Citrus sinensis - Oranger de Chine, Orange douce
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Citrus sinensis
    Jean Pawek © U. of California, Berkeley
    Nom commun : Oranger de Chine, Orange douce, appelé Pourtegalié dans la région niçoise
    Nom latin : Citrus sinensis (L.*) Osbeck*, synonymes Citrus aurantium L. var. dulcis L.*, Citrus aurantium Risso
    famille : Rutaceae.
    catégorie : arbuste, agrume, arbre fruitier. Certains cultivars ont des rameaux épineux.
    port : arrondie.
    feuillage : persistant, coriace, brillant, aromatique. Feuilles oblongues à elliptiques acuminées au pétiole pourvue d'ailettes.
    floraison : parfumée à l'extrémité des rameaux en hiver et au printemps, nectarifère et mellifère visitée par les abeilles.
    Fleurs à corolle à 5 pétales munis de glandes sécrétrices, nombreuses étamines.
    couleur : blanc rosé, cireux avec des étamines jaunes.
    fruits: fruit mûr au bout d'un an à l'automne ou en hiver. Ne cueillir que lorsqu'ils sont mûrs, une fois cueillis ils ne mûrissent plus. En zone tropicale, les fruits restent verts
    croissance : rapide.
    hauteur : 4 m, mais en pleine terre.
    plantation : au printemps.
    multiplication : par semis de graines fraîches ou par greffage, les meilleurs porte-greffes sont le bigaradier Citrus aurantium , le Poncirus trifoliata ou le très rustique Citrus volkameriana un hybride entre Citrus aurantium et Citrus limon qui se reconnait à sa floraison maculée de mauve.
    sol : sablonneux, bien drainé et enrichi.
    emplacement : chaud, ensoleillé à l'abri du vent, tolère une exposition mi-ombre
    zone : 9 - 10, en pleine terre en Corse et sur la Côte d'Azur, ou en serre. Une fois installé, bonne résistance à la sécheresse
    origine: Chine méridionale, Indochine, Inde du nord-oriental.
    entretien : arroser abondamment mais sans excès, cela favorise une bonne production de fruits; si nécessaire taille de mise en forme, il peut être sujet à la gommose, un écoulement brun résineux du à un chancre bactérien.
    Dans le cas de culture en pot arroser régulièrement mais en laissant sécher entre deux, effectuer un apport d'engrais liquide pour agrumes au moins 1 fois par mois toujours sur un substrat déjà humidifier.
    maladies et ravageurs : il est sensible aux attaques des aleurodes qui peuvent entraîner l'apparition de la fumagine, aux cochenilles farineuses et aux pucerons.
    En atmosphère trop sèche, il peut être aussi sujet aux araignées rouges.
    Le Psylle asiatique des agrumes Diaphorina citri (Kuwayama), un insecte chinois piqueur-suceur qui se nourrit de la sève des agrumes, appelé dragon jaune (Huangongbing), ses piqûres entraînent des déformations à la base des bourgeons et sur les jeunes pousses et le développement de fumagines, il transmet une maladie bactérienne mortelle : le greening qui déforme et réduit la taille des fruits et leur durée de vie, décimant progressivement les vergers d'agrumes à travers le monde depuis une dizaine d'années, ravageant en 2005 les vergers de Floride ( en 10 ans, la production d'oranges a chuté de près des deux tiers en Floride où 99 % des vergers sont aujourd'hui contaminés) , Californie, Louisiane, Brésil (2004 état du Paraná ), Antilles et depuis le printemps 2018, la région méditerranéenne, voir sa fiche technique du Fredon-Corse et lire l'article du CIRAD : le Dragon jaune sort ses griffes et il a déjà été repérés en Espagne et au Portugal.
    étiquetage orange Avec le réchauffement climatique, il progresse irrémédiablement et comme 90% des oranges utilisées par les grandes marques en France viennent du Brésil, le prix du jus d'orange pourrait bien augmenter dans les années à venir.
    Traitements effectués sur les oranges :
    Il est identique à celui effectué sur les citrons excepté le traitement pour faire jaunir le citron, voir fiche. Donc, dans les magasins n'achetez plus le jus d'orange préparé par une machine à jus d'orange en libre-service à partir d'oranges avec la peau, non lavée et pleine de produits chimiques, la machine est nettoyée le soir avec des produits de nettoyage chimique à ma grande surprise.
