Citrus limon - Citronnier, Limonier des anglais
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Citronnier ou Limonier des Anglais, appelé par les anglophones 'Lemon', en allemand 'Zitronenbaum', en arabe 'Shajra allimon', en chinois 'Ning méng shù', en danois 'Citron trae', en espagnol 'Limonero', en italien 'Albero di limone, en finnois 'Sitruunan puu', en japonais 'Shitoronie', en portugais 'Arvore de limào, en russe 'Limonnoe derevo', en suédois 'Citronträd'.
    Nom latin : Citrus limon  (L.) Burm. f, Citrus limon  (L.) Osbeck, synonymes Citrus aurantium subsp. bergamia  (Risso) Wight & Arn., Citrus aurantium var. bergamia  (Risso) Brandis, Citrus medica subsp. limonia  (Risso) Hook. f., Citrus limonum  Risso, Citrus medica var. limon  L., Citrus medica f. limon  (L.) M.Hiroe, Citrus medica subsp. limonia  (Risso) Hook. f., Citrus medica var. limonum  (Risso) Brandis et 16 citrus x, voir The Plant List.
    famille : Rutaceae (Aurantoideae).
    catégorie : agrume, arbuste fruitier au tronc rectiligne ne parvenant pas semble-t'il à être centenaire.
    port : étalé à cime arrondie aux branches épineuses, le jeune feuillage, les jeunes tiges souples et les bourgeons sont d'un vert pourpré.
    feuillage : persistant en réalité semi-persistant se renouvelant au moment de l'apparition des nouvelles pousses et feuilles, vert franc à vert foncé, brillant, aromatique dégageant un parfum lorsqu'on le froisse pourvu de glandes translucide sur le limbe visible à l'oeil nu. Feuilles variées elliptiques-obovales à lancéolées, acuminé et crénelé à pétiole plus ou moins aplati pouvant être articulé, ailé en forme de coeur.
    floraison : durant l'année parfumée, nectarifère et mellifère. Bouquets de petites fleurs axillaires, hermaphrodites à 5 pétales et 20 étamines soudées à la base, gros style à un seul stigmate, ovaire supère.
    couleur : blanc à l'intérieur à blanc-rosé et violacé à l'extérieur, les boutons floraux sont pourprés.
    fruits : présent sur l'arbre tout au long de l'année avec des pics en mars-avril et en octobre-décembre, baies charnues oblongues (7à 12cm) à l'épicarpe glanduleux d'un vert acide virant au jaune à maturité, la surface peut être grumeleux ou lisse avec un mésocarpe blanc (l'albédo*) plus ou moins épais selon la variété , à quartier contenant une pulpe acide et juteuse avec quelques graines ou pépins ovoïdes blanches ou ocre clair.
    croissance : rapide.
    hauteur : 4 à 6 m en pleine terre.
    plantation : au printemps en prenant soin de bien lui laisser de la place sachant que son étalement avoisine les 4.50m.
    multiplication : par semis, bouture ou par greffe sur Poncirus trifoliata, Citrus aurantium ou le Citrange Troyer*.
    sol : bien drainé mais frais acide ou neutre, sablonneux de préférence enrichi, comme bien des agrumes il supporte des sols légèrement salés, tolérance qui est variable selon le porte-greffe . Il supporte mal le calcaire et la sécheresse. Il a tendance à appauvri les sols.
    emplacement : au soleil si possible en situation abrités des vents froids et violents et à l'abri des gelées printanières qui aux alentours de -5 à -6°C peu provoquer des dégâts.
    zone : 9 - 10, climat doux chaud et sec , ailleurs le rentrer en serre froide ou protéger avec un vol de protection car les jeunes pousses sont sensibles au gel dés -6 à - 7°C elles peuvent être brûlées.
    origine : Asie, au sud de l'Himalaya principalement au Cachemire. En France, il est cultivé sur le littoral en Corse, sur la Côte d'Azur là où les minima annuels avoisinent les 14°C.
    entretien : si nécessaire taille de mise en forme, il peut être sujet à la gommose, un écoulement brun résineux du à un chancre bactérien.
    En atmosphère trop sèche, il peut être aussi sujet aux araignées rouges.
