Le Monde des Roses - Classification des rosiers
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


       Classification d'autant plus sommaire que la généalogie des rosiers est si complexe que les spécialistes ne sont pas toujours d'accord entre eux. En effet pendant des siècles seule dame nature les féconda, aujourd'hui le rosiériste hybrideur se charge de cette opération dans des conditions scientifiques rigoureuses mais, entre temps, les croisements effectués ne furent pas toujours notés.
    Si la frontière est parfois mince entre un groupe et l'autre, on peut malgré tout distinguer les catégories suivantes.

    Les rosiers botaniques et les rosiers anciens

    Les rosiers botaniques, originaires du Nord de l'Europe, d'Asie ou du Moyen-Orient, sont pour la plupart de grands arbustes aux fleurs simples, des grimpants ou des couvre-sol vigoureux dont l'unique floraison en début d'été est suivie d'une fructification colorée décorative. Des églantiers sauvages en quelque sorte comme Rosa rubrifolia (Rosa glauca) ou Rosa canina  qui sert de porte greffe à certains hybrides en raison de sa résistance et de sa tolérance au calcaire. Certains de ces "églantiers" présentent un feuillage remarquable, composé de 11 à 15 très petites folioles dentées tels Rosa prumula ou Rosa sericea. Ce dernier étant surtout connu pour sa variété ptéracantha aux larges aiguillons rouges translucides.
    Dans cette catégorie on trouve aussi Rosa gallica connue depuis l'Antiquité et Rosa chinensis à l'origine des hybrides cultivés, des lianes comme Rosa banksiae ou Rosa gigantea, ou encore des grands buissons comme Rosa moschata, R.osa multiflora ou Rosa rugosa si apprécié pour son beau feuillage rugueux et sa rusticité.
    Par convention, les roses classées dans les groupes existants avant 1867 constituent les Roses Anciennes.

    Les rosiers européens

    - Les rosiers galliques :
    En fonction de l'effet recherché et de sa durée, qui ne seront pas les mêmes pour un jardin de résidence secondaire que pour celui d'une maison de ville, vous sélectionnerez un rosier à floraison unique, remontante ou continuelle.

    -
    Les rosiers de Damas (Rosa gallica et Rosa moschata) :
    Originaire du Moyen-Orient Rosa damascena donna naissance aux premiers rosiers cultivés pour la fleur coupée. Actuellement les fleurs agréablement parfumées des Damas sont toujours utilisées en parfumerie au Maroc ou en Bulgarie.
    Plus grands que les Galliques (jusqu'à 2,5m) leurs fleurs groupées en bouquets lâches, sont doubles, blanches, roses ou rouges. Le feuillage est clair, plus allongé que celui des Galliques et les tiges épineuses.
    De la variété Rosa damascena semperflorens, qui possède un gène lui permettant de refleurir au cours de la saison, descendront les premiers rosiers remontants Européens.

    - Les rosiers de Portland (Rosa gallica et Rosa damascena semperflorens) :
    Personne n'est totalement d'accord sur l'origine de Rosa portlandica apparue à la fin du XVIIIème siècle. Son caractère légèrement remontant lui vient-il d'un rosier de chine, est-elle issue d'un croisement entre Rosa gallica 'Officinalis' et un rosier de Damas comme on le pense aujourd'hui ? Qu'importe ! Ces arbustes de petite taille, solides et parfumés ressemblent aux Galliques si ce n'est qu'ils sont remontants et qu'en raison de pédoncules courts, leurs fleurs semblent s'appuyer sur le feuillage.

    - Les rosiers Alba (Rosa canina, Rosa gallica et Rosa damascena) :
    Les descendants de Rosa x alba ont des fleurs blanches ou rose très pâle groupées en bouquets. Ce sont de grands buissons  rustiques, sains, au feuillage vert glauque.

    Les rosiers (Rosa damascena et Rosa x alba) :
    Rosa centifolia cultivée dès 1596 en Hollande est sans doute née d'un croisement entre un rosier de Damas et un rosier Alba.
    Les rosiers Centfeuilles sont de grands buissons à feuilles pubescentes, arrondies, sombres et mates. Les fleurs très doubles, le plus souvent roses, sont très parfumées. La particularité de ces fleurs pleines, souvent représentées par les grands maîtres du XVIIIème, est de ne pas s'ouvrir à plat mais de conserver cette forme ronde globuleuse qui leur a valu le nom de Rose Chou.

    - Les rosiers mousseux :
    Rosa centifolia 'Muscosa' est une mutation apparue à partir de rosiers Centfeuilles.
    La caractéristique des rosiers mousseux est de présenter de nombreuses soies glanduleuses sur le bord des sépales. Celles-ci forment comme une mousse autour du pédoncule, mousse qui semble se prolonger sur les tiges couvertes d'une multitude de petits aiguillons fins. Le parfum prononcé de Rosa centifolia est renforcé par celui, résineux, de la mousse.