    Signification de l'étiquetage sur les fruits et légumes :
    Certains fruits et légumes portent une étiquette qui indique leur origine ou figure un numéro de série auquel il faut accorder de l’attention. Il s’agit d’un code international appelé PLU (Price Look Up), qui est utilisé pour faciliter le contrôle de l’inventaire et les prix à la caisse des magasins :
    1- Si l'étiquette comporte 4 chiffres commençant par 3 ou 4 cela signifie : que le fruit a été cultivé en culture intensive conventionnelle, mais à certaines étapes, le fruit a eu des apports d'engrais chimiques et peut avoir été exposé à des pesticides et autres produits. Il s'agit d'une culture chimique.
    2- Si l'étiquette comporte 5 chiffres, commençant par le chiffre 8, le fruit a été génétiquement modifié c'est ce que l'on appelle des OGM., vous devez donc l'éviter.
    3- Si l'étiquette comporte 5 chiffres, commençant par le chiffre 9, cela signifie : que le fruit a été cultivé de façon traditionnelle, son origine est 100% biologique, sans pesticides et sans fumure et et qu’il n’a subi aucune modification depuis le moment de la plantation jusqu’à la récolte. Ceci est le meilleur produit.
    NB : son nom Citrus vient du latin où il désigne le cédratier mais semble t'il aussi le cèdre et son nom spécifique sinensis  pour nous préciser son origine extrême-orientale.
    Il a été rapporté en Europe par les navigateurs portugais aux XIVe et XVe siècles et non introduit depuis l'Arabie via la Grèce et l'Italie, ce trajet est celui de l'orange amère fruit du Bigaradier.
    Louis XIV avait une passion pour les orangers, Jean-Baptiste de La Quintinie (1626 - 1688) créateur et premier jardinier du potager du Roy à Versailles, décide de les planter en pleine terre, les protégeant l'hiver du froid et du gel avec des serres amovibles.
    En 1690, son fils Michel, publie à titre posthume son traité 'Instruction pour les jardins fruitiers et potagers avec un Traité des Orangers suivi de quelques réflexions sur l'Agriculture, cette bible est régulièrement rééditée; le volume 1 est consultable en ligne à la Bibliothèque numérique BnF Gallica.
    Le cultivar le plus cultivé dans le monde est 'Valencia Late' à peau fine, peu de pépins, à pulpe très juteuse, cultivé d'ailleurs pour son jus. Les 'Navel' se distinguent des autres par son fruit orange à pulpe orange qui présente un nombril (navel en anglais) qui est un autre fruit.
    Propriétés et utilisations :
    Autrefois, on tressait des couronnes aux vierges et aux mariées.
    Le feuillage est utilisé en tisane (calmante et antispasmodique), l'écorce s'utilise en confiserie, l'essence d'orange sert à la fabrication de l'eau de Cologne.
    L'orange est réputée diminuée le taux de cholestérol, est riche en vitamine B, son écorce et son mésocarpe sont riches en vitamine C.
    fleurs d'oranger Faites bouillir des pelures d’oranges dans de l’eau avec des clous de girofle, aérez bien la zone à traiter et déposez ce mélange aux endroits les plus humides de votre intérieur. Les moisissures devraient disparaître rapidement. Vous pouvez aussi déposer de petits bouts d’écorces d’oranges dans vos bocaux de sucre en poudre : ils l’empêcheront de cristalliser et lui offriront un parfum suave.
    Les pelures d’oranges séchées et réduites en poudre permettent aussi de faire baisser un taux de cholestérol élevé. Prises régulièrement et en petites quantités, elles sont aussi efficaces pour lutter contre l’obésité et son cortège de maladies chroniques. Voyez un médecin ou un naturopathe pour plus d’informations sur le dosage et le traitement à base de pelures d’oranges.
    Pendant une chimiothérapie l'orange et le pamplemousse sont à proscrire parce qu'ils diminuent l'efficacité du traitement.
    Poésie et Littérature :
    L'Orange
       Comme dans l'éponge il y a dans l'orange une aspiration à reprendre contenance après avoir subi l'épreuve de l'expression. Mais où l'éponge réussit toujours, l'orange jamais : car ses cellules ont éclaté, ses tissus se sont déchirés. Tandis que l'écorce seule se rétablit mollement dans sa forme grâce à son élasticité, un liquide d'ambre s'est répandu, accompagné de rafraîchissement, de parfums suaves, certes, -- mais souvent aussi de la conscience amère d'une expulsion prématurée de pépins.
