Ginkgo biloba  - Arbre aux quarante écus
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    J.Reynaud © Université Lyon1
    Nom commun : Arbre aux quarante écus, Arbre aux mille écus, Ginkgo bilobé que l'on trouve ortographié dans des ouvrages anciens Ginkyo, mot qui correspondrait plus exactement à l'idéogramme chinois 'Shuïguö, yïn guö' qui désigne un fruit, nommé par les anglophones 'ginkgo, maidenhair tree', en allemand 'maidenhair baum', en espagnol 'árbol de culantrillo', en portuguais ' nogueira-do-japão, árvore-avenca'
    Nom latin : Ginkgo biloba L.*, synonymes Salisburia adiantifolia Sm., Pterophyllus salisburgiensis J.Nelson
    famille : Ginkgoaceae.
    catégorie : arbre d'une grande longévité pouvant étre millénaire, on rapporte qu'en Chine le plus vieux représentant aurait plus de 3500 ans.
    Un arbre dioïque peu ramifié, à l'écorce d'un gris pâle presque lisse, légères fissures superficielles qui avec les ans devient rugueuse, écailleuse et profondément crevassée virant au marron-gris, son système racinaire est pivotant.
    port : pour les jeunes sujets la forme est conique à la ramure oblique dirigée vers le haut, chez les sujets plus âgès la forme est plus ovée, les rameaux latéraux sont légèrement retombant.
    feuillage : caduc, au limbe plissé par les nombreuses nervures, marge ondulée et irrégulièrement crénelée, vert clair puis vert sombre au revers plus clair vviraant au jaune d'or à l'automne formant lorsqu'il est âgé un somptueux tapis d'un beau jaune doré brillant comme un écu. Bouquet de feuilles flabelliformes (en forme d'éventail ) formant un angle plat de 5 à 9 cm de large x 3.5 à 5 cm de haut au bout d'un grêle et long pétiolede 3 à 7 cm de long, leur permettant d'osciller sous le vent.
    Les bourgeons femelles sont coniques, petits et pointus, les mâles sont gros et arrondis.
    floraison : au printemps courant avril-mai. A l'extrémité des rameaux latéraux, les inflorescences mâles forment un bouquet de chaton qui porte de nombreuses étamines à 2 anthères, qui produisent énormément de pollen, les femelles sont axillaires longuement pédonculées, à l'aisselle de bractées squamiformes généralement par deux dont une avorte presque tout le temps.
    fruits : uniquement sur les pieds femelles, ce sont des ovules nus ronds à pédoncule de 2 à 3 cm, réunis en bouquet comme les cerises qui parviennent à maturité à l'automne. Un ovule qui contient une chambre pollinique en partie haute qui laisse perler à l'extérieur une goutte qui est prête à capter le pollen dispersé par le vent, les parties charnues toxiques sont des réserves pour nourrir l'ovule, elles dégagent une odeur fétide qui est due à la présence d'acide butyrique, odeur qui fait penser à celle du cérumen*. Attention cette substance peut chez certaines personnes produire des réactions dermatologiques allergiques.
    couleur : jaune pâle pour les châtons mâles.
    croissance : les premières années la croissance est assez rapide (de 1 à 6 ans), puis elle devient vraiment lente, assez déséspérante pour ceux qui le plante dans leur grand jardin.
    hauteur : 30 à 40 m.
    multiplication : en été par boutures de branches latérales au bois tendre qui donneront des arbres nettement moins beaux; par semis il faut impérativement auparavant durant un bon mois conserver les ovules à une température de 2°, une période de dormance qui va favoriser ensuite la germination, mais tous les ovules ne sont pas fécondés, il faut aussi les scarifier avant de les semer dans du sable, attention les plantules ont une racine pivotante qui est longue, il est judicieux de prévoir des godets profonds. Une humidité excessive risque de favoriser le pourrissement des ovules.
    plantation : c’est franchement un arbre à réserver aux parcs et aux grands jardins, que pourront contempler les arrières-petits-enfants des amateurs qui peuvent l'introduire dans leur jardin.
    sol : léger, frais surtout bien drainé à tendance calcaire qu'il apprècie, il ne supporte pas les sols acides et ceux qui sont trop lourds et trop humides.
    emplacement : soleil.
    zone : 3 -10, parfaitement adapté à la pollution atmosphérique. Une fois installé, il supporte bien la sécheresse mais elle ralentie sa croissance et tolère bien les embruns.
    origine : Chine méridionale tempérée et subtropicale, dans les forêts de feuillus au nord-ouest de la province du Zheijang sur le mont Tianmu, Tianmushan qui est une réserve naturelle reconnue en 1996 par l'UNESCO comme réserve de biosphère, elle est située à 230 km au sud-ouest de Shanghai.
