Spiraea prunifolia - Spirée à feuilles de prunier
Portail de Jardin! L'Encyclopédie


    Shiro Kurita ©
    Nom commun : Spirée à feuilles de Prunier, en chinois 'Lï yé xiù xiàn jù', en japonais 'Shijimibana, Kogomebana', nommée par les anglophones 'Bridal-wreath spiraea, Bridalwreath Spirea' (spirée de la couronne de mariée).
    Nom latin : Spiraea prunifolia  Siebold & Zucc.*, synonymes Spiraea prunifolia var. prunifolia, Spiraea crenata var. folia-ovatis  Thunb.*, Spiraea crenata var. latioribus  Thunb., Spiraea prunifolia var. florepleno  Siebold, Spiraea prunifolia var. plena  C.K.Schneid., Spiraea thunbergii var. prunifolia  (Siebold & Zucc.) Wenz.
    famille : Rosaceae.
    catégorie : arbuste au tronc grisâtre à l'écorce des rameaux d'un brun rouge.
    port : érigé, compacte aux rameaux arqués.
    feuilles : caduc vert moyen virant à l'automne au jaune, orange et rouge, le revers et les jeunes pousses pubescents. Feuilles ( 1,5 à 3 cm x 0,7 à 1,4 cm ) alternes ovales à oblongues, marge dentée, pétiole poilu de 2 à 4 mm.
    floraison : avant l'apparition du feuillage courant avril-mai selon climat.
    Corymbes axillaires de 3 à 6 fleurs doubles en forme de pompon Ø 1-1,2 cm à pétales ovales.
    es boutons floraux qui apparaissent au cours de l'été sur les rameaux.
    couleur : blanc en coeur blanc légèrement verdâtre. Au printemps les boutons floraux sont globuleux d'un blanc lavé de rose soutenu, calice vert, pédoncule d'un vert rougeâtre, les deux sont légèrement pubescents.
    fruits : sans fructification .
    croissance : assez rapide.
    hauteur : 0.80 à 2.50 m Ø 1.20 à 2m.
    plantation : à l'automne, d'octobre à novembre, afin de permettre au système racinaire de s'installer.
    multiplication : par boutures de bois semi-ligneux à la fin de l'été ou à l'automne dans un mélange sablonneux en serre froide, repiquage au début du printemps avant le développement complet des bourgeons ou par boutures de jeunes tiges herbacées au printemps avant la floraison dans un mélange léger + hormone de bouturage, compter pour l'enracinement environ 1 mois.
    sol : tous, riche en matière organique et bien drainé, acide, neutre ou alcalin (pH 6,5/7,5), n'aime pas le calcaire.
    emplacement : soleil, mi-ombre partielle.
    culture en pot : un mélange de terre de jardin et un bon terreau de feuilles, chaque année en février prévoir un apport d'engrais organique.
    emplacement : soleil, mi-ombre.
    zone de rusticité : 5 - 9, tolère aisément entre -15° et -20°C, adapté à la pollution urbaine. USDA zone 5a - 8b, consulter la carte de Chine.
    origine : sur les collines et les massifs rocheux jusqu'à 1500 m d'altitude à l'est et sud-est de la Chine dans les provinces de Anhui, Fujian, Guizhou, Hénan, Hubei, Hunan, Jiangxi, Shaanxi, Séchouan, dans les provinces côtières du Jiangsu, Zhejiang, Guangdong, Shandong dans la région autonome du Xinjiang, dans la péninsule coréenne et à Taïwan.
    Elle a été introduite au Japon au cours de l'ère Chökyö (1487-88), elle y est nommée Tamayanagi, qui a été remplacé par Shijimibana dans le 'Dictionnaire des fleurs' au cours de la deuxième année de la période Edo (1765).
    Largement introduite et naturalisée dans le monde, cette spirée peut devenir envahissante comme elle l'est dans certaines parties de l’est des États-Unis.
    entretien : n'oubliez pas de l'arroser en été et durant les périodes de sécheresse, prévoir un paillage pour conserver le substrat frais et à la fin de l'hiver un apport d'engrais organique.
    En hiver, taille des bois morts et des vieilles branches, taille de mise en forme après la floraison. De temps en temps lorsqu'elle est déséquilibrée ou dégarnie, rabattre à environ 20-30 cm du sol.
    maladies et parasites : comme toutes les autres spirées ses jeunes pousses peuvent être sujette aux pucerons des spirées Aphis spiraecola , aux cochenilles à carapace et son feuillage peut être l'hôte des larves des tenthrèdes cigarières Biennocampa phyllocolpa*, mais il est dédaigné par les cervidés.
    Plus rarement, il est sensible au mildiou qui provoque des taches brunâtres sur le feuillage, au feu bactérien et à l’oïdium.
    NB : son nom Spiraea  lui aurait été donné par Charles de l'Ecluse*, mot venant du grec 'speira' qui signifie enroulement, spirale faisant référence à la fructification des follicules spiralés et son nom spécifique prunifolia   signifie à feuilles de prunier et non pruineux comme on peut le lire sur certain site marchand, pruineux ce dit pruinosa.
    Aux siècles passés, des couronnes étaient confectionnés avec les rameaux fleuris, notamment celles des mariées, d'où son nom en anglais de Bridal-wreath spiraea.
    Ce genre comprend 80 espèces d'arbustes caducs ou semi-persistants à floraison printanière ou estivale, originaires de l'Europe dont une seule en France, de l'Asie (40 en Chine, 12 au Japon) et 31 espèces de l'Amérique du Nord.
    Cette élégante spirée, aux rameaux délicatement arqués est parfaite, pour être utilisée en sujet isolé ou non, dans les massifs arbustifs et dans la composition de
    Taxons infraspécifiques conservés après révision du genre :
    - Spiraea prunifolia var. hupehensis  (Rehder) Rehder, dans la flore de Chine synonyme de Spiraea hypericifolia Linnaeus var. hupehensis  Rehde, découverte en 19013, se rencontre en Chine dans les provinces du Hubei, Shaanxi où il est nommé 'Wu mào lï yé xiù xiàn jù' dépourvu de poils puisque 'Wu mao lï' signifie prune sans poils, à fleurs simples.
    - Spiraea prunifolia var. pseudoprunifolia  (Hayata ex Nakai) H.L.Li, dans la flore de Chine il est synonyme de Spiraea pseudoprunifolia Hayata ex Nakai, 1915, originaire de l'île de Taïwan, nommé en chinois 'Duö mào lï yé xiù xiàn jù', Duö mào signifie prune poilue, à fleurs simples.
    - Spiraea prunifolia var. simpliciflora  (Nakai) Nakai*, découvert tardivement vers 1906, originaire du Japon et de l'est de la Chine dans les provinces du Anhui, Fujian, Henan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Zhejiang où il est nommé 'Dan ban lï yé xiù xiàn jù', il est considéré comme l'espèce sauvage type à fleurs simples, il n'est pas cultivé à des fins ornementales, photo 3.
    Parmi les cultivars, citons :
    - Spiraea prunifolia 'Plena', à fleurs doubles blanches.
    - Spiraea prunifolia 'Pleniflora', environ 2.50 de haut, port dressé aux rameaux retombants, feuilles ovales à elliptiques, floraison doubles blanches en coeur verdâtre légères macules vertes sur les pétales, photo 2.
    Dans l'abécédaire, consulter la liste des autres espèces de spirée présentes dans l'Encyclopédie.