       Faut-il prendre parti entre ces deux manières de mal supporter l'oppression ? -- L'éponge n'est que muscle et se remplit de vent, d'eau propre ou d'eau sale selon : cette gymnastique est ignoble. L'orange a meilleurs goût, mais elle est trop passive, -- et ce sacrifice odorant... c'est faire à l'oppresseur trop bon compte vraiment.
       Mais ce n'est pas assez avoir dit de l'orange que d'avoir rappelé sa façon particulière de parfumer l'air et de réjouir son bourreau. Il faut mettre l'accent sur la coloration glorieuse du liquide qui en résulte et qui, mieux que le jus de citron, oblige le larynx à s'ouvrir largement pour la prononciation du mot comme pour l'ingestion du liquide, sans aucune moue appréhensive de l'avant-bouche dont il ne fait pas hérisser les papilles.
        Et l'on demeure au reste sans paroles pour avouer l'admiration que suscite l'enveloppe du tendre, fragile et rose ballon ovale dans cet épais tampon-buvard humide dont l'épiderme extrêmement mince mais très pigmenté, acerbement sapide, est juste assez rugueux pour accrocher dignement la lumière sur la parfaite forme du fruit.
       Mais à la fin d'une trop courte étude, menée aussi rondement que possible, -- il faut en venir au pépin. Ce grain, de la forme d'un minuscule citron, offre à l'extérieur la couleur du bois blanc de citronnier, à l'intérieur un vert de pois ou de germe tendre. C'est en lui que se retrouvent, après l'explosion sensationnelle de la lanterne vénitienne de saveurs, couleurs, et parfums que constitue le ballon fruité lui-même, -- la dureté relative et la verdeur (non d'ailleurs entièrement insipide) du bois, de la branche, de la feuille : somme toute petite quoique avec certitude la raison d'être du fruit.
    Francis Ponge - Le parti pris des choses (1942)
    Autres espèces ou variétés présentes dans L'Encyclopédie :
    - Bigaradier, Oranger-amer, Citrus aurantium  L, synonyme Citrus bigardia  Loisel. , consulter sa fiche.
    - Citron caviar, Citrus australasica  F.Muell., Microcitrus australasica  (F.Muell.) Swingle, consulter sa fiche.
    - Citronnier, Limonier des Anglais Citrus limon  (L.) Burm. f, synonyme Citrus limonum  Risso, consulter sa fiche.
    - Kumquat Citrus margarita  Lour, synonyme Fortunella margarita  (Lour) Swingle, consulter sa fiche.
    - Pamplemoussier, Citrus grandis  (L.) Osbeck, consulter sa fiche.
    - Poncirus trifolié, Citrus trifoliata  L., consulter sa fiche.

    oranges en octobre Noël provençal :
    Lors de la veillée de Noël les familles provençales, avant la messe de minuit, se réunissaient autour de la table pour consommer le Gros souper composé essentiellement de plats maigres, suivi en signe d'opulence d'une abondance de desserts des douceurs de saison et qui proviennent majoritairement du terroir qui doivent rester trois jours durant sur la table; en prenant soin de mettre un part de côté et de laisser toutes les nuits sur la table les miettes de pain et de gâteaux pour nourrir les petites âmes des morts (les armeto en provençal) sans oublier à la fin du repas de relever les 4 coins de la nappe pour protéger les armeto des mauvais esprits.
    C'est en 1683 que l'on trouve la première allusion aux traditions dans les interrogations de Polihore et les réponses de Philopatris : XIV. Le soir de Noël nous mettons sur ces nappes 13 pains, dont l'un, qu'on appelle le pain de notre Seigneur, est plus gros que tous les autres, qui nous représentent les douze Apôtres" page 228 à 248 dans Explication des usages et coustumes des Marseillois. Tome I, ar Mre François Marchetti, prêtre de l'église de Marseille, consultable en ligne à la BnF-Gallica.
    Dans le texte, il s'agit de 3 nappes et de la bûche de Noël ( de No) apportée en criant : "Calene ven, tout ben ven: Calene ven, tout ben ven" ( page 233) et le plus âgé de la famille s'avançait pour la bénir en versant du vin dessus, en disant 'Au nom dau Père et dau Fils et dau sant Esperit', puis il y mettait le feu', après avoir brûlée trois jours et trois nuits étaient répandues dans les étables pour protéger le bétail des mauvais génies et des maladies.
