Chamaecyparis lawsoniana  - Cyprès de Lawson 'Ellwoodii'
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Faux-cyprès, cyprès de Lawson 'Elwoodii' ou Ellwoodii, nommé par les anglophones 'Ellwoodii Cypress' ou 'Ellwood Cypress'
    Nom latin : Chamaecyparis lawsoniana  Parl. 'Ellwoodii'
    famille : Cupressaceae
    catégorie : arbre ou arbuste (conifère) à l'écorce d'un brun rougeâtre
    feuillage : persistant, aromatique, glauque d'un vert foncé à vert-bleuté à reflets argentés durant l'hiver presque gris bleuté, doux au touché. Fines petites écailles aciculaires
    port : conique compact, régulier bien qu'à plusieurs flèches, ramures ascendantes.
    croissance : moyenne à lente
    hauteur : 2 à 6m pour un étalement d'environ 2m lorsqu'il est adulte
    plantation : au printemps, à l'automne selon climat.
    multiplication : bouturage de tiges aoûtées.
    sol : tous, plutôt lèger et frais.
    emplacement : soleil, mi-ombre
    zone : 5/6-9. Parfaitement adapté aux embruns, des vents excessifs peuvent provoquer un léger brunissement.
    origine : une obtention de 1929, dédié à G. Ellwood, jardinier en chef du jardin de Swanmore (Hampshire- Angleterre) qui le planta pour la première fois.
    entretien : les deux premières années après la plantation arroser régulièrement tout au long de l'année et si une égalisation est vraiment nécessaire elle s'effectue de préférence en fin d'été.
    NB : Son nom Chamaecyparis  vient du grec 'chamai' qui désigne la terre et signifie aussi nain et de 'kuparissos' qui désigne le cyprès faisant allusion à la ressemblance avec ce dernier, son nom spécifique lawsoniana  fait référence au médecin militaire écossais Isaac Lawson qui participe financièrement à la première édition en 1735 de l'oeuvre de Carl von Linné* Systema naturae.
    L'Elwoodii est idéal pour être utilisé en sujet isolé, dans les massifs arbustifs (photo associé à Pittosporum tobira 'Nana' et Pittosporum tenuifolium), en association dans les haies libres, sa croissance lente fait qu'il peut être utilisé dans les petits jardins en bord de mer ou dans les jardins de rocaille et il peut aisément se cultiver dans de grands bacs ou potées.
    Il a été détecté par l'INRA quelques cas de dépérissement dus à un champignon oomycète le Phytophthora cinnamomi , qui en région méditerranéenne ne s'attaquait jusqu'alors en période de chaleur et d'humidité ou en période de grande sécheresse qu'aux systèmes racinaires des Quercus et des Castanea  (provoquant chez ces derniers l'apparition de l’encre); aux Amériques, il est sujet au Phytophthora lateralis.
    Parmi les cultivars citons :
    Chamaecyparis lawsoniana  'Ellwood's Gold' même caractéristique avec comme différence un feuillage plus vert aux extrémités lavées, balayées de jaune surtout en été, sa croissance est plus lente qu'Ellwoodi'.
    Chamaecyparis lawsoniana  'Ellwood's Gold Pillar' identique au précédent, mais de petite taille adulte 75 à 80 cm, port colonnaire, idéal pour les rocailles car sa croissance est très lente.
    Chamaecyparis lawsoniana  'Ellwood's Nymph' compact de petite taille adulte environ 90 cm de haut, port colonnaire, feuillage vert-bleuté, croissance très lente, à réserver pour les rocailles ou petit massifs.
    Chamaecyparis lawsoniana  'Ellwood's Pillar' de petite taille adulte environ 1.50 m au port fastigié, feuillage d'un vert bleuté, idéal pour les rocailles, petits massifs ou potées.
    Chamaecyparis lawsoniana  'Ellwood's Pygmy' ou 'Ellwoodi Pygmé' forme naine à croissance très, lente environ 60cm de haut au feuillage vert-bleuté à reflets argentés, idéal pour les rocailles, jardins japonais ou potées.
    Chamaecyparis lawsoniana  'Ellwood's White' aux extrémités lavées, balayées de blanc, sa croissance est plus lente que celle de l'Ellwoodi'.
    Autre espèce présente dans l'Encyclopédie :
    Chamaecyparis lawsoniana  (A.Murray) Parlatore, Faux cyprès de Lawson, Cyprès de Lawson, consulter sa fiche.

    Consulter la liste des autres espèces de conifères présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    * Carl von Linné médecin et botaniste suédois (1707-1778) qui dans 'Systema naturae' présente son système de classification des espèces qui est la base de la taxinomie et de la nomenclature.
    Ouvrage qu'il finança avec le botaniste néerlandais Johann Frederik Gronovius (1686- 1762) à qui l'on doit la préparation et la publication de Flora virginica (2 Tomes 1739 et 1743) à partir des notes et des spécimens envoyés par le collecteur britannique John Clayton (1694-1773) a qui l'on doit aussi un fabuleux herbier.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site