Viola tricolor - Pensée tricolore, Fleur de la Trinité
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Viola tricolor - Pensée sauvage Nom commun : Pensée tricolore, Violette tricolore, Pensée sauvage, Petite pensée, Fleur de la Trinité, Herbe à la Trinité*, Fleur de Notre-Dame, Herbe à la clavetée, nommée par les anglophones 'Johnny jumpup, Heartsease easy, Heart's délice, Tickle-my-fancy', en japonais 'Torikoröru shikö'.
    Nom latin : Viola tricolor L.*, synonymes retenus Viola tricolor var. arvensis (Murray) DC.*, Viola tricolor var. hortensis DC., sont acceptés Viola tricolor subsp. curtisii (E.Forst.) Syme, Viola tricolor subsp. subalpina Gaudin, Viola tricolor f. tenella (Muhl.) Farw., demeurent non résolus en 2021 Viola tricolor subsp. macedonica (Boiss. & Heldr.), Viola tricolor subsp. matutina (Klokov) et Viola tricolor var. nana DC.
    famille : Violacea
    catégorie : vivace pluriannuelle, bisannuelle ou annuelle à tiges anguleuses.
    port : touffe évasée, dressée et ramifiée.
    feuillage : caduc ou persistant, vert tendre à vert foncé. Deux sortes de feuilles, les inférieures ovales-lancéolées à marge largement dentée, les supérieures stipulées plus étroites et plus courtes, irrégulièrement crénelées.
    floraison : du printemps à l'automne, de mars/mai à la fin novembre selon climat, de saveur amère et légèrement salée (salicycate de méthyle), pollinisée par le abeilles.
    Sur long pédoncule, petites fleurs (2,5cm) axillaires, solitaires, hermaphrodites à 5 pétales arrondis, dans un calice à cinq lobes effilés.
    couleur : divers tons de bleu, blanc, jaune, violet voire violet noir pour le cultivar 'Bowles Black'.
    fruits : enchâssé au fond du calice poilu, petite capsule ovoïde à 3 valves déhiscentes, chacune remplie de 3 rangées petites graines sphériques brunes et brillantes, dispersées par les fourmis après avoir été expulsées à maturité.
    récolte des graines : "la tige qui porte les capsules où sont renfermées les graines, est ordinairement tournée vers la terre, mais qu’à une certaine époque elle prend une position droite. Ce changement indique la parfaite maturité des graines; elle se reconnaît aussi à une légère pression qu’on fait subir à l'enveloppe qui doit être un peu cassante et à la teinte jaune d’or que prennent le pédoncule et le calice. C’est alors qu’il faudra en enlever le fruit avec le pédoncule coupé très-bas, et visiter chaque jour ses pensées afin de ramasser les capsules au fur et à mesure qu’elles mûriront, car si on laissait passer la maturité, les graines s’échapperaient elles mêmes des capsules et leur couleur brune donnerait beaucoup de difficultés à les retrouver sur le sol environnant" Jean-P. Barillet-Deschamps, jardinier en chef de la ville de Paris, 1869 - extrait de son ouvrage référencé ci-dessous.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.15 à 0.30 m.
    plantation : soit au printemps soit en automne avec une préférence pour ce dernier.
    multiplication : se ressème d'elle-même, sans devenir vraiment envahissante, par division des touffes ou semis à la fin de l'hiver ou au début du printemps.
    sol : humide mis surtout bien drainé modérement riche en matière organique.
    emplacement : soleil ou mi-ombre de préférence mais l'ombre est tolérée.
    entretien : pas d'entretien particulier
    zone : 3/4 - 10, U-K hardiness H=7 , USDA zones 4-8. à l'abri des vents froids et violents qui maltraitent et déssèchent les fleurs.
    origine : dans les terres incultes de l'Europe et de l'Asie en zone tempérée présente jusqu'en Sibérie.
    entretien : au jardin prendre le temps de supprimer les fleurs fanées pour favoriser la floraison. Pour une culture en pot, n'oubliez pas d'effectuer un apport d'engrais pour plantes à fleurs tous les 15 jours toujours sur substrat humide.
    maladies et ravageurs : peut être sujet à l'oïdium (powdery mildew), aux taches foliaires (pansy leaf spots) et à la rouille (rust) et subir les assauts des limaces (slugs), escargots (snails), pucerons (aphids) et à l'intérieur aux araignées rouges (red spiders) et subir les dégâts causés par les larves de la cécidomyie des violettes Dasineura odoratae (violet gall midge).
