Camellia japonica - Camélia du Japon, Rose du Japon
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Kyoto © University Library
    Nom commun : Camélia du Japon, Rose du Japon nommé en japonais 'Tsubaki' qui signifie 'Arbre aux feuilles luisantes', nommé par les anglophones 'Japanese Camellia' ou 'Common Camellia'
    Nom latin : Camellia japonica  L.*
    famille : Theaceae.
    catégorie : arbuste aux fortes racines et enracinement profond.
    feuillage : persistant, vert sombre, coriace, vernissé sur le dessus, revers plus pâle et glauque. Grande feuilles elliptiques de 10 à 12,5 cm de long.
    floraison : de la fin de l'hiver au début du printemps
    couleur : rouge dans leur aire naturelle pour les hybrides rose ou blanc.
    croissance : lente.
    hauteur : 6 à 8/9m.
    plantation : à l'automne (octobre à novembre pour les sujets en motte) pour les autres jusqu'au printemps (mars-avril) en prenant soin à ne pas enterrer le collet. N'oubliez pas avant la plantation de faire tremper le pot ou la motte et avant de le planter de vérifier si les racines ne sont pas trop emmêlées, un chignonnage entraonerait une mauvaise reprise.
    multiplication : par semis de graines fraîches après avoir respecter une période de dormance au froid, puis faire tremper environ 36 h avant de semer dans un substrat acide et ensuite beaucoup de patience car la première floraison à lieu entre 3 et 8 ans. Les graines ont une durée germinative assez courte. Multiplication par bouturage de tiges aoûtées durant l'été ou à la Sainte Catherine, par marcottage et par greffe.
    sol : acide, léger, humifère, toujours frais mais surtout bien drainant, afin d'éviter le pourrissement des racines. Il ne supporte pas le calcaire, la terre de bruyère est parfaite mais elle n'est pas obligatoire (pH entre 5,5 à 7). Durant l'hiver recouvrir le pied d'un bon lit de feuilles.
    emplacement : mi-ombre, ombre légère (une ombre totale inhibera la floraison), à l'abri des vents et des gelées qui peuvent comme la neige endommager les boutons floraux et bien choisir son emplacement car son enracinement est profond et ses racines sont fortes.
    zone : 6-10. Il tolère entre -15 à -20°C. Pour une culture en pot, protéger ce dernier du gel (-5°) et le mettre à l'abri en cas de neige. Il affectionne un climat doux et océanique (humide), il n'aime pas les atmosphères sèches.
    origine : du sud du Japon ( île de Honshu et dans l'archipel des Ryukyu sur l'île d'Okinawa), de la Corée et de l'île de Taïwan (ex Formose) avec deux sous-espèces macrocarpa  et rusticana .
    entretien : juste supprimer les fleurs fanées. La taille n'est vraiment pas nécessaire sauf pour une mise en forme (comme le buis ou l'if) ou pour rajeunir un vieux sujet, elle sera effectuée après la floraison. Pour l'été effectuer un paillage de protection (feuilles, écorce, paille,..) pour conserver une certaine fraîcheur au sol et vérifier fréquemment celle-ci.
    Pour une culture en pot, effectuer un arrosage régulier et modéré pour maintenir le substrat humide en veillant à ne pas laisser stagner de l'eau dans les dessous de pot. Rempoter tous les deux ans.
    Il vaut mieux choisir son camélia lorsqu'il est en fleur afin de pouvoir choisir la bonne couleur et éviter les erreurs d'étiquetage.
    S'utilise en fleurs coupées, prendre la précaution de les cueillir encore en boutons à peine ouvert et de fendre les tiges sur environ 4-5 cm et d'éviter de les mettre au soleil ou dans une pièce surchauffée.
    NB : Le genre Camellia  décrit par Kaempfer* en 1712, est dédié par Linné en 1735 au jésuite botaniste Camellus de son vrai nom Gjorgje Josef Kamel (1661-1706), un missionnaire morave qui passa sa vie à étudier et collecter la flore des îles Philippines et celle de la Chine, d'où selon certains , il aurait rapporter en Europe des graines.
    Camellia japonica 'Holly Bright' Les premiers camélias japonais furent rapportés vers 1739 pour le collectionneur Baron Robert James Petre et plantés dans ses jardins de Thorndon Hall (Essex), mais ce n'est que dans le courant du XIXe, que grâce au collecteur Robert Fortune, d'autres espèces, variétés et nouvelles hybridations trouvèrent enfin leur place dans les demeures et les serres froides de l'Europe.
