Lonicera caprifolium - Chèvrefeuille des jardins
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Pierre-J. Redouté - 1833
    Nom commun : Chèvrefeuille des jardins, Chèvrefeuille italien, nommé par les anglophones 'Italian woodbine, Italian Honeysuckle'.
    Illustration, planche 123 par Pierre Joseph Redouté dans 'Choix des plus belles fleurs et des plus beaux fruits', 1833, contributed by Missouri Botanical Garden, St. Louis, U.S.A.
    Nom latin : Lonicera caprifolium  L.*, synonyme Caprifolium vulgare  Medik.*
    famille : Caprifoliaceae.
    catégorie : arbuste ou arbrisseau liane à souche sarmenteuse et au système racinaire fibreux et traçant.
    port : volubile, grimpant.
    feuillage : caduc, coriace, d'un vert-gris, glauque sur le revers, liseré de la marge translucide. Feuilles opposées, ovales, se distingue par des feuilles en partie haute qui sont fusionnées pour former une coupe où sont enchâssées les inflorescences.
    floraison : longue de la fin du printemps à l'été courant mai/juin jusqu'en août-septembre selon climat), très parfumée surtout la nuit, pollenifère et nectarifère , visitée par les abeilles, de nombreux insectes et certaines espèces de la liste des autres papillons. Inflorescences terminales, de petites fleurs tubulaires à 2 lèvres, l'inférieure juste lobée, la supérieure à 4 petits lobes, 5 étamines et un style filiforme. Fleurs hermaphrodites dont la fécondation est assurée par les papillons de nuit.
    couleur : blanc crème, jaune pâle, lavé de rose sur le revers. Les boutons floraux sont d'un rose soutenu.
    fruits : petites baies toxiques globuleuses rouges (+ ou - 0.5cm) contenant de petites graines (2 à 8), elles sont consommées par les oiseaux lorsqu'elles arrivent à maturité courant octobre/novembre. Ils auraient des propriétés émétiques.
    croissance : moyenne.
    hauteur : 5-6 m en tout sens.
    plantation : à l'automne ou au printemps (mars-avril) selon climat.
    multiplication : par semis en poquets de quelques graines fraîches après stratification à froid à l'automne, par bouture de tiges herbacées, par boutures de tiges aoûtées avec ou sans talon et par marcottage a effectuer de préférence au printemps.
    sol : riche, humifère, frais, drainé. N'aime pas les sols trop alcalins.
    emplacement : soleil, mi-ombre, il se rencontre en zone d'ombre. Le pied à l'ombre la tête au soleil.
    zone : 6 - 10.
    origine : dans les broussailles, les bois et les haies bocagères en zones tempérées de l’hémisphère nord, présente au sud de l'Europe et à l'ouest de l'Asie, introduite aux États-Unis dans la région des grands lacs et l'état de New-York. Introduite en Grande-Bretagne.
    entretien : on peut rabattre après floraison les longues tiges et supprimer les branches dénudées sur le dessous. Pour le renouveler il subit d'avoir le courage de le rabattre au ras du sol
    maladies et ravageurs : comme les autres, il est sujet aux pucerons verts hyadaphis tataricae (nouvelles pousses et revers des feuilles), aux aleurodes, aux thrips et parfois aux cochenilles. Il est sensible à l'oïdium qui peut provoquer la chute des feuilles et à la maladie des taches foliaires.
    Les cervidés pour ceux qui sont en couvre-sol adorent s'en servir de litière.
    NB : son nom Lonicera  lui a été donné par Linné en souvenir du médecin-botaniste allemand Adam Lonitzer (1528-1586), qui publiât divers ouvrages sur les plantes. Les sage femmes de son époque lui doivent la première utilisation de l'ergot de seigle (Claviceps purpurea) à des fins médicinales, et son nom spécifique caprifolium  vient du latin 'capra' mot qui désigne la chèvre et 'folium' désigne la feuille, donc Chèvrefeuille.
    Ce genre comprend environ 180 espèces de grimpantes ou d'arbustes caducs, persistants ou semi persistants originaire des zones tempérées de l'hémisphère nord, 11 espèces en France donc 6 arbustives, 15 en Europe, 22 en Amérique du Nord dont 11 présentes au Canada et 18 endémiques aux Etats-Unis, et 57 espèces présentes en Chine dont 23 sont endémiques et 25 au Japon.
