Ilex aquifolium  - Houx commun
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Houx commun, nommé par les anglophones 'Common holly, Holly, English Holly, English holl, Christmas Holly, Hulver bush', en espagnol 'Acebo común'.
    Nom latin : Ilex aquifolium L.*, synonymes Aquifolium croceum Raf.*, Aquifolium ferox Mill. ex Raf., Aquifolium heterophyllum Raf., Aquifolium ilex Scop.*, Aquifolium lanceolatum Raf.
    famille : Aquifoliaceae.
    catégorie : arbre ou arbuste dioïque, à l'écorce lisse, verte qui vire au gris clair en vieillissant. Il peut devenir centenaire.
    port : élancé, conique ou pyramidal selon la variété, dense.
    feuillage : persistant, coriace, ondulé, vert clair à vert foncé, brillant au revers plus clair et mat. Feuilles simples (6 à 10 cm), alternes, ovales, court pétiole, nervure centrale marquée, dentées, munies d'épines acérées pour les feuilles du bas ou les tiges stériles, celles qui sont sur les rameaux supérieures sont planes à bord lisse. (voir photos prises sur un même sujet).
    floraison : printemps (mai-juin), parfumée, mellifère. A l'aisselle des feuilles en partie terminales, faisceaux de petites fleurs unisexuées parfois bisexuées à court pédoncule.
    couleur : blanc à blanc légèrement rosé.
    fruits : sur les pieds femelles, petites drupes toxiques, pisiformes et charnues d'un rouge brillant à 4 noyaux, demeurant sur l'arbre jusqu'au début du printemps. Elles sont consommées par les oiseaux, notamment les merles et les grives, il semblerait que les drupes jaunes les attirent moins.
    croissance : assez lente lorsqu'il est jeune.
    hauteur : 5 -à 25 m, taille adulte vers les 20 ans, pour un étalement avoisinant 6 à 8m.
    plantation : printemps ou automne. bien choisir son emplacement car sa transplantation est assez délicate.
    multiplication : par bouturage de tiges semi - ligneuses à la fin de l'été, semis uniquement de graines fraîches après les avoir nettoyé et fait tremper dans de l'eau durant quelques heures, puis les scarifier, compter pour la levée entre 30 et 60 jours, ou par marcottage et par greffage.
    sol : humide, argileux, riche, humifère, drainé, il n'aime pas le calcaire.
    emplacement : soleil, mi-ombre lumineuse à l'abri des vents froids.
    zone : 5/6 - 9, tolère assez bien la pollution atmosphérique? UK hardinesse H6. USDA hardiness : 5-9.
    origine : Europe occidentale (Scandinavie, Norvège Grande Bretagne, Allemagne jusqu'au Caucase), Europe méridionale, Asie Mineure (jusqu'en Perse), Afrique du Nord et Asie septentrionale, jusqu'à une altitude de 1000 à 1200m.
    entretien : on peut rabattre au printemps même sévèrement, mais la taille s'effectue de préférence à la fin de l'été. Il repart de la souche.
    Il s'utilise en sujet isolé, dans les massifs arbustifs aisnis que dans la composition de haies défensives ou libres.
    Si vous souhaitez avoir des baies, il faut songer à planter des pieds mâles et des femelles, compter 1 mâle pour 4- 10 femelles.
    NB : son nom Ilex en latin désigne le chêne vert, attribué par le botaniste français Joseph Pitton de Tournefort* qui leur trouvait une similitude dans la forme des feuilles, aquifolium  qui désigne le houx en latin, vient de 'acer' qui signifie piquant et 'folium' feuille.
    Ce genre comprend environ 400 espèces d'arbres et arbustes persistants ou caducs, originaires des zones tempérées et tropicales.
    Il existe de nombreux cultivars et hybrides qui ont été créés à partir de croisement entre Ilex aquifolium et Ilex perado, un des plus connu d'entre eux Ilex x altaclerensis Dallimore, qui fut créé en 1800.
    A l'arboretum des Près-des-Culands (Meung-sur-Loire) dans le département du Loiret a été initié à partir de 1987 par Nadine et Pierre Paris, la réalisation d’un jardin sur un marécage dans les méandres de la rivière des Mauves, qui est devenu aujourd'hui un parc remarquable de 2 hectares dans un environnement ombragé et humide, où l'on trouve rassemblé plus de 500 espèces, hybrides ou cultivars de houx venus du monde entier, il est devenu le conservatoire national d'ilex, l’une des plus belles collections de houx d’Europe.
