Chelone obliqua - Galane oblique, Tête de tortue
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Galane oblique, Galane oblique 'Tête de tortue', nommée aux Amériques 'Red turtlehead', 'Turtlehead', 'Purple Chelone'.
    Nom latin : Chelone obliqua  L. Illustration du bas Curtis' Botanical Magazine vol 11 (Book contributed by Missouri Botanical Garden).
    famille : Scrophulariaceae.
    catégorie : vivace à vie brève, à racine épaisse, fibreuse et pivotante et rhizomes.
    port : compact, érigé.
    feuillage : caduc, grandes paires de feuilles brillantes, vert foncé aux nervures très marquées à marge dentelée.
    floraison : de la fin de l'été et début d'automne (août-septembre) en courts épis de fleurs (2 cm) bilabiées aplaties lèvre supérieure en casque obtus, 4 étamines inégales plaquées en haut, calice à 5 lobes ovales et 3 bractées en dessous.
    couleur : beau rose pourpré. Épis de boutons floraux d'un vert acide comme les tiges.
    croissance : assez lente.
    fruits : capsules déhiscentes ovoïdes à 2 valves qui restent en place en hiver contenant de minuscules graines minuscules pourvues de petites ailes membraneuses.
    hauteur : 0,50 à 0,60 m voire plus, Ø 0,50m.
    plantation : au printemps, automne.
    multiplication : par division des touffes au printemps, par semis ou bouturage de tiges en été.
    sol : drainé, riche, humifère, humide, sa préférence va vers un sol légèrement alcalin (pH 5,1 - 7,0).
    emplacement : indifférent soleil ou mi-ombre ou ombre.
    zone : 4/5-9.
    origine : des bois humides du sud-est des États-Unis au Minesota, Iowa, Missouri, Illinois, Indiana, Michigan, Arkansas, Mississipi, Alabama, Géorgie, Floride, les 2 Caroline et le Tennessee, Kentucky, Virginie, Maryland et Massachusetts.
    entretien : attention aux limaces et escargots.
    NB : Son nom Chelone  vient du grec 'kelone' signifiant tortue, ainsi nommée parce que la fleur rappelle une tête de tortue d'ou son nom vernaculaire en anglais; Chélone fait aussi référence à Chéloné une nymphe de la mythologie grecque fut transformée par les Dieux en tortue pour avoir eu l'audace de refuser d'assisster au mariage d'Héra et de Zeus.
    Une belle plante rustique facile à vivre, à la floraison d'arrière saison, une époque où celles des autres espèces se font e rares trop peu utilisée au jardin alors qu'elle aurait sa place pour illuminer les massifs à l'ombre, les bordures ou les berges des pièces d'eau ou cours d'eau.
    Chelone obliqua var. alba  que vous trouvez commercialisé est donné à tort pour synomyme de Chelone glabra .
    Dont il existe localement 3 sous-espèces :
    - Chelone obliqua  L. var. erwiniae  Pennell & Wherry endémique à la Caroline du sud et Caroline du Nord où elle est connue sous le nom d'Erwin's red turtlehead'
    - Chelone obliqua  var. obliqua  présente extrême sud-est Floride, Mississipi, Alabama, Géorgie, les 2 Caroline, Kentucky, Tennessee, Virginie, Maryland et Massachusetts
    - Chelone obliqua  var. speciosa  Pennell & Wherry au Minesota, Iowa, Missouri, Arkansa, Illinois, Indiana, Kentucky et Michigan.
    Ce genre décrit par Tournefort en 1706 à partir le l'espèce Chelone acadiensis  (aujourd'hui Chelone glabra) rapporté par Dièreville* un chirurgien et écrivain français, lors de son voyage en Acadie, comprend six espèces de vivaces, tous originaires des Amériques en zones tempérées dont 4 aux États-Unis, un genre considéré comme proche des Penstemon  dont elles sont données pour synonyme.
    Les anciennes pharmacopée jusqu'au 18 ème siècle prescrivaient la chelone sous forme d'onguent pour traiter les infections respiratoires, elle était réputée être un tonique hépatique. Les Amérindiens utilisaient ses feuilles pour soigner la jaunisse et les inflammations des tumeurs et les écorces pour traiter les infections de la peau, les inflammations des seins, etc..
    Les autres espèces du genre :
    John Sims © vol 44 (1816-1817)
    Chelone albida  (Nutt.) Spreng. aujourd'hui connue sous le nom de Penstemon albidus  Nutt se rencontre dans les prairies du Manitoba.
    Chelone barbata  Cav., synonyme Penstemon barbatus  (Cav.) Roth. Chélone barbue, environ 1m de haut Ø 0,30 m, floraison estivale de juillet à septembre en grappe rouge.
    Chelone campanulata  Czv.Tf Galane campanulée se rencontre au Mexique.
    Chelone cuthbertii  Small Galane de Cuthbert nommée 'Cuthbert's turtlehead', originaire du sud-est des États-Unis, de Géorgie, Caroline du Sud et du Nord et Virginie, fleurs rose foncé à rose très pâle vers le calice, calice à marge pourpre, barbes blondes saillantes, découvrir photo© A.Cressler
    Chelone hirsuta  L. Galane velue
    Chelone lyonii  Pursh, nommée 'Pink turtlehead', originaire du sud-est États-Unis, environ 1m de haut, grande feuilles (15cm) vert sombre, floraison estivale d'un rose pourpré.
    Chelone obliqua var. alba  donné à tort pour synomymes de Chelone glabra  L., autrefois Chelone acadiensis  , Chelone chlorantha  Pennell & Wherry, Chelone glabra L. var. chlorantha  (Pennell & Wherry) Cooperr., Chelone glabra L. var. dilatata  Fernald & Wiegand, Chelone glabra L. var. elatior  Raf., Chelone glabra L. var. elongata  Pennell & Wherry , Chelone glabra L. var. linifolia  Coleman , Chelone glabra L. var. ochroleuca  Pennell & Wherry, Chelone glabra L. var. typica  Pennell, Chelone montana  (Raf.) Pennell & Wherry nommée 'White turtlehead', 'Snakehead' ou 'Shellflower' Galane à épi, Galane glabre, Amérique du Sud, Amérique Centrale et sud-est de l'Amérique du Nord États-Unis les mêmes états que les autres espèces, au Canada dans les provinces du Manitoba, Ontario, Quebec, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Saint-Pierre et Miquelon environ 0,90m de haut à tiges anguleuses, feuilles étroites, longues lancéolées, fleurs blanches lavées de vert barbes blanches, boutons floraux ovoïdes d'un blanc verdâtre, court calice vert clair, connue dans les pharmacopées traditionnelles elle est utilisée en phytothérapie dans le traitement desproblèmes hépatiques. Z6
    Chelone penstemon  Linn, Galane à panicule.
    Chelone pubescens  Ait. Galane pubescente.
    Chelone ruelloides  L. F Galane de Magellan.
    Chelone uvigata  Willd. Galane lévigate.

    Annotations :
    *Dièreville : Dière de Dièreville, chirurgien et écrivain pontépiscopien qui rapporta de son séjour en Arcadie, 25 nouvelle espèces qui figurent dans l’Herbier du Muséum d’Histoire naturelle à Paris. Tournefort lui dédia Diervilla  un genre d'arbustes nord-américain de la famille des Caprifoliacées, voyage relaté dans 'Relation du voyage du Port Royal de l’Acadie, ou de la Nouvelle France' (Rouen 1708).
    - Francesca Binet-Giannoni & nmauric©27/04/2001 -® par la Société des Gens de Lettres. Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites
un compteur pour votre site