    En France, en 1806, c'est le nantais Abraham Ferdinand Fabre qui le premier entrepris de le cultiver et de l'acclimater, à partir de semis anglais, avant de le produire et de l'hybrider au Jardin des Plantes; c'est ainsi que démarre une grande collection riche de 250 000 pieds dès 1856, un jardin qui deviendra le Conservatoire National du Camélia.
    L'Impératrice Joséphine de Beauharnais lança la mode du camélia dans les jardins de Malmaison en 1779, en l'épinglant auparavant à ses décolletés, ceintures, boutonnières puis sur les chapeaux. En 1867, il fut aussi choisi par Alcibiade Le Blanc comme emblème de son ordre 'Les Chevaliers du camélia blanc", ordre pour préserver la suprématie blanche et lutter contre les carpetbaggers.
    Le genre comprendrait environ 300 espèces d'arbustes ou d'arbres persistants, tous originaires des zones tempérées de l'Asie du sud-est dans une aire qui s'étend depuis l'est de l'Himalaya (nord-est de l'Inde, Bhoutan et au Népal), Malaisie, Philippines, Indonésie, Sud du Japon et Corée du sud les états de la péninsule indochinoise ( ex Indochine) Birmanie, Thaïlande, Cambodge, Laos, Vietnam et la Chine où 97 espèces sont présentes dont 74 y sont endémiques.
    Il existe entre 2.500 et 3.000 taxons issus de croisements entre Camellia japonica  et Camellia sasanqua  mais aussi avec les moins connus du public Camellia fraterna, Camellia granthamiana , Camellia pittardii  et Camellia saluenensis .
    Propriétés et utilisations :
    Des graines est extraite une huile riche en acides oléique et linoléique, une huile qui au Japon est réputée pour ses propriétés hydratantes, utilisée pour les soins capillaires, elle entre aussi dans la composition de produits cosmétiques, shampoings, savons, et lotions pour le corps.
    Depuis la nuit des temps elle y est utilisée pour adoucir et protéger les cheveux et la peau; en Chine 4 espèces sont couramment utilisées comme huile alimentaire et comme combustible.
    Quelques autres espèces :
    - Camellia chekiangoleosa  Hu*, originaire du sud-est de la Chine en altitude, dans les provinces du Hunan, Jiangxi, Zhejiang et Fujian au feuillage vert foncé aux petites fleurs simples aux pétales qui se chevauchent en coupe d'environ 8cm, d'un rouge tirant sur le framboise clair, à la floraison précoce de février à mars, son huile est utilisée en cosmétologie.
    - Camellia chrysantha  (Hu) Tuyama, synonyme Camellia nitidissima  Chang & Ye., originaire de Chine et du Vietnam à l'éclatante floraison jaune poussin en fleurs simples à 5 pétales qui se chevauchent gros bouquet d'étamines jaune orangé, utilisée pour croisements avec reticulata  × saluenensis  pour obtenir 'Suzanne Withers'.
    - Camellia drupifera  Lour.*, originaire de l' Himalaya présent en Birmanie et en Chine son huile est utilisée en cosmétologie.
    - Camellia forrestii  Cohen-Stuart, synonyme de Thea forrestii  Diels, originaire de Chine et du Vietnam, au jeune feuillage rouge au printemps, floraison de peight'" align="right"> - Camellia fraterna  Hance, synonymes de Thea fraterna  (Hance) Kuntze, Theopsis fraterna  (Hance) Nakai, originaire de l'est de la Chine entre 300 et 1000 m d'altitude dans les provinces d'Anhui, Fujian, Hénan, Sud du Jiangsu, Jiangxi et Zhejiang, arbuste de 1 à 4 m de haut, feuillage oblong-elliptique ( 4 à 8 cm x + ou - 3 cm) à la floraison en février-mars d'un blanc pur en petites fleurs simples d'environ 4cm à 5 - 6 pétales, réputé pour être utilisé dans les hybridations.
    - Camellia granthamiana  Sealy, originaire de Hong Kong, une découverte tardive courant 1955, réputée pour être utilisée dans de nombreuses hybridations.
    Camellia amellia japonica 'Margherita Coleoni' - Camellia hiemalis  Nakai, Camélia d'hiver, originaire du Japon, serait une hybridation naturelle avec Camellia sasanqua , il distingue par son abondante floraison à l'automne en petites fleurs semi-doubles.
    - Camellia kissi  Wall donné pour synonyme de Camellia drupifera , originaire du sud de la Chine et du nord-est de l'Inde.
    - Camellia lutchuensis  Chang, originaire du sud du Japon et de l'île d'Okinawa.
