Davallia canariensis - Fougère patte de lapin
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Ralph Mangelsdorff - Teline.fr
    Nom commun : Davallie des Canaries, Fougère patte de lapin, Fougère de Davall, nommée en espagnol 'Helecho canario, Helecho pata de liebre, Batatilla, Cabriña, Calaguala ou Carraguala, Cochinita, Filis de mar, Pulipuli, en portugais 'Feto-dos-carvalhos, Cabrinha' (carvalhos = chênes, feto = fetus) par les anglophones 'Hare's-foot fern, Deersfoot fern', Rabbit foot fern, Ball fern
    Nom latin : Davallia canariensis  (L.*) Sm.*, un seul synonyme retenu Trichomanes canariense  L., après révision en avril 2012 par The Plant List.
    Illustration bas de page, planche 200 dans Icones Plantarum Rariorum volum 1 édité par Nicolas Joseph von Jacquin 1781-1786, consultable en ligne à la MBG Library.
    famille : Davalliaceae (Polypodiaceae).
    catégorie : fougère épiphyte vivace aux rhizomes apparents (racines aériennes), rampants, trapus, écailleux couverts de très fins poils mordorés. Elle est présente sur les troncs des chênes sous la canopée en présence de mousse qui retient l'humidité et dans les anfractuosités des roches gréseux et siliceux en présence entre autre de selaginella.
    port : touffe évasée, retombante.
    feuillage : caduc ou semi-persistant selon climat, coriace, vert sombre. Frondes solitaires à long pétiole, de forme triangulaire, quadri-pennées à 6-10 pinnules lancéolées.
    fruits : de mars à décembre sur le revers le long des marges des divisions des pinnules fertiles, sporanges contenant des spores verruqueux ovoïdes dont la dispersion est assurée par le vent.
    croissance : moyenne à lente.
    hauteur : 0.30-0.50 m.
    plantation : rempoter de préférence au printemps, dans un pot plus large que haut, attention une plantation trop profonde peut provoquer son pourrissement.
    multiplication : au printemps, par division de segments de rhizome portant 1 ou 2 frondes, déposer sur un mélange de tourbe et sable en le fixant avec des épingles à chignon, par exemple; l'enracinement assez long compter plus de 1 mois. Par semis à chaud entre 20 à 23 ° C, maintenir le substrat toujours humide.
    sol : mélange de terreau, de tourbe et un peu de sable plus ou moins grossier, pour les suspensions de la fibre de coco, de la mousse, ou sur une écorce.
    emplacement : lumière indirecte ou tamisée, convient très bien pour une pièce exposée au nord surtout à l'abri des courants d'air.
    zone : 9 -11, adaptée aux périodes de longue sécheresse estivale, ce serait la plus résistante au froid du genre. Atmosphère chaude et humide, températures 15°- 18°/24°C, n'aime pas les brusques écarts de température.
    origine : endémique à l'archipel des îles Canaries, le long du littoral dans les fentes des rochers et dans les zones boisées humides de Ténérife (Quercus canariensis, Arbutus canariensis (callicarpa), Olea excelsa, de l'île de Lanzarote et Fuerteventura* et dans le reste de la Macaronésie (dont Madère dans la région de Pau de Mar), aux Açores et au Cap-Vert (région de Santiago*), en Espagne* (Andalousie, au nord-ouest dans les Asturies et en Galicie), à l'ouest du Portugal sur les Quercus robur et au nord-ouest dans la Serra de Sintra, au sud-ouest du Maroc dans le Rif occidental et l'Anti-Atlas occidental.
    entretien : arroser en immergeant le pot ou la suspension dans de l'eau non calcaire à température ambiante, le substrat doit être toujours humide.
    Laisser les anciens rhizomes se décomposer, c'est un apport d'éléments nutritifs. Effectuer un apport d'engrais liquide, riche en azote, tous les 15 jours durant la période de croissance du printemps à l'été ( pas sur les frondes). Attention à ne pas utiliser de produit lustrant sur les frondes.
    maladies et parasites : sensible au mildiou (excès d'humidité), peut-être sujet aux aleurodes, aux cochenilles à boucliers, cochenilles farineuses et aux thrips, ne pas utiliser d'insecticide en pulvérisation.
    NB : le genre Davallia  donné par J.E.Smith, est dédié au botaniste anglais Edmund Davall* (1763- 1798) qui mène des recherches botaniques à Orbe dans le Jura, comté de Vaud y répertoriant de nouvelles espèces qu'il collectionne dans le jardin botanique qu'il y crée, il est nommé inspecteur des forêts.
