Comptonia peregrina  - Comptonie voyageuse
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    University of Connecticut ©
    Nom commun : Comptonie voyageuse, Myrique à feuilles d'asplenia, connue au Québec sous le nom de comptonie nommée par les anglophones 'Sweet fern'.
    Nom latin : Comptonia peregrina  (L.) J.M. Coult., synonymes Comptonia peregrina  (L.) J.M. Coult. var. aspleniifolia  (L.) Fernald, Comptonia ceterach  Mirb, Comptonia aspleniifolia  (L.) L'Hér. ex Aiton, connue sous le nom de Myrica aspleniifolia  L., Myrica aspleniifolia  L. var. tomentosa  (A. Chev) Gleason, Myrica comptonia   C. DC, Myrica peregrina  (L.) Kuntze., Liquidambar peregrina  L.
    famille : Myricaceae.
    catégorie : sous-arbrisseau ou petit arbuste monoïque ou dioïque, xérophyte, au système racinaire blanc rougeâtre, superficiel, latéral adventif, stolonifère
    port : buissonnant, tapissant aux rameaux d'un brun rougeâtre à brun cuivré pourvus de lenticelles exsude une résine.
    feuillage : caduc, brillant aromatique, balsamique lorsqu'on le froisse dégageant une odeur rappelant celui de certains miels ou lorsqu'il fait très chaud au revers plus clair et poilu, glanduleux sur les deux faces, vert franc à vert foncé virant à l'automne dans des teintes rousses, rappelant le feuillage de certains asplenium. Sur des tiges ocre foncée, bouquets alternes de feuilles pinnatifides, stipulées*, longues et étroites (+ ou - 15cm) linéaires à lancéolées formée de 10 à 20 lobes arrondis.
    floraison : au printemps courant avril- mai, les mâles en long chatons cylindriques formée de bractéoles et de fleurs apétales formées de 3 à 8 étamines, les femelles plus courtes et ovoïdes.
    couleur : jaune verdâtre, les chatons males sont bruns, les femelles virent au rose rouge.
    fruits : en été fruits comestibles formant une boule épineuses (nucule striée oblongue contenant 4 graines (2 mm) brillantes de couleur fauve d'un grande longévité, des fruits convoités par les perdrix et autres gibiers.
    croissance : moyennement lente.
    hauteur : 0.60 à 1.50 m pour un large étalement 1,50 à 2,40 voir plus.
    plantation : au printemps ou à l'automne selon climat.
    multiplication : surtout par division des drageons ou portion de racines, le semis ne se développe qu'après le feu. La transplantation est peu évidente.
    sol : acide (pH 4,5 à 6,5 ), neutre ou pauvre, sablonneux, graveleux sec ou limoneux humide.
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    origine : dans les prairies, clairières, friches, coupes forestières, sous-bois tourbeux, bois clairs de feuillus, forêts de conifères Pinus divaricata  ou Pin gris Pinus banksiana, pionnière dans les zones perturbées par les feux de forêts, landes sablonneuses de l'Amérique septentrionale notamment dans les Appalaches présente depuis le nord de la Géorgie, les 2 Caroline,Tennessee, Kentucky, Virginie, nord-est de l'Illinois, nord-ouest de l'Indiana, Ohio, Pennsylvanie, New jersey, Etat de New-York remontant jusqu'au Maine, au Nouvelle Hampshire et Vermont, puis dans la région des lacs, Wisconsin, nord du Minnesota, Michigan, au Canada dans la province de l'Ontario vallée dans la rivière des Outaouais, nord du Québec du Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve, en zones alluvionnaires et coupes forestières appelées localement grands brûlés.
    Aujourd'hui c'est une espèce menacée et/ou en voie de disparition dans plusieurs États comme l'Illinois, l'Ohio, le Tennessee et le Kentucky.
    zone : 3 - 10, tolère des basses températures avoisinant les - 38°C parfaitement adaptée à la sécheresse (protection résineuse) aux eaux saumâtres.
    entretien : aucun.
    NB : La comptonie est une espèce actinorhizienne qui à la propriété de restaurer la fertilité des sols, vivant en symbiose avec des bactéries fixatrices d’azote qui développent des nodosités sur ses racines .
