Berberis darwinii - Vinettier de Darwin
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Berberis darwiniiNom commun: Vinettier de Darwin (peut se rencontrer crit avec un t vinetier), nommé par les anglophones 'Darwin's Barberry'.
    Nom latin : Berberis darwinii  Hook.*, synonymes Berberis costulata  Gand., Berberis darwinii var. darwinii  , Berberis darwinii var. magellanica  Ahrendt, Berberis knightii  (Lindl.) K.Koch, Mahonia knightii  Lindl.
    famille : Berberidaceae.
    catégorie : arbuste à courtes (5mm) épines regroupées par 3-5 ou 8 et à l'écorce d'un brun rougeâtre.
    port: buissonnant, ramifié, étalé, arqué.
    feuillage : persistant, coriace, vert foncé, brillant, revers nettement plus clair. Minuscules feuilles (2 à 4cm) sessiles, cuneiformes à marge irrégulièrement dentée et épineuse (plus clair) en pointe une épine trifurquée feuillage rappelant celui du houx.
    floraison : au printemps (avril-mai et vers la fin de l'automne-début hiver. Nombreuses petites fleurs (10 à 30) hermaphrodites, nectarifères visitées par les abeilles, réunies en grappes (4-10cm) pendantes à pédoncules rougeâtres.
    couleur : jaune d'or à jaune orangé, les boutons floraux sont légèrement rougeâtre.
    fruits : en été, petites baies mucronées, ovoïdes, charnues, comestibles à saveur acide (7mm) d'un bleu pruineux, virant au pourpre à maturité, elles sont consommées par les oiseaux.
    croissance : rapide.
    hauteur : 1.5 à 3 m pour un étalement identique.
    plantation : printemps.
    multiplication : semis à l'automne ou en hiver après stratification à froid ou bouture à talon en été.
    sol : tous, même lourd et argileux, une préférence pour les sols acides.
    emplacement : soleil, mi-ombre ou ombre à l'abri des vents violents pour préserver la floraison.
    zone : 7 - 10. Tolère aisément -15° ainsi que les embruns.
    origine : Amérique du Sud, au sud de l'Argentine et au Chili dans les Andes (Patagonie).
    entretien : taille de mise en forme de préférence après la floraison.
    NB : Son nom générique Berberis  viendrait d'un mot arabe qui désignerait les fruits et darwinii  en souvenir du naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882) qui le découvrit au cours de son voyage sur le Beagle, lors des relevés qu'il effectua sur les côtes de la Patagonie (1835) et il fut introduit en Europe vers 1849.
    Il peut entrer dans la confection de les haies libres ou non, de haies défensives, dans la composition de massifs arbustifs, en sujet isolé ou massifs de 3/5 pour illuminer une zone d'ombre.
    Propriétés et utilisations :
    Les petites baies peuvent être consommées crues ou cuites mais elles contiennent de trop nombreuses graines.
    Dans la pharmacopée locale, l'écorce riche en tanins et les racines qui ont des propriétés antibactériennes et tonifiantes, sont prescrites entre autre pour traiter les dysenteries.
    Traditionnellement on en extrayait un colorant jaune utilisé pour teindre laines et textiles.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Berberis x frikartii  C. K. Schneid.* ex Laar., Épine-vinette de Frikart, consulter sa fiche.
    Berberis gagnepainii  C.K. Schneid., Berbéris, Épine-vinette Gagnepain, consulter sa fiche.
    Berberis julianae  C. K. Schneider, Berbéris, Épine-vinette de Juliana, consulter sa fiche.
    Berberis thunbergii  DC., Épine-vinette, Vinettier de Thunberg, consulter sa fiche.
    Berberis verruculosa  Hemsl & Wils., Épine-vinette vérruqueuse, consulter sa fiche.
    Berberis darwinii Berberis vulgaris  L., Épine-vinette commune, Pisse vinaigre, Vinetier, Berbéris commun, consulter sa fiche.
    Berberis x stenophylla  Lindt., Épine-vinette, Berbéris à feuilles étroites, consulter sa fiche.

    Autres espèces idéales pour entrer dans la composition de haies libres ou défensives.

    Annotations :
    * Hook, abréviation botanique pour le botaniste écossais William Jackson Hooker (1785-1865), spécialiste des mousses et des fougères; en 1820 en charge de la chaire de botanique de l'Université de Glasgow avant d'occuper en 1841, la fonction de Directeur du Jardin Botanique Royale de Kew, un peu à l'abandon depuis la disparition de son prédécesseur Joseph Banks, jardin qu'il agrandi, enrichi de plusieurs serres, dont la célèbre Palm House de D. Burton et R.Turner entre 1844 et 1848. On lui doit l'ouverture des jardins au public durant les après-midis.
    Auteur de forts nombreux ouvrages et parutions botaniques dont entre autre :
    La première Flore des îles britanniques "Flora Scotia; or a description of scottish plants arranged both according to the artificial and natural methods" (2 volumes en 1821).
    The british flora compresing the phaenogamous, or flowering plants and ferns" (2 volumes - Londres éd. Longman, Brown, Green and Longmans 1831 édition revue et corrigée en 1842).
    L'édition d'un guide "Kew Garden or Popular guide to the Botanic garden of Kew".
    "Genera filicum; or Illustrations of the ferns, and other allied genera; from the original coloured drawings of the late Francis Bauer; with additions and descriptive letterpress", by Sir William Jackson Hooker. London, H. G. Bohn, 1842.
    "Synopsis filicum : or, A synopsis of all known ferns, including the Osmundaceae, Schizaeaceae, Marattiaceae, and Ophioglossaceae (chiefly derived from the Kew herbarium) Accompanied by figures representing the essential characters of each genus"" avec son assistant Joseph Gilbert Bakers, responsable de l'Herbier de Kew (éd. Robert Harwicke - 1868).
    - nmauric©13.03.2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site