    Les rosiers de Chine et d'Asie
    Dès leur arrivée en Europe vers 1790 les premières variétés de rosiers de Chine - obtenues par les jardiniers chinois au cours des siècles - connurent le succès en raison de la diversité de leurs coloris et surtout de leur floraison remontante, parfois même presque continuelle. Ce patrimoine génétique fut plus tard utilisé pour obtenir par hybridation les rosiers Noisette et les rosiers Thé.

    - Les rosiers de Chine :
    Les descendants de Rosa chinensis sont des buissons ou de petits grimpants assez sensibles au froid. Cependant dans de bonnes conditions, leurs fleurs s'épanouissent pendant la majeure partie de l'année. Hormis l'exceptionnel Rosa chinensis mutabilis leur coloris varie du rouge cerise cramoisi au rose pâle. La silhouette est aérée, les tiges souples et fines. Le feuillage vert, allongé, est légèrement brillant.

    - Les rosiers Thé :
    Rosa x odorata, l'ancêtre des rosiers Thé, est un hybride entre Rosa chinensis et Rosa gigantea. Elle a transmis à sa descendance sa floraison remontante, des tons roses ou parfois jaune pâle, un caractère grimpant, mais aussi une faible rusticité. Les fleurs solitaires étant portées par des tiges souples, le port de l'arbuste est léger.
    Les rosiers Thé, buissons ou petits grimpants, furent très cultivés sur la Riviera au début du siècle dernier en raison de leur floraison presque continuelle au soleil. Ils sont aussi très présents en Californie et en Australie

    Rosa rugosa et les rosiers rugueux :
    Rosier d'Asie plutôt que de Chine, puisqu'on le trouve aussi en Corée et au Japon, Rosa rugosa est arrivé en Europe en 1784. Le type est un arbuste rustique et vigoureux, reconnaissable à son beau feuillage vert foncé gaufré. Les grandes fleurs simples roses, blanc pur ou pourpres laissent voir une belle couronne d'étamines dorées. Elles sont suivies d'une importante fructification de gros cynorhodons ronds, rouge orangé.

    Les rosiers des colonies

    - Les rosiers Noisette :
    Issus d'un rosier né en Caroline du Sud les rosiers "Noisette" sont des variétés obtenues de semis ou croisement, par Louis Noisette, pépiniériste vivant en France.
    Ce sont des buissons ou des sarmenteux à tiges souples qui, comme leur ancêtre Rosa x odorata, sont assez sensibles au froid et préfèrent une situation protégée. La floraison est remontante, presque continuelle en climat doux. Les fleurs, groupées en bouquets légers, ont des tons pastel. Elles varient du jaune pâle au rose, en passant par les crèmes, ocrés ou saumonés.

    - Les rosiers Bourbons (Rosa chinensis et Rosa damascena semperflorens)
    Remarqué dans l'île Bourbon (île de la réunion) au début du XIXème siècle, Rosa x borboniana le premier rosier Bourbon, était un rosier aux fleurs semi-doubles, rose vif, parfumées. Ses descendants croisés avec des rosiers Galliques ou de Damas, sont très rustiques. D'autres issus de R. x odorata ont donné naissance à de nombreux hybrides de Thé remontants roses.

    Les rosiers "modernes"

    Les rosiers buissons à grandes fleurs
    -
    Les hybrides de Thé
    Rosa x odorata avait donné naissance à un groupe des rosiers qui malheureusement ne fleurissaient qu'une fois. Au XIXème siècle une longue succession de pollinisations, de croisements, de greffes, semis et sélections dans le but d'obtenir une rose qui non seulement soit remontante mais aussi tienne bien en vase et soit assez régulière pour être commercialisée, déboucha sur une nouvelle race : les Hybrides de Thé.
    Ces rosiers, arbustes ou petits grimpants, sont le plus souvent uniflores (une seule fleur au bout d'une longue tige). Ce sont des arbustes aux rameaux dressés, un peu raides. Le feuillage abondant est vert moyen à vert foncé, lisse et souvent brillant. Les fleurs doubles, en coupes turbinées, sont très parfumées.
    Élégance des fleurs et des boutons pointus, grande variété de coloris et parfum, on comprend que les Hybrides de Thé soient principalement cultivés pour la fleuristerie. Au jardin ils font beaucoup d'effet groupés en massifs. Cependant, même si les variétés modernes sont plus robustes, ce sont généralement des rosiers qui demandent un certain nombre de soins et n'aiment pas trop la concurrence des vivaces.

    - Les hybrides modernes à grosses fleurs
    Après avoir obtenu une rose de forme presque parfaite, les rosiéristes travaillèrent au XXème siècle à en élargir la palette de couleur. près avoir obtenu une rose de forme presque parfaite, les rosiéristes travaillèrent au XXème siècle à en élargir la palette de couleur. En effet les tons jaunes ou orange vifs manquaient chez les Hybrides de Thé. Ils obtinrent des tons nuancés, des coloris changeants… et sélectionnèrent en même temps les rosiers les plus vigoureux et les plus sains.
    Peu à peu la création évolua vers une race de buissons touffus et compacts, aux fleurs aussi belles et aussi parfumées que celles des Hybrides de Thé mais à l'aise dans tous les jardins. Noter que le coté "naturel" de ces rosiers est principalement dû au fait que leurs fleurs sont réparties sur de courts rameaux secondaires tout au long des branches principales, au lieu de fleurir au bout de longues tiges uniflores.

