Plantation des rosiers, quelques conseils
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Votre liste de rosiers est prête. Vous avez consulté les catalogues, les pages de l'encyclopédie.… C'était le plus agréable. Il vous reste, pour mettre toutes les chances de votre coté, à prendre quelques précautions pour bien les acheter et les planter correctement.

    Avant la plantation, choisir l'emplacement

    Bien que certains - notamment les Alba et les Gallica - acceptent une ombre légère, tous les rosiers aiment le soleil.
    Il leur faut une situation aérée mais abritée des vents froids, un sol profond, riche, frais et bien drainé. Seuls les sols calcaires, crayeux ou très pauvres présentent un problème. Dans ce cas il est préférable de s'adresser à un spécialiste et demander des variétés greffées sur Rosa canina qui s'adapteront à un terrain calcaire ou, dans les situations extrêmes, de faire une fosse remplie d'une terre de qualité mélangée à une bonne dose d'humus sous forme de compost bien décomposé.        
    Par précaution évitez tout emplacement ayant récemment accueilli des rosiers. Le sol peut être appauvri et maladies ou parasites y persister.   

    Préparer le sol

    Les puristes diront qu'il faut préparer le sol un, voire deux, mois à l'avance. Ce n'est pas toujours possible mais essayez au moins de creuser le ou les trous une semaine avant la plantation. Ces trous seront larges (50cm) et profonds.
    Si votre terrain est lourd et humide vous pouvez en améliorer le drainage avec une couche de sable grossier. Si non, comme les rosiers sont gourmands, contentez-vous d'enfouir au fond des trous une poignée de poudre d'os, de corne broyée ou d'engrais retard spécial rosier qui sera recouverte d'une couche de terre afin de ne pas être en contact direct avec les racines.
    Pensez à la taille adulte de vos rosiers afin de prévoir correctement leur espacement. Isolés, les grands rosiers paysagers ont besoin d'1,5 m environ, utilisés en haie espacez-les d'1m seulement afin que leurs branches s'entrelacent. Prévoir de 0.60 à 0.80m entre les rosiers buissons modernes. Les hybrides de Thé plantés en massifs sur plusieurs rangs en quinconce, seront espacés de 0.50m.

    Acheter

    Selon la saison et le mode d'achat, sur place ou par VPC, les rosiers s'achètent à racines nues ou en conteneurs. Tous doivent présenter au moins 3 tiges de la grosseur d'un crayon et celles-ci doivent être disposées de manière équilibrée au-dessus de la greffe.

    - Achat par correspondance :
    À moins d'attendre les fêtes des plantes nombreuses au mois de mai ou d'habiter près d'un rosiériste obtenteur, si vous cherchez une variété ancienne vous devrez le plus souvent faire appel à un spécialiste qui vend par correspondance. C'est à lui aussi que vous vous adresserez si vous  cherchez un porte-greffe adapté à votre terrain.
    Les catalogues des rosiéristes vous donneront des indications sur la taille, la rusticité, la floraison des différentes variétés proposées, cependant ne comptez pas trop sur eux pour vous signaler une sensibilité particulière à l'oïdium ou au marsonia. Renseignez-vous auparavant.

    - Achat sur place :
    Si vous préférez choisir de visu vous avez le choix entre pépiniéristes, jardineries ou grandes surfaces. Les deux premiers proposent des variétés qui ont fait leurs preuves et sur lesquelles vous trouverez facilement de la documentation. Elles ne vous décevront pas. Les grandes surfaces proposent, en saison, des rosiers à bas prix.
    Vous pouvez y faire de bons achats, attention cependant aux erreurs d'étiquetage. D'autre part les rosiers multipliés en grand nombre n'y ont parfois pas d'autre dénomination que "rosier buisson rouge" ou "rosier miniature jaune".

    - Rosier à racines nues :
    La vente des plantes à racines nues est autorisée à partir d'octobre mais ne vous précipitez pas, vous risqueriez  d'acheter un rosier arraché précocement et dont le bois n'a pas eu le temps de bien mûrir. Bien qu'il ne soit pas facile de le vérifier, car elles sont généralement masquées par un manchon de tourbe ou de mousse, les racines de ces rosiers doivent être souples et fibreuses. Rapportez immédiatement au vendeur toute plante dont les racines s'enroulent sur elles-mêmes en "chignon". Les tiges doivent être vertes et lisses, leur écorce ni ridée, ni marquée de taches brunes ou noires.
    En fin de saison les rosiers présentant de longues pousses vert pâle doivent être refusés. Ils ont trop séjourné dans le magasin chauffé et éclairé. Leur végétation trop développée supporterait difficilement la transplantation et leur reprise serait lente.

