Anemone pulsatilla, Pulsatilla vulgaris  - Anémone pulsatille
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    pulsatilla vulgaris Nom commun : Anémone pulsatille, Pulsatille commune, Fleur de Pâques, Coquelourde, Coquerelle, l'Herbe au vent, nommée par les anglophones 'Pasqueflower', en allemand 'Pasque Blumensamen'.
    Nom latin : Anemone pulsatilla L.*, synonymes Pulsatilla vulgaris Mill.*, Anémone collina Salisb.*, Anemone pratensis Sibth., Anemone nemerosa L., Anemone sylvestris Vill., Pulsatilla amoena Jord. et 12 autres ainsi que 8 noms non résolus.
    famille : Renonculaceae.
    catégorie : vivace à souche tubéreuse à rhizomes rampants.
    feuilles : caduc, vert foncé. Feuilles de forme oblongues bipennatiséquées découpées en lanières .
    floraison : au printemps courant avril-mai, à l'odeur un peu âcre et peu agréable. Calice soyeux sur le revers, 6 sépales oblongs-elliptiques
    couleur : violet pourpre.
    fruits : nombreuses akènes surmontés d'une aigrette soyeuse formant une houppette.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.30 à 0.40m
    plantation : à l'automne ou au printemps à 3-4 cm de profondeur.
    multiplication : à l'automne par semis en place dès maturité des graines, ou sous châssis à 20 ° C. de mars à mai. Le levée est irrégulière compter un bon mois.
    sol : riche, bien drainé voir sec, une préférence pour le calcaire.
    emplacement : soleil.
    zone : 5 - 9.
    origine : Europe dans les pelouses sèches et calcaires jusqu'à une altitude de 1000m parfois plus.
    entretien : ne pas déranger, laisser la vivre.
    maladies et ravageurs : sans maladie, juste visitée par les escargots et les limaces, dédaignée par les cervidés et les lapins.
    NB : son nom Anemone vient du grec 'anemos' qui désigne le vent, un courant d'air, de vent faisant référence soit au fait que ses tépales sont vite détachés par le vent, soit parce que ses akènes plumeuses sont emportées au loin au moindre coup de vent. Un nom qui lui aurait été attribué par le philosophe et savant grec Théophraste qui fut un des premiers botanistes, à qui l'on doit entre autre 'Recherches sur les plantes, les causes des plantes', et son nom spécifique pulsatilla vient du verbe latin 'pulsare' qui signifie pousser, agiter ou secouer, faisant référence aux aigrettes plumeuses des akènes qui s'agitent au vent. Il lui a été donné par le médecin, naturaliste siennois Pietro Andrea Mattioli plus connu sous le nom de Matthiole*.
    Ce genre comprenait plus de 553 noms d'espèces connues après révision en 2013 seulement 159 noms d'espèces ont été retenus puis 304 autres noms sont considérés comme des synonymes et 90 autres sont non résolus ou invalides. Ce sont toutes des espèces de vivaces à tubercules ou vivaces rhizomateuses, originaires des zones tempérées de l'hémisphère nord, de l'Asie et quelques unes originaires de l'hémisphère sud en Afrique australe, Amérique du sud dont l'Argentine et le Chili.
    En 1867, elle a inspirée à un compositeur M. E Chaves, une polka-mazurka pour piano : op. 35 qu'il a dédié à Mme Saulnier née de Chauvigny de Blot, la partition est consultable en ligne à BnF-Gallica.
    Propriétés et utilisations :
    Attention comme toutes les autres du genre, c'est une plante toxique pour l'homme et les animaux domestiques, qui peut provoquer en cas d'ingestion des vomissements, des diarrhées, des difficultés respiratoires voir des convulsions, sa sève âcre est irritant.
    Elle contient de l'anémonine, depuis des siècles elle est connue pour ses propriété antibactériennes, antinévralgiques, antispasmodiques, sternutoires, sédatives et vessicantes.
    Dans les pharmacopées traditionnelles, son feuillage et ses rhizomes étaient utilisés pour traiter les dartres et la coqueluche.
    Aujourd'hui elle est surtout employée en homéopathie pour traiter les troubles de la circulation sanguine, les troubles digestifs et gynécologiques; prescrite en ORL; son utilisation est déconseillée sans avis médical pour les patients ayant une sinusite ou une otite, dans ces pathologies la pulsatille risque de provoquer des complications.
    Pulsatilla vulgaris 'Eva Constance', 3 mai U-K
    Brighton Plants ©
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Pulsatilla alpina (L.) Delarbre, Pulsatille des Alpes, consulter sa fiche.
    - Pulsatilla rubra Delarbre, Pulsatille rouge, Fleur de Pâques, Coquelourde, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *L., abréviation botanique pour le botaniste-naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), auparavant Carl Linnæus, médecin, à qui l'on doit la classification des végétaux, des minéraux et des animaux et la nomenclature binominale, basée sur la juxtaposition de deux mots en principe en latin, désignant le genre suivi du nom de l'espèce, c'est la base de la taxonomie et de la nomenclature internationale.
    Durant ses études de médecine, il entame la réalisation d'un herbier de la flore de Laponie qui sera suivi d'un ouvrage 'Flora lapponica'. A partir de 1741, il enseigne à l'Université d'Uppsala durant une année la médecine puis la botanique jusqu'en 1772, il est le fondateur de l'Académie des Sciences de Suède.
    *Matthiole, médecin, naturaliste siennois Pietro Andrea Mattioli (1500 -1577), on lui doit de forts célèbres Commentaires sur Dioscoride et sur sa Materia medica (Venise 1554) dont il ne reste que 6 livres qui ont été maintes fois traduits.
    *Mill., abréviation botanique pour le jardinier, botaniste écossais Philip Miller (1691-1771), nommé en surintendant en chef du Jardin botanique de Chelsea (Apothecaries’ Garden 1673), l'un des plus anciens jardins botaniques aujourd'hui connu sous Chelsea Physic Garden à Londres.
    On lui doit la référence pour les jardiniers du 18 ème siècle 'The Gardener's Dictionary' du jardin de Chelsea, édité à Londres 1755-1760, illustré de nombreuses gravures de Ehret, Lancake et John Miller. Dans ce vieux jardin botanique il y cultive de nouvelles espèces comme l'Arum d'Éthiopie.
    *Salisb., abréviation botanique pour le botaniste britannique Richard Anthony Salisbury (né Markham) (1761-1829), un homme ayant eu un passé financier peu scrupuleux, qui fut un farouche opposant à la nomenclature de Linné, boudé par un bon nombre de ses contemporains, rejeté par ses confrères botanistes lorsqu'ils découvrirent qu'il s'était approprié l'oeuvre d'un autre botaniste.
    natacha mauric © 02.01.2000 ® Jardin! L'Encyclopédie
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.




compteur de visites gratuit