovasculaire et nerveux.
    Parmi les variétés, les nombreux cultivars, citons :
    - Galanthus nivalis var. nivalis se distingue par la pointe des tépales intérieurs qui ont une tache verte ou jaune à l'extrémité.
    - Galanthus nivalis var. scharlockii toutes les tépales ont une tache verte ou jaune.
    - Galanthus nivalis 'Flore Pleno' à fleur double, il est moins élégant mais il fleurit plus longtemps.
    - Galanthus nivalis 'Maximus', une ancienne obtention aux longues tiges florales.
    Pour les galanthophiles se rendre chez Judy’s Snowdrops, certains producteurs britanniques n'expédient plus en dehors du Royaume-Uni et de l'Union Européenne.
    Espèces à floraison automnale :
    - Galanthus cilicicus Baker, synonymes retenus Galanthus glaucescens A.P. Khokhr., Galanthus nivalis subsp. cilicicus (Baker) Gottl.-Tann., Perce-neige de Cilicie, endémique aux falaises calcaires et broussailles du sud de la Turquie au sud-est du plateau anatolien dans les montagnes du Taurus, de 10 à 18cm de haut, larges feuilles d'un vert bleuté glauque, floraison blanche avec macule en forme de coeur (tête en bas) d'un vert chartreux de septembre à novembre, tolère - 20°C, zone de rusticité 6a.
    - Galanthus corcyrensis (Beck) Stern, vous le retrouvez décrit et référencé dans les catalogues mais il est maintenant donné comme synonyme de Galanthus reginae-olgae, floraison automnale, le feuillage apparaît avant la floraison.
    - Galanthus reginae-olgae subsp. vernalis par contre celui-ci fleurira à la fin de l'hiver.
    - Galanthus peshmenii A.P.Davis & C.D.Brickell, pas de synonyme retenu, décrite en 1994 bien qu'elle ai été découverte en 1973 par une botaniste grecque Elli Stamatiadou* sur l'île égéenne de Kastellorizo, aire de répartition très petite, endémique au sud-ouest de la Turquie, province d'Antalaya dans la région de Kemer et peut être dans d'autres îles de la mer Égée, de petite taille entre 10 et 12.5cm à très courte paire de feuilles arquées de 0.5 cm de large x 4 à 5 cm de haut, floraison à l'automne courant octobre décembre.
    C'est le botaniste britannique, collectionneur et horticulteur Edward Martyn Rix, le grand spécialiste des Liliacées qui l'introduit en 1974 dans les îles britanniques.
    - Galanthus panjutinii Zubov & APDavis, Perce neige de Panjutin*, une découverte récente en Transcaucasie occidentale qui est une espèce menacée en voie de disparition à cause des Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi*, figure sur la liste rouge de l'UICN en Russie et Géorgie au nord de la Colchide (Mer noire), mais elle n'est pas référencée dans the Plant list, à larges feuilles recourbées, floraison de mars à juin.
    - Galanthus reginae-olgae Orph., Perce-neige de la reine Olga, endémique à la Sicile, au nord-ouest de la Toscane et à la Calabre au sud-ouest de la péninsule balkanique, en Albanie, au nord de la Macédoine région du lac Prespa, présent au nord-ouest de la Grèce en zone limitrophe et dans l'ouest du Péloponnèse sur les versants du Mt Lapithas, se distingue par sa floraison automnale et par une feuillaison qui dans la plupart des cas à lieu après la blanche floraison à macule verte en partie centrale, 15 à 35 cm de haut, feuillage particulier vert soutenu avec une ligne médiane argentée.
    timbre Nations Unies Son nom lui a été donné par le botaniste grec Theodoros G. Orphanides qui dédie l'espèce à la reine de Grèce*.
    - Galanthus transcaucasicus endémique au sud-est de l'Azerbaïdjan dans une petite aire qui se limite aux montagnes Talysh et la limitrophe partie est de l'Iran dans le parc de Golestan, le long du littoral méridional de la mer Caspienne dans forêts mixtes hyrcaniennes, en fleur courant novembre lorsqu'il est au bord de la mer Caspienne en altitude plus tardivement vers la mi-décembre, plus à l'est en haute montagne à la mi-avril, feuilles courtes et larges environ 3,5 cm avec une bande médiane plus clair, la spathe verte est refendue au-dessus du pédoncule de la fleur, voir photo Tom par Mitchell.
