Nerine bowdenii  - Nérine de Bowden
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Nérine de Bowden, Lis de Jersey, Lis de Guernesey, Lys araignée, nommé par les anglophones 'Nerine', 'Cape flower', 'Jersey Lily', 'Spider Lily', à tort nommé 'Guernsey Lily' et plus rarement aussi à tort 'Japanese spider Lily'.
    Nom latin : Nerine bowdenii  W. Watson peut se rencontrer écrit bowdeni , donné par certains auteurs comme synonyme de Nerine sarniensis  qui lui serait de couleur rouge poussant sur l'île de Guernesey. depuis le 17ème siècle.
    famille : Amaryllidaceae, tribu Amaryllideae.
    catégorie : vivace herbacée à gros bulbe à tunique et racines charnues, pouvant être cultivée à l'intérieur en potée, faisant penser aux Agapanthus (s'affiche dans la colonne à droite).
    port : touffe dressée, évasée.
    croissance : rapide.
    feuillage : persistant ou caduc (séchant en été) vert franc, après la floraison longues feuilles rubanées jusqu'à la fin du printemps.
    floraison : avant l'apparition du feuillage longue floraison d'environ 3 semaines de l'automne à l'hiver selon climat (septembre à novembre), pour l'hémisphère sud floraison de mai à juin. Sur une hampe florale cylindrique pourvue de bractées membraneuses, ombelle de 5 à 12 fleurs hermaphrodites asymétriques à 6 étroits tépales récurvés à marge irrégulièrement ondulée, 6 longues étamines filamenteuses saillantes soudées à la base, long style à stigmates trifides, les tépales sont positionnés en partie haute.
    couleur : rose nacré pour l'espèce type, blanc, divers tons de rose, rose saumoné et rouge pour les hybrides et cultivars.
    fruits : sous les fleurs, ovaire qui a maturité forme une capsule valvée à trois loges déhiscente qui projette les graines.
    hauteur : 0.45 à 0.60m pour les hampes florales, pour la touffe étalement d'environ 0.30m.
    plantation : de la fin du printemps à l'été à environ 10cm de profondeur en regroupant les bulbes pour former une touffe dense.
    multiplication : semis de graines fraîches mais principalement par division des vieilles touffes ou prélèvement des caïeux durant le repos estival et patienter au moins deux saisons avant de le voir fleurir, ou encore mais nettement plus lent, par semis si l'on a la patiente d'attendre entre 3 et 6 ans pour pouvoir admirer sa floraison.
    sol : bien drainé, assez pauvre, sable et graviers, en pot le rempotage s'effectue tous les 5ans.
    emplacement : soleil ou mi-ombre (ombre partielle une partie de la journée en zone méridionale), pour les zones 8 choisir une situation chaude et ensoleillée par exemple au pied d'un mur au sud.
    origine : Afrique du Sud, dans la province du Cap Oriental, région de King William's Town, puis au nord-ouest de la province du Kwazulu-natal plus précisément au nord-est de chaîne du Drakensberg*.
    entretien : si nécessaire taille des tiges florales après floraison, ne plus arroser lorsque le feuillage commence à jaunir.
    zone : 8 - 11 dans les zones climatiques où l'été est bien sec (période de dormance), ailleurs à cultiver en potée dans un mélange bien drainant.
    A savoir, la nérine est sensible à la pollution atmosphérique (éthylène) ainsi qu'à la fumée du tabac.
    Elle peut être visitée par les cochenilles et l'hôte de la chenille de la Noctuelle du Pancrais Brithys crinii.
    NB : Son nom Nerine  donné en 1820 par William Herbert*, vient du grec Nêreïs, nom d'une des 50 Néréides (filles de Nereus), des divinités marines qui chevauchant des animaux marins portaient secours aux navires et marins naufragés, ce nom fut donné au genre à la suite du naufrage dans le courant du 17ème siècle au large de l'île de Guernesey, d'un navire japonais transportant une cargaison de bulbes de Nerine sarniensis  qui s'échouèrent sur l'île avant de s'y implanter, c'est pour cela qu'ils furent au début appelés à tort Narcissus japonicus  rutilo flore, d'ou son nom de 'Japanese spider Lily' (Lis araignée japonais).
    Son nom spécifique bowdenii  lui a été donné en souvenir du collecteur anglais Athelstan Hall Cornish-Bowden (1871 - 1940) qui introduisit l'espèce en Angleterre (Newton Abbot, comté du Devon) en faisant parvenir depuis le Cap, les premiers bulbes à sa mère.
    Son nom commun de 'Jersey Lily' est le surnom donné à l'illustre beauté jersiaise* Lillie Langtry née Émilie Charlotte Le Breton (1853 - 1929) qui, avant de devenir une grande actrice de théâtre, défraya la chronique victorienne en étant durant 3 ans la maîtresse officielle de l'inconstant Albert Edouard de Saxe-Cobourg Gotha (1841 - 1910), Prince de Galles, futur roi Edouard VII, à la suite de cette liaison, Lillie se réfugia sur l'île de Jersey pour donner naissance courant mars 1881 à une petite Jeanne Marie.
