Leonotis  - Queue de lion
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Queue de lion, Crinière de Lion, Dagga Sauvage, autrefois Phlomide Queue de lion* , en afrikaner 'Wilde dagga', 'Klipdagga', en zoulou 'Umunyane', nommé par les anglophones 'Lion's Ear' ou 'Lion's Tail', en japonais 'caenxe wata' (Flamme de coton).
    Nom latin : Leonotis leonorus  (L.*) R. Br.*, synonyme Phlomis leonorus  L.
    famille : Lamiaceae.
    catégorie : vivace arbustive ou arbuste à souche ligneuse et aux tiges anguleuses.
    port : dressé, compact à cime arrondie et plus étalé en fin de saison, voir photo du bas.
    feuillage : caduc ou semi-persistant selon climat, aromatique, rugueux d'un vert avocat virant au jaune beurre, pubescent sur le revers surtout le long des nervures, marge crenelée vers la pointe. Longues et étroites feuilles opposées lancéolées aigües.
    floraison : longue de la fin du printemps à l'automne ( de juin/juillet à fin septembre selon climat), nectarifère visitée par les souimangas malachite Nectarinia famosa, des abeilles et des papillons. Le long des tiges verticilles de fleurs sessiles, velues, à longue corolle tubulaire bilabiée (celle du bas plus courte à 3 lobes), , court calice pubescent à 8-10 dents crénelées et mucronées. Inflorescences marcescentes.
    couleur : orange entre l'abricot et le citrouille à poils oranges.
    fruit : 4 nucules dans le calice contenant des graines noires.
    croissance : rapide.
    hauteur : 1 à 3 m pour un étalement de 080m à 1.50m et plus.
    plantation : de préférence au printemps ou à l'automne selon climat et latitude. Comptez 1 plant au m². Peut être déplantés avant l'hiver pour être replantés au printemps en région froide ou cultivé simplement dans des potées.
    multiplication : semis au printemps, prélévement de racine au printemps, bouture à l'étouffée en fin de printemps. N'oubliez pas de pincer les tiges pour favoriser la ramification et maintenir un port compact.
    sol : indifférent riche et bien drainé. Pour une culture en pot prévoir un mélange de terre, compost et sable avec un lit de gravier ou perlite au fond du pot pour préserver les racines de l'humidité, arrosez régulièrement en veillant à laisser sécher le substrat entre deux arrosages et durant la période de croissance effectuer un apport d'engrais pour plantes à fleurs.
    emplacement : plein soleil, à l'abri des vents violents pour préserver feuillage et floraison.
    zone : 9 - 11, tolère les embruns, aisément -5ºC, des températures avoisinants les -12 °C .
    origine : dans les prairies, les versants rocailleux et lisières de bois de l'Afrique du sud dans la province du Cap, à l'extrémité de la péninsule vers le Cap de Bonne Espérance, réserve naturelle depuis 1938, rattachée en 1998 au parc national de la Montagne de la Table (autrefois parc national de la péninsule du Cap), présent aussi au KwaZoulou-Natal et à l'est du Transvaal. Naturalisé dans de nombreux pays notamment au sud des États-Unis et dans les Caraïbes.
    entretien : rabattez les tiges après la floraison, protéger la souche avec un bon paillis, rabattre légèrement en fin d'hiver ou tout début du printemps pour favoriser une reprise touffue.
    Il redémarre aisément de souche après avoir subi les outrages des gelées.
    Les tiges florales sont d'excellentes fleurs coupées, à cueillir le matin, il faut carrément supprimer le feuillage qui a tendance à flétrir rapidement, idem pour le toupet terminale, penser à écraser les tiges lorsqu'elles sont ligneuses.
    maladies et ravageurs : en serre sujet aux aleurodes et aux acariens lorsque l'atmosphère est trop sèche, dédaigné par les cervidés.
    NB : son nom Leonotis  vient du grec 'leon' qui désigne le lion et de 'otis, otos' qui désigne l'oreille, faisant allusion à la ressemblance de la crinière du lion, et son nom spécifique leonorus est l'ancien nom du genre donné par Tournefort* qui signifie queue de lion, en grec 'oura ' désigne la queue, faisant référence aux verticilles. Les anglophones le nomme 'Wild dagga' le nom de dagga est celui donné au chanvre indien Cannabis sativa qui était déjà introduit, cultivé et consommé au pays des Caffres.
    Ce genre comprend 30 espèces d'annuelles, de vivaces, de sous-arbrisseaux ou d'arbustes, originaires de l'Afrique australe (10 espèces) et tropicale, sauf une que l'on retrouve aux Amériques en zone tropicale et en Asie du sud-est.
    Dans les jardins méridionaux ou ceux au climat océanique, le Léonotis à sa place dans les rocailles, les jardins secs en sujet isolé ou massifde quelques sujets, dans les massifs et en arrière-plan des mixed-borders, ailleurs à cultiver dans des potées ou en annuelle.