    Dans le cas de culture en pot arroser régulièrement mais en laissant sécher entre deux, effectuer un apport d'engrais liquide pour agrumes au moins 1 fois par mois toujours sur un substrat déjà humidifier.
    maladies et ravageurs : il est sensible aux attaques des aleurodes qui peuvent entraîner l'apparition de la fumagine, aux cochenilles farineuses et aux pucerons.
    Le Psylle asiatique des agrumes Diaphorina citri (Kuwayama), un insecte chinois piqueur-suceur qui se nourrit de la sève des agrumes, appelé dragon jaune (Huangongbing), ses piqûres entraînent des déformations à la base des bourgeons et sur les jeunes pousses et le développement de fumagines, il transmet une maladie bactérienne mortelle : le greening qui déforme et réduit la taille des fruits et leur durée de vie, décimant progressivement les vergers d'agrumes à travers le monde depuis une dizaine d'années, ravageant en 2005 les vergers de Floride, Californie, Louisiane, Brésil (2004 état du Paraná ), Antilles et depuis le printemps 2018, la région méditerranéenne, voir sa fiche technique du Fredon-Corse et lire l'article du CIRAD : le Dragon jaune sort ses griffes.
    Traitements effectués sur les citrons :
    Le citron que nous consommons vient du sud-est de l'Espagne où 450 000 hectares de citronniers sont cultivés dans la région de Murcie et seulement 5% cultivés en en France.
    Depuis 2014, il y a obligation d’indiquer les produits utilisés après récolte.
    Les citrons qui cueillis en septembre-octobre sont verts donc ils sont jaunis artificiellement par projection durant 7 jours d’un gaz de l’éthylène, ces citrons déverdis sont plus acides et ils ont moins de jus.
    Ils sont lavés au savon alimentaire puis ils subissent un traitement avec du Goma laca, une sécrétion résineuse organique Laccifer lacca pour les faire briller, de l’ Imazalil, un fongicide conservateur anti-moisissures pour limiter le développement des champignons, (après analyse du fongicide Imazalil 2,6 mg/kg, c'est le E224), du Textar COAD 23 5R de Tecnidex à base de peroxyde d’hydrogène, d’acide peracétique et d’acide acétique, un toxique corrosif, dangereux pour l’environnement, classé parmi les produits cancérogènes. Dans le Draft Final Guidelines for Carcinogen Risk Assessment de 1999, il est classé cancérogène probable par l'agence américaine pour la protection de l’environnement, son utilisation est interdite en France mais à ce jour totale aberration il est encore autorisé sur les produits importés dans notre pays, la dose utilisée dépasse la dose maximale journalière autorisée, en gros elle est 50 fois plus élevée pour les agrumes que pour les autres fruits comme les pommes.
    La LMR* ( limite maximale en résidus) est de 52,00 00%, et l'ARfD* (Acute reference dose) 179,1% bien au-delà du seuil critique, ces produits traversent entre 10 et 25% du fruit et en plus à la demande du Syndicat des citrons et pomelos Ailimpo (Asociación Interprofesional de Limón y Pomelo) le royaume d’Espagne est intervenu pour demander l’annulation de cette loi à Luxembourg auprès de l’Union de l’Europe* en 2008.
    NB : son nom Citrus  vient du latin où il désigne le cédratier mais semble t'il aussi le cèdre, son nom spécifique limon  et son nom commun de limonier vient du persan 'leimoun' (limùn) qui désigne les agrumes, quant au nom commun de citron, il vient du latin 'citrum' qui était le nom donné au fruit du cédratier.
    Traditionnellement ce genre comprend environ 160 espèces originaires de l'Asie orientale en zone tropicale ou subtropicale excepté une seule d'entre elles, le Citrus paradisi  plus connu sous le nom commun de pomelo qui est originaire de l'Amérique centrale et plus de 1100 variétés d'agrumes qui proviennent de plus de 50 pays différents dans le monde, beaucoup d’agrumes que nous consommons sont des mutants, des modifications naturelles.