    Au printemps 2015, l’Arboretum a reçu le label "Collection Nationale" pour sa collection de Hosta qui comprenait alors 30 espèces et 120 variétés, se trouve aussi une collection d'Astilbes agrée ainsi que plus de 120 clématites qui grimpent sur de nombreux érables, bambous et hortensias, une sélection de floraisons qui s’échelonnent d’avril à septembre; découvrir la vidéo Mémoires du futur, l'Arboretum des Près-des-Culands sur You Tube, novembre 2015, durée 13mn 34s.
    Parmi les cultivars femelles ou autofertiles, citons :
    Ilex aquifolium  'Alaska', autofertile à feuilles très épineuses à marge jaune, drupes rouges écarlates, port buissonnant.
    Ilex aquifolium  'Amber' à feuilles dépourvues d'épines, très fructifère, drupes d'un jaune ambré.
    Ilex aquifolium  'Argentea Pendula' à port pleureur, marge des feuilles crème.
    Ilex aquifolium  'Bacciflava' à feuilles vertes épineuses, drupes jaunes.
    Ilex aquifolium  'Fructuluteo' se distingue par des drupes jaunes.
    Ilex aquifolium  'J. C. van Tol', port pyramidal, variété autofertile, feuilles à marge lisse, vert foncé à nombreuses drupes rouge et rouge orangé.
    Ilex aquifolium 'Madame Briot' à feuilles épineuses à marge doré, drupes rouges écarlates.
    Ilex aquifolium  'Orange Beauty' se distingue par des drupes oranges.
    Ilex aquifolium  'Pyramidalis Fructuluteo' au port pyramidal, très fructifère, drupes jaunes.
    Quelques exemples de cultivars mâles :
    - Ilex  'Ferox' à feuilles très épineuses.
    - Ilex aquifolium 'Myrtifolia', Houx à feuilles de myrte d'un vert foncé brillant, très étroites lancéolées moins épineuses, les jeunes feuille sont d'un bronze cuivré, spécimen mâle dépourvu de fructification, environ 4m de haut pour 2.5m de large adulte, photo 3.
    - Ilex aquifolium 'Myrtifolia Aureomaculata', au feuillage plus large et plus ovale maculé de jaune crème.
    Parmi les cultivars panachées citons : ( pour une exposition au soleil uniquement).
    - Ilex  'Argentea Marginata' forme femelle à feuilles légèrement rose lorsqu'elles sont jeunes, très fructifère, drupes rouges, photo en bas de page.
    - Ilex  'Aurea Marginata', forme femelle à feuilles marginées de jaune, drupes rouges.
    - Ilex 'Ferox argentea' forme mâle aux feuilles très épineuses, marginées de jaune crème.
    - Ilex 'Flavescens' forme femelle à tiges rouge, très fructifère.
    - Ilex 'Golden Queen' forme mâle, feuilles épineuses à marge jaune.
    - Ilex 'Marginata' très fructifère.
    - Ilex 'Pyramidalis Aurea' cultivar forme femelle de port conique, feuilles à marge jaune, très fructifère, drupes rouges.
    - Ilex 'Risplay Gold', feuillage peu épineux au limbe jaune irrégulièrement marginé de vert très fructifère, drupes rouges.
    - Ilex 'Silver Queen' cultivar forme mâle, feuilles épineuses teintées de rose lorsqu'elles sont jeunes virant au vert foncé panaché de vert gris, marge crème.
    - Ilex 'Silver Milkmaid' forme femelle à feuilles jaunes marginées de vert, drupes rouges écarlates.
    - Ilex x altaclarensis 'Golden King' à feuilles épineuses marginées de jaune crème, drupes rouges écarlates.
    Ilex 'Myrtifolia' Propriétés et utilisations :
    Attention les drupes sont émétiques et purgatives, elles étaient autrefois utilisées pour ces effets.
    Le feuillage frais ou séché, était employé dans les pharmacopées traditionnelles pour ses propriétés diurétiques et fébrifuges, pour calmer les toux, les crises de goutte et l'arthrite.
    Son bois blanchâtre, très dur est utilisé en sculpture, fort recherché en marqueterie* où on le rencontre très souvent teinté en noir, en lieu est place de l'ébène et les branches plus souples étaient utilisées pour confectionner des manches d'outils, de fouets, d'aiguillons, pièces de charrues, verges de fléaux et des manches d'ustensiles de cuisine.
    Autrefois, l'écorce interne servait à confectionner une glu utilisée pour attraper les oiseaux et le feuillage regroupé en fagots était utilisé pour ramoner les conduits de cheminée.
    Traditionnellement on distille encore en Alsace une eau de vie de baies de houx.
