Oxalis versicolor - Oxalis striés, versicolore
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Oxalis versicolor un 13décembre en Angleterre
    Brighton Plants © december Flickr
    Nom commun : Oxalide ou Oxalis à couleurs variées, Oxalide versicolore, Oxalis striées, Oxalide sucre d'Orge, Plante sucre d'Orge, Faux-trèfle bicolore, nommée par les anglais 'Striped-flowered wood sorrel' (Oseille des bois à fleurs rayées), les américains 'Candy cane sorrel, Barber's Pole* oxalis, en allemand 'Zweifarbiger Sauerklee, zweifarbigen Sauerklee' (trèfle décoratif bicolore), en espagnol 'Trebol bicolor', en japonais 'Shugäsutikku söruru' (bâton de sucre), 'Shiborikatabami'.
    Nom latin : Oxalis versicolor L*, un seul synonyme retenu Oxalis versicolor var. versicolor
    famille : Oxalidaceae.
    catégorie : vivace à petits tubercules ovales qui pousse en hiver et se met en dormance en été.
    port : touffe dressée, étalée parfois ramifiée, tapissante.
    feuilles :caduc d'un vert anis à vert sinople. Sur une courtes tige bouquet de petites feuilles alternes à 3 folioles étroits lancéolées certaines sont refendues en pointe en forme de gouge.
    floraison : longue mais ne s'ouvrant que lorsqu'il y a du soleil et s'il ne fait pas trop froid, et tardive de novembre à mars ou janvier à mars.
    Fleurs en forme de trompette (2cm) à corolle à 5 lobes se chevauchant les uns sur les autres, lorsqu elles sont à moitié ouvertes, elles font penser aux sucres d orge que l on trouve dans les fêtes foraines d'où le nom donné par les anglophones Candy cane sorrel.
    Les boutons floraux sont turbinés s'ouvrant comme un cornet en sucre d'orge, pédoncule légèrement duveteux d'un vert rougeâtre.
    couleur : sur le revers bicolore blanc pur et rouge cerise, dans un calice vert aux sépales marginés de rouge cerise, à l'intérieur corolle blanche marge légèrement balayé de rouge, fond de gorge jaune visible sur le revers.
    fruits : de petites capsules à deux valves.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0,15 m à 0,25m pouvant atteindre 0,50 m de large.
    plantation : à l'automne de la mi-septembre à début novembre à l'abri des gelées, dans un trou à une profondeur égale à 3 fois leur hauteur et un peu plus, si le sol est lourd mettre au fond du trou une poignée de sable. Tasser légèrement, arroser sans excès et patienter, les bulbes ont besoin des nuits fraîches pour se développer, compter ± 6 semaines.
    Les premières petites feuilles en forme de main apparaissent quelques semaines après la plantation en octobre, et les premiers bourgeons floraux en novembre.
    multiplication : par semis et par division des tubercules après le dessèchement du feuillage.
    sol : sablonneux à limoneux, riche en humus, surtout très bien drainé. Peut se cultiver dans des potées que l'on rentre l'hiver en serre froide ou jardin d'hiver pour profiter de sa floraison tardive loin des sources de chaleur.
    culture en pot : un mélange de terre franche et de terreau de feuilles enrichi à parts égales et du sable, arroser modérément jusqu'à ce qu'elle s'établisse, après la floraison arrêter les arrosages, le feuillage va se dessècher courant mai-juin, les reprendre en septembre.
    emplacement : soleil, mi-ombre partielle.
    zone de rusticité : 7 - 9, ailleurs récupérer les tubercules, les laisser sécher quelques jours à l'air libre, enlever la terre et les stocker au sec dans de la vermiculite ou un peu de tourbe. U-K hardiness H3; USDA zone 7a-9b.
    origine : Afrique du Sud, endémique à l'extrême pointe australe de la province du Cap-Occidental présente dans la région de Tulbagh; consulter la carte de l'Afrique du Sud.
    Introduite en Angleterre vers 1744 par l'écossais Francis Masson (1741 1805), jardinier au Royal botanic Garden de Kew qui effectué des expéditions entre 1772 et 1805 dans la région du Cape durant 10 années pour le compte des Jardins royaux Pdf.
    entretien : au fur et à mesure supprimer les fleurs fanées pour limiter la montée en graines et favoriser la floraison et la laisser vivre en paix, en respectant sa période de dormance estivale.
    Après la floraison, on constate progressivement un brunissement du feuillage, il faut juste suspendre l'arrosage et attendre quelques semaines son dessèchement total, il s'agit de son cycle naturel, elle entre dans une période de dormance durant laquelle il faut impérativement maintenir le substrat au sec et au frais.
    maladies et ravageurs : rien de signalé pour l'instant.
    NB : son nom Oxalis vient du grec 'oxys' qui signifie aigre faisant référence au suc aigrelet (acide oxalique) contenu dans les tiges succulentes et son nom spécifique versicolor versicolore (adj.) qui vient du latin 'versus' qui signifie tourné et de 'color' qui désigne la couleur, dont la couleur est changeante ou qui a plusieurs couleurs.
    Lors de son retour dans les jardins anglais, elle a été primée par la RHS* avec une médaille The Award of Garden Merit (AGM*), elle y a trouvé sa place dans les bordures, les plates-bandes, à l'avant des massifs fleuris et des mixed-borders, dans les rocailles, au pied des murets, sur les talus en couvre-sol d'arrière-saison ou tout simplement dans des potées pour animer à l'abri des pluies balcons, patios et terrasses ou encore à l'intérieur.