    En Chine il existe encore des Ginkgos sauvages dans la basse vallée du Yang Tsen Kiang*.
    Sa première description vers 1690 par le médecin allemand Engelbert Kaempfer n'aura éveillé l'intérêt des botanistes et scientifiques qu'après la seconde guerre mondiale lorsque l'on découvre bien après le bombardement atomique d'Hiroshima le 6 août 1945*.
    entretien : n'oubliez pas de l'arroser les deux premières années après la plantation, supprimer les rameaux secs et le laisser vivre sa vie sans toucher à sa faible ramification, excellent sujet pour être traité en bonzaï
    maladies et ravageurs : à ce jour il n'a aucun ravageur connu et aucune maladie signalée.
    NB : il serait apparu il y a plus de 270 millions d'années, présent à l'époque des premiers dinosaures (40 millions d'années), un fossile vivant* unique représentant d'un genre totalement disparu, qui n'a pas évolué depuis cette époque.
    Son nom ginkgo ne se prononce pas comme le gin (alcool) mais comme le verbre geindre, l'idéogramme chinois est yinxing se prononce yin tsio, yin désigne la couleur argent et xing est le nom donné à l'abricot et son nom spécifique biloba bilobé fait référence à ses feuilles qui pour certaines ont deux lobes.
    le nom Arbre aux quarante écus fait référence à l'achat de 5 plants de ginkgo en 1788 auprès d'un botaniste anglais par le botaniste montpelliérain M de Pétigny pour un montant de 25 guinées*, ce qui correspond au paiement exhorbitant de 4 écus d'or pour chaque plant.
    Le premier spécimen d'Europe a été planté en 1730 au jardin botanique d’Utrecht, l'Oude Hortus fondé en 1723 est l'un des plus anciens jardins universitaires des Pays-Bas à découvrir avec ses anciennes serres en plein coeur de la ville.
    C'est un arbre sacré planté au cours des siècles près des temples pagodes par les moines bouddhistes et taoïstes.
    En 1830, à Montpellier on donne à Antoine Gouan des rameaux femelles prélevés sur le plus vieux sujet femelle d'Europe chez le collectionneur Monsieur Gaussen (Bourdigny -Suisse), en 1832 Raffeneau-Delile greffe des rameaux femelles sur le ginkgo mâle du jardin botanique, puis sur celui du jardin du carré du Roy, en 1835 première fructification, les années suivantes des rameaux sont envoyés aux autres jardins botaniques de l'Europe.
    Le plus vieux sujet mâle en France a été planté à Montpellier, en 1778 au Jardin botanique par Antoine Gouan ( don de Sir Charles Banks) il subsiste aujourd'hui la marcotte effectuée en 1795.
    A Paris vous pouvez en découvrir un spécimen historique planté en 1811 (selon sa plaque) au Jardin des Plantes dans le 5ième arrondissement, il serait issu d'une bouture de celui de Montpellier.
    En Corée du Sud dans le district de Namdong-gu qui est un district municipal d' Incheon, se trouve 2 ginkgos de plus de 500 ans plantés en 1519 à l’Université Sungkyungkwan, sous l'un d'entre eux Confucius (551 av. J-C. - 479 av. J-C.) aurait enseigner à ses disciples sa philosophie et ses doctrines.
    L'un d'entre eux à une hauteur de 21m et son tronc a une circonférence de plus de 7.30m.
    Les premiers sujets introduits en Amérique se trouvent à Philadelphie plantés en 1784.
    Depuis les années 1975, en Chine, Corée du Sud, Japon, États-Unis et en France dans la région bordelaise des plantations ont été créées afin de récolter le feuillage pour les laboratoires pharmaceutiques.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Ginkgo biloba cv. 'Dongtinghuang', obtention chinoise cultivée pour la grosseur de graines ovoïdes.
    - Ginkgo biloba 'Fastigiata', sujet mâle au port fastigié.
    - Ginkgo biloba 'Princeton Sentry', un sujet mâle au port étroit.
