Corokia cotoneaster  - Corokier cotonéastre
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Corokia x virgata Nom commun : Corokia, Corokie cotonéastre parfois Corokie cotonéaster, en Maori 'Korokio' par les anglophones 'New Zealand wire-netting bush', 'Wire-netting bush' ou 'Ghost Plant'.
    Nom latin : Corokia cotoneaster  Raoul*. (photo Corokia x virgata 
    famille : Escalloniaceae (IPNI) ou Cornaceae (auparavant Argophyllaceae) l'examen de la structure des pollens en 1985 le classe entre les deux d'où l'apparition de Corokiaceae, classement! à suivre...
    catégorie : arbuste à nombreux rameaux enchevêtrés, tortueux en zigzag, ocre rougeâtre à gris noirâtre. Les jeunes pousses sont laineuses.
    port : buissonnant, dense.
    feuillage : persistant, épais, coriace, vert foncé, brillant partiellement marginé et lavé de bronze et/ou pourpre en hiver. Petites feuilles orbiculaires à obovales (± 15mm x 10), alternes souvent réunies en fascicule. Les jeunes feuilles pubescentes sont souvent spatulées et en forme de coeur à marge et revers aux reflets argentés.
    floraison : abondante et longue quasimment toute l'année sous climat approprié; plus abondante durant l'été australe* entre octobre et avril, odorante et nectarifère, visitée par les insectes et par certaines espèces d'abeilles. Solitaires axillaires ou en grappes, minuscules fleurs étoiléesbisexuées (5 à 8mm), à 5/6 pétales lancéolés effilés en pointe, 5 étamines courbes et redressées, disposées en quinconce au centre un style saillant.
    couleur : jaune vif brillant, centre vert (ovaire) cerné d'orange. Boutons floraux blanchâtres.
    fruits : à l'automne, petites drupes brillantes (± 8m) globuleuses de couleur rouge ou rouge orangé.
    croissance : lente.
    hauteur : 2,40m à 3m.
    plantation : au printemps ou à l'automne selon le climat.
    multiplication : par bouturage de tiges aoûtées.
    sol : ordinaire, même pauvre surtout bien drainé.
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    zone : 8 - 10, tolère de courtes gelées jusqu'à -7°C, parfaitement adapté à la sécheresse, aux vents et aux embruns.
    origine : endémique à la Nouvelle-Zélande en zone cotière rocheuse et sèche.
    entretien : si nécessaire, taille de mise en forme après la floraison.
    Le cokokia est l'arbuste idéal pour entrer dans la composition de haies, de massifs arbustifs notamment dans les jardins secs et ceux en bord de mer. Une espèce recherchée pour être cultivée sous forme de bonsaï.
    NB : Son nom Corokia  vient du maori 'Korokio', mot désignant le genre et son nom spécifique cotoneaster  cotonéastre, vient de la juxtaposition du mot latin 'cotoneum' qui désigne le coing et 'aster' un suffixe, pour indiquer une vague ressemblance entre eux, faisant certainement allusion aux fruits (du cotonéastre) qui sont eux aussi comestibles mais moins bon que ceux du cognassier (Cydonia oblonga).
    En 1840, c'est le chirurgien-botaniste français Etienne Raoul qui le décrit après en avoir découvert plusieurs spécimens sur l'île du sud en Nouvelle-Zélande dans la péninsule de Banks, le long de la côte dans la région d'Akaroa.
    Ce genre proche des Argophyllum , comprend 6 espèces endémiques à la Nouvelle Zélande et aux îles Chatham (3), à l'Australie (2), à la Polynésie française (1) et des hybridations spontanées.
    Les autres espèces :
    Corokia buddlejoides  A.Cunn.*, Corokie en forme de Buddleja, en Maori 'Korokio taranga', endémique à la Nouvelle Zélande dans la moitié nord de l'île du Nord, un arbuste d'environ 3m en tout sens, qui se distingue par de longues et étroites feuilles lancéolées vert bronze au revers grisâtre comme chez le buddleja. Floraison du printemps jusqu'au début de l'été, suivie de drupes rouges qui virent au noir à maturité, à lui aussi une excellente tolérance aux embruns, localement régulièrement utilisée dans les haies, parfaitement adaptée à subir des tailles régulières.
    Corokia carpodetoides  ( F.Muell.*) L.S.Sm.* a été classé comme Colmeiroa carpodetoides  F.Muell., synonyme de Paracorokia carpodetoides  (F.Muell.) M.Král, en maori 'Taranga korokio', endémique à la volcanique île australienne de Lord Howe (à l’est de l'Australie); port buissonnant de 2 à 4m de haut, feuilles brillantes, lancéolées au revers d'un vert jaunâtre et à floraison jaune courant décembre-janvier.