    En 1853 elle était présente, page 232 dans le volume 8 de la Flore des serres et des jardins d'Europe où elle est nommée Oxalis à couleurs variées, voir planche.
    Pl.36 Monographie des Oxalis de J. Von Jacquin (1752)
    "Le nom de versicolor qu'a reçu cette gracieuse Oxalis n'implique pas d'une mutation de coloris analogue celle des fleurs de Myosotis ou d'autres borraginées : il ne s'agit pas de nuances ou de teintes différentes se remplaçant l'une l'autre sur un point donne de la corolle aux diverses phases de l'anthèse, mais bien de l'apparence variée que prend ouverte ou fermée, elle laisse prédominer sur sa couleur générale tel ou tel des éléments qui la constituent. Élégamment tordus dans un même sens , dans la fleur prête a s'ouvrir ou dans celle qui se referme pour sommeiller durant la nuit, les pétales présentent , en cet état, les cinq bandes carminées de leurs bords externes , séparées par cinq bandes d'un blanc rosé; puis étalées en élégantes clochettes sous les rayons du soleil , les corolles montrent les teintes rose-tendre de leur limbe encadrant leur gorge à fond doré. Ainsi, dans cette aimable plante, la veille et le sommeil ne se manifestent pas seulement, comme chez toutes ses congénères, par l'attitude particulière des feuilles et des pédicelles, mais aussi par l'apparence diverse des fleurs.
    Il est facile, au reste, de marquer la place de cette délicieuse espèce entre les formes ornementales. C'est évidemment à côté des Ixia, des Linum, des Convolvulus, créations délicates et fugaces, qui semblent sourire à l'astre du jour et se recueillir dans une attitude modeste aux heures calmes de la nuit.
    Le genre Oxalis compte plus de trois cents espèces, éminemment variées pour la taille, les formes, la couleur florale et distribuées dans presque toutes les régions du globe, bien que plus particulièrement abondante dans l Amérique tropicale et vers la pointe australe de l Afrique. C est dans cette dernière région, vulgairement appelée le Cape , je crois que les espèces les plus recherchées dans les jardins, notamment notre Oxalis versicolor, qui, déjà introduite en Angleterre, vers 1774, par le voyageur naturaliste F. Masson*, était probablement connu avant cette époque dans la Hollande, alors si riche en produits de ses colonies et peut-être à Vienne, où le célèbre Jacquin* rassemblait dans les magnifiques serres de Schönbrunn les éléments de ses ouvrages iconographiques et de sa monographie des Oxalis publiée en 1752. Ce n est donc pas comme nouveautés que cette charmante plante figurent dans notre galerie de portraits, mais comme un objet qu on reverra toujours avec délice parmi la riante avant-garde des fleurs printanières." écrit par Jules E. Planchon*.

    Après révision en 2012 ce genre comprend 504 espèces de vivaces bulbeuses, tubéreuses ou rhizomateuses ou d'arbrisseaux au feuillage rappelant celui des trèfles, feuillage et fleurs ne s'épanouissant que lorsque l'ensoleillement est suffisant; des espèces originaires de l'Afrique du Sud, de l'Amérique du Sud et de l'Eurasie.
    Certaines d'entre elles, sont souvent considérées comme des pestes au jardin et dans nos potées, dont le très célèbre et détesté Oxalis des pépiniéristes, l'asiatique Oxalis corniculé Oxalis corniculata qui est présent en France et qui a été introduit aux États-Unis vers 1930.
    Propriétés & utilisations :
    Certaines espèces d'Oxalide ont des propriétés médicinales utilisées dans les pharmacopées traditionnelles locales. Elles contiennent des oxalates de potassium qui peuvent provoquer parfois de légère intoxication lorsque l'on mâchouille trop les tiges acidulées, pour celle-ci rien n'a été signalé.
    Les deux autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Oxalis acetosella L.*, Oxalis, Oxalide des bois, Oxalide petite oseille, consulter sa fiche.
    - Oxalis regnellii Miq., synonyme Acetosella regnellii Kuntze, Oxalis pourpre, consulter sa fiche.

