Atriplex halimus  - Arroche halime, Pourpier de mer
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    atriplex halimusNom commun : Pourpier de mer, Arroche maritime, Arroche halime, nommé localement dans le sud de la France Blanquette.
    Nom latin : Atriplex halimus  L.*, synonymes Atriplex halimus var. adscendens  Nees, Atriplex halimus var. erecta  Nees, Atriplex halimus var. rifaea  Sennen & Mauricio, triplex halimus var. serrulata  (Pau) Alcaraz, Garre & Sánchez-Gómez
    famille : Chenopodiaceae.
    catégorie : arbuste halophyte aux rameaux couverts d'écailles.
    port : buissonnant, arrondi, évasé.
    feuillage : persistant à semi-persistant (suivant le climat), vert cendré à gris blanc à gris argenté, pruineux, coriace. Sur des tiges blanchâtres petites feuilles alternes, ovales souvent déchiquetées car elles sont consommées par les oiseaux.
    floraison : à la fin de l'été. En partie terminale, petites fleurs insignifiantes réunies en grappes.
    couleur : gris-rougeâtre.
    croissance : rapide.
    hauteur : 1,50 à 2 m pour un étalement identique.
    plantation : automne.
    multiplication : division des rejets.
    sol : bien drainé, même sableux ou salin. Il supporte parfaitement les embruns et la sécheresse.
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    zone : 8 - 10. Tolère facilement jusqu'à -12 voir -15°.
    origine : sud de l'Europe sur le pourtour du bassin méditerranéen dont l'Afrique du nord, Sahel inclus en zone arides ou semi-arides, subspontané le long du littoral atlantique.
    entretien : supprimer l'extrémité des tiges tous les deux ans pour éviter que les plants ne deviennent broussailleux, la taille peut s'effectuer indifféremment avant ou après la floraison.
    NB : son nom Atriplex  vient du grec 'atraphaxis' , 'atra' signifie noir et'phaxis' désigne un poil, pour certains il viendrait du privatif grec 'a' et de 'trephein' qui signifie nourrir faisant référence aux vertus alimentaires de l'arroche des jardins.
    Ce genre comprend une bonne centaines d'annuelles, de vivaces, d'arbrisseaux ou d'arbustes, originaires des zones tempérées ou subtropicales du globe, nombre d'entre elles sont parfaitement adaptées à résister à la sécheresse et elles offrent aussi une bonne résistance au feu.
    Idéal pour être utilisé dans les jardins en bord de mer, dans les haies brises-vent ou pour limiter l'érosion, mais aussi dans les jardins secs, dans les massifs d'arbustes, talus, haies brise-vent ou ornementales.
    Il est souvent confondu avec Halimione portulacoides  (L.) Aellen qui se différencie par des feuilles opposées ou réunies en bouquets, consulter sa fiche.
    Propriétés et utilisations :
    Le feuillage peut être consommé comme légume.
    atriplex halimus déchiqueté par les oiseaux En Afrique du Nord, dans les zones arides et semi-arides, les Atriplex, sont utilisés dans le repeuplement des terres affectées par la salinité ou par la désertification en zone sahélienne, constituant en même temps pour le bétail un fourrage nutritif.
    Autres espèces :
    Atriplex hortensis  L., l'Arroche des jardins, consulter sa fiche.
    Atriplex nummularia  Lindl., Arroche nummulaire, consulter sa fiche.
    Autres espèces :
    - Atriplex canescens  James, originaire du sud-ouest de États-Unis, port étalé, 1 m de haut, feuillage persistant, gris argenté à reflets mordorés, longue floraison en grappes allongées et retombantes, excellente résistance à la sécheresse et aux embruns.
    - Atriplex cinerea  Poir. & Aellen, originaire de l'Australie et Tasmanie, arbrisseau persistant, de 60 à 90cm de haut au port très étalé, feuillage gris, floraison en épis rougeâtres, zones 9-10.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    ® par la Société des Gens de LettresConformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site