    L'emblème de cette île est l'Amaryllis belladonna .
    Ce genre comprend 25 à 30 espèces de vivaces bulbeuses caduques ou persistantes, toutes originaires de l'Afrique australe, majoritairement de l'Afrique du Sud certaines d'entre elles sont franchement moins rustiques.
    Idéal pour être utilisé la composition de bordures, massifs ou rocailles ou simplement en potée que l'on prendra soin d'arroser que durant la période de croissance.
    S'utilise aisément en soliflore ou bouquet, mais il est important de la mettre rapidement dans de l'eau et de couper régulièrement le bout de la tige.
    Propriétés :
    Comme toutes les Amaryllidacées, les nérines contiennent des substances toxiques pouvant provoquées des réactions cutanées ou des troubles digestives chez l'homme, toxiques pour nos animaux de compagnie cobayes et perroquets inclus.
    Parmi les cultivars et hybrides citons :
    Nerine bowdenii  'Alba' à fleurs simples d'un blanc pur.
    Nerine × stricklandi  et ex Gard., ancien hybridation courant 1894.
    Nerine × traubianthe  Moldenke, obtention de 1967.
    Autre espèce présente dans l’Encyclopédie :
    Nerine masoniorum  L. Bolus, Nérine de Mademoiselle Mason, consulter sa fiche
    Autres espèces :
    Nerine alta  W.F.Barker ou Grande nérine, originaire de la province du Cap, se distingue par des fleurs aux pétales filiformes, crépus d'un rose bonbon violacé, les boutons floraux sont plus foncé et les pédicelles sont rougeâtres.
    Nerine angustifolia  (Baker) Baker, Nérine aux feuilles étroites, se rencontre au Swaziland et au sud-est du Transvaal, de grande taille 0.60 à 1m de haut, à la floraison dans un dégradé de rose nacré, gorge rose bonbon, pétales griffé d'une ligne médiane rose bonbon, revers tirant sur le blanc nacré, pédicelles pubescents.
    Nerine appendiculata  Baker , originaire de l'est de la province du Cap et du Natal, à la floraison tardive mars à mai (ce qui correspond à la fin de l'automne.
    Nerine duparquetiana  (Baill.) Baker, donné pour synonyme de Nerine laticoma  (Ker et) T. Durand & Schinz, originaire du Botswana présent aussi en Namibie, très trapue large feuillage rubané, à la floraison d'un rose porcelaine irisé.
    Nerine filamentosa  W.F. Gotha, originaire de la province du Cap, se distingue par des pédoncules rougeâtres pubescents, hampe florale pubescente, fleurs roses aux pétales filiformes ondulées.
    Nerine filifolia  Baker, originaire du Botswana, la plus petite du genre, au feuillage persistant, petites ombelles d'un rose bonbon.
    Nerine flexuosa  Herb. se caractérise par des tépales récurvés et ondulés rose bonbon, les boutons floraux sont d'un rose violacé, sa forme 'Alba' est aussi recherché.
    Nerine frithii  L. Bolus, se rencontre à l'est de la province du Cap et au Transvaal, Zeerust (Province Nord est de l'Afrique du Sud). c'est une espèce de petite taille en voie de disparition, feuillage filiformes, petites fleurs étroites à tépales retroussés, gorge d'un rose soutenu, boutons floraux dégradé de rose plus foncé à la base, fin pédoncule rougeâtre.
    Nerine gaboronensis  , originaire de l'est de la province du Cap, du Transvaal et du sud-est du Botswana, de petite taille environ 25cm à fleurs roses dans le courant de l'automne.
    Nerine gibsonii  Douglas, découvert tardivement dans les années 50, originaire de l'est de la Province du Cap et Cap oriental en zone humide, persistant ou caduc selon le climat, de petite taille 25 à 30cm de haut, feuilles filiformes, environ 9 fleurs fleurs d'un blanc nacré, ligne médiane griffée d'un trait rose violet, légère trace sur la marge ondulée des tépales et sur le revers, boutons plus foncés, pédicelles pubescents.
    Nerine gracilis  R.A. Dyer de petite taille, petites fleurs d'un blanc nacré, gorge lavée de rose pâle, fond de gorge verdâtre, étamines blanc rosé.
    Nerine hesseoides  L. Bolus, minuscules fleurs (8) aux tépales courts blanc rosé, gorge lavée de rose violacé.
    Nerine humilis  (Jacq.) Herb., de petites taille, 5 fleurs d’un blanc légèrement rosé, un peu plus à la base et au niveau des étamines, boutons floraux roses, il existe de nombreux cv.
    Nerine huttoniae  Schönland aux larges feuilles rubannées, grosses inflorescences d'une vingtaine de fleurs rose-rouge aux tépales étroites griffés d'un eligne médiane plus foncée.