    Le feuillage, l'écorce et les drupes contiennent un alcaloïde, la théobromine (substance proche de la caféine) qui selon le dosage peut être toxique pour les chevaux et les animaux domestiques, agissant sur le système nerveux.

    Poésie québécoise :
    Bergère :
    Vous que j'aimai sous les grands houx,
    Aux soirs de bohème champêtre,
    Bergère, à la mode champêtre,
    De ces soirs vous souvenez-vous ?
    Vous étiez l'astre à ma fenêtre
    Et l'étoile d'or dans les houx.
    Aux soirs de bohème champêtre
    Vous que j'aimai sous les grands houx,
    Bergère, à la mode champêtre,
    Où donc maintenant êtes-vous ?
    - Vous êtes l'ombre à ma fenêtre
    Et la tristesse dans les houx.
    Émile Nelligan (1879 - 1941)
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Ilex paraguariensis Saint-Hil., Maté, Thé du Paraguay, Thé des Jésuites consulter sa fiche .
    - Ilex x meserveae 'Blue Maid', Houx de Meserve 'Blue Maid', consulter sa fiche.
    Quelques autres espèces :
    - Ilex crenata Thunb., originaire du Japon, environ 6- 7m de haut, à feuillage persistant de petite taille à bord crénelé, drupes noires; zones 6 - 10.
    - Ilex cornuta Lindl & Paxt., originaire d'Asie (Corée, est et centre de la Chine), serait auto fertile, port buissonnant, 2 à 3 m de haut, feuillage cornu, persistant brillant, a des drupes d'un rouge écarlate.
    Son feuillage est utilisé dans la pharmacopée traditionnelle chinoise ainsi que celui de l'Ilex chinensis nommé 'Si Ji Qing' pour un usage externe pour traiter: les abcès et les furoncles, les ulcérations, les brûlures, la lèpre et en décoction pour les fièvres et éliminer les toxines; zones 6 - 10; photo ci-contre.
    Ilex cornuta
    Siro Kurita ©
    - Ilex decidua Walt., originaire du sud-est des États-Unis (Virginie, Texas), environ 7 - 8 m de haut, port pyramidal, feuillage caduc, denté, drupes rouges; zones 6 - 10.
    - Ilex macrocarpa Oliver, originaire du sud de la Chine, feuillage caduc, 10 - 15 m de haut, drupes noires; zone 7-9.
    - Ilex mitis Radlk., synonyme Sideroxylon mite L., originaire d'Afrique australe en zone humide, feuillage persistant, environ 9 m de haut, drupes rouges; zonez 8 - 10.
    - Ilex perado Link, synonyme Ilex canariensis Poir., Houx des Açores, originaire de la Péninsule ibérique, des îles Canaries, des Açores et Madère à feuilles ovales à elliptiques à bord lisse; zones 9 - 11.
    - Ilex pernyi Franch., originaire des forêts clairsemées du Tibet et du centre ouest de la Chine dans les provinces du Anhui, au sud du Gansu, Guizhou, Hénan, ouest de l' Hubei, Hunan, Jiangxi, au sud du Shaanxi, Séchouan, Zhejiang, où il est nommé 'Mäo er ci' (Épine de chat), 3 à plus de 8m de haut, à l' écorce d'un gris argenté, au feuillage vert foncé ovale-lancéolé à base tronquée et marge épineuse, floraison jaunâtre courant avril-mai, des drupes ovoïdes d'un rouge cramoisi pourvues d'un pédoncule, photo 3, il existe un cv 'Compacta'.
    - Ilex opaca Soland. ex Ait., synonyme Ilex quercifolia Meerb., Houx américain, originaire du sud-est des États-Unis, port conique, feuillage persistant, épineux à peine brillant, drupes rouges écarlates. A une préférence pour les sols acides. Localement, il existe de très nombreux cultivars à fruits plus ou moins gros; zones 5 - 9.
    - Ilex serrata Thunb., Houx denté, originaire du Japon, environ 5m de haut, à feuillage caduc virant au jaune à l'automne, drupes rouges; zone 6 - 9.
    - Ilex verticillata A. Gray, Houx verticillé, originaire du sud-est des États-Unis et sud-est du Canada, nommé 'Winterberry, American Winterberry' caduc de petite taille 2 - 3m de haut, jeunes feuilles pourprées mates virant au vert moyen à marge dentelée, virant au jaune à l'automne, très fructifère, drupes rouges écarlates. Il existe quelques cultivars à baies jaunes comme 'Chrysocarpa' ou Berry Heavy® Gold Winterberry, photo 4.
    Autrefois dans les pharmacopées traditionnelles les drupes étaient utilisées comme purgatif et comme vermifuge; USDA zone 3a - 9a.