    Durant un séjour à Londres en septembre 1788, il est élu membre correspondant de la Société linnéenne de Londres où sont conservés ses ouvrages et son herbier est rattaché à celui de J.E.Smith, et son nom spécifique canariense  pour nous préciser son origine les Canaries, et environ 43 espèces lui ont été dédiées sous les formes davalliana, davallianum, davalliae, davalliacea, davalliaceum, davallioides, davalliaeformis, davalliaefolia.
    Ce genre ne comprend plus que 22 espèces reconnues* de fougères épiphytes, parfois terrestres ou vivant sur des rochers, originaires des zones tropicales ou tempérées chaudes de l'Amérique du Nord, de l'Australie, de l'Asie ( dont 6 en Chine), des îles du Pacifique, des îles l'Océan Indien et des pays du bassin méditerranéen et de la Macaronésie; souvent nommées suivant l'espèce 'Patte de lapin' ou 'Pied d'écureuil', à cause des poils couvrant les rhizomes, comme les poils sur les pattes des léporidés.
    Propriétés et utilisations :
    Dans les pharmacopées traditionnelles, elle est réputée pour ses propriétés fébrifuge et sudorifique, prescrite pour réduire la fièvre et soigner les maladies vénériennes.
    Certaines espèces du genre présentes dans la flore de Taïwan ont des propriétés pharmaceutiques reconnues par des études menées achevées en septembre 2014, ayant un grand intérêt pour les traitements de l'ostéoporose, notamment Davallia formosana .
    Quelques autres espèces cultivées :
    - Davallia fijiensis  Diels ou Davallia fejeensis  Hook., Lacy Hare's Foot, originaire des îles Fidji, feuillage persistant, grandes frondes vert pâle finement découpées, rhizomes ligneux, écailleux et chevelus d'un gris-rose, zones 10-12. Il existe un cv 'Plumosa'. Non résolue par The Plant List.
    Davallia mariesii  T. Moore ex Baker, espèce retenue en avril 2012, synonyme de Davallia stenolepis  Hayata, nommée par les anglophones 'Squirrel's Foot fern', originaire du Japon présent à Taïwan, Péninsule coréenne et les îles Ryukyu, vivace caduque, aux frondes de 30 cm, vert sombre à vert bronze, aux fins rhizomes écailleux de 3 mm recouverts de poils bruns, zones 8 - 11.
    Davallia pyxidata  Cav., Australian Hare's Foot Fern, originaire de l'est de l'Australie dans l'état de Nouvelle-Galles du Sud et au sud-est, dans les états du Queensland et Victoria, vivace épiphyte à grandes frondes de 1 m, vert sombre luisant, aux rhizomes bruns écailleux, zones 9-11. Non résolue par The Plant List.
    Davallia trichomanoides  Hk., synonyme de Davallia ferulacea  Moore, originaire d'Asie du Sud-est, caduc, frondes très dentelées, vert-vif, rhizomes brun-jaune, zones 10-12. Non résolue par The Plant List.
    Autres espèces retenues après révision du genre 2012-04-18 :
    - Davallia amabilis  Ching, pas de synonyme retenu par The plant List mais dans la flore de Chine et celle de Taïwan synonyme de Davallia formosana  Hayata, Wibelia divaricata  (Blume) M. Kato, Araiostegia divaricata  (Blume) M. Kato.
    - Davallia assamica  (Bedd.) Baker, synonymes retenus Acrophorus assamicus  Bedd., Davallia micans  Mett. ex Baker, Humata assamica  (Bedd.) C. Chr., Humata micans  (Mett. ex Baker) Diels, Leucostegia assamica  (Bedd.) J. Sm.
    - Davallia austrosinica  Ching, pas de synonyme retenu.
    - Davallia brevisora  Ching, pas de synonyme retenu.
    - Davallia chrysanthemifolia  Hayata, synonymes retenus Humata chrysanthemifolia  (Hayata) C. Chr., Humata macrostegia  Tagawa, Pachypleuria macrostegia  (Tagawa) M. Kato
    - Davallia cylindrica  Ching, pas de synonyme retenu.
    - Davallia denticulata  (Burm. f.) Mett. ex Kuhn, 11 synonymes retenus dont Adiantum denticulatum  Burm. f., et Humata elegans  (Sw.) Desv., originaire d'Australie de l'est au Queensland, Papouasie Nouvelle-Guinée, Indonésie, Philippines, Thaïlande, Malaisie, îles du Pacifique et de l'Océan Indien, Laos, Birmanie, Vietnam, à grandes frondes triangulaires de 40 cm, divisées en 3 parties principales, fins rhizomes de 1,5 cm d'épaisseur.