    Il a sa place au jardin utilisé en sujet isolé, massifs de quelques sujets, pour couvrir un treille, une tonnelle, une clôture, un mur, retomber sur un muret, associé à d'autres espèces dans les massifs arbustifs, dans les sous-bois et aussi dans la composition de haies fleuries.
    Propriétés et utilisations :
    Avec ses rameaux feuillus et fleuris est préparée une teinture-mère qui est prescrite en homéopathie et sous forme de granulés; ce chèvrefeuille est présent dans la liste des Fleurs de Bach, pour agir sur les émotions négatives liées au passé. Son utilisation, est vraiment déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants, comme bien des produits.
    Dans la pharmacopée traditionnelle chinoise, les fleurs et les tiges sont réputées avoir des propriétés analgésiques, antivirales, antibactériennes, diurétiques, émollientes, expectorantes, laxatives et vulnéraires, prescrites en infusion ou lotion pour traiter les infections cutanées, les migraines et les fièvres, les affections respiratoires (aphtes, grippes et maux de gorge), les troubles digestives et les troubles urinaires. La poudre de fleurs séchées contient de l'acide chlorogénique qui a des propriétés antioxydantes, elle entre dans la composition de produits cosmétiques.
    Les fleurs séchées, étaient autrefois utilisées en infusion comme substitut du thé.
    Quelques autres espèces de chèvrefeuilles grimpants présents dans l'Encyclopédie :
    Lonicera hildebrandtiana  Collett & Hemsl., Chèvrefeuille de Hildebrandt, consulter sa fiche.
    Lonicera implexa  Ait., Chèvrefeuille des Baléares, consulter sa fiche .
    Lonicera japonica  Thunb., Chèvrefeuille du Japon 'Halliana', consulter sa fiche.
    Lonicera periclymenum  L., Chèvrefeuille des bois, Broute biquette, consulter sa fiche.
    Lonicera sempervirens  L., Chèvrefeuille toujours vert, Chèvrefeuille de Virginie, consulter sa fiche.
    Quelques autres espèces arbustives (Xylosteum) présentes dans l'Encyclopédie :
    Lonicera fragrantissima  Lindl. & Paxton., synonymes Lonicera caprifolioides  K. Koch ou Chèvrefeuille odorant, Chèvrefeuille d'hiver, consulter sa fiche.
    Lonicera nitida  E. H. Wilson., Chèvrefeuille luisant, Chèvrefeuille brillant, consulter sa fiche.
    Lonicera maackii  Herd, Chèvrefeuille de Maack, consulter sa fiche.
    Lonicera tatarica  L., Chèvrefeuille de Tartarie, consulter sa fiche.
    Lonicera xylosteum  L., Camérisier à balais, Chèvrefeuille des haies, consulter sa fiche.
    Lonicera x brownii  Hort, Chèvrefeuille de Brown, consulter sa fiche.

    Consulter la liste des autres plantes grimpantes présentes dans l'Encyclopédie, s'ouvrant dans un pop-up.

    Annotations :
    *J. C. Krauss Illustration ci-contre, planche 32 dans 'Afbeeldingen der fraaiste, meest uitheemsche boomen en heesters ..' (Images des arbres et des arbustes les plus plus beaux et les plus bizarres etc..) par Johan Carl Krauss, édition J.Allart, 1820 - Amsterdam.
    J. C. Krauss - 1820
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    * Medik, abréviation botanique pour le médecin-botaniste allemand Friedrich Kasimir Medikus (1736-1808), fut directeur des jardins de Schwetzingen et de Mannheim, on lui doit de nombreux travaux sur les Apocynées, Asclépiadées et Malvacées et sur les champignons.
    Il fait paraître en 1771, 'l'Index plantarum Horti electoralis Manhemiensis', en 1786 'Theodora speciosa ein neues Pflanzengeschlecht' BNf Gallica puis entre autre 'Philosophische Botanik mit kritischen Bemerkungen' (Botanique philosophique avec des remarques critiques) édité en allemand (1789 -Mannheim), consultable à la BNf Gallica et pour finir en 1800 un Essai sur la culture des végétaux exotiques, qui renferme, en outre, un catalogue de tous ses travaux.
    * P.J.Redouté, célèbre peintre ardennais Pierre Joseph Redouté (1759-1840) spécialiste des illustrations botaniques peintes sous forme d'aquarelle sur un dessin au crayon puis graver au pointillé, il est surnommé le Raphaël des fleurs.
    & nmauric©02.11.2000 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l'exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site