    Le nom de Comptonia  lui a été donné par Banks* en souvenir du botaniste, théologien protestant Henry Compton, (1632-1713) qui fut nommé évêque d'Oxford en 1674 puis de 1675 à 1713 celui de Londres, ce passionné de botanique chargé ses missionnaires de lui rapportés des Amériques de nouvelle plantes et c'est grâce à John Bannister qu'il introduisit en 1688 dans le jardin de l'évêché le premier Magnolia virginiana  et son nom spécifique peregrina  qui signifie voyageuse.
    Elle est échantillonné et distribuée dans les jardins botaniques d'Europe en 1695 par Pétiver Gale mariana asplenii folia.
    Ce genre ne comprend qu'une seule espèce, qui vit aisément en association avec les amélanchiers, noisetiers, ceanothes, rosa rugosa, juniperus, que vous pouvez découvrir à l'automne à l'est de Montréal dans les basses terres du fleuve saint-Laurent près du Lac Saint pierre .
    La comptonie est utilisée pour végétaliser les rives limiter l'érosion des berges , fixer les zones sablonneuses dans les jardins côtiers et jardins aquatiques, limiter l'érosion des berges en associations avec Myrica gale*
    Propriétés et utilisations :
    De son feuillage est extraite une huile essentielle aromatique ayant une note épicée et fruitée, utilisée en aromathérapie pour ses propriétés antibactériennes, astringentes et anti inflammatoires.
    L'aromatique comptonie est utilisée comme condiment dans la cuisine amérindienne et québecquoise pour aromatiser pains, poissons et volailles, les chatons réduits en poudre appelés localement Nard des pinèdes viennent parfumer les desserts, les soupes, les céréales et le riz, et utilisée aussi pour confectionner des tisanes astringentes et antidiarrhéique.
    comme un encens pour les cérémonies rituelles; à des fins médicinales ,comme un aliment assaisonnement ; et comme un poison.
    Depuis la nuit des temps la pharmacopée amérindienne comme un stimulant ou un tonique. Les Amérindiens l’utilisent en infusion pour soigner les maux de tête, la grippe, la fièvre et les encombrements bronchiques. Les feuilles sont utilisée en infusion pour traiter les traitent troubles intestinaux et dysenterie, les inflammations de la peau (herbe à puce, etc.) et notamment pour calmer les irritations provoqués par le contact du lierre vénéneux Rhus radicans Toxicodendron radicans (Poison Ivy ainsi que les entorses et les foulures. La racine soulage les rhumatismes et les inflammations alors que les fruits et l’écorce servent à préparer une boisson stimulante.
    University of Connecticut ©
    Les feuilles fraîches, placées dans le fond des paniers, favorisent la conservation des légumes et des fruits comme notre fougère grand aigle.

    Annotations :
    *stipulées, c'est la seule espèce de la famille des Myricaceae à être pourvue de stipules.
    *Banks, abréviation botanique pour Sir Joseph Banks (1743-1820) éminent botaniste, explorateur naturaliste britannique qui participa entre 1768 et 1771, à l'expédition autour du monde du Commandant James Cook (1728- 1779) sur l'Endeavour, dont il fut l'un des rares survivants. A son retour à Kew, chargé par le roi George III du réaménagement de Kew Gardens, il fut l'instigateur de nombreuses campagnes de collectes de plantes exotiques (ornementales et vivrières) à travers le monde, donnant à ce jardin botanique sa notoriété internationale, instaurant la préservation des espèces par des échanges avec d'autres jardins botaniques. En 1773, il fut nommé président de la Royal Horticultural Society.
    Un genre dans l'ordre des Proteaceae, originaire de l'Australie, lui a été dédié ainsi que l'archipel des Banks (archipel de Vanuatu - Pacifique).
    *Myrica gale , Myrique Baumier, Bois-sent-bon, Myrthe des marais, les graines de cette myrique gale sont régulièrement utilisées dans la confection de charcuterie, marinades, soupes poissons et volailles fumés (canards), fumées à la place de l'aneth, elle entre aussi dans la composition de la sauce aigrelette.
    - nmauric©15/04/2010 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
compteur site