    Nerine krigei  W.F. Barker., larges tépales rose soutenu ligne médiane plus foncée, étamines gris bleuté.
    Nerine laticoma  (Ker Gawl.) T.Durand & Schinz. se rencontre au nord-est dans la province du Limpopo (autrefois nord-est du Transvaal), larges feuilles, pédoncules et boutons floraux roses, fleurs blanches aux nervures médianes d'un rose soutenu, étamines d'un rose pâle.
    Nerine laticoma ssp. sandersonii  feuilles larges, fleurs un peu plus grosses d'un rose soutenu.
    Nerine marincowitzii  Snijman, se rencontre dans le désert du Karoo (entre le Cape etJohanesburg) de petite taille, inflorescence reserrée en boule.
    Umeda © 2010
    Nerine pancratioides  Baker, donné pour synonyme de Nerine schlechteri  Baker, présente au Natal et KwaZulu-Natal, à fleurs blanches, étamines d'un blanc pur et anthères bleu gris
    Nerine platypetala  McNeil, présente dans le sud-est du Transvaal, connue des anglophones sous le nom 'Marsh Nerine', se différencie avec ses larges tépales rubanés et ondulé d'un rose très pâle.
    Nerine pudica  Hook.f., originaire de l'ouest de la Province du Cap, à larges feuilles rubanées d'un vert franc assez acide lorsqu'il est jeune, une douzaines de fleurs blanches aux tépales fins et ondulés, boutons floraux crème, anthères jaune crème, pédoncule d'un vert acide
    Nerine pusilla  Dinter, donné pour synonyme de Nerine gaberonensis  Brem. & Oberm., découvert tardivement vers 1914, présente aussi en Namibie.
    Nerine radiata  Sweet, plus connue sous le nom de Lycoris radiata  (L'Herit.) Herb, nommé Lis araignée rouge, Red spider Lily' qui est originaire d'Asie, Chine et Corée, appelé au Japon 'higanbana' à la floraison solitaire, filiforme ondulée et récurvée de la fin de l'été à l'automne d'un éclatant rouge corail aux longues étamines saillantes et retroussées, feuillage persistant en hiver d'un beau vert foncé, griffé d'une ligne médiane plus pâle, zones de rusticité 7 - 10.
    Nerine rehmannii   (Bak.) L. Bol., présente au Transvaal et au Swaziland, de petite taille, feuillage filiforme, ombelle d'une dizaine de petites fleurs blanches aux tépales ondulés marge en pointe rosée, étamines blanches , anthères vieux rose.
    Nerine sarniensis  Herb., synonymes Nerine corusca  Herb., Nerine rosea  Herb., Nérine rosée, c'est lui le véritable Lis de Guernesey, que Linné de prime abord nomma Amaryllis sarniensis* , originaire de l'ouest de la province du Cap, d'un somptueux rouge écarlate.
    Nerine undulata  Herb., synonymes de Nerine aucta  M. Roem., Nerine crispa  et, Nerine pulchella  , Nérine ondulée ou Nérine crépue, originaire de la chaîne du Drakensberg, persistant de 40 à 60cm de haut à la floraison automnale d'un délavé de rose pâle à rose lilas aux pétales fins et ondulés.
    Nerine transvaalensis  L. Bolus, Nérine du Transvaal endémique à cette province située au nord-est de l'Afrique du Sud.
    Nerine tulbaghensis  W.F. Gotha, Nérine de Tulbagh, découverte tardivement vers 1936, dans la vallée de Tulbagh, située dans la province du Cap-occidental, Afrique du Sud.

    Consulter la liste des autres espèces de vivaces bulbeuses.

    Annotations :
    *Drakensberg mot afrikaner signifiant 'montagnes du dragon' située à l'ouest de la ville de Durban (2 à 3h), au Parc du Drakensberg le site d’UKhahlamba (grottes ayant des peintures rupestres) a été classé par l'Unesco au patrimoine mondiale en novembre 2000.
    *Jersiaise native de l'île de Jersey, Lillie repose au cimetière de la paroisse Saint Sauveur dont son père fut le doyen.
    Sa correspondance a été éditée en 1999 et quelques uns de ses objets personnels sont exposés au Musée de Jersey.
    * William Herbert (1778 – 1847), comte de Carnarvon, est un pasteur gallois passionné de botanique, spécialiste des Amaryllidaceae, hybrideur de talent à qui l'on doit un ouvrage 'Amaryllidaceae; preceded by An attempt to arrange the monocotyledonous orders; and followed by a Treatise on cross-bred vegetables". Ed. J. Ridgway and sons (London 1837), à consulter en ligne à la BnF Gallica en reactualisant le lien (touche F5).
    * Sarniensis signifie originaire de Sarnia, c'est le nom latin de Guernesey.
    - nmauric©26.01.2000- ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site