Nymphaea caerulea  - Lotus bleu d'Égypte
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Lotus Bleu, Lotus d' Égypte, nommé par les anglophones 'Egyptian Lotus'.
    Nom latin : Nymphaea caerulea  Savigny*, synonymes Nymphaea capensis  Thunb., Nymphaea caerulea  Andrews, Nymphaea edgeworthii  Lehm., Nymphaea hookeriana  Lehm., Nymphaea punctata  Edgew., Nymphaea scutifolia  DC.
    famille : Nymphaeaceae.
    catégorie : vivace aquatique.
    feuillage : flottant, persistant, vert brillant, épais, écussonné avec des tiges charnues et rigides. Feuille de 40 cm, à l'ovale arrondi, irrégulièrement denté, fendue à la base, tachetée de pourpre sur le revers.
    port : étalé.
    floraison : de juin à septembre, parfumée, nectarifére visitée par les abeilles, s'ouvrant le matin durant 3 jours, bien au-dessus du niveau de l'eau. Fleur de 7-15 cm, une vingtaine de pétales étroits, pointus, implantés en spirale, étamines entre 30 et 190.
    couleur : bleu tendre, blanc vers le centre, aux étamines jaune.
    fruits : baies charnues, mûrissant sous l'eau, les graines comestibles conservent leur propriété germinative durant des siècles.
    croissance : rapide.
    hauteur : immergée 25-45 cm, envergure 1 à 1,50 m.
    plantation : au printemps, dans des pots, planter dans du limon, immersion d'au moins 40 cm.
    multiplication : au printemps par semis, ou division des rhizomes tubéreux (possible aussi en été).
    sol : limon enrichi tous les ans.
    emplacement : chaud, plein soleil, en eau calme. Idéal pour les vasques, petits et moyens bassins.
    zone : 9 - 12 Température minimale 10°.
    origine : Égypte, Afrique.
    entretien : sous climat froid, les enlever, faire hiberné en serre froide ou conserver les rhizomes dans du sable humide.
    maladies et ravageurs : peut-être sujet aux pucerons, à la galéruque du nénuphar Galerucella nymphaeae un petit coléoptère dont les larves noires dévorent les feuilles, il passe tout son cycle de vie au milieu d'une feuille à l'abri de tous les prédateurs.
    Le bord des feuilles est également grignoté par la chenille jaunâtre de la pyrale du nénuphar Nymphula nymphaeata.
    Il est sensible à une maladie cryptogamique Ramularia nymphaearum qui provoque des taches foliaires.
    NB : son nom Lotus  vient du grec "lotos", désigne des plantes de la famille des légumineuses. Pour Linné et les botanistes, le lotus est le lotier.
    Ce genre comprend une cinquantaine d'espèces de vivaces aquatiques persistantes ou caduques, rustiques ou tropicales, à floraison diurne ou nocturne, plus ou moins odorant suivant l'espèce. A ne pas confondre avec le Lotus sacré Nelumbo nucifera , de l'hindouisme et du bouddhisme.
    Ce Lotus bleu, est aussi avec le Nymphaea lotus , le Lotus sacré des Égyptiens "sushin", que l'on retrouve stylisé sur les fresques, les chapiteaux des temples, aussi chez les Assyriens.
    Le Nymphéa  serait né d'une nymphe morte de jalousie pour Héraclès ( récit de Pline).
    H.S Conard (1905)
    Dans la mythologie grecque et romaine, il est dédié aux divinités protectrices des jeunes filles et déesses des eaux.
    Propriétés et utilisations :
    Les tiges, les rhizomes et les graines sont comestibles, utilisée depuis la nuit des temps pour ses propriétés calmantes et sédatives (rhizomes et fleurs).
    Appelé autrefois "L'herbe aux Moines" coupant les élans amoureux.
    L'analyse chimique a prouvé que certains d'entre eux contiennent plus ou moins de la nuciférine et de la nor-nuciférine.
    Autre espèce :
    Nymphaea nouchali  Burm.f. est donné comme synonyme de Nymphaea caerulea  Savigny, voir illustration ci-contre, planche 8 dans "The waterlilies: a monograph of the genus Nymphaea" par Henry Shoemaker Conard (1905), Published by the Carnegie Institution of Washington, contributed by University of Toronto (Earth Sciences), Canada.
    Autres espèces de lotus ou nénuphars, présents dans l'Encyclopédie :
    - Nelumbo nucifera  Gaertn. Lotus sacré, consulter sa fiche.
    - Nymphaea lotus  L., Lotier d'Égypte, consulter sa fiche.
    - Nymphaea x , Nénuphars hybrides, consulter la fiche.

    Dans l'abécédaire, consulter la liste des autres aquatiques ou semi-aquatiques présentes dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    Savigny, abréviation botanique pour le botaniste collecteur Provinois Marie Jules César Lélorgne de Savigny ( 1777-1851 ) .
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site