    Une étude internationale ,publiée dans la revue Nature le 7 février 2018, impliquant des équipes scientifiques espagnoles, américaines et française, le Cirad et l’Inra, révolutionne les classifications botaniques des agrumes après le séquençage génétique de référence des agrumes en 2014 et en s’appuyant sur des données de re-séquençage complet du génome de 60 variétés et formes sauvages, lire l'article de l'INRA sur la remise en cause des frontières du genre Citrus suite.
    Le premier citronnier serait né 5 000 ans avant notre ère du croisement entre un bigaradier ( oranger amère ) et un cédratier mais il existe des centaines d’autres variétés de citron et il resterait encore un millier de variétés à découvrir, en attendant vous pouvez retrouver un grand nombre d'entre elles, en consultant le site du conservatoire des Agrumes, INRA-Corse créé en 1958 au nord-est de la Corse qui n'est pas ouvert au grand public, pour limiter l'introduction des maladies et parasites, préserver plus de 5 000 arbres dont plus de 800 variétés d'agrumes.
    Le pâtissier Pierre Hermé, meilleur pâtissier de France en 2017 va régulièrement au conservatoire du citron pour y trouver de nouvelles saveurs, dans ce verger tous les fruits se ressemblent et pourtant tous ont un parfum différent.
    Propriétés et utilisations :
    Le citron est très riche en flavines, calcium, fer, potassium, vitamines C (84,4mg/100gr ), A, B1,B2 et B12 et pectine (endocarpe), il a des propriétés astringentes, anti-vomitives, antiscorbutiques, diurétiques et rafraîchissantes, utilisé durant des siècles pour lutter contre le scorbut et soigner les maux de gorge.
    Dans la bouche il stimule les glandes salivaires qui active une chasse biliaire, donc le foie est plus léger, l'acide citrique va ramollir l’émail des dents donc il ne faut pas se brosser les dents après avoir bu un citron. Il disparaît plus rapidement chez le citron bio. Petit conseil si vous avez un citronnier, patienter 7 à 10 jours après la cueillette avant de consommer vos citrons.
    Depuis 2014 en cancérologie, à l'Université de Brown, Rhodes Island est menée une étude épidémiologique portant sur le cancer de la peau par le docteur Crécy et son équipe, qui travaillent sur les Psoralènes des composants chimiques naturelles des agrumes et ils ont découvert que ces substances rendaient notre peau plus fragile et le risque de mélanome était de 30% chez les personnes consommant des agrumes, qui restent présents de 12 à 24 heures dans l’organisme, ils augmentent là photosensibilité et le risque de brûlures, donc consommer des agrumes et s’exposer au soleil augmentent le risque d’avoir un cancer de la peau, il y a plus de psoralène (coumarine et furanocoumarine dans la pulpe que dans la peau.
    Des études sont en cours sur 100 000 volontaires de toutes couleurs de peau car ils espèrent trouver un remède contre l’effet psoraléne des citrons - Source Nova production 2017, film de Gabrielle Dréan : Le citron a-t’il un pépin ?
    Du zeste on extrait une huile essentielle qui est utilisée aussi bien dans l'industrie alimentaire, la cosmétologie et la parfumerie.
    Il est consommé frais sous forme de jus, pour en extraire le maximum il est conseillé de le rouler sous la paume de la main contre le plan de travail avant de le presser.
    Il entre dans la confection de gelées et marmelades, crèmes ou glaces, tartes et autres préparations sucrés ou salés, il peut être confit ou mis en saumure pour entrer dans la préparation de plats cuisinés, viandes ou poissons. Il est couramment utilisé pour confectionner des jus, sirops, boissons acidulés ou en liquoristerie (liqueurs ou crème de citron), vous pouvez également le congeler afin de le râper pour le saupoudrer sur vos desserts, salades et plats cuisinés.
    Auprès des grands chefs cuisiniers et pâtissiers français, c'est le prestigieux citron de Menton* de forme ovale aux saveurs incomparables qui à la vedette auprès des pâtissiers, confiseurs et grands chefs cuisiniers pour sa peau qui peut être épaisse toute cabossée ou lisse et très fine, excessivement parfumée et dépourvue d'amertume, chargée en huile essentielle et pour l'extrême douceur de sa pulpe modérément acide, qui localement se consomme tel que couper en quartiers comme une pomme que vous pouvez déguster à Menton durant la fête du citron qui se déroule depuis 1933 chaque année du 16 février au 3 mars.
