Colletia cruciata - Collétie croix de fer
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Collétie en forme de croix ou Collétie croisette, appelé localement 'Espina de la Cruz', nommée par les anglophones 'Anchor Plant'.
    Nom latin : Colletia cruciata   Gill. & Hook., synonymes Colletia bictanensis  Lindl.*, Colletia paradoxa  (Spreng.) Escalante.
    famille : Rhamnaceae.
    catégorie : arbuste épineux à souche ligneuse, aux larges et plates épines triangulaires acérées vertes à pointe ocre-jaune, imbriquées les unes dans les autres faisant songer à une ancre de bateau d'où le nom donné par les anglophones.
    port : érigé, buissonnant dense, rigide très ramifié,
    feuillage :caduc, vert-de-gris à vert vif glauque. Sur de courtes ramules opposées ou alternes, minuscules feuilles elliptiques et sessiles présentes juste sur les nouvelles pousses et qui tombent assez rapidement. Deux bourgeons axillaires l'un formera l'épine et l'autre la nouvelle ramule.
    floraison : assez longue fin de l'été à début de l'automne voire plus tardive, parfumée rappelant un peu le parfum de la pâte d'amandes ou du miel, mellifère. A l'aisselle des ramules, bouquets de 5 à 10 petites fleurs campanulées à 5 lobes pointues retroussés et 5 étamines saillantes, calice à 5 lobes.
    couleur : blanc cireux, bourgeons floraux et calice d'un blanc-verdâtre.
    fruits : capsules (0,5cm) à trois loges ovoïdes vert brillant.
    croissance : lente.
    hauteur : 2 à 3m.
    plantation : au printemps.
    multiplication : par semis à l'étouffée ou par bouturage.
    sol : indifférent, surtout bien drainé.
    emplacement : soleil.
    zone : 7 - 10, parfaitement adapté à la sécheresse.
    origine : Amérique du sud, ouest de l'Argentine, sud du Brésil, Chili et Uruguay.
    entretien : une taille d'entretien pour le rendre un peu plus compact, elle s'effectue après la floraison.
    NB : Son nom Colletia lui à été donné en souvenir du botaniste français au botaniste-magistrat Philibert Collet (1643 - 1718) qui oeuvrât au Parlement des Dombes, on lui doit entre autre ouvrages 'Historia Rationis'(1695) et 'Catalogue des plantes les plus considérables qu'on trouve autour de Dijon' ( 1702) et son nom spécifique cruciata vient du latin 'crux, crucis qui désigne la croix, donc en forme de croix.
    Ce genre comprend 17 espèces d'arbustes persistants , originaires d'Amérique du sud en zones subtropicales et tempérées souvent aphylles utilisés localement pour confectionner des clôtures ou des haies défensives. Idéal dans les jardins secs et les rocailles.
    Vous pouvez le découvrir au Jardin des Plantes de Paris, au jardin exotique de Roscoff ou encore au jardin botanique de Vauville dans le Cotentin.

    photos © Kurt Stueber
    Quelques autres espèces :
    Colletia armata  Miers, synonyme Colletia hystrix  Clos. : Se rencontre au Chili, arbuste buissonnant de 2 à 3 m de haut aux épines cylindriques à 3 'branches', floraison parfumée au printemps (mai-juin) d'un blanc rosé.
    Colletia ferox  Gillies & Hook, synonymes Colletia spinosissima  J. F. Gmel., Colletia infausta  N. E. Br., Colletia spinosa  Lam., Colletia horrida  Willd. : aux épines cylindriques (+ ou - 3cm) Voir détail grand format © K.Stueber
    Colletia serratifolia  Vent., synonymes Discaria serratifolia  (Vent.) Mast., voir détail photoUniversità di Catania.
    Colletia ulicina  Gill. & Hook., se rencontre au Chili en altitude, voir détail photo © Università di Catania.

    Consulter la liste des autres espèces pour la confection de haies.

    Annotations :
    *Lindl. , abréviation botanique pour le botaniste britannique John Lindley (1799-1865), l'un des premiers à occuper une chaire de botanique à l'Université de Londres et de Cambridge, assistant de Bank's, nommé en 1822 secrétaire de la Royal Society of Horticultur.
    Spécialiste des orchidées et de leur hybridation, on lui doit les descriptions des 77 espèces découvertes par Thomas L. Mitchell lors de ses 3 expéditions en Australie orientale vers 1838 et par la suite celles découvertes en Australie occidentale par Drummond et Molloy. En 1838, son intervention permis de sauver Kew garden de la destruction.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site