Lysimachia vulgaris  - Lysimaque commune, Chasse-bosse
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Nom commun : Lysimaque commune, Lysimachie commune, Chasse Bosse*, nommée par les anglophones 'Yellow loosestrife'.
    Nom latin : Lysimachia vulgaris  L.
    famille : Primulaceae.
    catégorie : vivace stolonifère aux tiges pubescentes.
    feuillage : caduc, vert franc à plus soutenu, revers pubescent, nervures fortement marquées. Feuilles (8cm) sessiles opposées ou verticillées par 3 à 4, lancéolées, oblongues, subsessiles ou pourvues d'un court pétiole.
    floraison : en été courant juin/août, selon climat. Verticilles axillaires de fleurs à corolle (4-7 mm) à 5 lobes lancéolées, 5 étamines et un style filiforme, calice pubescentà 5 lobes triangulaires.
    couleur : jaune vif maculé d'orange vers le centre, calice vert marge ciliéavec un liseré rouge.
    fruits : capsules globuleuses enchâssées dans le calice, contenant des petites graines en forme de trigones .
    croissance : rapide.
    hauteur : 0.50 à 1 m.
    plantation : au printemps ou à l'automne, compter 4 plants au m².
    multiplication : division ou bouturage des racines.
    sol : humide mais bien drainé.
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    origine : zones humides, berges des cours d'eau de l'Europe de la Suède jusqu'au Caucase (dont France, Corse incluse) Afrique du Nord (Algérie, Tunisie), Asie Mineure (sud et nord-ouest de la Turquie, Iran, Iraq), sud-ouest de l'Asie centrale(est de la Sibérie, Pakistan, Kashmir, Kazakhstan, Turkestan oriental), Corée et Japon.
    zone : 3 - 10.
    entretien : maintenir le sol frais et humide surtout en été. En fin de saison, rabattre la touffe.
    NB : Pline l'Ancien cite la Lysimachia  dans Histoire naturelle livre XXV "Le roi Lysimaque a aussi découvert la plante appelée de son nom Lysimachia, et qu'Erastistrate a rendu célèbre", livre XXVI* qui aurait été découverte par Lysimachos, Lysimaque de Cos, un médecin de la Haute Antiquité, qui fut un des sectateurs d'Hyppocrate, elle est auparavant citée dans les Closes de Nicandre*.
    Son nom commun de chasse-bosse fait allusion aux propriétés citée par Pline l'Ancien dans Historia naturalis (voir Annotations, bas de page).
    Ce genre comprend 180 espèces de vivaces ou d'arbustes persistants, originaires des zones tempérées et sub-tropicales de l'hemisphère nord, plus de 138 espèces présentes en Chine, 10 à Taïwan, 42 en Amérique du Nord.
    Une plante facile de culture, qui s'accomode de tous les sols, pourvue qu'ils soient bien drainés. Elle n'aime pas trop la concurrence racinaire, elle peut devenir légèrement envahissante.
    Propriétés et utilisations :
    Comme d'autres espèces du genre, les feuilles sont réputées avoir des propriétés astringente et vulnéraire.
    Autres espèces présentes dans l'Encyclopédie:
    Lysimachia ciliata  L., synonyme Steironema ciliata  ( L. ) Baudo, Lysimaque ciliée, consulter sa fiche.
    Lysimachia ciliata   'Firecracker' ou 'Purpurea' au feuillage pourpre, consulter sa fiche.
    Lysimachia clethroides  Duby, Lysimaque de Chine, Lysimaque à feuilles de Clèthre, consulter sa fiche.
    Lysimachia congestiflora  Hemsley, consulter sa fiche.
    Lysimachia mummularia  L., Lysimaque nummulaire, connue sous le nom de Herbe aux écus, consulter sa fiche.
    Lysimachia punctata  L., Lysimaque ponctuée, consulter sa fiche.

    Annotations :
    Ce nom fut, chez les Grecs, celui d'une plante que l'on on nommait également lythrum. Le premier dérive du nom du roi Lysimaque, fils d'Agathocles, qui découvrit que l'on lui attribuait la vertu d'arrêter les hémorragies. Selon Dioscoride, le lysimachia poussoit des tiges frutiqueuses d'une coudée de haut. Ses feuilles ressemblaient à celles du saule, et les fleurs étoient jaunes et dorées. Il croissait dans les marais. Cette description a été regardée comme celle de notre lysimachie commune. Pline prétend que le lysimachia à les fleurs pourpres ; du reste , il s'accordc avec Dioscoride. On pense qu'il a voulu parler de notre salicaire commune (lythrum salicaria) ou peut-être d'une espèce dépilobe.
    Ces deux opinions ont fait donner le nom de lysimachia :
    - 1° aux espèces de salicaires à fleurs jaunes en épis ou en grappes, ou en panicule; ce sont les lysimachia lutea,
    - 2° à toutes les épilobes; ce sont les lysimachia siliquosa;
    - 3° aux salicaires, à la toque et à l'épire des marais, dont les fleurs sont pourpres et
    - 4° au genêt des teinturiers. La plante supposée être celle de Dioscoride est le type du genre lysimachia de Tournefort et de Linnæus.
    * Histoire naturelle, livre XXVI chapitre 26, 82 et 87, traduit du latin "On emploie la lysimachia, soit en boisson, soit en topique, soit introduite dans les narines,... La lysimachia guérit les plaies récentes; le plantain, les plaies de toute espèce, particulièrement celles des femmes, des vieillards et des enfants. Cette plante, attendrie par l'action du feu, est meilleure : avec du cérat, elle déterge les ulcères à bords épais, et elle arrête les ulcères rongeants. Il faut, après l'avoir appliquée pilée, la recouvrir de ses propres feuilles...
    "Lysimachia contrita ac nymphaea arida infriata. polythris inueteratis iisdem utilior est'. 'On se sert en particulier, pour les ulcérations produites par la chaussure, de la verveine, de la lysimachia pilée, du nymphaea séché, et réduit en poudre, d'où son nom de chasse-bosse".
    *Closes de Nicandre oeuvre du médecin, poète et grammairien grec Nicandre de Colophone(185-138 avant J.C) à laquelle se réfère Pline l'Ancien.
    Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.
un compteur pour votre site