Epipremnum, Scindapsus aureus - Pothos doré
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Epipremnum, Scindapsus aureus
    Nom commun : Scindapsus doré, Epipremne doré, Scindapse doré, Pothos doré, Liane du diable, nommée par les anglophones 'Devil's Ivy, Golden Pothos, Centipede Tonga*-vine'.
    Nom latin : Epipremnum aureum Bunting, anciennement nommé Scindapsus aureus Engl.*, synonymes retenus après révision, Pothos aurea Lindl. & André*, Rhaphidophora aurea (Linden ex Andre) Birdsey
    famille : Araceae.
    catégorie : arbuste, liane hémiépiphyte à tiges anguleuses et racines adventices, aériennes.
    port : rampant, grimpant ou retombant.
    feuillage : persistant, luisant, parfois translucide, d'un vert vif, irrégulièrement maculé et zébré de blanc crème ou de jaune beurre. Des feuilles cordiformes, acuminées, certaines feuilles peuvent être non panachées.
    floraison : inflorescence solitaire et rare sous nos climats, à l'aisselle d'une feuille, sur un court pédoncule, un spadice cylindrique en fore d'épi dans une spathe arrondie, comme chez les arums.
    couleur : spadice verdâtre.
    croissance : assez rapide.
    hauteur : 1 - 3 m, mais peut atteindre 18 m dans son milieu naturel.
    rempotage : courant mars-avril, tous les deux ans, dans un pot juste un peu plus grand, avec ou sans support en sphaigne de référence, pour le faire grimper, en profiter de supprimer les tiges dégarnies ou en les fixant au niveau des noeuds, dans le substrat pour qu'elles s'y enracinent.
    multiplication : au printemps, par bouturage de tiges terminales à 3 ou 4 feuilles sous un noeud, enlever l'écorce et planter, ou prendre une tige pourvue de racines aériennes aux entrenoeuds, dans un mélange sablonneux maintenu humide, l'emploi d'hormones de croissance favorisent l'enracinement, et le développement de racines peut également s'effectuer dans de l'eau.
    sol : mélange de tourbe, terreau et sable.
    emplacement : forte luminosité.
    zone : 10-11, U-K hardiness Hb1, USDA zones 9a-11b, température ambiante en hiver 15 et 20°C.
    origine : les îles Salomon.
    entretien : arroser en prenant soin de laisser sécher le substrat entre deux arrosages, effectuer un apport d'engrais tous les 15 jours durant la période de croissance, vaporiser le feuillage et le support en sphaigne avec de l'eau non calcaire. Pincer régulièrement, l'extrémité des pousses pour favoriser la ramification, ou en immergeant la potée dans une bassine d'eau additionnée d'un peu d'engrais liquide et laisser tremper une quinzaine de minutes, et de temps en temps, bassiner le feuillage ainsi que les racines adventives, pour enlever la poussière avec une eau non calcaire pour éviter les traces blanchâtres sur les feuilles.
    NB : son nom Scindapsus, en grec 'skindapsos', scindapse, c'est le nom d'une sorte de lyre assyrienne à 4 cordes en laiton, qui se joue, avec un plectre (médiator), une sorte de petite harpe, ce nom lui a été donné par le botaniste autrichien Heinrich Wilhelm Schott*, un genre renommé par les botanistes Epipremnum mot qui vient du grec 'epi' qui signifie sur et de 'premna, premnon', la premne, qui désigne une souche.
    maladies et parasites : est exempt de maladie, mais il peut être sujet aux cochenilles à bouclier (scale insects), aux thrips (thunder flies) et aux tétranyques (araignées) rouges (glasshouse red spider mite), qui tissent de fines toiles sur le revers des feuilles, se développant sous serre ou à l'intérieur, lorsque l'atmosphère est trop sèche et lorsqu'il n'y a pas une bonne ventilation.
    Ce pothos doré cultivé dans les serres du jardin botanique de Rotterdam en 1882 et dans les demeures londoniennes, a sa place dans les serres chaudes pour y grimper sur des rocailles artificielles et entrer dans la composition de mur végétal ou pour dégouliner vers le sol, le long de colonne, depuis des vasques scellées, ou dans des potées surelevées et dans des suspensions, ainsi hors de portée des enfants et des animaux domestiques.
    Son ancien genre Scindapsus comprenait 88 noms référencés, après révsion, 35 d'entre eux ont été retenus avec 50 autres comme synonymes et 2 sont toujours non résolus, il est est originaire de l'archipel malais présent en Malaisie, à Sumatra, Java, Bornéo, les Célèbes (Sulawesi), aux Philippines et en Thaïlande, présent également au Bangladesh.
    Le genre Epipremnum comprenait 43 noms d'espèces référencées, après révision seulement 15 d'entre eux ont été retenus avec 27 autres noms comme synonymes et 4 autres sont considérés comme non valides.Propriétés et utilisations :
    L'ingestion de feuilles ou portion de feuilles est hautement toxique pour les chats, induisant, selon la quantité ingérée, une forte salivation, un gonflement de la langue, des rougeurs de la muqueuse buccale, des spasmes, suivis de convulsions, pouvant entraîner une insuffisance rénale et/ou une encéphalopathie. C'est une plante d'intérieur qui ne doit pas être laissée à la portée des jeunes enfants et des animaux domestiques.
    Des études menées par la NASA dès 1980 ont démontré que certaines plantes ont des propriétés absorbantes, dépolluantes, neutralisant les divers produits se trouvant dans les matériaux (tissus, revêtements muraux, revêtements de sol, mobilier) présents dans nos intérieurs, dans les produits utilisés (peintures, solvants, colles, produits d'entretien, parfums d'ambiance), parmi ces plantes purificatrices, figurent entre autre les figurent entre autre les Syndapsus, Pothos qui ont une action absorbante sur le pentachlorophémol qui se trouve dans les produits utilisés pour le traitement des bois.
    Epipremnum aureus 'Marble Queen'
    Quelques autres plantes purificatrices : Aglaonema,  Areca,  Azalée , Callisia,  Chlorophytum comosum, , Clivia,  Cyperus,  Dieffenbachia, Dracaena,  Ficus,   Hedera,  Nephrolepis, , Philodendron, Schefflera,  Pathiphyllum.
    Contrairement aux idées reçues, les plantes produisent une quantité nettement plus important d'oxygène, qu'elles ne rejettent de gaz carbonique, donc vous pouvez même en mettre dans les chambres.
    Parmi les autres espèces et les cultivars citons :
    - Epipremnum aureus ou Scindapsus aureus 'Aureus', feuillage vert et jaune crème.
    - Epipremnum aureus , Scindapsus aureus 'N’Joy', commercialisé également sous Epipremnum aureum N’Joy', des petites feuilles de 5 à 7 cm blanc crème beurre, maculé, griffé de vert acide.
    - Epipremnum aureus , Scindapsus aureus 'Marble Queen', feuillage marbré de vert et de crème, photo ci-contre.
    - Scindapsus pictus var. argyraeus (Engl.) Engl. est considéré comme synonyme de pictus, il est nommé 'Satin Pothos', au feuillage vert, à marge bordée d'un liseré blanc et au limbe maculé de blanc argenté.
    - Scindapsus pictus Hassk., synonymes, Scindapsus argyraeusEngl., Pothos argenteus W.Bull, Scindapsus pictus var. oblongifolius Engl., originaire de l'Indonésie, présent sur les îles de Java et Bornéo, a des feuilles d'un vert olive moucheté de blanc argenté.
    - Scindapsus pinnatifidusSchott., synonymes Rhaphidophora pinnataSchott, Epipremnum mirabile Schott, jeunes feuilles entières.
    - Scindapsus siamensis Engl., originaire du Siam, aux feuilles cordiformes vertes avec des marbrures d'un blanc argenté.