    Parmi les variétés et cultivars, citons :
    Leonotis leonorus  'Snow Tiger', Snow Tiger Lion's Ear, une obtention de Derick Pitman ( Sacramento - Californie, réputé pour ses hybrides d'Impatiens), moins de 1m, floraison tardive vers la fin octobre, d'un blanc rosé, la lèvre du bas est maculée d'orange foncé.
    Les suivants pour l'instant novembre 2014 sont commercialisés uniquement en Afrique du sud par un pépinièriste spécialisé dans la diffusion d'espèces autochtones et leurs hybrides.
    Leonotis leonorus  var. albiflora  Benth., d'un blanc rosé.
    Leonotis leonorus  'Golden Velvet’, plus trapu mais sa floraison est plus longue et ses fleurs plus veloutées, les poils sont hirsutes, d'un orange-jaune couleur de la chair de la clémentine.
    Leonotis leonorus  'Harrismith White' a des fleurs d'un blanc crème velouté (couleur glace à la vanille) la lèvre inférieure est couleur melon pâle, base tubulaire lavé de la même couleur, de loin il a une couleur coquille d'oeuf rosé vraiment superbe.
    Leonotis ocymifolia  ‘Velvet Sands’, une hybridation spontanée trouvée dans les dunes, excellente résistance à la sécheresse évidemment, Verticilles ovoïdes de longues fleurs d'un blanc crème cuisse de nymphe.
    Leonotis leonurus  'White Lion', sa floraison est donné pour être blanche, je dirai une très pâle chair de melon brodé.
    Propriétés et utilisations :
    Le Leonotis leonorus  est vénéré par les Hottentots et Bochemans qu'ils nomment "dacha ou dagga, planter près des habitations pour éloigner les serpents.
    Tenir éloigné les enfants de son feuillage chargé en substances résineuses et de ses boutons floraux doux comme du velours.
    Dans la pharmacopée traditionnelle zoulou, Sotho et Xhosa, son feuillage est réputé pour ses propriétés antibactériennes, antalgiques, anti-inflammatoires, anti-oxydantes, anti-virales, antiparasitaires, et antifongiques, euphorisantes, relaxantes, sédatives, purgatives et vermifuges. Les feuilles ou les racines sont réputées en usage externe pour traiter les morsures de serpent, soulager les piqûres d'insectes, les crampes musculaires, les démangeaisons cutanées, les furoncles, eczémas et autres maladies cutanées et les hémorroïdes.
    En décoction, les feuilles et les racines séchées sont prescrites pour traiter soulager les maux de tête et les migraines, l'asthme, les bronchites, les rhumes et calmer la toux, réputées aussi traiter l'hypertension artérielle, troubles cardiaques, l'hépatite virale et le diabète serait confirmé par des études cliniques pour le diabète de type 2.
    Des études sur des extraits de ce feuillage ont confirmé ses propriétés anti-inflammatoires et hypoglycémiques, cardiovasculaires et antidiabétiques, il y aurait aussi des applications dans le traitement des disfonctionnements menstruelles, l'hémorragie utérienne et la dysménorrhée.
    Ses fleurs, comme d'autres espèces du genre contiennent de la léonurine un alcaloïde sont régulièrement fumées par les autochtones et consommées sous forme d'infusion au goût amer.
    Autre espèce présente dans l'Encyclopédie :
    Leonotis nepetifolia  (L.) R. Br., consulter sa fiche.
    Quelques autres espèces :
    Leonotis dubia  E. Mey., synonyme Leonotis ocymifolia  (Burm. f.) Iwarsson, présente de l'Afrique de l'est à l'Afrique du Sud (Natal), vivace ou arbrisseau de 1 à 2,50 m, de haut, son feuillage est plus ovale à marge crenelée, en verticille globuleux floraison couleur chair de melon de la fin de l'été au début de l'hiver selon climat, l'aspect des fleurs est plus hirsute, c'est aussi une plante médicinale importante dans la pharmacopée locale.
    Leonotis dysophylla  Benth., synonyme Leonotis intermedia  (Burm. f.) Iwarsson, localement 'Munca', se rencontre dans l'est de l'Afrique notamment en Ethiopie, arbrisseau d'environ 2m, floraison en verticille ovoïde de couleur citrouille de la fin de l'été à l'automne, c'est aussi une plante médicinale.

    Annotations :
    *Phlomide queue de lion, citée dans la Flore bordelaise: ou, Tableau des plantes qui croissent naturellement aux environs de Bordeaux, ..' par Jean-François Laterrade 1892.
    *L, abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *R.Br., abréviation botanique pour le chirurgien, botaniste-naturaliste écossais Robert Brown (1773 - 1858), l'un des plus célèbres du Royaume-Uni, spécialiste de la description et de la classification des végétaux , il s'intéresse à l'étude des pollens.
    - nmauric© 15/09/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

un compteur pour votre site