Hedera helix  - Lierre commun, Bourreau des arbres
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Lierre commun, Lierre anglais, Bourreau des arbres, Herbe de Saint-Jean, herbe à cautère*, Joli bois, en corse 'Ellara' ou 'Lellara', provençal 'éurre', en occitan 'èdra', nommé par les anglophones 'English Ivy'.
    Nom latin : Hedera helix  L.*
    famille : Araliaceae.
    catégorie : arbuste ou arbrisseau à souche ligneuse aux rameaux souples munis de racines crampons qui sécrètent une substance collante qui laisse des marques sur les enduits et revêtements muraux, avec les ans endommage les murs et les façades en bois, se glissant entre les joints. L'écorce brune qui avec le temps devient écailleuse.
    port : grimpant, ramifié, étalé, certaines variétés à port arbustif ou encore rampant.
    feuillage : toxique, persistant, coriace, luisant vert clair pour les jeunes pousses et vert sombre, à nervures plus claires. Sur des tiges souvent poilues, feuilles alternes, ovoïdes à triangulaires à 3 lobes rarement 5 lobes peu anguleux pour les jeunes feuilles. Sur bon nombre d'entre eux, les jeunes pousses et les feuilles sur le revers sont légèrement poilus. Les feuilles adultes sont entières sur les rameaux florifères, lobées ou dentées sur les rameaux stériles.
    floraison : fin de l'été courant septembre-octobre. Ombelles de petites fleurs de ± à 5 sépales, 5 pétales, 5 étamines proméminentes. Cette floraison tardive fait le bonheur des insectes, très nectarifères elle est visitée et pollinisée par les abeilles, les et les papillons et les frelons, les ruchers à cette période entent le polen de le lierre.
    fruits : baies ovoïdes ou sphériques de ± 8 mm de couleur verte puis rouge et d'un noir-bleuté à maturité, demeurant longtemps en place, consommées et dispersées par les oiseaux mais elles sont toxiques pour les humains.
    couleur : vert-jaune, anthères jaunes.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 7-10 m.
    plantation : à l'automne ou au printemps selon climat.
    multiplication : bouture en été (août - septembre), prélèvement de rameaux enracinés ou par marcottage.
    sol : adapté à tous types de sol, même pauvres et calcaires, de préférence léger, fertile, frais, drainé. Pour une culture en pot, un mélange principalement de terre, avec un apport de sable et un bon terreau de feuilles.
    emplacement : soleil partiel, mi-ombre, ombre. Dans le sud éviter les expositions trop ensoleillées et chaudes en été qui brûlent le feuillage.
    zone : 5 - 11, certaines variétés sont plus sensible au gel que d'autres.
    origine : Europe présent en France, Corse incluse jusqu'à 1000 à 1200 m d'altitude.
    entretien : n'oubliez pas de pincer de temps en temps pour le ramifier et favoriser le développement de nouvelles feuilles plus colorées. Au jardin, arroser régulièrement les deux premières années après la plantation pour lui assurer une bonne implantation. Une taille de mise en forme, de rajeunissement peut avoir lieu tout au long de l'année et si nécessaire, plusieurs fois dans l'année, d'où l’intérêt que lui porte comme à d'autres espèces les jardiniers qui pratiquent l'art topiaire.
    culture en pot, en période de croissance de mars à octobre, effectuer des arrosages réguliers en prenant soin de laisser légèrement sécher le substrat entre deux arrosages. Tous les deux mois effectuer un apport d'engrais pour plante vert; en période de repos d'octobre à mars laisser sécher le substrat complètement entre les arrosages.
    maladies et parasites : peut être sujet aux cochenilles, pucerons, thrips et à divers champignons qui peuvent produire des taches foliaires, une atmosphère trop sèche favorise la présence des araignées rouges. Un savoureux régal pour les cervidés.
    NB : Son nom Hedera  vient du verbe latin 'haedere' qui signifie 'être attacher' et son nom spécifique helix  vient du latin il désigne une spirale, donc qui s'enroule, pour grimper il a besoin d'un support. Ce genre comprend environ 10 espèces de lierre originaires de l'Europe (de la Scandinavie jusqu'à l'est du Caucase), de l'Afrique du Nord, des îles Canaries et des Açores et de l'Asie tempérée et des centaines de cultivars et variétés au feuillagede plus ou moins grande taille dans des tons plus ou moins foncé, certains panachés de blanc crème et d'autres panachés de jaune.
    Ce lierre anglais s'utilise en couvre-sol dans les jardins d'ombre, pour fixer les talus, former des bordures, des parterres aux pieds des arbres, dans les rocailles et les sous-bois clairs, couvrir un mur, un muret, une façade, une clôture, grimper le long d'un vieux tronc ou simplement dans des potées pour les balcons et terrasses. Sur un grillage préformé on peut s'en servir pour faire du topiaire, mais il peut finir par étouffer les végétaux qui lui servent de support.
    "Lierre, que tu revêts de grâce bucolique
    Les ruines des monuments !
    Et tu me plais encore sur le platane antique
    Qu'étouffent tes embrassements.