    Dans l'abécédaire, consulter la liste des autres espèces grimpantes présentes dans l'Encyclopédie et celle des plantes purificatrices.

    Annotations :
    André, Édouard François André (1840-1911), jardinier, botaniste et célèbre architecte paysagiste berrichon, auteur de près de 250 projets de parcs, jardins publics et jardins privés (la roseraie de l'Haÿ-les-Roses), le jardin de la villa Massena à Nice, Sefton Parc à Liverpool, en 1867 et son parc, acquis en 1871 à La Croix-en-Touraine (Indre-et-Loire, ouvert au public en novembre 2003). Nommé à l'âge de 20 ans, jardinier principal de la Ville de Paris, il dirige les travaux de plantation du parc sur les Buttes-Chaumont, en 1892, il enseigne l’art des jardins et des serres à l'École nationale d'horticulture de Versailles.
    En mai 1876, il récolte dans la province du Cauca en Colombie, à une altitude de 1 300 m, une quarantaine d'Anthurium qu'il adresse en France par l'intermédiaire du consul de France de Tumaco.
    On lui doit l'Art des jardins, Traité de la composition de l'art des jardins' 1879 à Paris, ouvrage de référence réédité en 1983, son Tour du Monde.
    En 1895, est créé à Bourges, le jardin 'Edouard André' dans le quartier de Mazières, présentant une collection unique de pivoines, arbres et arbustes rares
    Colloque l'Esprit des jardins : entre tradition et création du 5 et 6 sept. 2008, Conseil Général d'Indre-et-Loire, Édouard André, créateur de jardins en Europe par Florence André-Olivier, historienne des jardins, à consulter en format pdf.
    *Engl., abréviation botanique pour le réputé botaniste, taxonomiste, professeur de botanique systématique prussien Heinrich Gustav Adolf Engler (1844-1930), nommé membre de l'Académie allemande des naturalistes Leopoldina en 1876, fondateur et rédacteur en chef en 1880 de la revue 'Botanische Jahrbücher'. Il est le créateur en 1889, du jardin botanique de Berlin à Dahlem, il en assure la direction jusqu'en 1910.
    *Schott., abréviation botanique pour le botaniste autrichien Heinrich Wilhelm Schott 1794-1865), qui séjourne au Brésil de 1817 jusqu'en 1821, il se spécialise alors dans l'étude des Aracées tropicales.
    En 1845, il est nommé directeur du Jardin impérial du palais de Schönbrunn à Vienne. On lui doit un superbe ouvrage illustré 'Aroideae Maximilianae, éditeur J. Peyritsch, publié en 1879, des planches sont à découvrir à l'Institut de botanique de Vienne.
    *Tonga, ce serait le véritable Tonga, qui vient de l'Epipremnum mirabile que certains nomment Pothos aureus, qui était réputé efficace pour traiter les névralgies.
    natacha mauric © 15/06/2001® Jardin! L'Encyclopédie
    nmauric© 15/06/2001 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle,la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressement interdites.




widget compteur de visites gratuit