    - Ginkgo biloba 'Tremonia' un sujet mâle au port en colonne étroite et plus petit. Sur les formes femelles il faut se souvenir que les fruits tombés au sol sentent mauvais en pourrissant, voir ceux qui sont présents au jardin botanique de Montpellier.
    - Ginkgo biloba cv. 'Xiaofoshou' .
    - Ginkgo biloba cv. 'Yaweiyxining'.
    Propriétés et utilisations :
    Son bois clair, à grain très fin faiblement veiné est imputrescible et inifuge a toujours servi depuis la nuit des temps à la confection des autels et des temples du culte bouddhiste, à la fabrication des différents ustensiles utilisés dans la cérémonie du thé, de boulier, de pièces de jeux d'échecs.
    Son utilisation en Europe est déconseillée aux diabétiques, aux enfants, aux femmes enceintes et aux hémophiles, elle augmente le risque de saignement et chez certaines personnes provoquer des effets secondaires comme des maux de tête, des maux d'estomac et des réactions dermatologiques allergiques.
    Dans la pharmacopée traditionnelle chinoise et asiatique l'amande est utilisée pour traiter les incontinences et le feuillage y est réputée pour traiter les affections respiratoires comme l'asthme et la toux.
    En cataplasme les feuilles étaient réputées traiter les engelures, lavées puis conservées dans de l'alcool, la préparation est appliquée sur les ecchymoses et les ulcères.
    ginkgo biloba Les flavonoïdes contenues dans les feuilles, bisflavones (kaempferol) et hétérosides de flavones et flavonols, ont une activité antioxydante par capture des radicaux libres au niveau rétinien mais aussi cérébral.
    Ils ralentissent le vieillissement de la rétine et diminuent les troubles liés à la sénescence. A un effet sur les troubles de l'équilibre en agissant sur la neurotransmission sensorielle.
    Régule la perméabilité capillaire, vasodilatateur donc il améliore la mémoire, l'humeur par stimulation de la synthèse de dopamine.
    Utilisé en phlébologie pour ses action bénéfiques dans les insuffisances artérielles périphériques, veinotonique - action sur la paroi endothéliale, il permet d'économiser la vitamine C et remplace la vitamine P.
    Consommée tel que le goût de de cette 'amande' rappelle un peu celui de la pomme de terre et/ou celui du pignon de pin.
    En Chine et au Japon et peut être en Corée les amandes des ovules sont très recherchées pour être consommées grillées, au Japon les '"Pa-Kewo" remplacent les pistaches, et traditionnellement la coutume veut qu' elles soient offertes lors de la cérémonie du mariage, là elles sont teintes en rouge : "Hsi-Huo"
    A consommer avec modération car elles pourraient être toxiques pour certaines personnes.
    Et durant des siècles au Japon les ovules écrasées et broyées entraient dans la fabrication d'un savon astringent.
    Oeuvre littéraire :
    Johann Wolfgang Goethe écrit en 1815 un poème dans lequel il considère la belle feuille bilobée du ginkgo comme un symbole de l’harmonie et de l’amour, le Yin et le Yang naturels dont voici la traduction du germaniste français Henri Lichtenberger (1864 - 1941).
    Extrait du recueil de poèmes ' West-östlicher Divan', Le divan oriental-occidental dans le Livre de Souleika, rédigé à la suite d'une brève relation amoureuse avec la jeune comédienne autrichienne Marianne von Willemer, l'épouse d'un de ses amis, le banquier Johann Jakob Willemer lors d'une cure aux Thermes Aukammtal de Wiesbaden (Hesse) l'une des plus anciennes villes thermales d'Europe.
       "La feuille de cet arbre, qui, de l’Orient,
        Est confiée à mon jardin,
       Offre un sens caché
       Qui charme l’initié.

        Est-ce un être vivant,
        Qui s’est scindé en lui-même,
       Sont-ils deux qui se choisissent,
        Si bien qu’on les prend pour un seul ?

        Pour répondre à ces questions,
        Je crois avoir la vraie manière :
        Ne sens-tu pas, à mes chants,
        Que je suis à la fois un et double ? "
    Le livre de Souleika, première édition en 1819 fait partie d'un cycle de douze livres de poèmes, il y évoque les amours de Hatem et Souleïka ( lui et Marianne) où l'on découvre à travers les différents recueils sa sagesse philosophique et religieuse, ses relations avec le pouvoir et ses sentences morales et ses connaissances scientifiques, et un chapitres sur la Théorie des couleurs.
