Tamarindus indica - Tamarinier
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    tamarindus indicaNom commun : Tamarinier, Tamarin, Tamarin sûr, Tamarin bord de mer (Antilles), nommé par les anglophones 'Tamarind', 'Sweet tamarind' voir 'Indian date'.
    Nom latin : Tamarindus indica L., synonymes Tamarindus occidentalis Gaertn, Tamarindus officinalis Hook.
    famille : Fabaceae (Caesalpiniaceae).
    catégorie : arbre d'une très grande longévité, au tronc court et large à l'écorce brune très crevassée, au système racinaire fortement développé, pouvant être envahissant.
    port : dense, étalé, trés ramifié légèrement retombant, cime arrondie.
    feuillage : persistant, vert vif à vert de gris sur le revers. Grandes feuilles (10 à 25cm) alternes, paripennées à nombreuses paires de foliolules (2.5 cm) ovales à obovales.
    floraison : en été. En partie terminales à l'aisselle des feuilles, grappes pendantes de fleurs de pois (2 - 4cm environ) à 3 pétales supérieurs et deux plus petit en partie basse pourvues de longues étamines dressées.
    couleur : jaune pâle à jaune orangé veiné de rouge, les boutons floraux sont rouges.
    fruits : grosses, larges et épaisses gousses bosselées, ligneuses (10 à 15 cm), recourbées indéhiscentes, brunâtres ou noirâtres, contenant des graines brillantes ovales à elliptiques qui sont entourées d'une mœlle pulpeuse et filamenteuse d'un brun rougeâtre qui est comestible.
    croissance : lente.
    hauteur : 20 -25 m.
    plantation : au printemps sous nos climats.
    multiplication : par semis au printemps, mais généralement on lui préfère le bouturage ou le marcottage.
    sol : indifférent supporte bien la sécheresse, le vent et les embruns.
    emplacement : soleil.
    zone : 10-12.
    origine : selon certain de l'est de l'Afrique en zone tropicale, pour d'autres de Madagascar, aujourd'hui naturalisé un peu partout en Asie du sud-ouest (dont l'Inde) et aussi Antilles. On le rencontre en Afrique aussi en zone sahélienne.
    entretien : sans.
    NB : Son nom Tamarindus vient de l'arabe 'thamar' ou 'tamur' qui désigne le fruit du palmier et 'hindi' qui désigne l'indien et indica vient de 'indicus' qui désigne l'Inde.
    Ce genre ne comprend qu'une seule espèce qui est souvent utilisée comme arbre d'alignement et d'ombrage en zone urbaine ou en bord de mer.
    Propriétés et utilisations :
    Son bois est recherché pour la confection de meubles ou comme bois de construction et son écorce est utilisée pour traiter l'asthme, pour ses propriétés astringentes elle est employée en usages externe aussi pour soigner les plaies et certains problèmes de peau.
    Le feuillage est employé pour la confection de teinture jaune ou rouge, il entre aussi dans la confection de cataplasme pour traiter les abcès et furoncles.
    tamarindus indica Les jeunes feuilles sont consommées tels que en salade ou rajoutées comme condiment à la dernière minute dans les fameuses soupes thaïlandaises pour les épicer un peu.
    Les fleurs, elles aussi sont consommées crues ou cuites pour relever aussi la saveur des plats.
    La pulpe acidulée et sucrée est appelée Tamarin, riche en vitamines B et C, minéraux (calcium, fer, phosphore) mais aussi en acide tartrique qui en cas d'excès peut avoir des effets laxatifs, fraîche elle est consommée tel que avec ou sans sucre ou avec des mets salés. Elle entre dans la confection de confiseries et sucreries, de boissons rafraîchissantes, de sirops et glaces et aussi de punchs.
    Les 'fruits' encore verts sont consommés en légume cuit en accompagnement des viandes, gibiers et poissons, ils entre dans la confection de chutneys, curries ou de sauces tel que la fort ancienne et célèbre Worcestershire sauce (1838 - Lea et Perrins ).
    Le tamarin est commercialisé frais, confit ou déshydraté, en saumure ou encore sous forme de pâte.
    Les graines sont torréfiées pour être utilisées en lieu et place du café, la pectine qu'elles contiennent est recherchée pour la confection de confitures ou de confiserie (gommes). On en extrait aussi une huile qui entre dans la confection de peintures et vernis.
    Dans les pharmacopées traditionnelles, la pulpe est réputée pour ses propriétés laxatives, mais aussi antibactériennes et antifongiques, béchique et hypotensive. Elle calmerait aussi les maux de dents, d'ailleurs elle est utilisée en pharmacie et parapharmacie européenne sous forme de gel gingivale.
    Les graines sont réputées pour leur propriété antidiarrhéique.
    Dans la pharmacopée chinoise 'Suan jiao' est prescrit pour traiter entre autres les infections parasitaires chez les enfants et comme dépuratif.
    Photos G. C. Carr
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle,la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressement interdites.
un compteur pour votre site