Matthiola incana  - Giroflée quarantaine
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Démons & Merveilles ©
    Nom commun : Matthiole blanchâtre, Giroflée quarantaine, Giroflée des jardins, Giroflée rouge, Quarantaine, en Languedoc le Violier, nommée par les anglophones 'Common stock' ou 'Stock'.
    Nom latin : Matthiola incana  (L.) R. Br.*, synonyme Cheiranthus incanus  L.*
    famille : Brassicaceae (Cruciferae).
    catégorie : annuelle, bisannuelle ou vivace à souche ligneuse, les tiges conservent les cicatrices foliaires.
    port : dressée, ramifiée, évasée.
    feuillage : caduc ou persistant, vert-de-gris, velu. Petites feuilles alternes, étroites oblongues -lancéolées réticulées à marge ondulée.
    floraison : de la fin de l'hiver à l'automne (février-mars à octobre selon le climat et la période de plantation) très parfumée, nectarifère visitée par les abeilles, les colibris et par les papillons notamment les sphinx. Grappes terminales de petites fleurs simples à 4 sépales, 4 pétales et 6 étamines ou semi-doubles pour les cultivars.
    couleur : rouge, blanc, violet et pourpre, les cv divers tons de rose, lavande, mauve ou divers tons de violet voire abricot et jaune, unie ou bicolore.
    fruits : petites siliques duveteuses dressées, à savoir celles à fleurs doubles sont stériles.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0,30 à 0,70 m et plus pour les cultivars pour un étalement de + ou - 30cm.
    plantation : au printemps en prenant soin de bien choisir l'emplacement car la racine est pivotante et lors du repiquage songer à mettre les racines bien droite, environ tous les 20 cm environ, en prenant soin de pincer si vous souhaitez les voir ramifier.
    multiplication : par semis sous châssis (18 à 20°C) au début du printemps ou en été (sous climat doux pour avoir une floraison précoce) ou encore directement en place en avril-mai en recouvrant à peine les graines avec un peu de sable, maintenir le substrat humide, levée entre 3 et 10 jours.
    sol : riche, frais surtout bien drainé parfaitement adapté au calcaire.
    emplacement : soleil ou mi-ombre, en situation abritée des vents pour les grands cultivars aussi non elle est parfaitement adaptée aux vents et aux embruns.
    zone : 4 - 10.
    origine : pourtour du bassin méditerranéen et îles Canaries dans les rochers le long du littoral.
    entretien : sensible aux maladies cryptogamiques éviter de trop arroser, elle peut être sujette aux aleurodes, aux acariens et aux pucerons mais elle est dédaignée par les cervidés.
    NB : Son nom Matthiola lui a été donné en souvenir du médecin-botaniste siennois Pietro Andrea Matthioli (1500-1577) connu sous le nom de Matthiole à qui l'on doit une fort célèbre traduction accompagnée de commentaires et des applications thérapeutiques des 6 livres composant la Materia Medica de Pedacius Dioscoride intitulé 'Discorsi nelli sei libri di Pedacio Dioscoride Anazarbeo', qui fut durant plus de deux siècle la référence dans ce domaine, une oeuvre enrichie d'illustrations réalisées par Giorgio Liberale.
    Siro Kurita ©
    En 1543, Cosme de Médicis le nommât responsable du jardin botanique de Florence, il fût aussi le médecin privé de l'empereur Ferdinand Ier de Habsbourg, et son nom spécifique incana vient du latin 'canus' qui signifie avoir des cheveux blancs, donc couvert de poils blancs, blanchâtre.
    Ce genre comprend une cinquantaine d'annuelles, de bisannuelles ou de vivaces arbustives, originaires de l'Afrique du Nord, de l'Asie centrale, de l'Asie du sud-ouest et de l'Europe dont très peu d'entre elles ont franchi le seuil de nos jardins.
    Idéal pour être utiliser dans les massifs, les mixed-border, les bordures ou dans des potées prés des zones de passage ou des ouvertures pour profiter pleinement de ses suaves senteurs, de plus c'est une excellente fleur à couper.
    Parmi les autres cultivars citons :
    Matthiola incana  'Alba', 0.40 m x 0.20 m, floraison estivale parfumée d'un blanc pur.
    Matthiola incana  'Ariane' à floraison précoce tous les coloris.
    Matthiola incana  'Dame' au port buissonnant.
    Matthiola incana ' Djakarta' à floraison double plus tardive, panachée.
    Matthiola incana  'Excelsior' ou 'Super Excelsior' de grande taille plus de 1m à fleurs doubles, pour fleurs coupées, floraison de juin à septembre.
    Matthiola incana  'Impérial' à fleurs doubles.
    Matthiola incana  'Pygmea Cinderella' environ 10 à 12 cm à fleurs doubles blanc, bleu pâle et bleu soutenu, lavande, rose pâle et rouge.
    Matthiola incana  'Prisma' de petite taille à fleurs semi-doubles blanc, rose, rouge et bleu.
    Matthiola incana  'Miracle Mix' en graines, un mélange de coloris à semer.
    Autres espèces :
    Matthiola incana (L.) R.Br. subsp. pulchella  (Conti) Greuter & Burdet : Endémique à la Sicile à floraison violette.
    Matthiola sinuata  (L.) R. Br, Giroflée des dunes, une bisannuelle d'environ 60 cm qui se rencontre le long du littoral au bord de la Méditerranée et de l'Atlantique, rosette basale très découpée, feuilles glanduleuses vert de gris à vert jade, fleurs rose à rose mauve lilas.
    Matthiola tricuspidata  (L.) Matthiole à fruit à trois cornes se rencontre en Corse, Bouches-du-Rhône et Var poussant dans le sable se distingue par ses feuilles très découpées et des siliques pourvues de 3 cornes, fleurs couleurs similaires.
    Matthiola longipetala subsp bicornis  Ball, synonyme Matthiola bicornis  (Sibth. et Sm.) DC., Giroflée odorante, appelée par les anglophones Night Scented Stock : annuelle ramifiée d'environ 40 cm de haut à la longue floraison au capiteux parfum nocturne de l'été à l'automne, rose, violette ou mauve. Il est recommandé d'effectuer les semis en place au printemps et de les espacer dans le temps, zones 6-10.
    Autres giroflées présentes dans l'Encyclopédie :
    Erysimum cheiri  (L.) Crantz, Cheiranthus cheiri  L., Giroflée jaune, Giroflée des murailles, consulter sa fiche.
    Hesperis matronalis  L., Giroflée musquée, Giroflée des Dames, consulter sa fiche.

    Annotations :
    L.* , abréviation botanique officielle pour Carl von Linné auparavant Carl Linnæus (1707-1778), médecin, botaniste-naturaliste suédois, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *R Br., abréviation botanique officielle pour le chirurgien, botaniste-naturaliste écossais Robert Brown (1773 - 1858), l'un des plus célèbres du Royaume-Uni, spécialiste de la description et classification des végétaux car il s'intéresse à l'étude des pollens avec un microscope.
    - nmauric© nmauric©24.04.2006 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.

Matthiola indica

un compteur pour votre site