    Le divan d'Orient et d'Occident a été entrepris en 1914 suite à la découverte de la traduction dans sa langue du recueil de poésies persanes le Diwân de Hafiz, poète et philosophe Hâfez de Chiraz, Khâjé Hâfez Shirâzi (1310-1380), une oeuvre toujours éditée.
    illustration japonaise : ci-contre un rameau de ginkgo dans un ouvrage datant de la période Edo, cliquer dessus pour voir le grand format NDL Digital Collections, the National Diet Library of Japan.
    Ndl-Japan, livre illustré période Edo*

    Annotations :
    *cérumen, substance naturelle cireuse jaunâtre s&écrétée dans la portion du conduit auditif externe qui protège les oreilles des hommes et des mammifères des agressions externes (poussières, insectes, champignons et bactéries), c'est le nom donné à la cire d'oreille.
    *fossile vivant, il existe d'autres plantes fossiles (nommées scientifiques espèces relictes), telles que les fougères de la période carnonifère soit 320 millions d'années, les araucaria, dicksonia les Cycadacées et les Zamiacées, sans oublier celui que l'on nomme le fossile vivant, le Metasequoia glyptostroboides et le Koymaki, pin du Japon Sciadopitys verticillata. Ont été trouvé des fossiles de figues datant du Crétacé (70 millions d'années) au Montana, dans l'état de l'Utah des feuilles et fruits de sycomore datant de l'Oligocène (37 millions d'années), des pommes de pin datant du paléocène (65 à 23 millions d'années)
    *guinées, la guinée est une pièce de monnaie britannique en or qui eu cours de 1663 jusqu'en 1813, dont la valeur équivaut de nos jours à 1.17 et 1.56 €; autrefois 21 shillings, cet or était exploité à cet effet en Guinée.
    *L. Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, botaniste-naturaliste suédois à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l’espèce, c'est la base de la taxinomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivie d'un parution 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *6 août 1945 bombardement atomique américain suite au refus du Japon d'accepter le 26 juillet une reddition sans condition, qui sera suivi le9 août par celui de Nagasaki. Le 2 septembre 1945 à lieu la signature des actes de capitulation du Japon mettant fin à la Seconde Guerre mondiale qui avait débuté le 1er septembre 1939 par l'invasion allemande de la Pologne, une guerre qui implique la plupart des nations du monde contre les pays de l'Axe (Allemagne nazie, Italie faschiste et l'Empire japonais qui vaient conclu le 27 septembre 1940 un pacte tripartite reconnaissant l'hégémonie allemande sur une grande partie de l'Europe continentale,celle de l'Italie sur la Méditerranée et celle du Japon sur l'Asie orientale et le Pacifique.
    *Yang Tsen Kiang, le Yang-Tsé-Kiang, Yangtsé ou encore Yangzi Jiang, fleuve chinois de plus de 6 000 km qui est le troisième plus long fleuve au monde, arrivant après l’Amazone de plus de 7 025 kilomètres de long et les 6700 kilomètres du Nil qui prend sa source au Tibet dans les monts Tanggula pour terminer sa course en mer de Chine orientale à l'est de la Chine, au nord de la ville de Shanghai. Un fleuve au cours tumultueux alimenté tout au long de son parcours par 700 affluents et son bassin hydrographique et de 1,8 million de km², dans la province du Hubei a été achevé en 2009, après 17 années de travaux le barrage hydraulique des Trois-Gorges, le plus grand au monde de 3035m de largeur et 185m de haut, permettant aux navires de fort tonnage de remonter jusqu'à la ville de Chongqing située à son confluent avec la rivière Jialing dans la province du Séchouan. Les nouvaux projets d'aménagement mettent en danger sa biodiversité unique au monde et risque de perturber ses écosystèmes naturels abritant des espèces emblématiques dans ses zones humides, fertilisées par des crues saisonnières.
    Il est conseillé à ceux qui veulent effectuer des croisières de les prévoir entre avril et octobre.
    Nommé à tort le fleuve Bleu par les jésuites lorsqu'ils le découvrir dans l'Empire du milieu.
    natacha mauric © 27.06.2001 ® Jardin L'Encyclopédie
    - par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

les écus à l'automne






compteur internet