    Autre espèce présente dans l'Encyclopédie :
    - Galanthus elwesii  Hook.f., Perce-neige géant, consulter sa fiche.

    Dans l'abécédaire consulter la liste des autres espèces de bulbeuses présentes dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    *forêts alluviales de l'Europe tempérée et boréale dans les sols riches en humus, le long des cours d'eau où cohabite l'Aulne glutineux Alnus glutinosa, le Frêne commun Fraxinus excelsior appelé Alno-Padion, l'aulnaie-frênaie, le Cerisier à grappe Prunus padus et les Orme blanc Ulmus laevis et l'Orme champêtre Ulmus minor.
    *Bertol., abréviation botanique pour le médecin-botaniste-naturaliste italien Antonio Bertoloni (1775-1869) qui enseigne la botanique à Bologne, on lui doit de nombreux ouvrages.
    *Bowles, jardinier, botaniste, entomologiste, écrivain et collecteur britannique Edward Augustus Bowles (1865 - 1954) l'un des grands jardiniers du 20e siècle, il est considéré par les jardiniers angalais comme le parrain des Perce-neiges et son jardin est devenu EA Bowles of Myddelton House Society, à Enfield son histoire, collections et ses oeuvres.
    *L., abréviation botanique pour le médecin, botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l ’espèce, c'est la base de la taxinomie et de la nomenclature internationale. Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica' et le récit de son Voyage en Laponie édité en 1738 (la traduction en français a été reéditée en 2002, éditions de la Différence). En 1738, il exerce la médecine durant trois ans, puis il l'enseigne durant une année à l'Université d'Uppsala, et par la suite jusqu'en 1772, il y enseigne la botanique. En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier, le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes.
    *reine de Grèce, de 1867 jusqu'en 1913 plus précisément par son mariage reine des Hellènes et princesse de Danemark par son mariage, En 1913, son époux Georges Ier de Grèce, est assassiné par un anarchiste, découvrir sa généalogie.
    *Orphanides, Theodoros G. Orphanides (1817 - 1886) professeur de botanique à l'Université nationale d'Athènes. Abréviation botanique Orph.
    *Panjutin, dédié au botaniste, naturaliste et grimpeur Platon Sergeyevich Panjutin (1889-1946), spécialiste de la flore caucasienne de la République d'Abkhazie (1992).
    Snowdrops, ce serait parce que la forme de la fleur ressemble à la boucle d'oreille portée par les femmes du 16ème siècle.
    *Sotchi, le 29 mars 2017, la Russie émet un timbre dans la série flore de Russie pour le 125e anniversaire de l'Arboretum de Sotchi, Galanthus woronowii une espèce menacée.
    *Stamatiadou, botaniste amateur grecque Elli Stamatiadou (1933 - 2015), à Athènes au musée d'histoire naturelle, elle est l'assistante conservatrice en chef des collections botaniques de 1965 à 2003, la principale contributrice à ces collections plus de 23705 spécimens de toute la Grèce, à sa retraite elle a continué à les enrichir jusqu'en 2009. Une petite espèce d'oeillet rose flashi et une petite véronique blanche, toutes 2 endémiques à la Grèce lui ont été dédiées sous la forme stamatiadae.
    *Wordsworth William Wordsworth poéte britannique (1770 - 1850 ) poéme To A Snowdrop
    Lone Flower, hemmed in with snows and white as they
    But hardier far, once more I see thee bend
    Thy forehead, as if fearful to offend,
    Like an unbidden guest. Though day by day,
    Storms, sallying from the mountain-tops, waylay
    The rising sun, and on the plains descend;
    Yet art thou welcome, welcome as a friend
    Whose zeal outruns his promise! Blue-eyed May
    Shall soon behold this border thickly set
    With bright jonquils, their odours lavishing
    On the soft west-wind and his frolic peers;
    Nor will I then thy modest grace forget,
    Chaste Snowdrop, venturous harbinger of Spring,
    And pensive monitor of fleeting years!
    - pvigneron & nmauric©29/02/00 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.



compteur pour site