    - Camellia oleifera  Abel, originaire du sud et sud-est de la Chine et du nord de l'Inde feuillage vert sombre à floraison automnale en fleurs simples à 5-6 pétales à marge à deux lobes, cultivé dans les provinces du Hunan et Jiangxi pour ses graines très riche en acide oléique (88%) qui donne une huile de table et de cuisson comparable à l'huile d'olive, aussi comme combustible, dans la pharmacopée traditionnelle utilisée pour traiter les plaies. Depuis quelques années cultivé dans le sud-est des États-Unis pour son huile.
    - Camellia pitardii  Cohen-Stuart, synonyme de Thea pitardii  Rehder, originaire du sud de la Chine, en altitude dans la province du Yunnan, arbre de 10 à 20m de haut au feuillage à marge dentelée d'un vert franc aux nervures d'un vert jaune, à petites fleurs simples pouvant être blanche, blanc veiné de rose, utilisé dans l'hybridation ainsi que ses 6 sous espèces, cultivé localement pour son huile.
    - Camellia reticulata  Lindl., originaire du sud de la Chine floraison de janvier à mai en grandes fleurs simples de couleur rose, il a rendu célèbre parmi les botanistes et amateurs de camélia la ville de Kunming (province du Yunnan) qui s'est spécialisée dans la production de belles variétés à grosses fleurs (+ ou - 15cm) à très longue floraison de novembre à mai, son huile est utilisée en cosmétologie. Introduit par Robert Fortune vers 1820
    - Camellia saluenensis Stapf. ex Bean, originaire de Formose et du sud-ouest de la Chine dans la province du Yunnan et dans la province autonome du Guizhou, floraison printanière rose en fleurs simples, utilisé pour des croisements avec japonica  pour donner entre autre Camellia × williamsii .
    - Camellia sasanqua  Thunb., originaire du Japon et des îles Ryukyu.
    - Camellia sinensis  L., originaire d'Asie du sud-est depuis Chine jusqu'en Inde. feuillage vert sombre brillant, floraison de l'automne à l'hiver en petites fleurs simples d'un blanc pur avec un énorme bouquet d'étamine jaune pâle, croissance très lente en 10 ans compter environ 2m.
    - Camellia transnokensis  Hay. , originaire de l'île de Taiwan.
    - Camellia tsai , originaire de Birmanie, de l'ouest de la Chine et nord du Vietnam, pouvant atteindre 10m de haut dans son milieu naturel, semi-persistant au feuillage étroit vert moyen revers plus pâle marge irrégulièrement dentelée, floraison au début du printemps d'un blanc pur nacré en petites fleurs simples à 5 pétales arrondis à peine refendu se chevauchant, grand bouquet d'étamines au filet blanc aux anthères d'un beau jaune d'or pouvant être parfois de couleur blanche.
    *Robert Fortune (1812-1880), botaniste anglais qui effectua plusieurs longs séjours en Chine pour le compte de la compagnie des Indes orientales à la recherche des thés et de tenter en même temps de découvrir les techniques de fabrication. Il est à l'origine de l'introduction en Europe de nombreuses espèces extrême-orientales, découvertes que l'on trouve citées dans ses récits de voyages dont - La route du thé et des fleurs - 1852.

    Annotations :
    Kyoto © Int. Research Ctr for Japanese studies
    *Hu, abréviation de botaniste chinois Hsen Hsu Hu (1894-1968) botaniste qui a travaillé à l'Institut botanique de Pékin rendu célèbre en Occident pour sa participation vers 1947 dans les recherches des botanistes américains pour l'introduction de nouvelles variétés et espèces.
    *Kaempfer, médecin, naturaliste explorateur allemand Engelbert Kaempfer (1651-1716), qui dès 1683, durant 10 ans parcoure l'Asie du sud-est et le Japon. De retour en Allemagne, il publie 'Amœnitatum exoticarum politicophysicomedicarum faisceaux V: quibus continentur Variæ relationes, Observationes & descriptiones Rerum Persicarum & Ulterioris Asiae, multa attentione, dans peregrinationibus par universum orientem, collectæ ' (1712) ouvrage qui comprend sa flore du Japon, où figure le Tsubaki, planche 82, consultable à l'International Research Center for Japanese studies de Kyoto. L'abréviation botanique est Kaempf.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède. Son herbier 'Linnean Herbarium', le plus riche de son époque ne contenait que 7000 plantes, est conservé au Musée national d'histoire naturelle de Stockholm.
    *Lour. abréviation de Joao de Loureiro (1717-1791).
    nmauric© 21/01/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site