    NB : son nom Viola désigne les pensées et les violettes en latin, venant du grec 'ion' qui est le nom de toute petite fleur violet.
    Selon la mythologie grecque, Zeus le roi des Dieux, amoureux et amant d'Io, une fort belle jeune fille qu'il changea en une blanche génisse pour la protéger du courroux d'Héra, son épouse, et c'est pour nourrir Io que la viola  fut créée.
    Ce genre comprend environ 550 espèces d'annuelles, de bisannuelles, de vivaces tapissantes caduques ou persistantes ou de sous-arbrisseaux, originaires des zones tempérées de l'hémisphère nord dont une grande partie présentes aux Amériques, dans la Cordillère des Andes, au Canada (26 espèces) et aux États-Unis (125 espèces), 4 espèces au Brésil, en France seulement 19 espèces, environ 91 espèces pour l'Europe, 91 espèces en Chine dont 35 endémiques connues sous le nom de 'Jin cai ya shu', au Japon nommées 'Miyama Sumire', 17 espèces et 8 sous-espèces, en Australie 13 espèces dont 3 introduites, 1 espèce sur l'île de Norfolk (sud-est de l'Australie), en Nouvelle Zélande 3 espèces dont deux espèces endémiques.
    La plupart des hybrides et variétés horticoles sont issues de croisements entre les principales espèces Viola altaica, Viola cornuta, Viola lutea et Viola tricolor.
    viola tricolor
    Kurt Stueber©
    Ces pensées au jardin entrent dans la composition de bordures, de plate-bandes, parterres, rocailles et massifs tapissant sous le couvert de feuillus ou simplement dans des potées et des vasques pour fleurir abondamment les balcons, patios, terrasses et rebord des fenêtres.
    Propriétés et utilisations :
    La pensée dans son ensemble contient des mucilages, saponosides, du tanin, des pigments, des caroténoïdes et flavonoïdes (rutosides), de la violanine, anthocyanosides (delfinidol) les vitamines C et E, et de l'acide salycylique, du salicylate de méthyle (anti-inflammatoire).
    Récoltée à la floraison, la pensée sauvage (plante) à des propriétés anti-inflammatoire, diurétique, émolliente, antiprurigineuse et dépurative (cutané externe), expectorante et sédative et depuis la nuit des temps, les pharmacopées traditionnelles et nos grands-mères confectionnaient avec les fleurs des infusions et avec la plante entière des décoctions purifiantes, diurétiques et expectorantes, onguents et pommades pour traiter divers maladie de peau (acné, gourme, croûtes de lait, dartre, eczéma, impétigo, prurits et psoriasis), ainsi que des sirops dépuratifs et laxatifs et, prescrite en infusion et/ou cataplasmes pour traiter les affections rhumatismales, es œdèmes et prescrite aussi pour traiter l'épilepsie.
    A la Renaissance, les médecins la prescrivait en décoction pour soigner la syphilis. En phytothérapie, la pensée sauvage est réputée comme un antihistaminique.
    Autrefois les fleurs étaient utilisées pour la préparation de teintures jaunes, verts et bleu-vert.
    Les espèces de Viola présentes en France :
    - Viola alba  Besser., Violette blanche figure sur la liste des espèces menacées en France.
    - Viola arborescens  L., Violette sous-arbustive, endémique à l'Aude, les Bouches-du-Rhône et le Var est une espèce figurant depuis 1995 sur la liste rouge des espèces en voie de disparition, feuillage penné fleurs mauve pâle.
    - Viola argenteria  Violette d'Argentera.
    - Viola arvensis  Murray, Pensée des champs présente au nord et au centre de la France, se rencontre dans le Vaucluse et en Corse, pensée jaune pâle en coeur jaune vif, figure sur la liste des espèces menacées en France.
