Aspidistra elatior - Aspidistre plus élevée, Belle-mère
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Aspidistra, Aspidistre plus élevée, Belle-mère, Langue de belle-mère
    , Plante de belle-mère, Plante en fer forgé, nommée par les anglophones 'Cannon-ball plant', 'Iron plant', 'Cast-iron' ou 'Barroom plant'.
    Nom latin : Aspidistra elatior  Blume, synonyme Aspidistra lurida  Ker-Gawl, Plectogyne variegata  Link.
    famille : Convallariaceae (Liliaceae).
    catégorie : Vivace rhizomateuse, utilisable en plante d'appartement.
    feuillage : persistant, coriace, luisant, vert foncé. Long pétiole érigé (+ ou - 35cm), grande feuille elliptique ou lancéolée . Jeune il est d'un vert vif, il fonce en vieillissant.
    port : touffe érigée puis évasée.
    floraison : fin de l'hiver à début du printemps. Sur les sujets âgés, presque au ras du sol dressées vers le ciel, fleurs campanulées hermaphrodites hexagonales à 6 à 8 lobes et 8 étamines, la pollinisation serait parait-il effectuée par les diverses espèces de gastéropode (escargots et limaces).
    couleur : violet marginé de blanc crème virant au brun-pourpre.
    fruits : petites baies sphériques.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 0.3-0.4 m, envergure 35-45 cm.
    plantation : printemps, en extérieur, sous climat doux. Rempoter tous les 2 ans, dans des pots larges mais peu profond, dans un mélange de terreau, un peu de tourbe et de sable.
    multiplication : début du printemps, par division des touffes en prenant soin de bien prendre un rhizome pourvu de 2 ou 3 feuilles.
    sol : frais, humifère, bien drainé.
    emplacement : lumière vive, en extérieure à l'abri du vent.
    zone : 8 - 11. En extérieur supporte assez bien la sécheresse, adaptée à la pollution atmosphérique.
    origine : Japon sur la péninsule d'Osumi, par la suite introduit en Chine.
    entretien : sans exigence, facile à vivre, arroser sans excés, durant la période de végétation d'avril à septembre, apport d'engrais toutes les 2 semaines.
    Ne pas laisser stagner de l'eau sous le pot, cela risque de provoquer des marques brunes sur le feuillage.
    Ne pas utiliser de produit lustrant, nettoyer régulièrement les feuilles avec une éponge humide.
    A l'intérieur peut être sujets aux araignées rouges, et à une variété de cochenille blanche Pinnaspis aspidistrae , en extérieur appréciée par les limaces et les escargots.
    NB : Son nom Aspidistra   vient du préfixe grec "aspis =idos", qui désigne un petit bouclier faisant allusion à la forme de la fleur et son nom spécifique elatior  signifie plus élevé, plus grande.
    Rapporté de Chine en 1824, par John Damper Parks, un jardinier anglais qui y fut mandaté par la Royal Horticultural Society pour collecter de nouvelles espèces de chrysanthème, nous lui devons l'introduction d'un rosier thé, remontant de couleur jaune pâle Rosa odorata var ochroleuca  Rehd. Chen, une obtention des sélectionneurs chinois, que John Lindley* lui dédia en lui donnant le nom commun de 'Parks' Yellow Tea-scented China', ainsi que celle du premier Banksia jaune Rosa banksiae var. lutea 
    Ce robuste Alpidistra  devint rapidement la coqueluche des clubs, des halls, des demeures victoriennes avant d'envahir les demeures et lieux publics d'Europe.
    Tombé un peu en désuétude, il semble revenir à la mode notamment chez les fleuristes qui utilisent ses larges feuilles pour confectionner des collerettes autour des compositions florales.
    Ce genre comprend 8 espèces de vivaces persistantes, rhizomateuses, originaires d'Asie, depuis l'Himalaya jusqu'au Japon.
    Parmi les cultivars citons :
    Aspidistra elatior var.variegata  aux feuilles panachées de blanc ou de crème, striures longitudinales, irrégulières.
    Aspidistra elatior  'Lennon's Green' obtention américaine (Floride) aux feuilles d'un vert plus pâle nettement plus étroites et effilées.
    Aspidistra elatior  'Maculata' aux feuilles d'un vert très sombre presque noire, maculée de petits points blanc.
    Vous pouvez aussi consulter la liste des plantes 'dites d'appartement' (la liste s'affiche à droite).

    Annotations :
    *Lindl. : abréviation botanique pour le botaniste britannique John Lindley (1799-1865), il fut l'un des premiers à occuper une chaire de botanique à l'Université de Londres et de Cambridge, l'assistant de Bank's, nommé en 1822 secrétaire de la Royal Society of Horticultur.
    On lui doit les descriptions des 77 espèces découvertes par Thomas L. Mitchell lors de ses 3 expéditions en Australie orientale vers 1838 et par la suite celles découvertes en Australie occidentale par Drummond et Molloy. En 1838 son intervention permis de sauver Kew garden de la destruction.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site