Aster alpinus - Aster des Alpes, Aster alpin
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Siro Kurita
    Nom commun : Aster des Alpes, Aster alpin, nommé par les anglophones 'Alpine aster'.
    Nom latin : Aster alpinus  L.*, synonymes Aster breyninus  (Beck) Fritsch, Aster chrysocomoides  Turcz. ex DC., Aster cylleneus  (Boiss. & Orph.) Halácsy, Aster cylleneus  Nyman, Aster hispanicus  Coincy, Aster fallax  Tamamsch., Aster hirsutus  Host, Aster korshinskyi  Tamamsch., Aster nivalis  Adam, Aster pulchellus  Hohen., Aster scabris  Mill., Aster wolfii  Favrat
    famille : Compositae.
    port : touffe compacte, gazonnante.
    catégorie : vivace herbacée.
    feuillage : caduc, vert moyen, pubescent. Feuilles du bas oblongues-ovales, obtuses et spatulées, les autres sont lancéolées.
    floraison : à la fin du printemps à début de l'été (courant juin-août selon climat) visitée entre autre par les abeilles et les papillons. Sur des tiges pubescentes, capitule solitaire (3 à 5 cm) composé de 2 rangs de fines ligules cernant un bouquet de fleurons tubulaires bisexués.
    couleur : pour l'espèce type mauve, violet coeur jaune, de nombreux cultivars blanc, rose-lilas, bleu, mauve et violet.
    fruits : akènes sumontés d'une longue aigrette soyeuse. Durée des propriétés germinatives des semences environ 3 ans.
    hauteur : 0.20 à 0.30 m.
    multiplication : par semis d'avril à juin (16 - 18°C), mise en place à l'automne en comptant 20 à 25 cm entre les plants, floraison au printemps suivant, et par division des des touffes au printemps.
    sol : drainé, fertile, humide sans excès, accepte les sols calcaires.
    emplacement : soleil, mi-ombre une partie de la journée.
    habitat : dans les pelouses et les pâturages moyenne montagne, originaire des Alpes présent dans les Basses-Alpes, Alpes-Maritimes, Dauphiné, Savoie, Les monts d'Or, Jura, Vosges, Gard, Hérault,Cévennes, Lozère, Aveyron et Pyrénées, présente en Italie, Suisse et Autriche.
    zone : 3 - 9.
    entretien : supprimer les fleurs fanées, une petite astuce on peut étaler la floraison en pinçant certaines tiges de la touffe et pas les autres.
    maladies et ravageurs : sensible à la fusariose, l'oïdium, rouille, convoitée par les limace et les escargots, consommée par les cervidés.
    NB : son nom Aster  vient du grec où il désigne une étoile et son nom spécifique alpinus  pour nous préciser son origine alpine.
    Le nom commun d'Oeil du Christ est celui de l'Aster amellus , l'Aster d'Italie.
    Ce genre comprend selon les flores* 185 à 152 espèces d'annuelles, de vivaces herbacées, de sous-arbrisseaux ou d'arbustes persistants, originaires des zones tempérées de l'Amérique du Nord, de l'Asie (123 dont 82 endémiques à la Chine, 18 espèces à Taïwan, 34 au Japon dont 32 endémiques) et de l'Europe dont 12 en Suisse, 14 en Italie, 9 en France, 9 en Espagne et 5 au Portugal.
    L'Aster des Alkpes a sa place au jardin dans les bordures, les parterres , en premier dans dans les massifs et mixed-borders ou simplement dans de grandes potées. Très bonnes fleurs à couper pour des bouquets champêtres.
    Parmi les hybrides et cultivars, citons :
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    Aster amelloides  Besser, synonyme Aster capensis  Less, Félicia, pâquerette bleue, Marguerite du Cap, consulter sa fiche.
    Aster divaricatus  (Nutt.) Torr. & Gray, Aster divariqué, consulter sa fiche.
    Aster x dumosus  Aster buissonnant, consulter sa fiche.
    Aster ericoide pringleiquot; "Monte Cassino&, Aster à bouquet , consulter sa fiche.
    Asterx frikartii  connu sous le nom d'Aster Monch, consulter sa fiche.
    Aster laevis  L., Aster lisse, consulter sa fiche.
    Aster novae-angliae  , synonyme Symphyotrichum novae-angliae  (L.) G.L.Nesom, Aster d'automne, consulter sa fiche.
    Aster novi-belgii , Aster de la Nouvelle Belgique, consulter sa fiche.
    Aster pyrenaceus  'Lutetia', consulter sa fiche.
    Aster tongolensis , consulter sa fiche (et autres espèces).

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), avant d'être anobli en 1757 Carl Linnæus, également médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    Auteur de 'Systema naturae, Genera plantarum' et 'Species plantarum'.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site