Pavonia makoyana - Pavonie, Goëthée de Makoy
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Pavonie de Makoy, Goëthée de Makoy, appelée par les anglophones 'Brazilian candles' au même titre que Pavonia multiflora  ou encore 'Rosy pavonia'.
    Nom latin : Pavonia makoyana  E. Morren*, synonyme Goethea mackoyana  Hook.f.
    famille : Malvaceae.
    catégorie : vivace herbacée cultivée en annuelle.
    port : buissonnant, élancé.
    feuillage : persistant, vert moyen à vert foncé, brillant sur le dessus. Feuilles (+ ou - 15cm) simples, elliptiques à lancéolées, acuminées à marge irrégulièrement dentelée.
    floraison : de l'été à la fin de l'hiver (juillet-décembre). En cime, fleur solitaire (5 - 6 cm) dressée à pétales ligulés, au centre colonne staminale comme chez les hibiscus, calice à 5 lobes effilés.
    couleur : rouge magenta, anthères rouges.
    fruits: capsules appelées schizocarpes déhiscents formés de 5 valves contenant des graines.
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.80 à 1.80 m sous climat approprié peut atteindre 3 à 4 m.
    plantation : au printemps ou automne selon le climat, ailleurs cultivé en serre.
    multiplication : semis au printemps ou en été bouturage de tiges aoûtées.
    sol : acide ou neutre, surtout bien drainé.
    emplacement : soleil ou mi-ombre.
    origine : Brésil dans les forêts pluviales des provinces de Bahia et d'Espirito Santo.
    zone : 10 - 12, ailleurs à cultiver en serre.
    entretien : rabattre un peu à la fin de l'hiver.
    NB : c'est le botaniste Antonio José Cavanilles*, qui dédie le genre Pavonia  au botaniste, pharmacien espagnol, José Antonio Pavón Jiménez (1754-1840) qui participe à de longues expéditions au Chili, en Équateur et au Pérou (de 1777 à 1788). L'Herbier qu'il réalise en collaboration avec Hipólito Ruiz, est conservé au Real Jardín Botánico de Madrid.
    On leur doit aussi 'Florae peruvianae et chilensis Prodromus' (1794), seul il rédigea la Nueva Quinología (Nouvelle Quinologie) en 1826.
    son nom spécifique makoyana  lui a été donné en souvenir de Lambert Jacob-Makoy (1790-1873), un ancien mineur passionné de jardinage qui à partir de 1813 devint l'un des horticulteurs le plus réputé d'Europe, dirigeant à Liège la Maison Jacob-Makoy, oeuvrant au sein de la Société Horticole Liégeoise.
    Il finança plusieurs expéditions de collecteurs au Brésil et au Mexique, on lui doit l'introduction en Europe des premières broméliacées et orchidées exotiques.
    Ce genre comprend 150 espèces de vivaces, sous-arbrisseaux, arbrisseaux ou arbustes, originaires des Amériques en zones tropicales, d'Asie du sud-est et Afrique tropicale.
    Visible en période floraison avec d'autres espèces dans la serre du jardin botanique de Genève plus loin au Jardin botanique de Rio de Janeiro.
    Parmi les cultivars et hybrides citons :
    Serre du Jardin botanique de Genève
    Pavonia × gledhillii  Cheek, synonyme Pavonia intermedia  Hort., connu sous le nom de 'Brazilian Candles' est issu de croisement entre Pavonia makoyana  et Pavonia multiflora  A.St.- Hillaire., d'environ 1.80m de haut, aux fleurs rose vif, anthères bleu-gris, zones 10 - 12, à découvrir au Jardin du Val Rahmeh de Menton.
    Pavonia × gledhillii  'Kermesina', recherché pour sa petite taille, fleurs carmin.
    Pavonia × gledhillii  'Rosea' à la floraison d'un rose soutenu.
    Propriétés et utilisations :
    Dans les pharmacopées traditionnelles sud-américaines, les feuilles et l'écorce seraient utilisées en usage externe sous forme de cataplasme pour leurs propriétés cicatrisantes.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie :
    - Pavonia hastata  Cavanilles, Pavonie hastée, consulter sa fiche.
    - Pavonia spinifex  (L.) Cav., synonyme Abutilon spinifex (L.) Scop.,Pavonie à capsule épineuse, consulter sa fiche.

    Annotations :
    *Charles Jacques Édouard Morren (1833-1886), naturaliste et botaniste belge, qui devint le spécialiste des Broméliacées, il fut en charge de la chaire de botanique à Liège et courant 1858 il repris la direction du Jardin botanique de l'Université de Liège, il assura plusieurs publications dont la ‘Belgique Horticole’, journal des jardins, des serres et des vergers (1868 -18 volumes) qui fut fondé par son père Charles François Antoine Morren (1807-1858), un célèbre professeur de physique et de botanique qui en 1855 sombra dans la folie.
    En 1836, dans les serres chaudes de l'établissement horticole Jacob-Makoy, il réalisa sur deux pieds de la première fécondation artificielle de la fleur de vanille, Vanilla planifolia, la première voir détails.
    Un an plus tard, la fructification est réussie, le pied de vanille présentait une centaine de gousses.
    Expérience relatée par le botaniste français Alire Raffeneau-Delile (1778- 1850), dans 'Notice sur un voyage horticole et botanique en Belgique et Hollande', publié en 1838 aux éditions Sevalle - Montpellier, récit que vous pouvez retrouver en ligne via Books-google.
    * Cav., abréviation botanique pour l'abbé botaniste-naturaliste et géologue espagnol Antonio José Cavanilles (1745- 1804), qui s'installe comme tuteur à Paris en 1777 et c'est au contact de Antoine Laurent de Jussieu et de André Thouin qu'il se passionne définitivement pour la botanique, l'un des premiers scientifiques espagnols à appliquer la nomenclature de Linné, c'est lui qui fera la première description du Dahlia et 42 autres genres d'Amérique du sud. En 1801, il est nommé directeur du jardin botanique Royal de Madrid où l'on peut voir sa statue.
    - nmauric©21.10.2008 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site