    Les rosiers buissons à fleurs groupées
    - Les rosiers Floribunda et Polyantha
    La création des rosiers Floribunda et Polyantha est due à l'introduction de R. multiflora, une espèce indigène au Japon et en Corée, qui fleurit en larges bouquets pyramidaux. Ces rosiers vigoureux, rustiques et remontants, présentent des inflorescences regroupant plusieurs roses au bout de chaque tige. Selon les variétés ces bouquets floraux  peuvent aller de 5 à 6 roses jusqu'à plusieurs dizaines.
    Les Polyantha diffèrent des Floribunda par leur taille plus petite (50 à 80cm) et un port plus compact. Les deux groupes produisent tout au long de la saison de nombreuses fleurs semi-doubles à doubles, généralement sans parfum.
    Les rosiers miniatures sont des Polyantha nains ou mini Floribunda de très petite taille (20 à 50 cm) obtenus à partir d'un rosier de Chine nain.

    Les rosiers paysagers
    Cette nouvelle appellation regroupe des arbustes robustes, florifères, qui ont en commun un port naturel. Ils peuvent être à végétation érigée ou couvre-sol mais leurs qualités premières sont d'être rustiques et de demander peu de soins.
    Certains n'ont de "moderne" que l'allure puisque l'on range dans cette catégorie aussi bien des hybrides de Rosa rugosa que des Hybrides Musqués ou des Floribundas. Utilisés à l'origine pour former des haies fleuries, garnir des talus, des bords de routes ou de bâtiments, ils ont été adoptés par les jardiniers qui cherchaient des variétés solides, fleurissant longtemps et ne demandant qu'un entretien minimum.

    Les rosiers grimpants et les rosiers lianes
    Attention à ne pas confondre rosiers "remontants" (qui fleurissent plusieurs fois au cours de la saison) et rosiers "grimpants" ou sarmenteux.

    - Les rosiers grimpants :
    Les rosiers grimpants développent de longues tiges qui doivent être palissées sur un support. Les sarmenteux à tiges souples habillent pylônes, tonnelles et pergolas, tandis que les grimpants à tiges rigides  garnissent les façades.
    Les uns, issus de R. arvensis, R. multiflora, R. setigera ou R. wichuraiana ont un port sarmenteux d'origine. Les autres, un peu moins vigoureux, sont des mutations du buisson du même nom et présentent les mêmes caractéristiques. Leur nom est alors celui de la variété mère accompagné de l'adjectif.

    - Les rosiers lianes :
    Descendant en ligne directe des rosiers botaniques, les rosiers lianes ne peuvent être rattachés à un type commun.
    Les hybrides de Rosa gigantea ont une vigueur exceptionnelle, Ce sont des rosiers solides aux longues pousses épineuses qui ne nécessitent ni taille, ni entretien. D'autres, comme les rosiers de Banks (Rosa banksiae) sont inermes et présentent un beau feuillage foncé, un peu brillant, presque persistant. D'autres encore comme Rosa filipes sont choisis pour le coté spectaculaire de leur floraison en larges panicules.
    Sauf exception (on vient de voir apparaître quelques rosiers lianes à floraison remontante) les lianes n'offrent qu'une seule floraison, abondante, en début d'été. Celle-ci est souvent suivie d'une fructification décorative rouge ou orangée qui prolonge leur intérêt jusqu'à l'hiver.
    Noter que les hybrides Rosa banksiae, de Rosa bracteata ou de R.osa laevigata, sont malheureusement réservés aux climats doux.

    Les rosiers anglais
    Facile   Coté rosiers la querelle des anciens et des modernes opposait les amateurs de belles fleurs rondes et de floraisons spectaculaires, aux partisans des buissons remontants. C'est alors que, au début des années soixante, sont apparus les "Rosiers Anglais", nom donné par David Austin à ses créations nées d'un croisement entre des rosiers anciens (Gallica, Damas, Bourbons...) et des rosiers modernes (Hybrides de Thé et Floribundas). C'est de ce parent qu'ils tiennent une bonne remontance et des coloris jaunes ou abricotés qui sont très rares chez les rosiers anciens. En revanche ils ont conservé la grâce de leur autre ancêtre. On est loin des boutons pointus et des fleurs turbinées des hybrides de Thé.
    Pour faire simple : Les rosiers anglais ont le charme et l'allure de rosiers anciens (port élevé ou arbustif, parfum puissant, belles fleurs rondes souvent en coupe...) mais sont remontants.
    Catherine Baral®
    - 28/10/00 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites

    Retour au Sommaire du Monde des roses
    Plantation des rosiers
    L'entretien et les soins
    La taille
    La multiplication
    Les différentes espèces et variétés





    //én du public et/ou l’exploitatio
compteur imingo