Cotula hispida - Cotule hérissée
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Cotule hérissée, nommée par les anglophones 'Brass buttons'.
    Nom latin : Cotula hispida  (D.C*) Harvey., synonymes Cenia hispida  Benth. & Hook.f., Tanacetum hispidum  DC., Leptinella hispida  non accepté par The plant list et l'IPNI
    famille : Compositae (Asteraceae).
    catégorie : vivace alpine tapissante.
    port : touffe dense, formant un coussinet bombé, étalé, rampant.
    feuillage : persistant, léger, plumeux, soyeux,vert pâle à vert-gris argenté. Minuscules feuilles amplexicaules, finement découpées, réunies en toupet, les tiges ont tendance à se dégarnir.
    floraison : à la fin du printemps - été (mai/juin suivant le climat). Sur de longues et très fines tiges soyeuses, petits capitules bombés (5-8 mm) sans ligules, qui font songer à des boutons de bottines, involucre formée de bractées membraneuses vert pâle.
    couleur : jaune bouton d'or.
    fruits : akènes.
    croissance : moyen.
    hauteur : 0.05 à 0.15m en période de floraison.
    plantation : au printemps ou sous climat doux à l'automne.
    multiplication : par semis, bouture de toupets de feuilles ou division des touffes, par marcottage.
    sol : tous, mais surtout très bien drainé.
    emplacement : soleil.
    zone : 8 - 11, la zone de rusticité est peut être à revoir en baisse. Elle est adapté à la sécheresse, une fois installée.
    origine : à l'est de l'Afrique du sud, en altitude entre 1800 et 2800m, dans les gazons alpins du Drakensberg, région KwaZoulou-Natal (Lesotho) qui correspond au parc Maloti-Drakensberg, où un grand nombre d'espèces y sont endémiques.
    entretien : supprimer les fleurs fanées, si vous souhaitez favoriser la floraison. Avec le temps, le centre du coussinet à tendance à se dégarnir, prévoir des boutures pour regarnir ou par marcottage de tiges dégarnies elles aussi.
    maladies et parasites : peut être visité par les pucerons noirs.
    NB : son nom Cotula  vient du grec 'kotulé' qui désigne une petite coupe, 'kotuledon' signifie creux, cavité faisant référence certainement à son feuillage amplexicaule et son nom spécifique hispida  signifie hérissé de poils.
    Ce genre comprend entre 75 et 80 espèces d'annuelles ou de vivaces majoritairement originaire des zones tempérées de l'hémisphère sud (Afrique australe, Australie et Amérique du Sud).
    Idéal en couvre-sol dans les rocailles, les jardins secs, en haut d'un muret ou simplement dans des vasqes ou des potées.
    Autre espèce présente dans l'Encyclopédie :
    - Cotula lineariloba  Cheeseman, synonymes de Cotula sericea  L.f., Cotule à lobes linéaires, consulter sa fiche.
    - Cotula squalida  Hook. f., maintenant nommée Leptinellasqualida  Hook. f., Léptinelle rugueuse, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *DC. , abréviation botanique pour Augustin Pyramus de Candolle (1778-1841), botaniste et docteur en médecin suisse, qui occupe en 1880 la chaire de botanique à la Faculté de Médecine de Montpellier, on lui doit une nouvelle classification des espèces expliquées dans 'La théorie élémentaire de la botanique (1813), ainsi que les 7 volumes du 'Prodomus systematis naturalis regni vegetablilis' (1824-1841) où sont décrites 60 000 espèces doublant ainsi les familles, ouvrages achevés par son frère et son petit-fils avec 80 000 plantes décrites. Auteur de 'Plantarum Succulentarum' (1799) ou l'histoire des plantes grasses et 'la Théorie élémentaire de la botanique' (1813). Il s'intéresse aux propriétés médicinales des plantes.
    Harv., abréviation botanique pour le physiologiste et botaniste irlandais William Henry Harvey (1811-1866) qui à partir de 1835, en compagnie de son frère, séjourne en Afrique du Sud, dans la province du Cap durant 6 à 7 ans il collecte et assiste son frère dans la fonction de trésorier colonial. En 1858, il publie 'The genera of South African plants' et en collaboration avec le botaniste allemand Otto Wilhelm Sonder participe à la rédaction des trois premiers volumes sur sept de 'Flora capensis' éditée de 1859 à 1933, on lui doit des ouvrages de référence sur les algues. En 1853, durant trois ans, il participe à des expéditions en Afrique du Sud, l'île de Ceylan, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, les îles Tonga et Fidji et pour finir à Valparaiso (Chili). A son retour à Dublin, en 1856, il est nommé professeur de botanique, en charge de l'Herbier d'algues (TCD herbarium) du Trinity College, herbier de renommée internationale.
    > *Hook.f., abréviation botanique pour le médecin-botaniste anglais Joseph Dalton Hooker (1817-1911), ami de Charles Darwin qui dès 1839 participe à des expéditions vers l'Antarctique, la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande puis en 1847 il se rend vers les confins de l'Inde. On lui doit de nombreuses flores des pays visités, la plus célèbre réside dans les 7 volumes de 'Flora of British India' (1872-1897) auparavant 'Botany of the Antarctic Voyage Flora Novae Zelandiae' en 2 volumes 1852. En 1847, il devient membre de la Royal Society, à partir de 1855 il est nommé assistant du directeur du Jardin botanique de Kew.
    - nmauric © 16.03. 2005 ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.

Cotula hispida

un compteur pour votre site