    Annotations :
    *Biennocampa phyllocolpa, Tenthrède pontes courant juin, les larve ressemblent à une chenille verte légèrement aplatie, elles déforment, enroulent et dévorent le feuillage, s'attaquent à celui des bouleaux, iris, groseilliers, noisetiers et rosiers.
    *Charles de l'Écluse, Jules Charles de l'Écluse (1526-1609) médecin flamand, botaniste, mycologue et humaniste de la Renaissance, plus connu sous le nom de Carolus Clusius.
    En 1587, à Leyde (Pays-Bas), il est le créateur du premier jardin botanique d'Europe et le premier à y introduire la pomme de terre et la tulipe, considéré comme le fondateur de l'horticulture.
    *Nakai, abréviation botanique pour le botaniste taxonomiste japonais Takenoshin Nakai (1882-1952), il travaille pour le compte du gouvernement, il effectue de nombreux séjours en Corée et il enseigne la taxonomie à l'Université impériale de Tokyo. On lui doit de nombreux ouvrages dont 'Flora Sylvatica Koreana' édité de 1916 à 1936, en 1927 'Lespedeza of Japan and Korea'.
    *Sieb., abréviation botanique pour le médecin et naturaliste bavarois Philipp Franz Balthazar von Siebold (1796-1866) qui vécut au Japon entre 1823 et 1830, on lui doit l'introduction en Europe via ses établissements de Leide (Pays Bas) de nombreuses nouvelles espèces de la flore japonaise dont les premiers hydrangea japonais en 1860 -1861.
    Auteur en collaboration avec le botaniste allemand Joseph Gerhard Zuccharini (1797-1848) de la très célèbre Flora japonica, publiée entre 1835 et 1870, en 30 volumes avec des illustrations d'artistes japonais tel que Keiga Kawahara, descriptions et dessins consultables sur le site de l'université de Kyoto, le volume 2 est consultable à la BnF.
    Spiraea prunifolia  et Spiraea thunbergii  sont présentes dans le volume 3.
    *Thunb., abréviation botanique pour le botaniste, naturaliste explorateur suédois Carl Peter Thalberg (1743- 1822), à qui l'on doit la publication de Flora japonica en 1784, suivie de Flora capensis (1807-1812); un genre riche de 200 espèces lui a été dédié Thunbergia et 261 espèces et sous-espèces sous la forme thunbergii.
    ® par la Société des Gens de Lettres Conformément aux conventions internationales relatives à la propriété intellectuelle, la reproduction électronique avec mise à la disposition du public et/ou l’exploitation commerciale sont expressément interdites.//-->




compteur visites