    Il parvient à maturité et commence à être cueilli en décembre et ce au fur et à mesure car plus il reste sur l’arbre plus l’écorce s’épaissit passant du jaune verdâtre au jaune clairet la chair devient sucrée.
    Il y est cultivé depuis 1341 et au cours des siècles abondamment planter sur les restanques autour de Menton, en vogue au 18e siècle, il est vendu dans le monde entier avant de tomber en désuétude jusqu'au siècle dernier. Depuis le 22 octobre2015, il bénéficie du label IGP (indication géographique protégée) ce qui fait qu'en 2018 l'offre était nettement inférieure à la demande, 150 à 200 tonnes pour plus des milliers de tonnes en commande, c’est-à-dire 2 % de la consommation française; communiquer de presse sur l'obtention INAO ( Institut national de l'origine et de la qualité ).
    Affiche citronelli sirop extra fin au citron de Menton source Bnf Gallica.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Citrus aurantium  L, synonymes Citrus bigardia  Loisel, Oranger amer, Bigaradier, consulter sa fiche.
    - Citrus australasica  F.Muell., Microcitrus australasica  (F.Muell.) Swingle, Citron caviar, consulter sa fiche.
    - Citrus sinensis  (L.) Osbeck, Oranger, consulter sa fiche.
    - Citrus grandis  Osbeck, Pamplemoussier, consulter sa fiche.
    - Citrus margarita . Lour., Fortunella margarita . (Lour.) Swingle, Kumquat, consulter sa fiche.
    Voir également
    - Poncirus trifoliatus Rafin., Poncirus, Oranger trifolié, consulter sa fiche.
    Quelques autres espèces d'agrumes :
    - Bergamotier, Citrus bergamia.
    - Clémentinier, Citrus clementina  un hybride originaire d'Algérie ( région d'Oran, vers 1902) issue de l'hybridation entre l'Orange amer et le mandarinier.
    - Citrange, Citrus microcarpa  et Citrus mitis.
    - Calamondin, Citrus madurensis.
    - Cédratier, Citrus medica.
    - Citron vert ou Lime, citrus aurantifolia  (Christm.) Swingle.
    - Mandarinier, Citrus nobilis , Citrus reticulata  est originaire de l'Indochine et de la Chine.
    - Pomélo ou Grape-fruit, Citrus paradisi , originaire d'Amérique centrale.

    Annotations :
    Albédo, cet albédo blanc serait une perte chromosomes.
    ARfD et LMR pour toute substance chimique susceptible d’être présente dans l'alimentation, on distingue deux seuils de risque pour la santé. Les deux seuils sont définis selon une approche protectrice de la santé.
    LMR, c'est la limite maximale en résidus définit la concentration maximale admise sans risque pour la santé même si cette quantité est consommée chaque jour toute la vie de l'individu.
    ARfD, l’Acute reference dose ou dose de référence aiguë définit la quantité maximum de substance qui peut être ingérée par le consommateur pendant une courte période, sans risque d’effet dangereux pour sa santé.
    Jusqu’à cette concentration, il n’y a pas de risque en cas de consommation en une fois ou sur une période courte. Le franchissement de ce seuil ne conduit pas nécessairement à l’apparition d’effets dangereux sur la santé. Le seuil est donc défini selon une approche protectrice de la santé.
    *Citrange Troyer il est issu de croisements entre Citrus sinensis 'Washington', une orange navel et Poncirus trifoliata.
    *Union de l'Europe Règlement (ce) nº839\2008 de la commission du 31 juillet 2008; cours de justice de l’union européenne communiqué de presse nº24\16, Luxembourg le 3mars 2016.
    Arrêté dans l’affaire C-26\15P.
    La cour rappelle que les limites maximales applicables aux résidus de 2-phénylphénol (fongicides agricoles pour cirer les agrumes) sont fixées à un niveau 50 fois plus élevé pour les agrumes que pour les autres fruits.
    - nmauric©01/11/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.