    Corokia cheesemanii  Carse, synonyme de Corokia x virgata  'Cheesemanii', Corokia de Cheeseman*, une hybridation spontanée entre Corokia buddlejoides  et Corokia cotoneaster  environ 3m en tout sens, au port dressé, feuillage brillant plus grand, revers duveteux; drupes ovoïdes d'un bel orange vif, une croissance moins lente et une plus grande rusticité de 8 à 10, demande un sol plus fertile.De cet hybride il existe de nombreux cultivars aux drupes soit rouge, soit jaune 'Red ou Yellow Wonder'.
    Corokia × budcotonea  Allan* (1927) hybridation donné par certains auteurs comme synonyme de Corokia x virgata  Turill.
    Corokia collenettei  L.Riley*, Corokia de Collenette*, une découverte de 1925 sur la lointaine île de Rapa en Polynésie française, dans les sous-bois des forêts hygrophiles entre 100 et 630m d'altitude.
    Corokia macrocarpa  Kirk*, Corokia à gros fruits, endémique aux îles Chatham, sans hybridation spontané.
    Corokia whiteana  L.S.Sm., Corokia de White, endémique au au sud-est de l'Australie, en Nouvelle-Galles du Sud dans la Cordillère.

    Annotations :
    *'L'été austral' en règle générale englobe la période entre les mois d'octobre et d'avril. L'hiver, durant les mois de juin, juillet et août, le printemps de septembre à novembre, l'été de décembre à février, janvier étant le mois le plus chaud, l'automne de mars à mai; climat de type tempéré océanique à tendance subtropicale.
    *Raoul. abréviation botanique pour le chirurgien de marine et naturaliste brestois Étienne Fiacre Louis Raoul (1815-1852), un genre lui a été dédié Raoulia.
    *F.Muell. abréviation botanique pour Ferdinand Jacob Heinrich von Mueller (1825-1896).
    * L.S.Sm. abréviation botanique pour le naturaliste-botaniste australien Lindsay Stewart Smith (1917-1970) qui oeuvra au Queensland avec White, 3 espèces lui sont dédiées.
    *Cheesemanii nom donné en l'honneur du botaniste-naturaliste néozélandais Thomas Frederic Cheeseman (1845–1923), qui dés son enfance réalisa un herbier, par la suite il s'intéressa à la pollinisation croisée des orchidées. En 1874, nommé secrétaire de l'Institut d'Auckland et conservateur du Musée. Un petit genre de 6 espèces lui a été dédié Cheesemania  (Brassicaceae).
    *Allan abréviation botanique pour le néo-zélandais professeur d'agriculture Harry Howard Barton Allan (1882-1957) qui en 1916 au contact du botaniste Leonard Cockayne, se passionne à son tour sur l'hybridation entre les espèces, on lui doit 'New Zealand trees and shrubs and how to identify them' (1928).
    *Turrill abréviation botanique pour le britannique William Bertram Turrill (1890-1961), qui oeuvra comme assistant à l'enrichissement des herbiers des Jardins Botaniques Royaux de Kew, avant de séjourner dans la péninsule balkanique, on lui doit 'The Plant-life of the Balkan Peninsula' (1929).
    *Collenette Mr.C.L.Collenette, entomologiste qui participa au printemps 1924 à l'expédition du St.George au Pacifique sud et séjourna durant 8 jours sur l'isolée île volcanique de Rapa, c'est Mademoiselle C.E.Longfield qui y collecta 4 nouvelles espèces parmi lesquelles figurait ce corokia, ces jours là, un arbre dioique lui fut dédié Claoxylon collenettei  L.A.M. Riley ( Euphorbiaceae).
    *L.Riley abréviation botanique pour le botaniste anglais Lawrence Athelstan Molesworth Riley (1889-1928) qui oeuvra lui aussi sur la constitution des herbiers des Jardins botaniques royaux de Kew avant de participer lui aussi à l'expédition du St.George au Pacifique sud, des espèces d'insectes et de papillons lui ont été dédiés.
    *A.Cunn. abréviation botanique pour le botaniste-explorateur britannique Allan Cunningham (1791-1839) qui fut considéré comme le plus grand collecteur de plantes en Australie, pour lle compte des Jardins Botaniques Royaux de Kew.
    *Kirk abréviation botanique pour le botaniste-explorateur anglais Thomas Kirk (1889-1928) qui débarqua en 1863 à Auckland pour explorer l'île nord avant d'y devenir Conservateur du Muséum, on lui doit 'Forest Flora of New Zealand' et 'Flora of New Zealand and Outlying Islands" (publication posthume en 1899).
    * Whiteana de White ainsi nommé en l'honneur du botaniste australien Cyril Tenison White (1890-1950) spécialiste des pâturages, on lui doit un herbier du Queensland et de nombreux ouvrages sur la forêt australienne.
    -nmauric© 01/03/2011 - ® par la Société des Gens de Lettres - Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site