    Mais je t'aime, surtout, sombre et sinistre lierre,
    A quelque fontaine pendu
    Et laissant l'eau couler, plaintive, dans la pierre
    D'un bassin que l'âge a fendu"
    Stances par Jean Moréas, 1856 -1910).
    Propriétés et utilisations :
    Dans le langage des fleurs du temps jadis, il symbolise la fidélité, celui de l'amitié et de l'amour éternel, car là où il grimpe, rien ne le séparera jusqu'à sa mort.
    Dans l'Antiquité grecque, ce lierre avait la réputation de traité les intoxications, les empoisonnements et de protège de l'ivresse, c'est ainsi qu'ils buvaient le vin dans lequel avaient été infusées des feuilles de lierre. Dans la mythologie grecque, il était l'emblème de Dyonysos, fils de Zeus, qui l'aurait utilisé pour attirer les Ménades afin de les vouer à son culte, nommé Bacchus par les Romains, il était le Dieu du vin et de l'extase toujours représenté portant une couronne de lierre (pour soulager ses maux de têtes), tenant dans une main un thyrse couronnée de feuilles de lierre ou de vigne et dans l'autre, un cep de vigne. Il était de tradition de récompenser les poètes grecs avec une couronne en lierre, que l'on retrouve ornant certaines statues pour attirer la protection du dieu représenté. La croyance populaire raconte qu'un lierre grimpant sur le mur de votre maison, protège les occupants du mauvais sort et éloigne les esprits malins; il était suspendu dans les étables pour empêcher le lait de tourner.
    En Angleterre, l'english ivy est traditionnellement associer au houx dans les décorations de Noël.
    Dans les pharmacopées traditionnelles, il est prescrit en usage externe pour ses propriétés antispasmodiques, hémolytiques et vasoconstrictrices, son feuillage sous forme de cataplasme appliqué pour soulager céphalés et névralgies, lumbagos, rhumatismes et crise de sciatique, les oedèmes des jambes, réduire les capitons de cellulite, les brûlures et les ulcères cutanés.
    Il traite également les affections des voies respiratoires, nos grand-mère faisaient infuser 'équivalent d'une cuillère à café de feuilles séchées, finement coupées comme le thé; aujourd'hui il entre dans la composition de sirops, gommes et pastilles pour la toux, lotions, gels, crèmes anticellulitaires (en association avec d'autres plantes) et dans celle des shampoings pour tonifier et foncer les cheveux noirs naturels ou colorés, en décoction il sert à raviver le linge noir, les fins taffetas de soie et les soies, autrefois pour les lessives on le mélangeait aux cendres de bois car il contient des saponines.
    Des études ont démontré que ses fleurs avait également des propriétés antibactériennes, antifongiques, antiparasitaires, expectorante et sédatif, et dernièrement des propriétés anticancéreuses et antioxydantes, ses feuilles contiennent du didéhydrofalcarinol et du falcarinol aux propriétés antimicrobiennes, antimycosiques, analgésiques et sédatives et ses baies sont émétiques* et purgatifs, mais mais il faut savoir qu'ils sont irritants et peuvent provoquer des dermites de contact de type urticaire et également des troubles respiratoires de type rhinite.
    En phytothérapie, la teinture mère de Lierre est prescrite pour traiter l'ypertension artérielle, les bronchites, la toux, la coqueluche et les maux de dents.
    Des études menées par la NASA dés 1980 ont démontré que certaines plantes ont des propriétés absorbantes, dépolluantes neutralisant les divers produits se trouvant dans les matériaux (tissus, revêtements muraux, revêtements de sol, mobilier) présents dans nos intérieurs, dans les produits utilisés (peintures, solvants, colles, produits d'entretien, parfums d'ambiance) parmi ces plantes purificatrices figurent entre autre les Hedera ont la propriété d'absorber le benzène, un solvant que l'on retrouve dans les peintures et les vernis, les revêtements plastiques qui est aussi présent dans de nombreux détergents.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Hedera algeriensis  'Gloire de Marengo, consulter sa fiche.
    Hedera helix  Variegata, Lierre panaché, consulter sa fiche.
    voir également
    Glechoma hederaceae  L., le lierre terrestre, Glécome faux-lierre, consulter sa fiche.

    Annotations :
    * L. : abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binomiale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Universitéd'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *cautère mot qui vient du grec 'kaiein' qui signifie 'brûler', c'est le nom donné à un fer brûlant, aujourd'hui c'est le nom d'un instrument pointu qui chauffé brûle les tissus organiques pour favoriser la cicatrisation, c'est également le nom donné au cataplasme apposé sur une plaie. L'expression un cautère sur une jambe de bois, signifie un mesure complètement inutile et inefficace.
    émétique, provoque des vomissements.
    nmauric© 29/02/2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.

les baies du lierre à la mis janvier

un compteur pour votre site