    - Ilex vomitoria AIt., synonyme Ilex cassine  Walt., Thé des Appalaches, Cassena, originaire du sud-est des États-Unis et d'Amérique centrale (Mexique), persistant, entre 6 et 7 m de haut à feuilles dentées. La pharmacopée traditionnelle des indiens utilisait le feuillage pour ses propriétés purgatives et émétiques et le feuillage mélangé avec de l'écorce pour traiter les états fébriles; zones 6 -10.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le médecin, botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l’espèce, c'est la base de la taxinomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivie d'un parution 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    marqueterie placage et incrustations étaient connu des Romains, d'ailleur Pline l'Ancien écrit :
    Ilex verticillata
    Dal Carder © Flickr
    « Les meilleurs bois pour faire des pièces de rapport ou feuilles propres à revêtir les autres bois sont : le citronnier, le térébinthe, les différentes sortes d'érable, le buis, le palmier, le houx, l'ilex, la racine de sureau, le peuplier. L'aulne a certaines bosses ou durillons dont on fait du marquetage ; le citronnier et l'érable en ont pareillement. Il n'y a que ces trois arbres dont les durillons soient estimés.
    « Au reste, le milieu des arbres est toujours plus madré que le reste, et plus le bois est proche de sa racine, plus la madrure est tortueuse, et les taches petites.
    « Voilà ce qui a fait naître l'idée du luxe par lequel on s'est avisé de couvrir un bois d'un autre bois, et de donner du prix à un bois peu estimable en le revêtant d'une marqueterie plus précieuse. C'est afin de pouvoir vendre plusieurs fois le même bois que l'on s'est avisé de le diviser en feuilles. » Les Merveilles de la civilisation, revue de l'exposition universelle, par Édouard Gorges, 1855-1856, consultable à la BnF-Gallica page 284-286.
    *Raf., abréviation botanique pour l'excentrique naturaliste, linguiste et archéologue autodidacte français Constantine Samuel Rafinesque-Schmaltz (1783-1840) qui dès 1802, séjourne et travaille en Amérique, auteur de nombreux canulars. En 1841, Nutall lui dédie un genre de chicorée Rafinesquia (Asteraceae).
    *Scop., abréviation botanique pour l'italien Giovanni Antonio Scopoli (1723 - 1788), médecin, naturaliste et entomologiste qui durant ses études dans la ville d'Innsbruck étudie la flore du Tyrol puis celle de l'ouest de la Slovénie (Carniole) où il exerce sans enthousiasme la médecine tout en se passionnant pour les insectes et plantes.
    On lui doit de nombreux ouvrages d'entomologie et la parution en 1760 de 'Flora carniolica, exhibens plantas Carnioliae indigenas et distributas in classes, genera, species, varieties, ordine linnaeano', en 2 volumes, parus sous son nom latin Ioannis Antonii Scopoli, l'édition de 1771 est consultable en ligne.
    *Tournefort, Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) médecin, botaniste aixois, qui constitue un célèbre herbier comprenant les flores dauphinoise, savoyarde, parisienne et montpelliéraine, il fixe définitivement le genre Aphyllanthes monspeliensis, l'initiateur du premier système de classification des fleurs sur leurs caractères constants, repris par Linné.
    Conseiller du Roy, en 1683 il est nommé professeur de botanique au jardin du Roy (aujourd'hui le Jardin des plantes), en 1691 académicien pensionnaire de l'Académie Royale des Sciences, puis en 1696 docteur de la faculté de médecine de Paris.
    En 1700, à la demande de Louis XIV il entreprend un voyage de deux ans aux pays du Levant qu'il relate en deux volumes publiés en 1717 sous le titre 'Relation d'un Voyage du Levant fait par ordre du Roy' (contenant, l’histoire ancienne et moderne de plusieurs isles de l'archipel, de Constantinople, des côtes de la Mer Noire, de l'Arménie, de la Géorgie, des frontières de Perse et de l'Asie Mineure) au cours de ce séjour il s'intéresse aux drogues, préparations médicinales et plantes d'où on les tire (Histoire abrégée des drogues simples). On lui doit l'acclimatation des térébinthacées afin de ne plus dépendre de l'Orient.
    Les tomes 1 et 2 du Voyage du Levant sont consultables en ligne à la BnF-Gallica, édition de 1717.
    natacha mauric © 29/02/2000 ® Jardin! L'Encyclopédie
    par la Société des Gens de Lettres® - Natacha Mauric © 29/02/2000 - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

Ilex aquifolium 'Argentea Marginata'





compteur web gratuit sans pub