    - Rosier en conteneur :
    Le feuillage des plantes en conteneur ne doit pas présenter de traces  de maladies, Vérifiez aussi l'absence de parasites sur les feuilles comme à la surface de la terre.
    Si de nombreuses racines sortent par les trous du pot, c'est mauvais signe. Il y a de fortes chances pour qu'elles se soient enroulées car le rosier est depuis trop longtemps dans son pot. À contrario s'il vous semble qu'il bouge et n'est pas ancré dans son conteneur, c'est peut-être un rosier à racines nues récemment planté et il n'y a pas de raison de le payer plus cher. Quoi qu'il en soit le terreau léger à base de tourbe utilisé dans les conteneurs n'est pas vraiment apprécié des rosiers qui ont parfois du mal à bien s'installer. Vous aurez intérêt à retirer un peu de ce mélange en écartant doucement les racines (sans casser la motte) avant de le replanter.

    Conserver
    Si les rosiers en conteneurs peuvent être plantés en toute saison, les rosiers à racines nues se plantent en période de repos végétatif, à la fin de l'automne ou en hiver, hors période de gel. Si vous ne pouvez pas les mettre en terre immédiatement après l'achat il est possible, pour quelques jours, de les conserver dans un lieu frais mais protégé du gel, en vérifiant qu'ils ne se dessèchent pas. S'ils doivent attendre plus longtemps la meilleure solution est de les mettre en jauge dans une tranchée à l'ombre, les racines recouvertes de terre ou de sable humide.

    La plantation

    Préparer le rosier :
    Le jour de la plantation le sol ne doit être ni gelé, ni trop sec. La terre sera fraîche mais non trempée afin de ne pas se compacter en une masse qui asphyxierait les racines.

    Rosier à racines nues :
    Habillez-le : Rabattez les tiges à 15/20cm du point de greffe, au-dessus d'un œil orienté vers l'extérieur, et supprimez avec un sécateur bien propre les racines abîmées. Les autres seront raccourcies à 20cm puis plongées dans un seau de pralin et enduites de cette boue obtenue, soit à partir d'une poudre du commerce, soit en mélangeant terre argileuse, bouse de vache et eau.

    - Rosier en conteneur:
    Le conteneur sera immergé dans un seau d'eau pendant 15mn minimum afin que la motte de terre soit bien humide. Ensuite seulement vous presserez ou roulerez doucement le pot de plastique pour en extraire le rosier.

    Planter :

    - Rosier à racines nues :
    Étalez les racines dans le trou et vérifiez la hauteur du rosier afin que le bourrelet de greffe soit au niveau du sol ou légèrement au-dessus. À ce sujet deux écoles s'affrontent : Certains préconisent de le placer à 2.5cm au-dessus du sol, d'autres sont partisans de l'enfouir afin d'éviter l'apparition de gourmands et de permettre au rosier de se développer sur ses propres racines. Si vous avez la chance d'avoir une bonne terre à rosiers, argileuse et riche, choisissez cette méthode de plus en plus conseillée par les spécialistes. Si votre terrain est calcaire et que vous avez trouvé le porte-greffe adapté, il est évident que son rôle est de servir d'intermédiaire entre le sol et le rosier, donc ne recouvrez pas le bourrelet de greffe. Une fois le rosier bien placé, remplir le trou de terre bien émiettée et enrichie de compost. Le secouer doucement afin que celle-ci puisse s'infiltrer entre les racines. Tassez, à la main et non au pied, en formant une cuvette autour de la plante. Enfin arrosez copieusement, même si le temps est humide et buttez la base des branches afin de protéger le pied pour l'hiver.

    - Rosier en conteneur :
    Le tiers inférieur de la motte des rosiers en conteneur sera griffé légèrement pour dégager les racines et faire tomber un peu du substrat trop léger. Si la plantation a lieu hors saison, la terre sera paillée, après arrosage, afin de mieux conserver l'humidité.

    - Rosiers grimpants :
    Les rosiers grimpants plantés devant un mur devront être placés à 40cm de celui-ci.  Ils seront inclinés vers le mur (aidés d'un tuteur si besoin) et leurs racines disposées en éventail vers l'extérieur.

    - Rosiers sur tige :
    Les rosiers tiges seront soutenus par un tuteur placé du coté des vents dominants. Ce tuteur doit être profondément enfoncé dans le trou avant le rosier, ainsi les racines de ce dernier pourront être réparties tout autour.  Le rosier sera attaché au tuteur par deux liens : l'un au sommet pour soutenir la tête, l'autre à mi-hauteur.

    N'oubliez pas d'étiqueter soigneusement
    Catherine Baral®Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

    Retour au Sommaire du Monde des roses
    La classification des rosiers
    Choisir ses rosiers
    L'entretien et les soins
    La taille
    La multiplication
    Les différentes espèces et variétés

    Jardin! L'Encyclopédie
compteur site