    Quelques autres espèces :
    - Oxalis articulata Savigny, synonyme Acetosella articulata Kuntze, Oxalis articulée, originaire de l'Amérique du Sud (Paraguay), rhizomateuse, environ 10 cm de haut, feuillage vert clair à folioles velus, cordiformes, de l'été jusqu'à l'automne ombelles de petites fleurs d'un rose bonbon, gorge plus foncé, étamines jaunes. De nos jours carrément naturalisé en Europe, peut devenir envahissant avec ses rhizomes, zones 8-11.
    - Oxalis hirta L , synonyme Oxalis fulgida Lindl., originaire de l'Afrique du Sud dans la région du Cap, une bulbeuse de 20 cm de haut environ, feuillage linéaire, vert moyen, floraison hivernale ( de l'automne à l'hiver) rose bonbon à gorge jaune, zones 9-11.
    - Oxalis triangularis A. Saint-Hilaire. synonyme Acetosella triangularis  Kuntze, originaire du Brésil, 25 cm de haut environ, touffe à feuillage mat triangulaire pourpre avec un triangle centrale plus clair, petites fleurs blanches, période de dormance en été, zones 7-10.
    pl. 77 - Monographie des Oxalis - Joseph Von Jacquin (1752)
    - Oxalis purpurea L. , donné pour synonyme de Oxalis variabilis Jacq., originaire de l'Afrique du Sud, environ 10-15 cm de haut, feuillage vert à revers pourpre pouvant être légèrement pubescent, floraison hivernale ( pouvant selon le climat s'étaler de l'automne au printemps suivant) roses veiné de rose soutenu, lilas ou blanche à gorge jaune pâle, zones 8-10.
    - Oxalis pes-caprae L. synonymes Oxalis cernua Thunb., Oxalis lybica Viviani nommé Oxalis des Bermudes, originaire de l'Afrique du Sud, touffe de environ 35-40 cm de haut, feuillage vert acidulé, sur de très longues tiges à saveur acidulé, floraison de la fin du printemps à l'été d'un jaune vif, zones 7-10.
    - Oxalis rosea Jacq., synonyme Oxalis floribunda Lehm. ex Lindl. , originaire de l'Amérique du Sud présente au Brésil et au Chili, environ 10 cm de haut, feuillage vert clair à larges folioles cordiformes, floraison estivale (juin-septembre) rose bonbon, gorge plus foncé, étamines jaunes. Attention peut devenir envahissante, faisant partie de la liste des mauvaises herbes dans certains pays, zones 7-10.

    Dans l'abécédaire consulter la liste des autres espèces de bulbeuses présentes dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    *Barber's Pole, enseigne de barbier dans les pays anglo-saxonnes. Un poteau ou tube cylindrique marqué de spirales tricolores : bleu, blanc et rouge; le bleu pour les veines, le blanc pour les bandages et le rouge pour le sang.
    *Jacquin , Nicolas Joseph Von Jacquin (1727-1817) médecin, botaniste et philosophe viennois d'origine néerlandaise, François Ier d'Autriche le nomme en 1752 responsable du Jardin Impérial de Schönbrunn, dont il initie le catalogue, et pour ce dernier, il entreprend entre 1755 et 1759 comme botaniste-collecteur, un voyage aux Antilles et en Amérique Centrale. Un genre jamaïcain d'arbustes persistants de la famille des Theophrastacea, lui a été dédié par Linné Jacquinia. Abréviation botanique officielle Jacq.
    On lui doit sa monographie des Oxalis "Oxalis monographia Iconibus illustrata" publiée en latin à Vienne en 1752, l'édition de 1794 est consultable en ligne à la BHL où il la décrit page 51, illustration planche 77 et de nombreux ouvrages tel que 'Hortus botanicus vindobonensis en 3 volumes, publié à Vienne de 1770 à 1776, 'Plantarum rariorum horti caesari schoenbrunnensis, publié à Vienne de 1797 jusqu'en 1804.
    *L., abréviation botanique pour auparavant le médecin, botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné auparavant Carl Linnæus (1707-1778), à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *Masson, Francis Masson at the Cape and around the world: a life devoted to botany and natural science par Barbara Helly, consulter le Pdf.
    *Planchon , botaniste, médecin et professeur de science gangeois Jules Émile Planchon (1823 - 1888) qui au cours de sa carrière oeuvre entre autre à Kew Garden, où il est le conservateur de l'herbier de Sir William Hooker.
    < Professeur suppléant à la Fac des Sciences de Montpellier En 1881, il est nommé Directeur du Jardin des plantes de Montpellier, rendu célèbre par sa découverte sur la propagation du phylloxera venu d'Amérique qui s'attaque aux vignobles français, la ville de Montpellier décide en 1910 que le petit jardin public (situé face à la gare) créé en 1858 par les frères célèbres architectes-paysagistes Denis et Eugène Bülhler, lui serait dédié, portant le nom de square Planchon, un petit jardin exotisme avec une fontaine, un majestueux cèdre du Liban Cedrus libani, un immense arbre aux quarante écus Ginkgo biloba qui aujourd'hui est bien mal en point et il me semble bien un Févier d'Amérique Gleditsia triacanthos. Abréviation botanique Planch.
    *RHS, The Royal Horticultural Society, La Société Royale d'Horticulture, fondée à Londres le 7 mars 1804 qui décerne chaque année The Award of Garden Merit (AGM) à de nouvelles obtentions au cours du Chelsea Flower Show qui se déroule 5 jours durant du 23 au 27 mai à l'Hôpital Royal de Chelsea, à Londres. C'est l'une des plus grandes expositions florales au monde.
    natacha mauric © 10/01/2021 ® Jardin! L'Encyclopédie
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.//-->





compteur visiteur