    - Viola bertolinii  Pio Violette de Bertolon, n'existe plus sur le sol français.
    - Viola biflora  Pensée à deux fleurs.
    - Viola calaminaria  (DC.) Lej, Pensée calaminaire à fleur jaune vif.
    - Viola calcarata  L., Pensée des Alpes, Pensée éperonnée, petites fleurs violettes.
    - Viola canina  Violette des chiens.
    - Viola cenisia  L., Pensée du mont Cenis, Violette du mont Cenis aux fleurs mauve soutenu.
    - Viola collina  Violette des collines.
    - Viola cornuta  Pensée cornue, Pensée à corne.
    - Viola corsica  subsp. limbarae  , endémique sarde, à fleur blanche ou mauve améthyste.
    - Viola cryana  Violette de Cry.
    - Viola diversifolia  (DC.) W. Becker, Pensée de Lapeyrouse, aux fleurs mauve à gorge jaune, les pétales supérieurs sont très larges arrondis, petites feuilles couvertes de poils blancs.
    - Viola elatior  Violette élevée.
    - Viola hirta  L., violette hérissée largement présente sur le territoire français excepté dans le sud, sud-est et la Corde, petite violette, d'un violet foncé.
    - Viola hispida  Lam. , synonyme Viola rothomagensis  Violette de Rouen, Pensée de Rouen, endémique à cette région de Haute-Normandie crayeuse, c'est une espèce protégée depuis 1982 et figure depuis 1995 sur la liste rouge des espèces en voie de disparition. Annuelle ou vivace de 5 à 15 cm de haut, floraison abondante d'avril à octobre, parfaitement adaptée à la sécheresse, fleurs violettes, pétale inférieur griffé de noir, maculé de blanc, les latéraux griffés de noir.
    Viola hymettia  Boissf & Heldr., Violette du Mont Imetto, endémique aux Pyrénes orientales, figure sur la liste des espèces menacées en France.
    - Viola jordanii  Hanry, Violette de Jordan, Violette de Provence, endémique à la région des Hautes-Alpes, Alpes de haute-Provence, Alpes-Maritimes, Vaucluse et Var, figure sur la liste des espèces menacées en France., une violette aux feuilles en fer de lance, fleurs blanches trés barbues latéralement à reflets mauve très pâle.
    - Viola kitaibeliana  Schult., Pensée de Kitaibel, Pensée naine, mauve pâle, blanche et jaunese rencontre dans le sud-est de la France dont Hérault et en Suisse.
    - Viola lactea  Sm.
    - Viola lutea  Huds, Pensée jaune des Vosges.
    - Viola mirabilis  L. Violette admirable, Violette étonnante, une calcicole aux fleurs odorantes bleu pâle lavée de blanc, présente dans le nord-est, est et sud-est dont Haute-Savoie, bassin parisien de la France.
    viola tricolor
    Kurt Stuber ©
    - Viola odorata  L.
    - Viola palustris  L., Violette des marais, à fleurs rosées griffées de pourpre présente en France excepté sur la côte atlantique de la Loire atlantique aux Landes et Provence - Côte d'Azur.
    - Viola parvula  Schult., Violette naine
    - Viola persicifolia  Schreb. dite Violette à feuilles de pêcher, Petit muguet à deux feuilles, aux fleurs d'un bleu mauve pâle, présente dans les Ardennes, Loir et Cher, Yonne et Loiret, et se rencontre encore dans 3 ou 4 stations dans les zones alluvionnaires humides en Suisse occidentale, des tentatives de reintroduction y sont en cours.
    - Viola pinnata  L, Violette à feuilles pennées, Violette pennée aux fleurs d'un bleu violet veiné de violet plus soutenu, gorge lavée de blanc, sur les deux pétales latéraux des barbes blanches, pédoncule pourpré, feuilles découpées comme celles des anémones ou géraniums, présente dans les Alpes-Maritimes - Parc national de la Vanoise (Savoie), figure sur la liste des espèces menacées en France.
    - Viola pseudomirabilis  H.J.Coste., Violette du Larzac, figure sur la liste des espèces menacées en France.