    - Davallia griffithiana  Hook., synonymes retenus Humata griffithiana  (Hook.) C. Chr., Leucostegia griffithiana  (Hook.) J. Sm.
    - Davallia henryana  Baker, synonyme retenu Humata henryana  (Baker) Ching
    - Davallia lobata  (Poir.) Desv., synonyme retenu Humata henryana  (Baker) Ching
    - Davallia pectinata  Sm., synonymes Davallia parallela  Wall. ex Hook., Humata gaimardiana  (Gaudich.) J. Sm., Humata parallela  (Wall. ex Hook.) Brack., Humata pectinata  (Sm.) Desv., Nephrodium gaimardiana  Gaudich.
    - Davallia platylepis  Baker, synonyme retenu Humata platylepis  (Baker) Ching
    - Davallia sinensis  (Christ) Ching, synonyme retenu Davallia solida var. sinensis  Christ, en chinois 'Zhöng guo gù sui bù' qui signifie Drynaria (Zhöng guo) de Chine (Gù sui bù), originaire du sud-ouest de la Chine dans la province de Yunnan et au sud dans la région autonome du Guangxi, et au Vietnam, vivace épiphyte aux frondes étroites d'environ 15 cm, longs rhizomes bruns, écailleux de 6 à 8 mm. Certains botanistes chinois la donne pour synonyme de Davallia solida  et Davallia solida var. sinensis 
    - Davallia solida  (G. Forst.) Sw., pas de synonyme.
    - Davallia subsolida  Ching, pas de synonyme.
    - Davallia teyermannii  Baker, pas de synonyme.
    - Davallia triangularis  Baker, pas de synonyme.
    - Davallia truncata  D. Don, pas de synonyme.
    - Davallia vestita  Blume, synonymes Humata kinabaluensis  Copel., Humata vestita  (Blume) T. Moore
    - Davallia villosa  D. Don, pas de synonyme.

    Nicolas Joseph von Jacquin
    Annotations :
    Espagne : deux excursions botaniques dans le nord de l'Espagne et le Portugal en 1878 et 1879 par Louis Leresche et Emile Levier, Lausanne 1880
    *île de Lanzarote et Fuerteventura citées dans le 'Voyage de Humboldt et Bonpland aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait en 1799 - 1804', avec 2 atlas, Tome premier, rédigé par Alexandre de Humboldt, édité à Paris 1814.
    * Edmund Davall à ne pas confondre avec son fils Edmond Davall (1793 - 1860), certains auteurs pensent que c'est à lui qu'est dédié le genre, ce qui n'est pas possible à cause de JE Smith. Edmond Davall est botaniste forestier qui initie la rédaction de la loi forestière suisse de 1835. Membre fondateur de la Société vaudoise des forestiers, vice-président de la commission cantonale des forêts.
    * L., abréviation botanique pour le médecin, botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l ’espèce, c'est la base de la taxinomie et de la nomenclature internationale. Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica' et le récit de son Voyage en Laponie édité en 1738 (la traduction en français a été rééditée en 2002, éditions de la Différence).
    En 1738, il exerce la médecine durant trois ans, puis il l'enseigne durant une année à l'Université d'Uppsala, et par la suite jusqu'en 1772, il y enseigne la botanique. En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier, le plus riche de son époque ne contenant que 7000 plantes.
    *22 espèces reconnues autrefois 35 espèces sur 311 noms, la plus part d'entre eux sont non résolus en avril 2012 par The Plant List.
    *Sm., abréviation botanique pour le médecin-botaniste britannique James Edward Smith (1759-1828), qui fut le co-fondateur et président de la société linnéenne de Londres en 1788 après avoir fait l'acquisition de la bibliothèque et des collections de Linné en 1784, l'herbier de Smith pour lequel oeuvrer à travers le monde de nombreux collecteurs* a été racheté en 1829, enrichi par l'herbier de Davall, l'herbier britannique de Hugh Rose et l'herbier népalais de Francis Buchanan-Hamilton.
    *collecteurs , les célèbres collecteurs sont cités dans 'Taxonomic literature : a selective guide to botanical publications and collections with dates, commentaries and types' volume 5 page 678 et 679 par Stafleu, Frans Antonie - Cowan, S. Richard.
    Cap-Vert (Santiago); observé par J.E.Smith, cité dans le tome 1 des Archives de botanique: recueil mensuel de mémoires originaux de M.A.-J Guillemin (1833).
    - nmauric © 18.06. 2001 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site