Nerine masoniorum  - Nérine de Mlle Mason
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    b>Nom commun : Nérine de Mademoiselle Mason*, nommée par les anglophone Miss Mason's Nerine.
    Nom latin : Nerine masoniorum  L. Bolus.*
    famille : Amaryllidaceae, tribu Amaryllideae.
    catégorie : bulbeuse à petits bulbes de 1 cm.
    port : touffe herbacée, retombante, hampe florale à tige cylindrique.
    feuillage : quasi-pérenne, vert franc. Feuilles filiformes.
    floraison : fin de l'été, la plus précoce des nérines. Bien florifère. Ombelles de 10 petites fleurs hermaphrodites à étroits tépales ondulés, en dessous bractées membraneuses.
    couleur : rose nacré, boutons floraux plus foncés.
    fruits : petits graines vertes rondes germant aussitôt.
    croissance : rapide, pour une Amaryllidacée.
    hauteur : 0.2-0.3 m. La plus petite des nérines.
    origine : Afrique du Sud (Transkei).
    utilisation : pleine terre en région chaude. Sinon potées, où elle se multiplie bien.
    plantation : au printemps, juste sous la surface du sol en groupant les bulbes pour former une belle touffe.
    multiplication : division des touffes. Semis, dès la récolte, pour voir la floraison compter 2 à 3 ans.
    sol : plutôt drainant, mélange sablonneux.
    emplacement : soleil.
    zone : 9.
    entretien : rempotage selon la croissance.
    malades et ravageurs : peut être sujette aux cochenilles farineuses.
    NB : le nom de Nerine  donné en 1820 par William Herbert*, vient du grec Nêreïs, nom d'une des 50 Néréides (filles de Nereus), des divinités marines qui chevauchant des animaux marins portaient secours aux navires et marins naufragés, ce nom fut donné au genre à la suite du naufrage dans le courant du 17ème siècle au large de l'île de Guernesey, d'un navire japonais transportant une cargaison de bulbes de Nerine sarniensis  qui s'échouèrent sur l'île avant de s'y implanter, c'est pour cela qu'ils furent au début appelés à tort Narcissus japonicus , d'ou son nom de 'Japanese spider Lily' (Lis araignée japonais).
    masoniorum Louisa Bolus dédie cette nérine à Miss Marianne Harriet Mason (1845-1932) célèbre collecteur qui oeuvre avec ses 2 frères et son père en Afrique australe, Afrique tropicale et Afrique du Sud au Transkei (est de la province du Cap et du Natal) où en 1911, elle fait la découverte du Crocosmia masonorum , d'un fort beau orange/jaune orangé, qu'elle rapporte et fait planter au Jardin botanique de l'Université de Cambridge. Une autre Iridacée porte son nom Gladiolus masoniorum , un glaïeul jaune pâle; d'autres espèces ont été dédiées aux autres membres de sa famille.
    Autre espèce présente dans l'Encyclopédie :
    Nerine bowdenii  W. Watson, Nérine de Bowden, Lis de Jersey, Lis de Guernesey, consulter sa fiche.

    Liste des autres espèces de bulbeuses présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *L. Bolus , abréviation botanique pour la botaniste-taxonomiste sud-africaine Harriet Margaret Louisa Bolus née Kensit (1877-1970), qui se consacre au début à aider un de ses oncles à la constitution de l'herbier de la province du Cap, elle en devint le conservateur en 1903. A partir de 1925, elle consacre le reste de sa vie à l'étude des succulentes, spécialiste du genre Mesembryanthemum , elle oeuvre jusqu'en 1955 avec l'aide de 2 botanistes à sa révision et au reclassement des espèces de la famille des Mesembryanthemaceae. Deux genres lui ont été consacrés Bolusanthemum (1928) et l'autre à son nom de jeune fille Kensitia (1940), 3 espèces de succulentes se nomment bolusiae. On lui doit 'Notes on Mesembryanthemum and some allied genera' (1938) paru en 1969 dans le 'Journal of South African Botany', c'est aujourd'hui l'ouvrage de référence.
    - pvigneron & nmauric©04/09/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site