    - Viola pumila  Chaix, Violette naine de rares stations vallée de l'Aube et dans le département des Ardennes, Charente-Maritime.
    - Viola pyrenaica  Ramond ex DC, Violette des Pyrénées.
    - Viola reichenbachiana  Jord. ex. Boreau. synonymes de Viola silvatica  Fries et Viola sylvestris  Lam., Violette des bois présente dans le nord et le centre de la France au sud en Ariège et dans l'Aude, ainsi que dans le reste de l'Europe, une violette mauve pâle.
    - Viola riviniana  Rchb., Violette de Rivinius, Violette de rivin proche de Viola canina assez commune dans les bois aux fleurs violet mauve, éperon plus clair.
    - Viola rupestris  F.W.Schmidt, Violette des rochers, Violette des sables, Violette des rocailles, Violette rupestre à fleurs violettes.
    - Viola saxatilis  Schmidt, synonyme Viola tricolor subsp. subalpina  Gaudin, Pensée des rochers, Pensée subalpine se rencontre en altitude dans les pelouses et les rochers, fleurs tricolore pétales supérieurs mauve, les latéraux blanc, l'inférieur large et en avant blanc et jaune, très long éperon .
    - Viola suavis  M.Bieb., synonymes Viola alba  Besser, Viola beraudii  Boreau, Viola pontica  W.Becker, Viola sepincola  Jord., Viola wolfiana  W.Becker, Viola cyanea  CDKelak., Viola austriaca  A.Kern. & Jos.Kern., Viola tolosana  Timb.-Lagr. Viola torresii  Marcet, Viola stevenii  Fauc., Violette suave, nommée par les anglophones 'Russian violet', largement distribuée en Europe, dont la France (Alpes) et la Corse jusqu'à une altitude de 1600 m, petite violette mauve pâle à gorge blanche.
    - Viola thomasiana Song. et Perr., Violette de Thomas endémique aux Alpes.
    - Viola valderia Pensée de Valderia sud-est de la France présente en Italie dans le Piémont, petite pensée mauve.

    Ouvrage : Les pensées : histoire, culture, multiplication, emploi par Jean-Pierre Barillet-Deschamps (1824-1873) jardinier en chef de la ville de Paris, ouvrage orné de nombreuses vignettes et 25 chromolithographie exécutées d'après les spécimens de F.Lesemann, jardinier en chef à Hietzing, près Vienne, tiré à 200 exemplaires à l'Imprimerie Impériale d'Autriche, publié sous la direction de J. Rothschild, Librairie de la Société botanique de France, Paris 1869. Consulter l'ouvrage archive.org, contribution de la Lenhardt Library du Chicago Botanic Garden.

    Annotations :
    *DC., abréviation botanique pour Augustin Pyramus de Candolle (1778-1841), botaniste et docteur en médecin suisse, qui occupe en 1880 la chaire de botanique à la Faculté de Médecine de Montpellier, on lui doit une nouvelle classification des espèces expliquées dans 'La théorie élémentaire de la botanique (1813), ainsi que les 7 volumes du 'Prodomus systematis naturalis regni vegetablilis' (1824-1841) où sont décrites 60 000 espèces doublant ainsi les familles.
    Des ouvrages achevés par son frère et son petit-fils avec 80 000 plantes décrites. Auteur de 'Plantarum Succulentarum' (1799) ou l'histoire des plantes grasses et 'la Théorie élémentaire de la botanique' (1813). Il s'intéresse aux propriétés médicinales des plantes.
    En 1884, à Genève, le botaniste-taxonomiste suisse Robert Buser est nommé conservateur de l'herbier De Candolle (Herbier du Prodrome de Candolle) initié par ce dernier en 1824.
    *Herbe à la Trinité, c'est égalementle nom commun donné à l'Anémone hépatique, Hepatica nobilis.
    *L., abréviation botanique pour auparavant le médecin, botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné auparavant Carl Linnæus (1707-1778), à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    natacha mauric © 26.04 .2000 ® Jardin! L'Encyclopédie
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur de visite html