    De nos jours, en Provence les listes des 13 desserts (Calénos) divergent selon qu'elle soit marseillaise ou aixoise mais invariablement il y a une base commune :
    - Les quatre mythiques mendiants les pachichòis en provençal qui sont les amandes, les figues, les amandes, les noix et les raisins secs
    - Les deux nougats, le nougat noir, le nougat du pauvre ou nougat des Capucins juste au miel de Provence et aux amandes, le nougat blanc aux noisettes, pignons de pin et pistaches et la pompe à l’huile d'olive et à la fleur d'oranger, c'est celle qui dans la crèche est portée par le pistachier, le fada de la pastorale provençale; la pompe à l'huile qu'il ne faut pas couper car l'on se retrouverait ruiné l'année suivante, que l'on doit rompre comme Jésus a rompu le pain avant de le donner aux disciples. Cette fraction de la galette de pain est un geste ancestral accompli par les pères de famille dans de nombreuses civilisations.
    Ensuite on peut y retrouver les fruits de saison ('les sobres) à commencé par les dattes qui sont le symbole de Jésus venu d’Orient, le raisin muscat, les pommes (de paradis), ou les poires, les oranges à défaut les mandarines qui sont un signe de richesse, le melon vert de fin de saison, le verdau présent dans la crèche traditionnelle, la pâte de coing et les calissons d'Aix en Provence.
    La symbolique du chiffre 13 est religieuse elle fait référence à Jésus et ses 12 apôtres et c'est seulement en 1925 dans un numéro spécial de Noël du journal local La Pignato que le félibrige provençal Joseph Fallen* énumère un inventaire de 13 desserts.
    Tous les convives doivent goûter un peu de tout pour s'assurer pour la nouvelle année une bonne fortune.
    La signification religieuse des quatre mendiants :
    Ce sont des ordres religieux catholiques et apostoliques qui avaient fait voeu de pauvreté, ne vivant que de leurs aumônes journalières, ce sont les ordres mendiants.
    Les amandes symbolisent les Carmélites
    Les figues sèches, symbolisent les Franciscains ou les frères mineurs.
    Les noix ou noisettes symbolisent les Augustins
    Les raisins secs, qui représentent les Dominicains, frères prêcheurs.

    Annotations :
    *Joseph Fallen, le docteur Joseph Fallen (1863- 1934), un médecin poète provençal au pseudonyme Joùselet de Garlaban*, originaire d'Aubagne lire sa biographie.
    *Garlaban, célèbre massif de la Provence d'antan, celle de Marcel Pagnol qui domine la ville d'Aubagne.
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'., son herbier, le plus riche de son époque contenait 7000 plantes.
    En 1738, il fonde l'Académie des Sciences de Suède et à partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772.
    Il est l'auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum', consultable en ligne à la bibliothèque universitaire de Kyoto.
    *Osbeck, abréviation botanique pour le botaniste, naturaliste exploradeur suédois Pehr Osbeck (1723 - 1805), ministre luthérien, un des 17 disciples de Linné qu'il nomme ses Apôtres, qui participe à partir de 1750 à des expéditions en Asie du sud-est dont la Chine pour le compte de la Swedish East India Company, pour y étudier la faune et la flore, rapporter des spécimens et à son retour en 1771, il publie son journal en 2 volumes.
    *Risso, abréviation botanique pour le botaniste, entomologiste niçois Giuseppe Antonio Risso (1777 – 1845), en 1801 il est nommé professeur de botanique au lycée Impérial de Nice et il s'occupe du jardin de la ville.
    Auteur de l'Histoire naturelle des Orangers, ouvrage de référence sur les orangers, réalisé en collaboration avec Pierre Antoine Poiteau (1766 - 1854), botansite jardinier en chef des pépinières royales de Versailles et illustrateur de 109 planches, édité par Hérissant Le Doux impr. Paris - 1818-1820, 2 exemplaires sont consultables sur place à la Bibliothèque Patrimoniale Romain Gary, également consultable en ligne à la Bnf.
    Ainsi que la Flore de Nice et des principales plantes exotiques naturalisées dans ses environs, illustrée par Philippe Geny, éditée à Nice 1844, consultable sur place ou en ligne à la Bnf.
    natacha mauric©01/11/2000 ® Jardin! L'Encyclopédie
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur site