Malva moschata - Mauve musquée
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Flore en ligne ©
    Nom commun : Mauve musquée, nommée par les anglophones 'Musk mallow'.
    Nom latin : Malva moschata  L.*, synonymes Bismalva moschata  (L.) Medik., Bismalva laciniata  Fourr., Malva moschata f. moschata , est invalide Alcea pinnatifida  Gilib.
    famille : Malvaceae.
    catégorie : vivace herbacée à racine pivotante.
    feuillage : caduc, vert franc, dégageant un parfum musqué. Feuilles palmées à 5 lobes très découpés.
    port : dressé, sur plusieurs tiges.
    floraison : du début à la fin de l'été (juin à septembre), nectarifère visitées autres par les fourmis. Fleurs axillaires en coupe ouverte( 5 à 7cm), corolle profondément échancrée, lobe souvent bilobé vers la marge, nombreuses étamines cernant un pistil à carpelles soudés, le tout enchâssé dans un calice pubescent à cinq larges lobes, en calicule trifide elliptique. Ces fleurs se referment le soir vrilléescomme les boutons floraux.
    couleur : divers tons de rose pouvant être lavé de blanc vers la base et les étamines ou blanc pur ou avec la base des pétales et les étamines roses, calice d'un vert chartreux.
    fruits : des schizocarpes poilus contenant une seule graine.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.20 à 0.80m et plus.
    plantation : au printemps ou à l'automne selon climat.
    multiplication : la division est inutile, car la mauve se ressème d'elle-même, semis au printemps ou à l'automne.
    sol : bien drainé, sec et plutôt pauvre.
    emplacement : plein soleil, sélectionner bien son emplacement car son système racinaire n'aime pas être déplacé.
    Une plante légèrement envahissante, mais elle trouve sa place dans les massifs au jardin.
    entretien : pas d'entretien particulier.
    zone : 3 - 10 parfaitement adaptée à la sécheresse, tolère aisément - 25°C.
    origine : dans les friches, prairies, lisières de champs, jardins de l'Europe (du Royaume-Uni à l'Europe centrale), France, Espagne, Portugal et Afrique du Nord.
    entretien : comme toutes les autres espèces du genre, peut être sujette à la rouille. Récolter les fleurs avant complet épanouissement puis les faire sécher rapidement à l'ombre.
    NB : son nom Malva  désigne le genre en latin, vient du grec 'malakhe' qui signifie mauve et désigne aussi l'espèce, un mot qui aurait pour origine une ancienne langue méditerranéenne et son nom spécifique moschata  vient du latin 'muschatus, grec 'moskhos' qui a une odeur de Musc, mot issu certainement du persan 'muchk'; un nom donné à de nombreuses autres espèces du règne animal et végétal.
    Ce genre comprend une trentaine d'espèces d'annuelles, de bisannuelles et de vivaces, originaires de l'Eurasie et de l'Afrique du Nord, des cultivars de couleur blanche, divers tons de rose, bleu, mauve et violet sont commercialisés pour les jardins mais attention un bon nombre d'entre eux sont stériles.
    Propriétés et utilisations :
    Comme la mauve sylvestre, elle est riche en mucilages, les pharmacopées traditionnelles l'a recommandées pour ses propriétés anti-inflammatoires, émollientes, antitussives, et laxatives si l'on en abuse.
    La décoction de feuilles et/ou de fleurs est utilisée en cataplasme pour faire mûrir les furoncles et les abcès, traiter la couperoses et les dartres, également prescrite pour faire des bains de bouche, bains des yeux, gargarismes et lavements.
    Les racines étaient données à mâchouiller aux nourrissons qui faisaient leur première dent.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Malva moschata  'Alba', Malva moschata var. alba  , à fleurs d'un blanc pur, étamines rose pâle.
    - Malva moschata  'Rosea', à fleurs d'un rose soutenu, étamines roses anthères blanches.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Malva capensis  (L.) Garcke., plus connue sous le nom Anisodontea capensis  (L.) D.M. Bates, Mauve du Cap, consulter sa fiche.
    - Malva neglecta  Wallr., Petite mauve , consulter sa fiche.
    - Malva sylvestris  L., Mauve sylvestre, Grande mauve, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'.
    A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772. En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède.
    Son herbier, le plus riche de son époque ne contenant que 7000 plantes. Il est l'auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    *Medik., abréviation botanique pour le médecin-botaniste allemand Friedrich Kasimir Medikus (1736-1808), fut directeur des jardins de Schwetzingen et de Mannheim, on lui doit de nombreux travaux sur les Apocynées, Asclépiadées et Malvacées et sur les champignons.
    Il fait paraître en 1771 'Index plantarum Horti electoralis Manhemiensis', en 1786 'Theodora speciosa ein neues Pflanzengeschlecht' BNf Gallica puis entre autre 'Philosophische Botanik mit kritischen Bemerkungen' (Botanique philosophique avec des remarques critiques) édité en allemand (1789 -Mannheim), consultable à la BNf Gallica et pour finir en 1800 un Essai sur la culture des végétaux exotiques, qui renferme, en outre, un catalogue de tous ses travaux.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site